samedi 28 mars 2015

Le cardinal Sarah encensé par la porte latine



La porte latine publie un article de la Croix, avec les précautions oratoires habituelles : Note de la rédaction de La Porte Latine : il est bien entendu que les commentaires repris dans la presse extérieure à la FSSPX ne sont en aucun cas une quelconque adhésion à ce qui y est écrit par ailleurs.

L'article de la Croix présente le cardinal Sarah comme un héros, un saint, un intransigeant, quelqu'un de très fiable doctrinalement. Mgr Fellay et l'abbé Bouchacourt diffusent ce venin, sans commentaire, à tous les catholiques de tradition francophones. 

Voici une interview de ce cardinal que nous avons trouvée sur ce lien
Le JDD : Divorces, mariage pour tous, unions libres, familles recomposées… La notion de famille change. Le Vatican vient d'envoyer un questionnaire aux chrétiens du monde entier pour les interroger sur ces questions. L'Église est-elle prête à une plus grande ouverture?
Cardinal Sarah : Mais l'Église est déjà ouverte ! Les divorcés y ont leur place, leurs enfants également. Tout comme les homosexuels, qui doivent être accompagnés dans leur foi. (...)
Commentaire d'Avec l'Immaculée :
Cette réflexion du cardinal ne sonne pas vraiment traditionnel, c'est le moins qu'on puisse dire... Il ne condamne pas ces péchés. Il veut donner aux homosexuels une certaine place dans l'Eglise.

[suit un passage davantage traditionnel où il se pose en défenseur du mariage considéré comme l'union d'un homme et d'une femme. Puis on arrive au passage suivant :]


Le JDD : Mais quel discours politique doit apporter l'Église à un monde en crise?

Cardinal Sarah : L'Église n'est pas là pour donner des solutions. Notre combat, c'est le Christ, notre référence, c'est l'évangile. Je pense que la grande crise que nous traversons est une crise anthropologique. Au temps du Christ, il y avait aussi des problèmes de société importants, de grandes crises. La colonisation de l'Empire romain, par exemple. Le Christ n'a rien dit à ce sujet. Il s'est contenté de donner une image de Dieu, un refus de l'esclavage. Une société sans Dieu, une société sécularisée ne peut répondre aux besoins de l'homme. Le bien-être matériel ne comble pas ses attentes.
Commentaire :
- Il est faux de dire que l'Eglise ne peut pas donner de solutions. Il fallait parler ici du Règne du Christ-Roi et dire en quoi ce Règne consiste (cf. encyclique Quas Primas).
- Il est faux de dire que la crise est anthropologique. Il fallait dire que la crise est une crise de la foi, due au Concile Vatican II et aux autorités de l'Eglise qui ne font plus leur travail de défendre et de prêcher la vérité.
- Le cardinal ne parle pas de la doctrine sociale de l'Eglise, qui pourtant existe.
- Le cardinal semble ignorer qu'il y a deux sources de la Révélation : l'Ecriture sainte et la Tradition. Jésus-Christ parle aussi par la Tradition de l'Eglise. 

Venons-en à l'opinion du cardinal Sarah sur le pape François. La porte latine laisse croire que le cardinal avertit le Pape. Or, voici ce que dit le cardinal Sarah sur ce pape :


Le JDD : [...] Au Vatican, en tout cas, il [François] mène son gouvernement en coupe réglée…

Cardinal Sarah : Il a entrepris des réformes fondamentales, dans le domaine économique notamment. Je pense qu'il va réussir. Je partage vraiment avec lui une aversion pour le carriérisme et la tentation des mondanités.

Le JDD : Cela lui vaut une popularité à toute épreuve…
Cardinal Sarah : Nous en sommes très heureux. Même si je regrette parfois que cet amour soit un peu superficiel. (...)
Commentaire : le cardinal Sarah loue le Pape. Il regrette que le Pape ne soit aimé que d'une façon superficielle...

- Le cardinal Sarah a été nommé archevêque de Conakry par Jean-Paul II, très probablement franc-maçon. 
- Il n'a cessé de recevoir des promotions de Benoît XVI et François. cf. wikipedia)
- Il ne condamne pas Vatican II. 
- Il célèbre la nouvelle messe et présente comme des références doctrinales les papes Jean-Paul II et Benoît XVI, dans la même interview...
Voilà le modèle de piété et de vie intérieure que nous propose la Porte latine. Nous ne pouvons certes pas juger des intentions de ce cardinal qui est peut-être courageux, pieux et sincère... Mais Saint Paul n'a -t-il pas dit : Galates (I, 8-9) : 
"Mais quand nous-mêmes, quand un ange venu du ciel vous annoncerait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!
Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure, si quelqu'un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème!"

Posons-nous la question suivante : ce cardinal annonce-t-il en tous points la même doctrine que Saint Paul ? 

Réponse : Non. Sinon, il attaquerait Vatican II, le faux oecuménisme et la nouvelle messe... 

Le cardinal serait donc déclaré anathème par Saint Paul.

Une autre question se pose donc immédiatement après : La Fraternité Saint Pie X défend-elle la vraie foi ou bien la combat-elle, quand elle propose en modèle un cardinal qui n'a pas la bonne doctrine ?

La réponse est que la Fraternité Saint Pie X combat la foi et est gravement coupable.



Conclusion
Quand une structure publie des articles qui mettent la foi en danger, il faut quitter cette structure avant de se faire contaminer par sa doctrine ambiguë. Ce genre d'article n'est pas le premier, sur la porte latine. Il est coupable de la part des prêtres de la FSSPX de ne pas réagir à ce genre d'article qui présente comme bon pour les âmes, un pasteur dangereux. La petite note préliminaire n'excuse en rien la porte latine pour les mauvaises idées qu'elle diffuse.  L'abbé Bouchacourt est responsable et devra rendre des comptes à Dieu pour ce genre de publication. Il prépare les esprits au ralliement de la FSSPX à Rome, laissant croire de façon mensongère qu'il y a encore des personnes bien pensantes en poste dans l'Eglise occupée, alors qu'il est évident que si une personne est en situation d'autorité à Rome, c'est qu'elle a accepté les hérésies de Vatican II (liberté religieuse etc.), le faux œcuménisme, la nouvelle messe...