mardi 2 décembre 2014

Neuvaine à l'Immaculée conception - Jour 3



Saint Maximilien Kolbe, 2 décembre 1931, lettre au Père Florian Koziura : Entretiens spirituels inédits, Lethielleux, p. 154-155 :

" (...) je crois que dans chaque nation devrait surgir une cité de l'Immaculée qui permettrait à l'Immaculée d'agir par tous les moyens y compris les plus modernes, car les découvertes devraient d'abord être employées à la servir, que ce soit dans le commerce, l'industrie, le sport, etc., et même la radio, le cinéma, en un mot tout ce qu'on pourrait découvrir et qui pourrait éclairer les esprits et enflammer les cœurs ! 
Mais la caractéristique qui doit imprégner toute notre activité, c'est "à travers l'Immaculée", notre but étant la conquête du monde entier et de chaque âme en particulier à l'Immaculée et, à travers elle, au Cœur très Sacré de Jésus.
La parole imprimée ou transmise sur les ondes de la radio ou bien de la télévision, ou sur l'écran du cinéma, tout cela, il faut l'utiliser pour enseigner à tous et à chacun qui est l'Immaculée, pour répandre l'amour qui lui est dû et surtout raviver cet amour fondamental relevant, non pas du sentiment, mais plutôt d'une volonté qui s'unit à la volonté de l'Immaculée, de même qu'elle a uni intimement sa volonté à la volonté de Dieu, au Cœur de Dieu.
Ainsi l'Immaculé prendra elle-même chaque jour davantage possession des âmes qui lui sont consacrées et à travers nous pénétrera en elles pour les purifier, les embellir et y introduire Jésus."

Texte de la neuvaine - Prière de Saint Pie X, livre bleu p. 217 :

Vierge très sainte, qui avez plu au Seigneur et êtes devenue sa mère, vierge immaculée dans votre corps, dans votre âme, dans votre foi, et dans votre amour, de grâce, regardez avec bienveillance les malheureux qui implorent votre puissante protection. 
Le serpent infernal, contre lequel fut jetée la première malédiction, continue, hélas ! à combattre et à tenter les pauvres fils d'Ève. 
Ô vous, notre mère bénie, notre reine et notre avocate, vous qui avez écrasé la tête de l'ennemi dès le premier instant de votre conception, accueillez nos prières, et, nous vous en conjurons, unis en un seul coeur, présentez-les devant le trône de Dieu, afin que nous ne nous laissions jamais prendre aux embûches qui nous sont tendues, mais que nous arrivions tous au port du salut, et qu'au milieu de tant de périls, l'Église et la société chrétienne chantent encore une fois l'hymne de la délivrance, de la victoire et de la paix. 

Ainsi soit-il.