dimanche 13 avril 2014

Pendant que Mgr Fellay nous anesthésie, l'abbé Angles semble s'activer à Rome

Abbé Angles (FSSPX)

Un prêtre de la Résistance nous écrit :
"L'abbé Angles a été aperçu [récemment] à la congrégation pour les religieux, à Rome, lors d'une de ses absences d'Irlande. Il était en clergyman, et son physique ne faisait aucun doute. Un employé de cette congrégation affirme que c’était pour déterminer le statut futur de la Fraternité. Comme l’abbé Angles est le conseiller canonique de Mgr Fellay, je ne vois pas comment [Mgr Fellay] peut dire qu'aucune tractation, publique ou secrète, ne soit en cours avec la Rome actuelle.

Un fidèle affirme par ailleurs qu'une personne d'Irlande très proche de l'Abbé Angles affirmait en 2012 que cet abbé était très occupé par la préparation du futur statut canonique de la Fraternité. 

Il semblerait donc que Mgr Fellay veuille continuer à nous anesthésier par ses interviews ambiguës. Dans sa dernière interview, parue dans le Rocher, il tient des propos assez traditionnels mêlés avec l'affirmation qu'il "faut faire très attention quand on essaye de porter des jugements sur [le pape] parce qu’il n’entre pas dans nos catégories. Il est hors norme. Il est un pape de praxis ". Sous ce faux prétexte, il omet de dénoncer correctement le pape en plusieurs domaines. Et les autres dénonciations qu'il fait sont mauvaises car insuffisantes, mal ciblées. 
Exemple : il relève ainsi que le pape mange kasher au Vatican avec ses amis Juifs :
"S’il éprouve une sympathie envers quelqu’un, tout est permis. Il a reçu ses amis rabbins d’Argentine, il a même partagé un repas « kasher » avec eux à la maison Sainte-Marthe. La photo a été mise sur le site du Congrès juif mondial : l’ambiance est sympathique, on dirait une bande de copains. Peu importe ce que les gens vont penser, ce sont ses amis." 

Au lieu de tenir ces propos atténués, il aurait fallu que Mgr Fellay condamne formellement le pape et explique pourquoi manger kasher avec des Juifs était une trahison, au niveau de la foi. Ce site sur le Kasher explique que l'animal doit avoir été abattu d'une façon rituelle juive. Préparer un repas kasher signifie donc avoir demandé que des prières de la religion juive soient récitées. C'est donc un acte de mauvais œcuménisme, dans l'esprit d'Assise, sans compter qu'il ne faut pas fraterniser avec les ennemis de l'Eglise.

On assiste également dans cette interview du Rocher à la réaffirmation détournée des six conditions édictées par le Chapitre de 2012 : "j’ai cru devoir examiner la proposition romaine en 2011/2012. Maintenant cela serait de la folie. Où vont-ils chercher de telles idées ? Je maintiens par contre qu’il faut essayer de faire tout le bien qu’on peut pour sauver le maximum d’âmes. Tout ce que l’on peut faire de bien à Rome, pourra ensuite redescendre sur toute l’Eglise, et faire du bien à des milliers d’âmes. Il faut essayer. C’est normal, c’est évident."

Donc le principe de Mgr Fellay est qu'il faut continuer de discuter avec Rome en évaluant si la reconnaissance canonique est opportune ou non. Il est donc dans le pragmatisme actuellement et non plus dans le principe  du nullam partem inculqué par Saint Jean et Saint Paul. Le principe normal et évident est le principe du nullam partem qui nous vient des apôtres et fait partie de la Révélation, ce ne sont pas les affirmations que Mgr Fellay fait de sa propre autorité. C'est une fausse tournure d'esprit pragmatique qu'il est en train d'insuffler à toute la Fraternité (il prépare le terrain en inculquant des mauvais principes)... pendant que l'abbé Angles travaille activement au statut canonique de la Fraternité à Rome.

Au lieu de se référer à Mgr Lefebvre, comme il le fait à la fin de l'article, Mgr Fellay ferait mieux d'aller voir ce qu'enseigne la Révélation de foi à ce sujet. De même pour nous, dans la Résistance, il faut veiller à baser notre combat sur l'attachement à Notre-Seigneur avant l'attachement à Mgr Lefebvre. Ce n'est pas par fidélité à Mgr Lefebvre que nous devons aller dans la Résistance. C'est par fidélité à Dieu. C'est pour le suivre dans sa doctrine, pour sa plus grande gloire et pour le salut des âmes.

Romains XVI, 17-18 :
"Je vous prie, mes frères de prendre garde à ceux qui causent parmi vous des divisions et des scandales en s'éloignant de la doctrine que vous avez apprise : ayez soin d'éviter leur compagnie. - Car de tels hommes ne servent point Jésus-Christ Notre-Seigneur, mais leurs appétits grossiers; et par des paroles douces et flatteuses ils séduisent les âmes simples."

St Paul à Tite : Tite, III, 10 : "Évite un homme hérétique après une première et une seconde admonition, sachant qu'un tel homme est perverti et qu'il pèche puisqu'il est condamné par son propre jugement."

II Jean 10 : "Si quelqu’un vient à vous qui ait une doctrine différente, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez même pas. Car celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises."