lundi 2 novembre 2015

Un des signes qu'on n'a pas encore fini la nuit des sens




Ainsi donc cet amour doit être pur, et c’est avec ce même amour dont vous m’aimez, que vous devez aimer votre prochain. Et tu sais à quoi reconnaître que l’amour est imparfait ? Celui-là n’aime pas parfaitement, qui, même en aimant d’un amour spirituel éprouve de la peine et s’afflige, quand la créature qu’il aime ne paraît pas répondre à son amour, ou ne semble pas l’aimer autant qu’il croit aimer lui-même ; ou encore, quand il se voit séparé de son intimité et de la consolation qu’il en attendait, ou qu’il sent qu’elle en aime une autre plus que lui. A ces signes et à d’autres encore, l’on peut conclure que l’amour qu’il a pour moi et pour le prochain est encore imparfait. Cet amour il a bien pu le puiser en moi, mais il en a bu la coupe en dehors de la source. L’amour qu’il avait pour moi était encore imparfait, imparfait aussi est l’amour qu’il témoigne à celui qu’il aime d’un amour même spirituel.

Tout cela vient de ce qu’il n’a pas complètement arraché la racine de l’amour-propre spirituel. Souvent je le laisse aux prises avec cet amour, pour qu’ainsi il prenne bien conscience de son imperfection. Je lui retire le sentiment de ma présence, pour qu’il s’enferme dans la maison de la connaissance de soi-même, où il acquérera toute perfection. Puis je reviens à lui, par une lumière plus abondante, par une intelligence si approfondie de ma Vérité, qu’il estime désormais comme une grâce, de pouvoir tuer pour moi sa volonté propre.

Il ne lui reste plus alors qu’à sarcler et à parer la vigne de son âme, à en arracher les épines de ses pensées, à y disposer les pierres des vertus fondées dans le sang du Christ et qu’il a trouvées dans la traversée du Pont qui est le Christ crucifié, mon Fils unique.