jeudi 20 août 2015

Avertissement de Dieu le Père aux mauvais prêtres (2ème partie) - 20 août 2015



Extraits des chapitre 21 et 23 - 2ème partie du dialogue de sainte Catherine de Sienne


"O très chère fille, je l’avais placé, ce prêtre, sur le pont de la doctrine et de ma Vérité, pour qu’il vous administrât à vous, les voyageurs, les sacrements de la sainte Église. Et le voilà qui est descendu en dessous du pont, il est entré dans le torrent des plaisirs et des misères du monde. C’est là qu’il exerce son ministère, sans s’apercevoir que le flot de la mort va le prendre et l’emporter avec les démons, ses maîtres, qu’il a si bien servis. Il se laisse ainsi aller, sans résistance, au fil de l’eau, dans le courant du fleuve. S’il ne s’arrête, c’est à l’éternelle damnation qu’il va, avec tant de charges et d’accusations contre lui, que ta langue ne le pourrait dire. Plus lourde est sa responsabilité que celle de tout autre. Aussi, la même faute est-elle punie plus sévèrement en lui que dans les hommes du monde. Plus impitoyable aussi est l’accusation que ses ennemis font peser sur lui, quand, au moment de la mort, ils se dressent pour lui reprocher sa vie, comme je te l’ai dit. (...)

Quel n’est pas l’aveuglement de l’homme, et en particulier de ces malheureux ! Plus ils reçurent de moi et plus leur esprit fut éclairé par la sainte Écriture, plus ils avaient d’obligations et plus intolérable par conséquent est leur confusion. Plus ils ont connu la sainte Écriture pendant leur vie, plus à cet instant de la mort, ils voient en pleine évidence les grandes fautes qu’ils ont commises. Ils seront, en outre, condamnés à des tourments plus durs que les autres, comme de leur côté les bons seront plus élevés en gloire. Il leur arrivera comme au faux chrétien qui, dans l’enfer, est plus torturé qu’un païen, parce qu’ il a possédé la foi et n’a pas voulu de sa lumière, tandis que le païen ne l’a jamais eue. Ces malheureux prêtres, eux aussi, pour une même faute, seront punis plus rigoureusement que les autres chrétiens, à cause du ministère que je leur avais confié pour la distribution du Soleil eucharistique, et parce qu’ils possédèrent la lumière de la science, qui leur permettait de discerner la vérité pour eux et pour les autres, s’ils l’avaient voulu. Il est juste qu’ils reçoivent un plus terrible châtiment.

Ils n’y pensent pas, les infortunés ! S’ils faisaient réflexion sur leur état, ils ne tomberaient pas en tous ces malheurs ; ils seraient ce qu’ils doivent être et qu’ils ne sont pas. Par eux le monde entier est corrompu, parce qu’ils font pire que les séculiers eux-mêmes."