dimanche 16 février 2014

François veut renforcer le dialogue avec les Juifs

François et les représentants de l'AJC

http://fr.radiovaticana.va/news/2014/02/13/le_pape_souhaite_renforcer_le_dialogue_avec_les_juifs/fr1-772881

Avec l'Immaculée remercie le lecteur qui lui a envoyé cette nouvelle. Pour le premier commentaire, nous nous inspirons d'une réflexion que notre lecteur a faite.

"Devant une délégation de l’American Jewish Committe (AJC), reçue en audience ce jeudi au Vatican, le Pape François a souhaité renforcer le dialogue avec ses « frères aînés » les juifs. Pour le Souverain Pontife, il est important que ce dialogue soit profondément « marqué par la conscience de notre relation avec Dieu ». "
Commentaire d'Avec l'Immaculée : De quel Dieu parle François ? Nous avons une certitude : le Pape ne croit pas en un Dieu catholique. Il l'a dit lui-même dans son interview scandaleuse à La Repubblica
La vérité est que depuis que les Juifs ont crucifié Notre-Seigneur Jésus-Christ qui est Dieu, on ne peut plus dire qu'il ont le même Dieu que nous. On ne peut pas dire : "ils ont quand même Dieu le Père" car Saint Jean affirme I Jn II, 23 :"Quiconque nie le Fils, n'a pas non plus le Père; celui qui confesse le Fils, a aussi le Père.".

Radio Vatican :
"La fondation de ce dialogue est théologique, a rappelé le Pape, et ne doit pas être seulement « une expression de notre désir de respect et d’estime réciproques ».
« Pour que nos efforts ne soient pas vains, a précisé le Pape, il est important de nous engager à transmettre aux nouvelles générations le patrimoine de notre connaissance mutuelle »."
Commentaire d'Avec l'Immaculée : Les Juifs n'ont pas la connaissance du vrai Dieu, nous l'avons vu ci-dessus. Nous n'avons donc rien à apprendre d'eux sur ce point. Demander à ceux qui ont crucifié Jésus-Christ de nous transmettre des connaissances en matière de religion est un péché grave. 

Radio Vatican :
"Le Souverain Pontife a rappelé le « point de référence » dans la relation entre les catholiques et les juifs que constitue la déclaration du concile Vatican II (1962-1965), Nostra Aetate, dont le 50e anniversaire sera commémoré en 2015.
Enfin, le Pape François a demandé aux membres de l’AJC de l’accompagner de leurs prières pour sa visite en Terre Sainte, qui se déroulera en mai prochain. Ce voyage se déroulera 50 ans après le premier déplacement d’un souverain pontife en Terre Sainte, Paul VI (1963-1978) en 1964."
Commentaire  d'Avec l'Immaculée :
Nostra aetate doit être combattu(1).
Rappelons que c'est lors de son voyage en Israël que Jean-Paul II s'est assis sur un trône comportant une croix inversée. 
le 24 mars 2000, Jean-Paul II en Israël

Quels blasphèmes préparent-ils pour cette fois-ci ?
Mon Jésus, pardon et miséricorde, par les mérites de vos Saintes Plaies. 
(Pour en savoir plus sur cette invocation puissante, lire ce site)

Note : Quelques extraits inacceptables de Nostra aetate :

"L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d’agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu’elles diffèrent sous bien des rapports de ce qu’elle-même tient et propose, cependant reflètent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. Toutefois, elle annonce, et elle est tenue d’annoncer sans cesse, le Christ qui est « la voie, la vérité et la vie » (Jn 14, 6), dans lequel les hommes doivent trouver la plénitude de la vie religieuse et dans lequel Dieu s’est réconcilié toutes choses [4]. Elle exhorte donc ses fils pour que, avec prudence et charité, par le dialogue et par la collaboration avec les adeptes d’autres religions, et tout en témoignant de la foi et de la vie chrétiennes, ils reconnaissent, préservent et fassent progresser les valeurs spirituelles, morales et socio-culturelles qui se trouvent en eux. 
[NB : "eux" se rapporte aux adeptes des fausses religions ; le texte anglais de Nostra aetate est clair : The Church, therefore, exhorts her sons, that through dialogue and collaboration with the followers of other religions, carried out with prudence and love and in witness to the Christian faith and life, they recognize, preserve and promote the good things, spiritual and moral, as well as the socio-cultural values found among these men.]
"L’Église regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s’ils sont cachés, comme s’est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers. Bien qu’ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète ; ils honorent sa Mère virginale, Marie, et parfois même l’invoquent avec piété." (...) 

"Du fait d’un si grand patrimoine spirituel, commun aux chrétiens et aux Juifs, le saint Concile veut encourager et recommander la connaissance et l’estime mutuelles, qui naîtront surtout d’études bibliques et théologiques, ainsi que d’un dialogue fraternel. Encore que des autorités juives, avec leurs  partisans, aient poussé à la mort du Christ, ce qui a été commis durant sa Passion ne peut être imputé ni indistinctement à tous les Juifs vivant alors, ni aux Juifs de notre temps. S’il est vrai que l’Église est le nouveau Peuple de Dieu, les Juifs ne doivent pas, pour autant, être présentés comme réprouvés par Dieu ni maudits, comme si cela découlait de la Sainte Écriture."
Commentaire sur ce dernier extrait :
Don Curzio Nitoglia a démontré dans son étude que d'après l'opinion unanime des Pères de l'Eglise (unanimité des Pères = infaillibilité) cette malédiction s'appliquait encore à tous ceux qui adhéraient au judaïsme. Cette malédiction est attachée à l'adhésion à la religion juive et non à la race juive qui peut comporter des personnes bénies de Dieu comme Ratisbonne, par exemple.