jeudi 8 janvier 2015

Extraits des fiorettis de Saint François d'Assise (1)



Saint François d'Assise recevant les stigmates


Comment Saint François enseignait à répondre à frère Léon, qui ne put jamais dire que le contraire de ce que voulait saint François. 

Au commencement de l'ordre, saint François était une fois avec frère Léon dans un couvent où ils n'avaient pas de livres pour dire l'office divin ; quand vint l'heure des Matines, saint François dit a frère Léon : « Mon bien-aimé, nous n'avons pas de bréviaire avec lequel nous puissions dire Matines, mais pour employer le temps à louer Dieu, je parlerai et tu me répondras comme je te l'enseignerai : et prends bien garde de ne pas changer les paroles que je t'enseignerai. Je dirai ceci : « O frère François tu a fait tant de mal et tant de péchés dans le siècle, que tu es digne de l'enfer » ; et toi, frère Léon, tu répondras : « Il est bien vrai que tu mérites le plus profond de l'enfer. » Et frère Léon avec une simplicité de colombe répondit : « Volontiers, père ; commence au nom de Dieu. » Alors saint François commença à dire : « O frère François, tu as fait tant de mal et tant de péchés dans le siècle que tu es digne de l'enfer. » et frère Léon répondit : « Dieu fera par toi tant de bien que tu t'en iras en paradis. » Saint François dit : « Ne parle pas ainsi, frère Léon, mais quand je dirai : " O frère François, tu as commis contre Dieu tant d'iniquités que tu es digne d'être maudit de Dieu" , toi réponds ainsi : "Vraiment, tu es digne d'être mis au nombre des maudits." » Et frère Léon répondit : « Volontiers, père. » Alors saint François, avec beaucoup de larmes et de soupirs et de coups sur sa poitrine, dit à haute voix : « O mon Seigneur, Dieu du ciel et de la terre, j'ai commis contre toi tant d'iniquités et tant de péchés que je suis tout à fait digne d'être maudit de toi. » Et frère Léon répondit : « O frère François, Dieu te rendra tel que parmi les bénis tu seras béni singulièrement. »

Saint François, très étonné que frère Léon répondît le contraire de ce qu'il lui avait ordonné, le reprit en disant: « Pourquoi ne réponds-tu pas comme je te l'enseigne ? Je te commande, au nom de la sainte obéissance de répondre comme je te l'enseignerai. Je parlerai ainsi : "O mauvais petit frère François, penses-tu que Dieu te fera miséricorde, alors que tu as commis tant de péchés contre le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation que tu n'es pas digne de trouver miséricorde ?" Et toi, frère Léon, petite brebis, tu répondras "En aucune manière tu n'es digne de trouver miséricorde". » Mais quand ensuite, saint François dit : « O mauvais petit frère François.... » etc., frère Léon répondit : « Dieu le Père dont la miséricorde est infinie plus que ton péché, te fera grande miséricorde et t'y ajoutera beaucoup de grâces. » 

À cette réponse, saint François doucement irrité et troublé sans impatience, dit à frère Léon : « Pourquoi as-tu la présomption de parler contre l'obéissance, et as-tu déjà tant de fois répondu le contraire de ce que je t'ai ordonné ? » Frère Léon répondit très humblement et respectueusement : « Dieu le sait, mon père, que chaque fois j'ai résolu dans mon cœur de répondre comme tu me l'as commandé ; mais Dieu me fait parler comme il lui plaît et non comme il me plaît. » Saint François s'en étonna et dit à frère Léon : « Je te prie très affectueusement de me répondre cette fois comme je t'ai dit. » Frère Léon répondit : « Parle au nom de Dieu, car certainement je te répondrai cette fois comme tu le veux. » Et Saint François dit en pleurant : « O mauvais petit frère François, penses-tu que Dieu te fasse miséricorde ? » Frère Léon répondit : « Bien plus, tu recevras de grandes grâces de Dieu, et il t'exaltera, et il te glorifiera dans l'éternité, parce que qui s'humilie sera exalté. Et je ne puis dire autre chose, car Dieu parle par ma bouche. » 

Et ainsi en cet humble débat, avec beaucoup de larmes et de consolations spirituelles, il veillèrent jusqu'au jour. 

À la louange du Christ. Amen. 


Chapitre 10 

Comment frère Massée dit à saint François, comme en plaisantant, que tout le monde courait après lui, et comment saint François lui répondit que c'était pour la confusion du monde et par la grâce de Dieu. 

