lundi 29 juin 2015

Phrase pour le 29 juin 2015



Ce passage des derniers entretiens de Thérèse avec Céline (autour du 15 août 1897, un mois et demi avant la mort de Thérèse) est encore une allusion claire à la présence corporelle de Jésus en Céline, depuis son acte d'offrande à l'amour fait avec Thérèse le 11 juin 1895. (cf. article en onglet Le secret inconnu de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus.)

Elle me raconta ce rêve qu'elle avait eu peu de temps avant sa maladie :
« Vous étiez au bord de la mer avec deux personnes que je ne connaissais pas. Il y en eut une qui proposa de faire une promenade, mais elle et sa compagne étaient très avares, elles dirent qu'il fallait louer un agneau au lieu d'un âne, pour monter toutes les trois dessus, ensemble. Mais quand vous l'avez vu chargé de ces deux personnes, vous avez dit que vous alliez aller à pied.
« Le pauvre agneau s'en allait tout le long des haies n'en pouvant plus et bientôt il tomba épuisé sous son fardeau.
« Alors, au détour d'une route se présenta devant vous un ravissant petit agneau tout blanc qui s'offrait à vous. Vous avez compris alors qu'il vous soutiendrait pendant le voyage de la vie ; puis le petit agneau ajouta : "Tu sais, je veux aussi palpiter en toi..."
- « Après, j'ai compris que c'était la récompense de la charité que vous aviez eue pour ces deux personnes, les ayant supportées sans vous plaindre. C'est pour cela que Jésus lui-même est venu se donner à vous. »