jeudi 17 septembre 2015

Comment mettre encore davantage la pagaille dans l'Eglise? En créant un schisme.



Comment mettre encore davantage la pagaille ? Telle est la question que se pose journellement la franc-maçonnerie. Ordo ab chaos, telle est leur devise. Cette devise signifie qu'ils veulent mettre le chaos dans la société à tous les niveaux, dans tous les milieux, afin de reconstruire à la place un nouvel ordre mondial luciférien, quand tout aura été balayé et que les gens auront été définitivement déboussolés. C'est ce que dit très clairement le mage et haut franc-maçon Albert Pike, le 15 août 1871 (cf. livre Pawns in the game). 

L'élection du pape François, Benoît XVI étant maintenu pape émérite, rentre dans cette logique, à mon avis. En effet, cela fait plusieurs fois que l'on peut constater que l'on cherche à présenter le pape François comme un affreux et le pape Benoît XVI comme un bon... alors qu'ils sont tous les deux hérétiques (cf. l'étrange théologie de Benoît XVI de Mgr Tissier de Mallerais) et qu'ils diffusent tous deux les idées de la franc-maçonnerie. 

Les cardinaux et les évêques ayant tous été nommés par le franc-maçon Jean-Paul II ou les papes suivants qui ne valent pas mieux (cf. les études de Don Luigi Villa sur Benoît XVI, site Chiesa viva), il est fort probable qu'ils sont tous franc-maçons. Or voici qu'une partie de  ces francs-maçons fait actuellement semblant de se révolter contre François, faussement "choqués" par son attitude vis-à-vis du mariage chrétien. Ne soyons pas dupes. Tout cela est une comédie. Il me semble qu'ils cherchent à créer un schisme, avec deux papes. C'est pour cela qu'ils ont maintenu Benoît XVI pape émérite et que les médias continuent à lui faire une publicité favorable. 

Voici un extrait de leurs simagrées :


Vatican: Révolte contre François

Julius Müller-Meiningen
Die Zeit, le 10 septembre 2015.
Des prélats de haut rang du Vatican se révoltent contre la récente décision du pape sur l’annulation du mariage. Ils lui reprochent d’abandonner un dogme essentiel.

Pour eux, la coupe est pleine. Dans trois semaines, les évêques catholiques du monde entier vont se réunir au Vatican, pour débattre de la marche à suivre par l’Eglise. A Rome, les pères synodaux vont trouver un appareil qui a définitivement déclaré la guerre au pape. Dans les enceintes sacrées de la Curie circule un dossier, qu’on peut lire dans « Christ und Welt », supplément au journal Die Zeit ; on y recense systématiquement les supposés péchés du pape. « François a laissé tomber le masque » dit un haut prélat du Vatican.

Le dernier texte promulgué par le pape argentin, âgé aujourd’hui de 78 ans, a mis le feu aux poudres de ce que l’on peut assurément définir comme le prodrome d’une résistance organisée contre François. En publiant mardi dernier un document qui permet, plus facilement et plus rapidement, une annulation du mariage religieux, le pape a placé l’Eglise devant le fait accompli. Mitis Iudex Dominus, ainsi s’intitule cet édit, c’est à dire « le Seigneur, juge clément ». Mais de cette clémence, que François veut offrir aux croyants en conflit avec les règles de l’Église, la curie ne veut pas entendre parler. Beaucoup de Monsignori, qui sont nominalement aux commandes de l’Église universelle, sont hors d’eux-mêmes.

On le voit dans un dossier au langage cinglant qui circule ces jours-ci dans les bureaux les plus importants du Vatican, au nombre desquels il faut compter aussi la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et la Secrétairie d’Etat. Le motu proprio sur l’allègement de la déclaration de nullité du mariage y est épluché juridiquement, dans ses moindres détails. On y reproche principalement au pape d’avoir contourné les congrégations compétentes dans une matière aussi essentielle pour l’Église et d’avoir de facto introduit « le divorce catholique ». Le document, qui compte plusieurs pages, parle d’une « évolution inquiétante » où la procédure législative régulière dans l’Église universelle est réduite à néant. La plupart des fusibles dans le processus d’annulation du mariage se trouvent délibérément « court-circuités ».

Mgr Fellay, les 12 et 13 octobre 2013 à Kansas City, avait également présenté François comme un affreux et Benoît XVI comme étant de valeur. Il avait parlé de deux papes, ce qui avait suscité la réaction de certains. C'est à la suite de cette conférence que j'ai soupçonné qu'ils préparaient un schisme, Mgr Fellay semblant par moments vraiment vouloir nous rallier à Benoît XVI en désobéissant à François. Malheureusement, je n'ai pas le script complet de cette conférence et du sermon et je n'ai pas le temps de tout réécouter pour retrouver les citations de Mgr Fellay. Pour les courageux, on peut les trouver sur ce lien. http://sspx.org/en/media/audio/bishop-fellay-10-12-2013-ap-conference-1-2625
Si quelqu'un avait le script complet en anglais de la conférence et du sermon, cela m'intéresserait beaucoup qu'il me les envoie par email à indominosperavi@gmail.com. 

Que penser de tout cela et que faire ?... Rien. Les laisser continuer leur comédie et pratiquer de notre côté le nullam partem avec Rome tant qu'elle n'est pas entièrement et parfaitement convertie en paroles et en actes. En cas de schisme, cela ne changera rien pour nous, puisque nous n'avons rien à faire avec ces gens-là. Gardons la vraie foi et l'état de grâce. C'est cela qui compte. Quand le moment sera venu, le Bon Dieu interviendra et remettra les choses en ordre en un instant. Laissons-les s'agiter et empêchons-les de nous agiter et de nous faire perdre la paix, en obéissant à l'enseignement multiséculaire de l'Eglise qui enseigne que l'on ne doit pas fraterniser avec les hérétiques et encore moins se mettre sous leur autorité.