samedi 15 novembre 2014

Paroles du Père Calmel données par Maunoir et Marguerite

Voici quelques belles citations du Père Calmel données par Maunoir, du forum Christus vincit

 RP Calmel


"Dans la mort vivante où nous voici jetés, notre Mère Marie et nos frères du Ciel nous préserveront de la mort spirituelle et nous obtiendront de faire face.

Nous nous souvenons de ceux qui nous ont précédés, marqués du signe de la Foi et du caractère sacerdotal. Humbles curés des belles campagnes françaises au début du siècle sous la rafale glacée des persécutions de la maçonnerie, magnifiques prêtres-soldats, aumôniers inflexibles sur les champs de batailles hallucinants, petits vicaires de faubourgs, abbés de patronages, prédicateurs de mon ordre indifférents à la spécialisation des auditoires qui annonciez, infatigables, l’Evangile éternel au tout-venant du peuple fidèle, -immense foule de nos aînés qui avez passés devant nous comme des modèles vivants de sainteté sacerdotale, frères héroïques qui nous montrez la voie, âmes limpides et fortes qui avez toujours cru à votre dignité de prêtre et vous êtes gardés de toute contamination des sophismes d’action catholique, certes votre croix ne fut pas légère et votre ferveur se tint à la mesure de votre croix ; mais du moins aviez-vous le réconfort ordinaire que vous versait à pleines mains la lucidité et la vigueur du Pontife Romain.

…. Prêtres nos aînés, vous qui êtes comblés pour les siècles éternels de la vision face à face de la béatitude infinie, vous souvenant de la sécurité ordinaire qui fut hier votre partage dans l’Eglise militante, obtenez-nous de ne pas nous inquiéter, maintenant que cette espèce de sécurité nous fait défaut. Au delà des fléchissements dans le gouvernement du pape, apprenez-nous à nous établir dans la fermeté de la Tradition qu’il lui est impossible de rejeter positivement par un acte formel de son magistère.

RP Roger-Thomas Calmel, Juillet 1970 


Autres pensées du RP Calmel pour les prêtres de la Réaction

« Notre position n’est tenable que si nous avons une âme de martyrs (…) Ce n’est pas drôle, mais c’est l’amour de Dieu qui nous demande cela : un témoignage aussi dur, aussi usant, avec tous les faux problèmes d’autorité, d’obéissance. C’est l’amour de Dieu qui fait les martyrs, les témoins de la Foi. Notre témoignage, notre combat à nous, c’est de maintenir le rite fidèle. Etre confesseurs de la Foi à notre époque, c’est un grand honneur que Dieu nous fait. Quels que soient nos sentiments de relégation, de déréliction, maintenons ! »

« Le modernisme, c’est le système moderniste, c’est un virus. C’est contagieux, ça se fuit ».

« Surtout dans les temps où l’Eglise est trahie par l’autorité religieuse, l’une des formes les plus subtiles de la désobéissance à Dieu, comme l’un des sophismes les plus habituels de la fameuse recherche de la paix contemplative, consiste à dire plus ou moins consciemment : « mieux vaut obéir aux hommes d’Eglises inconditionnellement que d’obéir à Dieu » et « puisqu’il est difficile de garder la paix de l’âme lorsqu’on accepte de lutter pour rendre témoignage à la Foi et aux sept sacrements, il nous est permis, sous prétexte de conserver la paix intérieure, de capituler en y mettant les formes ; nous sommes donc dispensés de la lutte qui fait les confesseurs ou les martyrs. »

« La foi vivante grandit dans les deux directions de la contemplation et du martyre. »

Paroles ajoutées par Marguerite :

" Le moderniste est un hérétique doublé d'un traître… Savoir que le modernisme garde tout en théologie, mais réinterprète tout ". C'est pourquoi, "il ne faut rien concéder. Etre religieuse maintenant, c'est cela. Ne rien concéder jusqu'au martyre. Il faut garder la ligne très ferme : la bagarre – le martyre. Pas de discours."