samedi 24 octobre 2015

Un avant-goût de la vie éternelle dès cette vie





Tu comprends ainsi que mes serviteurs, en me voyant, me connaissent, qu’en me connaissant ils m’aiment, qu’en m’aimant ils anéantissent et perdent leur volonté propre. En se dépouillant de leur volonté ils se revêtent de la mienne, et moi je ne veux rien d’autre que votre sanctification.

Par le fait, ils se détournent aussitôt du chemin d’en bas, pour prendre plus haut, par le pont, et ils ne reculent plus devant les épines ; car leurs pieds, comme soulevés par l’amour de ma volonté, n’en éprouvent aucun dommage. S’ils souffrent comme je te l’ai dit, c’est du corps, non de l’esprit, parce que chez eux la volonté sensitive est morte, et c’est elle qui afflige et tourmente l’esprit de la créature. Cette volonté étant détruite, détruite aussi est la souffrance. Dès lors, ils supportent tout ce qui leur arrive, avec respect, estimant une grâce d’être éprouvés par moi, et ne désirant rien d’autre que ce que je veux.

Laissé-je le démon les tourmenter, en lui permettant d’éprouver leur vertu par les tentations, alors, comme je te l’ai dit plus haut, ils résistent à cet assaut par la volonté qu’ils ont affermie en moi ; ils s’humilient, ils se regardent comme indignes de posséder la paix et le repos de l’esprit, ils croient avoir mérité cette tribulation, ils la traversent dans l’allégresse, avec la connaissance qu’ils ont d’eux-mêmes, sans en ressentir d’affliction.

L’épreuve leur vient-elle des hommes ? Est-ce la maladie, ou la pauvreté, ou la perte de l’état qu’ils avaient dans le monde ? Est-ce la privation de leurs enfants ou de personnes qui leur sont particulièrement chères, — car voilà les épines que produit la terre depuisle péché ? Ils acceptent tout, avec la lumière de la raison et de la sainte Foi. Ils n’ont d’yeux que pour moi, qui suis la Souveraine Bonté et qui ne peux vouloir rien d’autre que le Bien ! Ils savent dès lors que c’est pour leur bien, par amour et non par haine, que je leur envoie ces épreuves.

Après avoir ainsi pris conscience de mon amour, ils se regardent eux-mêmes, ils reconnaissent leurs fautes, ils voient, à la lumière de la Foi, que le bien doit être récompensé, que le péché doit être puni. Ils comprennent que toute faute mériterait une peine infinie, parce qu’elle est commise contre moi qui suis le Dieu infini, et ils considèrent comme une grâce, que je veuille bien les punir en cette vie et en ce temps fini. Ainsi tout à la fois, ils se purifient de leurs péchés par la contrition du cœur, ils acquièrent des mérites par leur parfaite patience, et leurs épreuves seront récompensées par un Bien infini. Ils savent aussi que toute souffrance en cette vie, est de courte durée, comme le temps. Le temps est comme un point sur le fléau d’une balance, rien de plus ! Le temps écoulé, finie la souffrance ! C’est bien peu de chose, tu vois !

Mes serviteurs portent ainsi leurs épreuves présentes, ils passent avec patience à travers les épines ; celles-ci ne leur blessent point le cœur. Leur ne leur a-t-il pas été enlevé avec l’amour sensitif, pour être transporté en moi et uni à moi par sentiment d’amour ! Il est donc bien vrai qu’ils ont dès cette vie un avant-goût de la vie éternelle. Ils passent au milieu des eaux sans en être mouillés ; à travers les épines sans en être déchirés, parce qu’ils m’ont connu comme le souverain Bien, et qu’ils l’ont cherché là où il se trouve, je veux dire dans le Verbe, mon Fils unique.