dimanche 1 novembre 2015

Nuit des sens, nécessaire pour arriver à l'amour filiial




Tu as vu désormais l’excellence de celui qui est parvenu à l’amour de l’ami. Il a monté par les pieds de l’affection et il est arrivé au secret du cœur, c’est-à-dire au second des trois degrés figurés par le corps de mon Fils. Je t’ai dit que ces trois degrés représentaient les trois puissances de l’âme : maintenant je les applique à signifier les trois états de l’âme. Mais, avant de te conduire au troisième, je veux te montrer de quelle manière l’on arrive à être l’ami, comment en devenant ami l’on devient fils, en s’élevant à l’amour filial. Je te dirai ensuite ce que l’on fait, quand on est devenu ami, puis je t’exposerai, à quels signes l’on reconnaît l’ami véritable.

Et, premièrement, comment devient-on l’ami ?

C’est ce que je vais te dire.

Tout d’abord, l’âme était imparfaite, dominée qu’elle était par la crainte servile ; mais avec de l’exercice et de la persévérance, elle arrive à l’amour de jouissance et d’intérêt propre, en trouvant en moi sa joie et son utilité. Telle est la voie que suit celui qui désire parvenir à l’amour parfait, je veux dire à l’amour de l’ami et du fils.

Je dis que l’amour filial est l’amour parfait, parce que c’est à lui que va l’héritage, mon héritage à Moi, Père éternel. Comme l’amour du fils suppose l’amour de l’ami, c’est pour cela que je t’ai dit que c’est l’ami qui devient fils. Comment s’opère donc cette transformation ?

Voici. Toute perfection et toute vertu procède de la charité, et la charité se nourrit de l’humilité ; l’humilité à son tour dérive de la connaissance et de la sainte haine de soi-même, ou de sa propre sensualité.

Une fois parvenu là, il faut persévérer et continuer à demeurer dans la cellule de la connaissance de soi-même, ou de sa propre sensualité. C’est là que l’âme connaîtra ma miséricorde, par le sang de mon Fils unique. Qu’elle attire sur elle par son amour, ma divine charité ; qu’elle s’exerce à extirper toute volonté perverse, soit spirituelle, soit temporelle ; qu’elle se cache dans sa maison, pour y pleurer, comme firent Pierre et les autres disciples, après avoir commis la faute de renier mon Fis.

Cependant la douleur de Pierre était encore imparfaite, et elle demeura imparfaite, quarante jours durant, jusqu’après l’Ascension. Mais quand ma Vérité fut retournée vers moi selon son humanité, Pierre et les autres disciples se retirèrent dans leur maison, pour attendre l’avènement de l’Esprit-Saint, que ma Vérité leur avait promis. Ils s’y étaient enfermés par peur, parce que l’âme est toujours en crainte, tant qu’elle n’est pas parvenue au véritable amour. Mais, en persévérant dans les veilles, dans les humbles et continuelles prières, ils reçurent l’abondance de l’Esprit-Saint, et désormais délivrés de toute crainte, ils suivaient et prêchaient le Christ crucifié.

Ainsi fait l’âme qui veut parvenir à la perfection. Après être sortie du péché mortel et s’être reconnue elle-même telle qu’elle est, elle commence à pleurer, par crainte du châtiment ; puis elle s’élève à la considération de ma miséricorde, où elle trouve satisfaction et avantage. Mais elle est, dis-je, toujours imparfaite, et pour l’amener à la perfection, après les quarante jours, c’est-à-dire après ces deux états, je me retire d’elle, non par la grâce, mais par le sentiment. [ndlr : il s'agit de la nuit des sens, décrite par Saint Jean de la croix et sainte Thérèse d'Avila]

C’est ce que vous enseigna ma Vérité quand dit à ses disciples : "Je m’en irai et je retournerai vers vous." Tout ce qu’il disait s’adressait en particulier aux disciples, mais aussi généralement et communément à tous les hommes présents et futurs. A ceux donc qui devaient venir il a dit pareillement : "Je m’en irai et je retournerai vers vous." Et ainsi fut fait, puisqu’il retourna ensuite, lors de l’avènement de l’Esprit-Saint. Le Saint-Esprit ne vient pas seul : il vient avec ma puissance et avec la sagesse de mon Fils qui est une même chose avec moi, et avec la clémence de l’Esprit-Saint qui procède de Moi, le Père, et du Fils.

