samedi 14 décembre 2013

Une élection riche de conséquences - par l'abbé Chazal

Une élection riche de conséquences
par l'abbé Chazal


Il s'agit d'un article de Miles Christi, bulletin de l'abbé Chazal pour l'Asie-Océanie, traduit de l'anglais par Ave Maria, qui a rejoint la résistance il y a quelque temps et que nous sommes heureux d'accueillir parmi nous. Cet article de l'abbé Chazal a été écrit avant la conférence d'octobre de Mgr Fellay à Kansas city. L'abbé Chazal dénonce donc le silence de la direction de la Fraternité saint Pie X qui n'avait quasiment rien dit à l'époque qui n'a été rompu que sept mois après l'élection de François, à Kansas city, en octobre 2013, alors que des scandales énormes avaient pourtant été révélés dès les premiers jours de mars 2013 qui ont suivi l'élection de François. Des citations inédites de François.

- La première chose à considérer, avec l'élection du Pape François, est que sa théologie ne diffère pas de celle de Benoît XVI. Les deux Papes sont amis et ils partagent les mêmes principes modernistes. Mais  déceler le virus du modernisme chez Benoît XVI demande un travail plus approfondi, parce qu'il est étiqueté comme étant de la "Tradition". Chez le Pape François, l’étiquette correspond parfaitement au contenu de la bouteille. Il est ouvertement moderniste et il a la claire intention de détruire les dernières traditions de l'Eglise catholique. 
Après la "Gloire de l'Olivier", nous nous attendions à « Pierre le Romain ». Mais non, les ennemis de l'Eglise ont encore un peu de temps (possiblement jusqu'en 2017) pour achever la crucifixion de l'Eglise. Notre-Dame du Bon Succès et d'autres prophéties prédisent que l'Eglise semblera être complètement anéantie.
- La deuxième conséquence, concernant le microcosme de la Tradition,  est qu'avec un Pape ayant clairement l’intention de détruire la Tradition, les catholiques traditionnels courent moins le risque de croire que Rome retrouve un peu la Tradition. Le Pape Jean XXIII voulait "ouvrir les fenêtres de l'Eglise" ; le Pape François veut une Eglise sans murs. Il veut vraiment des changements spectaculaires et il a commencé immédiatement son œuvre. A peine un mois après son élection, il y a déjà beaucoup à dire...
   ... Mais cela n'empêche pas les chroniques officielles d'être silencieuses. Normalement, le site internet de DICI donne beaucoup de "nouvelles de Rome". SSPX.org [ndlr : le site officiel de la Fsspx aux Etats-Unis] était chargé d'explications, de commentaires et de descriptions sur le processus des élections... Mais maintenant, c'est presque le silence radio total. J'ai demandé à quelques fidèles: "Que dit votre prêtre local de la FSSPX sur le Pape François?" Réponse: "Rien, zéro, absolument rien".
- Si ce silence dure, cela deviendra une preuve évidente d'aveuglement. Le même aveuglement a atteint tous ceux qui ont quitté Mgr Lefebvre dans le passé ; ce refus de voir que Rome a perdu la foi, à cause du désir de réconciliation, d'être régularisés, officiellement acceptés et reconnus prend le pas sur la réalité elle-même, sur ce qui se passe actuellement… Donc tournez la page et accrochez vos ceintures.
- Qui est le Pape François ? Tout d’abord et avant tout, c'est un Jésuite "Novus Ordo", c'est-à-dire plus probablement un démolisseur expérimenté de l'Eglise catholique comme les Jésuites que j'ai rencontrés aux Indes, à l’exception du Père Michael S.S. et du Père Albuquerque S.J. "La corruption des meilleurs est la pire". Nous n'avons pas de preuve que le Cardinal Bergoglio était un franc-maçon. Cependant, il appartient au  Rotary club Argentin.

