jeudi 16 octobre 2014

Rapport de mi-parcours du synode : l'abomination de la désolation


Du 5 au 19 octobre 2014, le pape François a convoqué à Rome, des cardinaux et des évêques du monde entier, mais aussi des représentants des autres religions et des auditeurs laïcs, pour discuter des « défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation ». Un rapport de mi-synode vient d'être publié. Voici quelques extraits scandaleux de ce rapport. Nous rappellerons sous chaque extrait la vraie doctrine de Jésus-Christ et nous réfléchirons que c'est avec ces évêques que Mgr Fellay demande à ses prêtres de fraterniser, de discuter et de faire bon accueil...

Rapport du synode :"14. Jésus Lui-même, en se référant au dessein premier sur le couple humain, réaffirme l'union indissoluble entre l'homme et la femme, tout en comprenant que « en raison de votre dureté de cœur (que) Moise vous a permis de répudier vos femmes ; mais dès l'origine, il n'en fut pas ainsi » (Mt 19,8). De cette manière, Il montre combien la condescendance divine accompagne toujours le chemin de l'homme, l'orientant vers son principe, non sans passer par la croix."

Commentaire :

Ces évêques excusent le divorce en tordant l'enseignement du Christ qui est montré comme condescendant vis-à-vis de cette pratique... Il est sous-entendu que le divorce n'est pas si grave, puisqu'il a été toléré dans le passé sous la loi mosaïque. On oublie que Jésus, qui est Dieu Lui-même l'a dorénavant solennellement interdit : 

Saint Matthieu XIX, v. 7 à 9 :
" Ils lui dirent: " Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit de donner un acte de divorce et de la répudier ? "
Il leur dit: " C'est à cause de votre dureté de cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes: mais, au commencement, il n'en fut pas ainsi.
Or je vous dis que quiconque renvoie sa femme, si ce n'est pour adultère, et en épouse une autre, commet un adultère ; Et celui qui épouse une femme renvoyée se rend adultère. "
Note de la Vulgate de 1947 du R.P Eusèbe Tintori o.f.m, décédé en 1955 :
"Jésus-Christ permet le renvoi de la femme dans le cas d'adultère de celle-ci, mais ce renvoi n'implique pas la dissolution du mariage. Jésus en effet déclare adultère l'homme qui, après avoir renvoyé sa femme, en épouse une autre, de même qu'il déclare adultère la femme qui épouse un autre homme après avoir été renvoyée par le sien. Le lien du mariage reste indissoluble et la séparation est seulement permise mais sans la possibilité de contracter un nouveau mariage du vivant des deux époux."

Rapport du synode :" 20. Un discernement spirituel étant donc nécessaire en ce qui concerne les cohabitations et les mariages civils ainsi que pour ce qui est des divorcés « remariés », il appartient à l'Église de reconnaître ces semina Verbi répandus hors des frontières visibles et sacramentelles. En suivant le vaste regard du Christ, dont la lumière éclaire tout homme (cf. Jn 1, 9 ; cf. Gaudium et Spes, 22), l'Église se tourne avec respect vers ceux qui participent à sa vie de manière incomplète et imparfaite, appréciant plus les valeurs positives qu'ils conservent que leurs limites et leurs manquements."
Commentaire :
Ce passage est tout simplement scandaleux au sens plénier du terme, c'est-à-dire qu'il incite au péché. Le concubinage et l'adultère sont présentés comme respectables. Toutes les situations décrites dans ce paragraphe sont des situations de péché mortel objectif. Si les personnes qui vivent ainsi savent que c'est un péché mortel et meurent sans s'en repentir, elles vont en enfer. Pour toujours. Voilà le vrai discernement. Il faut avertir les âmes qu'elles sont en grave danger de damnation.

Rapport du synode : "50. Les personnes homosexuelles ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne: sommes-nous en mesure d’accueillir ces personnes en leur garantissant un espace de fraternité dans nos communautés ? Souvent elles souhaitent rencontrer une Église qui soit une maison accueillante. Nos communautés peuvent-elles l’être en acceptant et en appréciant leur orientation sexuelle, sans compromettre la doctrine catholique sur la famille et le mariage ?" [...]
52. Sans nier les problématiques morales liées aux unions homosexuelles, on prend acte qu’il existe des cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires.[...]"
Commentaire :
Apocalypse XXII, 11-15 :
Que celui qui est injuste fasse encore le mal ; que l'impur se souille encore; que le juste pratique encore la justice, et que le saint se sanctifie encore.
Et voici que je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon son oeuvre.
Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d'avoir droit à l'arbre de la vie, et afin d'entrer dans la ville par les portes !
Dehors les chiens, les magiciens, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime le mensonge et s'y adonne !

Genèse, chapitre XVIII, v.20 :
"Et Yahweh dit: " Le cri qui s'élève de Sodome et de Gomorrhe est bien fort, et leur péché bien énorme."

I Corinthiens VI, 9 - 10 : 
Ne savez-vous pas que les injustes ne posséderont point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez point: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les avares, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les rapaces ne posséderont le royaume de Dieu.

Ce passage de Saint Paul condamne à la fois l'adultère et l'homosexualité et montre que les personnes qui pratiquent ce péché vont en enfer. 

Quant aux personnes qui ont une orientation homosexuelle et ne pratiquent pas ce péché, c'est une infirmité et non une richesse et cela étant une occasion de scandale, il ne faut pas les présenter comme une valeur à la communauté chrétienne. En effet, la seule richesse de la communauté chrétienne est de vivre selon la loi du Christ c'est-à-dire selon le mode d'emploi qu'il a donné à l'homme pour accomplir son salut. C'est Dieu qui a fixé à ses créatures les règles de vie qu'elles doivent suivre pour trouver le bonheur du ciel. Toute mise en valeur d'orientations s'éloignant gravement de ces règles et menant donc au péché mortel, si elles sont suivies, est gravissime. 

Le seul vrai épanouissement sur la terre sera de vivre des règles données par le Christ, de les aimer. C'est un devoir grave de les défendre si elles sont attaquées.