vendredi 6 mars 2015

Lettre 94 de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus à Céline



J.M.J.T.

Jésus 
 Carmel 14 juillet 89

Ma Céline chérie



Mon âme ne te quitte pas... elle souffre l'exil avec toi !... Oh ! qu'il en coûte de vivre, de rester sur cette terre d'amertume et d'angoisse... Mais demain... dans une heure, nous serons au port, quel bonheur ! Ah ! qu'il fera bon contempler Jésus face à face pendant toute l'éternité ! toujours toujours plus d'amour, toujours des joies plus enivrantes... un bonheur sans nuage !...

Comment donc Jésus a-t-il fait pour détacher ainsi nos âmes de tout le créé ? Ah ! il a frappé un grand coup... mais c'est un coup d'amour. Dieu est admirable, mais surtout il est aimable, aimons-le donc... aimons-le assez pour souffrir pour lui tout ce qu'il voudra, même les peines de l'âme, les aridités, les angoisses, les froideurs apparentes... ah ! c'est là un grand amour d'aimer Jésus sans sentir la douceur de cet amour... c'est là un martyre... Et bien ! mourons Martyres. Oh ! ma Céline... le doux écho de mon âme, comprends-tu ?... le martyre ignoré, connu de Dieu seul, que l'oeil de la créature ne peut découvrir, martyre sans honneur, sans triomphe... Voilà l'amour poussé jusqu'à l'héroïsme... Mais un jour le Dieu reconnaissant s'écriera : «Maintenant mon tour.» Oh ! que verrons-nous alors ?... Qu'est-ce que c'est que cette vie qui n'aura plus de fin ?... Dieu sera l'âme de notre âme... mystère insondable... L'oeil de l'homme n'a point vu la lumière incréée, son oreille n'a pas entendu les incomparables harmonies et son coeur ne peut pressentir ce que Dieu réserve à ceux qu'il aime. Et tout cela arrivera bientôt, oui bientôt, dépêchons-nous de faire notre couronne, tendons la main pour saisir la palme et si nous aimons beaucoup, si nous aimons Jésus avec passion, il ne sera pas assez cruel pour nous laisser longtemps sur cette terre d'exil... Céline, pendant les courts instants qui nous restent ne perdons pas notre temps... sauvons les âmes les âmes, elles se perdent comme des flocons de neige, et Jésus pleure, et nous... nous pensons à notre douleur sans consoler notre fiancé... Oh ! ma Céline, vivons pour les âmes... soyons apôtres... sauvons surtout les âmes des Prêtres, ces âmes devraient être plus transparentes que du cristal... Hélas ! combien de mauvais prêtres, de prêtres qui ne sont pas assez saints... Prions, souffrons pour eux, et au dernier jour Jésus sera reconnaissant. Nous lui donnerons des âmes !...

Céline, comprends-tu le cri de mon coeur ?... Ensemble... Toujours ensemble

Céline et Thérèse de l'Enfant Jésus de la Ste Face.

nov.carm.ind.