vendredi 23 octobre 2015

Que se passe-t-il à la mort ?



Dieu le Père à sainte Catherine de Sienne :



"Aussi, je veux que tu saches ce qui arrive, au moment de la mort, à ceux qui se sont mis pendant leur vie sous la domination du démon. Ce n’est pas par contrainte, car nul ne les y peut forcer, comme je te l’ai dit, c’est volontairement qu’ils se sont livrés entre ses mains et qu’ils ont porté jusqu’aux approches de la mort, le joug honteux de cet esclavage. A ces derniers instants ils n’ont pas besoin d’un jugement étranger, leur conscience est à eux-mêmes leur propre juge, et c’est en désespérés qu’ils se jettent dans l’éternelle damnation. Aux portes de la mort, ils se cramponnent à l’enfer par la haine, avant même d’y pénétrer.

Il en va de même pour les justes qui ont vécu dans la charité et meurent dans l’amour. Quand ils arrivent au terme de la vie, s’ils ont bien vécu dans la vertu, éclairés par les lumières de la foi, et soutenus par l’espérance absolue dans le sang de l’Agneau, ils voient le bonheur que je leur ai préparé ; ils l’étreignent avec les bras de leur amour, m’embrassant étroitement et amoureusement, Moi le Bien souverain et éternel, en cette extrémité de la mort. Ils goûtent ainsi à la vie éternelle, avant qu’ils aient abandonné leur dépouille mortelle, avant que l’âme soit séparée du corps.

Pour d’autres qui ont passé leur vie et arrivent à leur dernier instant, avec une charité commune mêlée de beaucoup d’imperfections, ils se jettent dans les bras de ma miséricorde, avec cette même lumière de foi et d’espérance, quoiqu’à un degré moindre, que nous avons rencontrée dans les parfaits. A cause de leur imperfection, ils s’attachent à ma miséricorde, qu’ils estiment bien plus grande que leurs fautes.

C’est tout le contraire que font les pécheurs d’iniquité. La vue de la place qui leur est destinée les remplit de désespoir et ils s’y attachent de toute leur haine, comme je t’ai dit.

Ainsi ni les uns ni les autres n’attendent leur jugement ; chacun, au sortir de cette vie, reçoit sa place comme je viens de t’expliquer. Ils goûtent à leur destinée, ils en prennent possession possession avant même de quitter le corps, à ’instant de la mort : les damnés par la haine et le désespoir, les parfaits par l’amour, par la lumière de la foi, par l’espérance du Sang ; les imparfaits, par la miséricorde et la même foi, entrent dans le séjour du purgatoire."