samedi 9 août 2014

Abbé Chazal - 2 février 2014 : la Purification de la Sainte Vierge (3ème jour neuvaine)


La Purification de Notre-Dame

abbé Chazal






"On peut se demander comment l’Eglise peut en même temps nous répéter que la Sainte Vierge est pure et immaculée et célébrer aujourd’hui la fête de sa Purification. Cela semble être une contradiction. La purification demandée par Notre Seigneur à Moïse est pour nous rappeler que nous sommes tous conçus dans le péché. Mais comment Notre-Dame aurait-elle pu être conçue dans le péché comme la mère de David ? Cette mère dont David dit : Et in peccatis concepit me Mater mea. Ce qui signifie : Et ma mère m’a conçu dans le péché.

C’est essentiellement pour notre purification. De même que lorsque Notre-Seigneur fut baptisé, c’était pour purifier les eaux et leur donner le pouvoir de baptiser. La Sainte Vierge fait la démonstration […] de sa pureté. La pureté n’est pas tant de refuser d’être purifiée en même temps que nous. [Elle a fait cet acte] de telle façon qu’à notre tour nous soyons purifiés, elle étant toujours pure. Tout comme Notre-Seigneur, sans péché, qui « a été fait péché pour nous » (épître aux Corinthiens). Il a été maudit pour nous, il a pris la honte du péché tout en étant innocent…

C’est si magnifique de voir notre sainte Mère se purifiant elle-même pour nous, pour nous en faire part.

C’est aussi un témoignage de son humilité. Car pour Dieu, rien n’est plus sale et nauséabond que l’orgueil. [...] Et Job a dit : Dieu trouve des péchés même dans ses anges.

La Sainte Vierge n’est pas inaccessible dans sa pureté. Certaines femmes qui se rendent très pures ont tendance parfois à être inapprochables, mystérieuses… Notre-Dame est toute simple, alors que nous avons un esprit double, nous demandant toujours, dans nos actions qui servent Dieu et notre prochain, si elles vont nous profiter. Nos intentions ne sont presque jamais pures. Ce sont comme des bougies de mauvaise qualité à la paraffine faisant beaucoup de suie comparée à des bougies de bonne qualité de pure cire d’abeille, ayant une bonne odeur. 

C’était la prière de Saint Ignace : « Ô mon Dieu, je vous demande humblement que vous m’obteniez que toutes mes pensées, actions et intentions soient dirigées uniquement au service et à la louange de votre divine Majesté. » C’est une courte prière magnifique de Saint Ignace. Nous pouvons toujours la dire mais nous ne la mettons pas réellement en pratique… Notre-Dame vivait littéralement cette prière. L’unicité de son intention était parfaite. 

C’est pourquoi, mes chers fidèles, laissons-nous encourager par elle et approchons-nous de la source de la purification. Et éloignons-nous autant qu’il est en notre pouvoir de ce monde souillé. Ce monde si triste et sale. Peut-être rempli de plaisirs… mais sans joies ; ce monde sentimental… mais sans vrai amour ; ce monde rempli d’œuvres d’amour… mais sans l’ardeur brûlante de l’amour. Ce monde est sale, comme la secte des Saducéens qui s’occupèrent un temps du temple. C’était une secte de personnes répugnantes. 

Mais Notre-Seigneur et Notre-Dame s’avancent et ils prennent avec eux quelques personnes au passage : Zacharie, Anne, le bon vieillard Siméon. Ce n’est pas si compliqué que cela : tout ce qu’il faut, c’est tenir dans nos bras l’enfant Jésus. Portons notre Dieu dans notre cœur, particulièrement par la Sainte Communion et la prière d’union. Alors notre purification s’opère, automatiquement. 

Mais ne nous disons jamais purs. Ceux qui se dirent [?] purs furent les Cathares ; une hérésie célèbre du sud de la France. Ils se considéraient si purs dans leurs âmes qu’ils pensaient qu’ils pouvaient être indulgents envers toutes les formes de péché de la chair : [?], immodestie, impureté, fornication, toutes sortes de choses… tout en se considérant très purs. De même les sœurs jansénistes de Port-Royal étaient considérées par ceux qui les visitaient comme pures comme des anges mais orgueilleuses comme des démons. L’Islam est pareil. Il paraît si pur alors qu’il est si froid. Le bouddhisme est pareil c’est un genre de vie très desséchant et sombre. Mais il est trop froid. Il ne remplit pas les âmes. 

La pureté de la Sainte Vierge n’est pas ainsi. C’est une pureté aimable. Ce n’est pas une pureté froide et fière. Elle se purifie pour nous purifier. Elle est si pure que sa Purification est notre purification. Au bout du compte, c’est le feu de sa charité qui est la preuve que sa Purification fut opérante. Elle est une flamme continuelle. Elle est le buisson ardent qu’a contemplé Moïse."


SUB TUUM

Sub tuum praesidium confugimus,
sancta Dei Genitrix.
Nostras deprecationes ne despicias
in necessitatibus,
sed a periculis cunctis
libera nos semper,
Virgo gloriosa et benedicta.

Sous l'abri de votre miséricorde,
nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprisez pas nos prières
dans les épreuves,
mais de tous les dangers
délivrez-nous toujours,
Vierge glorieuse et bénie.