vendredi 21 août 2015

Mise en garde de Dieu contre le désespoir au moment de la mort - 21 août 2015



Dialogue de sainte Catherine de Sienne ch. 23 - 2ème partie (extrait).


"Par cette miséricorde il peut, s’il le veut, se rattacher à l’espérance. Sans cela, aucun de ces pécheurs n’échapperait au désespoir, et par la désespérance il encourrait avec les démons l’éternelle damnation.

C’est ma miséricorde qui, pendant leur vie, leur fait espérer mon pardon, bien que je ne leur accorde point cette grâce pour qu’ils m’offensent en comptant sur lui, mais pour dilater leur âme dans la charité et dans la considération de ma Bonté. C’est eux qui en usent à contre-sens, quand ils s’autorisent de l’espérance qu’ils ont en ma miséricorde, pour m’offenser. Je ne les en conserve pas moins dans l’espérance de la miséricorde, pour qu’au dernier moment ils aient à quoi se rattacher, qui les empêche de succomber sous le remords, en s’abandonnant au désespoir. Car le péché de la désespérance m’offense davantage et leur est plus mortel, que tous les autres péchés qu’ils ont commis dans le cours de leur existence.

Les autres péchés, en effet, ils les commettent par un entraînement de la sensualité propre ; parfois même ils en éprouvent du regret, et ils pensent en concevoir un repentir qui leur obtienne le pardon. Mais au péché de désespoir, comment trouver une excuse dans la fragilité ! Là aucun plaisir qui les y attire ; au contraire, rien qu’une peine intolérable. Dans le désespoir aussi, il y a le mépris de ma Miséricorde, par lequel le pécheur estime son crime plus grand que ma Miséricorde et que ma Bonté. Une fois tombé dans ce péché, il ne se repent plus, il ne s’afflige plus vraiment, comme il doit s’affliger. Il n’a de pleur que pour son propre malheur, il n’en a point pour mon offense. C’est ainsi qu’il tombe dans l’éternelle damnation.

C’est ce crime seul, tu le vois bien, qui le conduit en enfer, où il est châtié tout à la fois pour ce péché et pour les autres qu’il a commis. S’il eut conçu de la douleur et du repentir de l’offense qu’il m’avait faite à Moi, et s’il eut espéré dans ma miséricorde, il eut obtenu le pardon. Car, je te l’ai dit, ma miséricorde est incomparablement plus grande que tous les péchés que peuvent commettre toutes les créatures ensemble : aussi est-ce le plus cruel affront que l’on me puisse faire, que d’estimer que le crime de la créature est plus grand que ma Bonté.