Saint François demeurait une fois au couvent de la Portioncule avec frère Massée de Marignan, homme de grande sainteté et sagesse, et doué de grâce pour parler d Dieu, ce pourquoi saint François l'aimait beaucoup ; un jour que saint François revenait du bois où il avait prié et qu'il était à l'orée du bois, ledit frère Massée voulut éprouver son humilité, alla à sa rencontre et lui dit comme en plaisantant : « Pourquoi à toi ? Pourquoi à toi ? Pourquoi à toi ? » Saint François répondit : Qu'est-ce que tu veux dire ? » Frère Massée dit : « Je dis : pourquoi tout le monde court-il après toi et pourquoi chacun semble-t-il désirer te voir, et t'entendre, et t'obéir ? De corps, tu n'est pas bel homme, tu n'as pas grande science, tu n'es pas noble ; d'où te vient-il donc que tout le monde après toi ? » Entendant cela, saint François, tout réjoui en esprit, leva son visage vers le ciel et resta longtemps l'âme élevée vers Dieu ; puis, rentrant en lui-même, il s'agenouilla et rendit louange et grâce à Dieu ; et dans une grande ferveur d'esprit il se tourna ensuite vers frère Massée et dit : « Tu veux savoir pourquoi à moi ? Tu veux savoir pourquoi à moi, tout le monde me court après ? Cela je tiens de ces yeux de Dieu très haut, qui en tous lieux contemplent les bons et les méchants : car ces yeux très saints n'ont vu parmi les pécheurs que moi ; et comme, pour faire l'œuvre merveilleuse qu'il entendait faire, il n'a pas trouvé sur la terre de plus vile créature, il m'a, pour cette raison, choisi pour confondre la noblesse et la grandeur et la force et la beauté et la science du monde, afin que l'on connaisse que toute vertu et tout bien viennent de lui et non de la créature, et que nul ne puisse se glorifier dans le Seigneur, à qui appartient tout honneur et gloire dan l'éternité. » 

Alors frère Massée, à une si humble réponse, dite avec tant de ferveur, se troubla et reconnut avec certitude que saint François prenait appui sur la vrai humilité. 

À la louange du Christ. Amen. 



Comment saint François préposa frère Massée à l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine, puis l'en déchargea à la prière des autres frères.

Saint François voulut humilier frère Massée, pour que les nombreux dons et grâces que Dieu lui accordait ne le fassentpas s'exalter en vaine gloire, mais le fassent croître de vertu en vertu par la vertu d'humilité ; et une fois qu'il demeurait dans un couvent solitaire avec ses premiers compagnons véritablement saints, parmi lesquels était le dit frère Massée, il dit un jour à frère Massée devant tous ses compagnons : « O frère Massée, tous les compagnons que voici ont la grâce de la contemplation et de l'oraison, mais toi tu as la grâce de la manière de prêcher la parole de Dieu qui satisfait le peuple. Aussi je veux, pour que ceux-ci puissent s'adonner à la contemplation, que tu te charges de l'office de la porte d l'aumône, et de la cuisine ; et quand les autres frères mangeront, tu mangeras hors de la porte du couvent, de façon qu'avant qu'ils ne frappent, tu satisfasses de quelques bonnes paroles de Dieu ceux qui viendront au couvent, et qu'il ne soit nécessaire à personne autre que toi de sortir pour eux. Et cela fais-le par le mérite de la sainte obéissance. » Alors frère Massée retira son capuchon, inclina la tête, reçut humblement cet ordre et l'exécuta pendant plusieurs jours, faisant l'office de la porte, de l'aumône et de la cuisine.
Ses compagnons, en hommes illuminés de Dieu, commencèrent à éprouver dans leurs cœurs de grands regrets, considérant que frère Massée était, autant et plus qu'eux, homme de grande perfection, et que c'était à lui et non à eux qu'était imposée toute la charge du couvent. C'est pourquoi ils allèrent tous, mus par une même volonté, prier le père saint qu'il lui plût de distribuer entre eux ces offices, parce que leur conscience ne pouvait souffrir en aucune façon que frère Massée supportât tant de fatigues. Entendant cela, saint François s'en rapporta à leurs conseils et acquiesça à leurs désirs ; et appelant frère Massée il lui parla ainsi : « Frère Massée, tes compagnons veulent prendre part aux offices que je t'ai imposés, aussi je veux que lesdits offices soient divisés. » Frère Massée dit avec grande humilité et patience : « Père, ce que tu m'imposes, ou en tout ou en partie, je le tiens comme venant entièrement de Dieu. » Alors saint François, voyant la charité de ces frères et l'humilité de frère Massé, leur fit un merveilleux sermon sur la très sainte humilité, leur enseignant que nous devons être d'autant plus humbles que sont plus grands les dons et grâces que Dieu nous accorde, car sans l'humilité, aucune vertu n'est acceptable à Dieu. Et après ce sermon, il repartit les offices avec une très grande charité. 
À la louange du Christ. Amen.