samedi 23 mai 2015

Ste Thérèse de l'Enfant Jésus, la confiance et la vérité




Carnets jaunes

20 juillet 1897
... Le péché mortel ne m'enlèverait pas la confiance.
... Ne pas oublier de raconter l'histoire de la pécheresse (1) surtout ! C'est cela qui prouvera que je ne me trompe pas.

21 juillet 1897
Je n'ai jamais fait comme Pilate qui refusa d'entendre la vérité. J'ai toujours dit au bon Dieu : O mon Dieu, je veux bien vous entendre, je vous en supplie, répondez-moi quand je vous dis humblement : Qu'est-ce que la vérité ? Faites que je voie les choses telles qu'elles sont, que rien ne me jette de poudre aux yeux.
Note :
(1) A plusieurs reprises, Sainte Thérèse insiste sur l'histoire de cette pécheresse et dit de la raconter. Mère Agnès rajoute donc l'histoire dans les novissima verba : "Voici le trait qu'elle me dicta textuellement", écrit-elle.
"Il est rapporté dans la Vie des Pères du désert, que l'un d'eux convertit une pécheresse publique dont les désordres scandalisaient une contrée entière. Cette pécheresse, touchée de la grâce, suivait le saint dans le désert pour accomplir une rigoureuse pénitence, quand, la première nuit du voyage, avant même d'être rendue au lieu de sa retraite, ses liens mortels furent brisés par l'impétuosité de son repentir plein d'amour: et le solitaire vit au même instant son âme portée par les anges dans le sein de Dieu.
"Voilà un exemple bien frappant de ce que je voudrais dire, mais ces choses ne peuvent s'exprimer... "