dimanche 2 février 2014

Réponse de la Congrégation pour la Doctrine de la foi aux Dubia présentés par Mgr Lefebvre du 9 mars 1987

Karl Rahner et l'abbé Ratzinger au concile : 
 deux complices de la destruction de l'Eglise


Pour résumer de façon simple, la congrégation pour la doctrine de la foi dit à Mgr Lefebvre dans cette réponse qu'il interprète à tort le Concile Vatican II  comme une rupture avec la Tradition alors qu'en fait, il est dans la continuité de celle-ci. C'est l'exposition de la doctrine de l'herméneutique de la continuité.

Présentation de cette édition des "dubia", ou des objections contre la conception de la liberté religieuse du Concile Vatican Il.
Le 6 novembre 1985, Mgr Lefebvre avait remis à la Congrégation pour la Doctrine de la foi 39 Dubia concernant Dignitatis Humanae (liberté religieuse).

Le 9 mars 1987, le cardinal Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, a communiqué à Mgr Lefebvre la réponse de cette congrégation :
"A la demande de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, j'ai étudié avec attention un ample dossier élaboré par S.E. Mgr Lefebvre, dans lequel sont présentés un certain nombre de dubia sur la possibilité de concilier la doctrine sur la liberté religieuse du Concile Vatican II et le Magistère antérieur. Déjà, dans les diverses phases de l'élaboration de la Déclaration Dignitatis humanae, cette question avait été très présente et le texte définitif de la Déclaration lui-même, dans son préambule, affirme expressément que "ce Concile du Vatican scrute la tradition sacrée et la sainte doctrine de l'Eglise d'où il tire du neuf en constant accord avec le vieux" (n. 1). De même, par la suite, de nombreuses études théologiques, en commentant la Déclaration conciliaire, ont voulu montrer de quelle manière l'indiscutable nouveauté que représentait ce document était en continuité et en harmonie avec le Magistère antérieur."

Lire toute l'étude sur la la crise intégriste