vendredi 30 octobre 2015

Description du 2eme degré : imperfection de l'amour mercenaire du serviteur



Parmi ceux qui sont devenus mes serviteurs de confiance, il en est qui me servent avec foi, sans crainte servile : ce n’est pas la seule peur du châtiment, c’est l’amour qui les attache à mon service. Mais cet amour ne laisse pas que d’être imparfait, parce que, ce qu’ils cherchent dans ce service, c’est leur propre utilité, c’est leur satisfaction ou le plaisir qu’ils trouvent en Moi. La même imperfection se rencontre aussi dans l’amour qu’ils ont pur leur prochain. Et sais-tu ce qui démontre l’imperfection de leur amour ? Dès qu’ils sont privés des consolations qu’ils trouvaient en Moi, cet amour ne leur suffit plus, et ne peut plus se soutenir. Il languit et souvent va se refroidissant de plus en plus vis-à-vis de Moi, quand, pour les exercer dans la vertu et les arracher à leur imperfection, je leur retire ces consolations spirituelles et leur envoie des luttes et des contrariétés. Je n’en agis ainsi cependant que pour les amener à la perfection, pour leur apprendre à se bien connaître, à prendre conscience qu’ils ne sont rien et que d’eux-mêmes ils ne possèdent aucune grâce. L’adversité doit avoir pour effet de les porter à chercher un refuge en moi, à me reconnaître comme leur bienfaiteur, à s’attacher à Moi seul par une humilité vraie. C’est dans ce but, encore une fois, que je leur retire, non la grâce, mais la consolation que je leur avais donnée.

Mais eux, en cette épreuve, se relâchent et se rejettent en arrière avec une sorte de colère spirituelle ; souvent même, ils en viennent à abandonner de différentes façons, leurs exercices, parfois sous couleur de vertu, en se disant en eux-mêmes que ces exercices ne sont plus qu’une opération toute naturelle, puisqu’ils n’y trouvent plus les consolations spirituelles que retirait leur âme.

Si une âme en agit ainsi, c’est qu’elle est imparfaite, c’est qu’elle n’a pas encore complètement rejeté le bandeau de l’amour-propre spirituel qui recouvre la pupille de l’œil de la très sainte Foi. Si elle avait bien écarté ce voile, en vérité elle verrait que toute chose procède de Moi et qu’il ne tombe pas une feuille d’arbre sans l’ordre de ma Providence ; que ce que je lui promets et lui envoie, c’est uniquement pour sa sanctification, c’est-à-dire pour qu’elle possède le bien et la fin pour lesquels je la créai.

Voilà ce que mes serviteurs doivent voir et comprendre : c’est que je ne veux rien d’autre que leur bien, par le sang de mon Fils unique, dans lequel ils ont été lavés de leurs iniquités. En ce sang ils peuvent connaître ma vérité, et ma vérité la voici : c’est pour leur donner la vie éternelle que je les créai à mon image et ressemblance, et que je les créa à nouveau dans le sang de mon propre Fils, en faisant d’eux mes fils adoptifs. Mais parce qu’ils sont imparfaits, c’est encore leur propre intérêt qu’ils cherchent dans mon service, et ils se relâchent pareillement de l’amour du prochain. Les premiers se sont découragés, par peur de la souffrance qu’ils avaient à endurer ; et ceux-ci, les seconds, s’attardent, ils se négligent dans le service du prochain, leur charité se replie sur elle-même, parce qu’il n’y trouvent plus leur propre satisfaction ni les consolations qu’ils étaient accoutumés d’en retirer. Cela vient de ce que leur amour n’est pas assez épuré. Ils aiment leur prochain avec la même imperfection qu’ils m’aiment moi-même : ils cherchent dans leur amour leur propre intérêt. S’ils ne reconnaissent par leur imperfection, avec le désir de devenir parfaits, il est impossible qu’ils ne retournent pas en arrière.

Il est donc nécessaire, pour quiconque veut la vie éternelle, d’aimer sans calcul. Ce n’est pas assez de fuir le péché par crainte du châtiment, ni d’embrasser la vertu pour l’intérêt personnel que l’on y trouve ; non, cela ne suffit pas pour obtenir la vie éternelle. Il faut sortir du péché parce qu’il me déplaît à Moi, et aimer la vertu pour l’amour de Moi.

Il est bien vrai que cette crainte est ordinairement le premier pas que tout pécheur fait vers Moi, parce que l’âme commence par être imparfaite avant d’être parfaite, mais elle doit sortir de cette imperfection pour atteindre à la perfection, ou pendant le cours de sa vie, en vivant dans la vertu, avec un cœur purifié et libre de m’aimer sans aucun retour sur soi-même, ou à l’heure de la mort, en reconnaissant son imperfection avec la résolution, si elle en avait le temps, de me servir sans regarder à son intérêt.

C’est de cet amour imparfait que saint Pierre aimait le bon et doux Jésus, mon Fils unique, lorsqu’il éprouvait si délicieusement la douceur de son intimité. Mais dès que vint le temps de la tribulation, tout son courage l’abandonna. Non seulement il n’eut pas la force de souffrir pour lui, mais la première menace, la peur la plus servile eut raison de sa fidélité, et il le renia en jurant qu’il ne l’avait jamais connu.

De nombreux périls attendent ainsi l’âme qui gravit ces échelons, mue seulement par la crainte servile ou par un amour mercenaire. Mes serviteurs doivent sortir de ces sentiments pour devenir de vrais fils et me servir sans intérêt personnel. Je récompense tout labeur, je rends à chacun selon son état et ses œuvres. Aussi, s’ils ne délaissent pas l’exercice de l’oraison et des autres bonnes œuvres, et s’ils vont toujours avec persévérance, en progressant dans la vertu, ils arriveront à cet amour de fils. Et Moi, je les aimerai à mon tour comme on aime des enfants, parce que je réponds toujours par le même amour à l’amour qu’on a pour moi. Si vous m’aimez comme un serviteur aime son maître, je vous aimerai en maître, vous payant votre dû suivant votre mérite ; mais je ne me manifesterai pas moi-même à vous. Les secrets intimes on les livre à son ami ; parce qu’on ne fait qu’un avec son ami. On ne fait pas qu’un avec son serviteur.

Le serviteur, il est vrai, peut croître en vertu, se rapproche de son maître par l’amour et devenir enfin son ami très cher. Mais tant qu’ils se contentent d’un amour mercenaire, je ne me manifeste pas moi-même à eux. S’ils rougissent de leur imperfection, s’ils se mettent à aimer la vertu, s’ils s’emploient avec haine à arracher d’eux-mêmes la racine de l’amour-propre spirituel, si, du haut du tribunal de la conscience et faisant appel à la raison, ils ne souffrent dans leur cœur aucun mouvement de crainte servile et d’amour mercenaire sans les redresser par la lumière de la très sainte Foi, je te dis qu’en agissant ainsi, ils me seront si agréables, qu’ils auront accès au cœur de l’ami. Je me manifesterai moi-même à eux, ainsi que l’a proclamé ma Vérité quand elle a dit : Celui qui m’aimera sera une même chose avec moi et moi avec lui. Je me manifesterai moi-même à lui et nous demeurerons ensemble (Jn 14, 21.35).

Telle est en effet l’union qui existe entre deux amis très chers : ils sont deux corps, mais une seule âme par sentiment d’amour, parce que l’amour transforme dans la chose aimée. S’ils ne forment plus qu’une âme, aucun secret n’est possible entre eux désormais. C’est pourquoi, dit ma Vérité, "Je viendrai et nous demeurerons ensemble." C’est la vérité même.