Or, je te le dis, c’est ainsi que j’en agis moi-même. Pour faire sortir l’âme de son imperfection, je me retire d’elle, en la privant de la consolation qu’elle ressentait auparavant. Quand elle était dans l’état du péché mortel, elle s’était séparée de moi, et je l’avais privée de la grâce à cause de sa faute, parce qu’elle m’avait fermé la porte du désir. Le soleil de la grâce avait disparu de cette âme, non de lui-même, mais par le fait de la créature qui lui avait fermé la porte du désir. Mais elle a reconnu ce qu’elle était, elle a pris conscience de ses ténèbres, elle a ouvert sa fenêtre à la lumière et vomi sa souillure par une sainte confusion. Dès lors je suis retourné dans l’âme par ma grâce, et si je me retire aujourd’hui, ce n’est pas ma grâce que je lui enlève, mais la jouissance qu’elle en éprouvait.

Si je le fais, c’est pour l’exercer à me chercher Moi-même en toute vérité, pour l’éprouver à la lumière de la foi et lui apprendre la prudence. Si elle aime avec désintéressement, avec une foi vive, avec la haine d’elle-même, elle est en joie dans le moment même qu’elle souffre, parce qu’elle se juge indigne de la paix et du repos de l’esprit.

Des trois conditions que j’avais promis de t’exposer pour arriver à la perfection, c’est là la seconde. Voilà ce que fait une âme qui y est parvenue. Toute ma conduite envers elle est pour lui faire sentir que, si je me retire d’elle, elle ne doit pas cependant regarde en arrière, mais persévérer avec humilité dans ses exercices, et demeurer enfermée dans la connaissance d’elle-même et de moi, pour attendre avec une foi vive l’avènement du Saint-Esprit, c’est-à-dire Moi-même qui suis le foyer même de la charité. Elle m’attend, non dans l’oisiveté, mais en prière continuelle, et dans les veilles, non seulement dans les veilles corporelles, mais dans les veilles de l’intelligence. Car l’intelligence doit avoir l’œil ouvert et, à la lumière de la foi, veiller, pour arracher du cœur par la haine des vaines pensées, veiller, dans le sentiment de ma charité pour reconnaître que je ne veux rien d’autre que sa sanctification. Tout cela est certain, tout cela est attesté par le sang de mon Fils.

Pendant que l’intelligence se tient ainsi éveillée dans la connaissance d’elle-même et de moi, l’âme, par la disposition d’une bonne et sainte volonté, s’adonnera continuellement à l’oraison. Cette oraison continue ne l’empêche nullement de se livrer à la prière extérieure, dans les temps prescrits et déterminés par l’ordre de la sainte Église. Voilà ce que fait l’âme qui se dégage de l’imperfection pour atteindre à la perfection, et c’est pour qu’elle y arrive que je me sépare d’elle, non par la grâce, mais par le sentiment qu’elle en éprouve.

Je me retire d’elle encore pour qu’elle voit et connaisse son péché. En se voyant en effet privée de la consolation, elle en éprouve une peine qui l’afflige, elle se sent faible, incertaine, prête au découragement, et cette expérience lui fait découvrir la racine de l’amour-propre spirituel qui est en elle. Ce lui est un moyen de se connaître, de s’élever au-dessus d’elle-même, de siéger au tribunal de sa conscience, pour ne pas laisser passer ce sentiment sans lui infliger réprimande et correction, en arrachant la racine de l’amour-propre avec le couteau de la haine, avec la haine de cet amour même, par amour de la vertu.