mercredi 30 septembre 2015

Prière que Sainte Catherine de Sienne adresse au Père pour l'Eglise



"Mon Seigneur, abaissez les yeux de votre miséricorde sur ce peuple qui est vôtre, et sur le corps mystique de la sainte Église. A pardonner et à communiquer la lumière de la connaissance à tant de créatures, qui ensuite chanteront vos louanges en voyant que c’est votre infinie bonté qui les aura retirées des ténèbres du péché mortel et de l’éternelle damnation, vous serez plus glorifié que vous ne pourriez l’être par moi, misérable qui vous ai tant offensé et qui suis l’occasion et l’instrument de tout mal. Aussi, vous prié-je, divine et éternelle Charité, d’exercer sur moi votre vengeance et de faire miséricorde à votre peuple. Je ne sortirai point de votre présence que je ne vous aie vu lui faire miséricorde. Et que me servirait de voir que j’ai la vie, si votre peuple est dans la mort, si les ténèbres enveloppent votre épouse, et cela principalement à cause de mes crimes, les miens et non ceux des autres créatures. Je veux donc et je vous demande en grâce, que vous ayez pitié de votre peuple ! Faites-lui miséricorde, je vous en prie par cette charité incréée qui vous a porté vous-même à créer l’homme à votre image et ressemblance quand vous avez dit :

Faisons l’homme à notre image et ressemblance.

— Et vous avez fait cela, vous, Trinité éternelle, en voulant que l’homme vous participât tout entier Vous, haute et éternelle Trinité. Vous lui avez donné la mémoire pour qu’il reçût vos bienfaits et par elle il participe à la puissance du Père. Vous lui avez donné l’intelligence pour qu’en la voyant il connût votre bonté, et qu’il participât ainsi à la sagesse de votre Fils unique. Enfin vous lui avez donné la volonté pour qu’il pût aimer ce que l’intelligence voit et connaît de votre Vérité, et participer par là même à l’amour de l’Esprit-Saint.

Quelle raison vous a fait constituer en si grande dignité ? L’amour inestimable par lequel vous avez regardé en vous-même votre créature, et vous êtes épris d’elle ; car c’est par amour que vous l’avez créée, c’est par amour que vous lui avez donné un être capable de goûter votre Bien éternel.

Je vois bien que le péché qu’il a commis a fait perdre à l’homme la dignité dans laquelle vous l’aviez établi. Par sa révolte, il s’est mis en guerre contre votre clémence, il s’est fait votre ennemi. Mais, par le même amour qui vous avait porté à le créer, vous avez voulu offrir un moyen de réconciliation à l’âme entraînée dans la grande guerre, afin qu’après la grande guerre, fût faite la grande paix. C’est alors que vous lui donnâtes le Verbe, votre Fils unique, qui fut le Médiateur entre vous et nous. Il fut notre justice, parce qu’il se chargea de nos offenses et de nos injustices, et accomplit, ô Père éternel, l’obéissance que vous lui aviez imposée, quand il revêtit notre humanité et prit ainsi notre image. O abîme de charité ! Quel cœur n’éclaterait à contempler la grandeur descendue à tant de bassesse, jusqu’à notre humanité ! Nous sommes votre image et vous êtes devenu notre image par l’union que vous avez contractée avec l’homme en voilant la Divinité éternelle sous la nuée misérable de la chair corrompue d’Adam. Quelle en fut la raison ? L’Amour. Ainsi Dieu s’est fait homme, l’homme est devenu Dieu. C’est par cet amour ineffable que je vous implore, que je vous supplie de faire miséricorde à vos créatures.