- Nous pouvons passer en revue ce qu'il a écrit : un livre sur le dialogue entre Fidel Castro, le communiste Cubain, et Jean-Paul II. Tout aussi intéressant, il a écrit un livre [ndlr : Sur la terre comme au ciel] en collaboration avec un rabbin Juif, le Rabbin Skorka. Là, on peut lire tout simplement : "Chaque homme est un portrait de Dieu, qu'il soit croyant ou non.  Pour cette seule raison, il possède nombre de vertus, de qualités, de richesses et dans le cas où il possède des qualités moralement basses, ce qui est aussi mon cas, nous pouvons les partager pour nous aider mutuellement  à en venir à bout ensemble"
Et encore une autre : "Je ne dirais pas de lui (d'un athée) que sa vie est condamnée, parce que je suis persuadé que je n'ai pas le droit de prononcer un jugement sur l’honnêteté de la personne".
" Quand je rencontre des athées, [je partage avec eux des points de vue sur des questions humaines,] je ne soulève pas directement le problème de Dieu, [sauf dans les cas où ils veulent en parler avec moi"].
" Le rôle du prêtre est triple : c’est un enseignant, un chef du peuple de Dieu et un président de l'assemblée liturgique".(1)

  - Nous pouvons décrire ses actions qui sont plus fortes que les mots dans son cas, parce que la théorie est de "sortir des sacristies", et de "tendre la main aux gens où qu'ils soient". Le cardinal Bergoglio n'était pas connu pour être un intellectuel... On peut dire que ses actions sont ses mots et vice-versa. Sous sa direction, les séminaires se sont encore davantage vidés et de bonnes relations furent maintenues avec la plupart des partis politiques et toutes les religions. Il a participé plusieurs fois au culte dans des synagogues. Mais, le premier des événements les plus choquant fut quand il s'agenouilla devant un groupe de ministres protestants évangéliques [born-again] pour recevoir leur bénédiction lors de l'un de ses rassemblements interconfessionnels qui se déroulent régulièrement dans son diocèse. Cela se passe alors que des millions de catholiques quittent l'Eglise de l'Amérique du Sud pour toutes sortes de groupes protestants. Dans ces conditions, l'envoi de prêtres dans les bidonvilles pour y vivre ou pour dire la Messe dans des rues ne va pas augmenter la population catholique. Sur la question du mariage homosexuel, le cardinal a évité toute confrontation ou menaces pour empêcher la promulgation de la loi, contrairement aux protestants qui ont mis en place une réelle résistance contre la Théologie de la libération. Un mois après, il est difficile de dire ce qu'il pense et pourtant... le P. Leonardo Boff (un fondateur de la Théologie de la Libération) s'est réjoui de son élection. Comme cardinal, il n'a jamais appuyé ouvertement la théorie du P. Boff, optant pour le mouvement centre-gauche "Communion et Libération". Mais les tendances politiques du Cardinal Bergoglio sont clairement à gauche et ses opposants sont à droite.
        -"Vous avez déjà jugé le Pape François" m'a écrit l'abbé Laisney, il y a quelques jours. Bien. Voyons si, en tant que Pape, ses actions sont pas meilleures que celles qu'il a faites en tant que cardinal. Son élection a été saluée par la CNN, la BBC et les média du monde entier. Les Cardinaux Mahoney et Kasper ont dit qu'ils avaient voté pour lui. Hans Kung et Leonardo Boff (un fondateur de la Théologie de la Libération) se sont réjouis de son élection tout comme le B'nai B'rith, les rabbins, le Grand Orient d'Italie qui lui a consacré une page sur son site. Nous savons maintenant que 50 voix ont été réunies en sa faveur au précédent conclave. Il était, en effet, le favori de la gauche (alors que le cardinal Ratzinger avait réuni 70 voix).
        - Le Pape a rejeté les insignes pontificaux et, du balcon de Saint Pierre de Rome, a béni les gens sans le signe de la Croix. Il a poursuivi en disant des choses étranges comme "Bénissez-moi" ou, devant 5 000 journalistes : "Je ne vous bénis pas au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit parce que beaucoup d'entre vous ne sont pas catholiques". La Messe d'intronisation fut complètement d'une autre religion. Vous pouvez la voir sur You tube. Elle a commencé par une prière œcuménique avec le Patriarche schismatique (portant ses ornements liturgiques), des femmes (sans voile), ont fait quelques lectures, les religions du monde (Bouddhistes, Musulmans, Juifs, Hindous) étaient du côté évangile juste au-dessous des Cardinaux, très proches de l'autel, sermon gauchiste, allégeances bâclées de seulement 8 Cardinaux, l’anneau de Paul VI, ornements liturgiques "Novus ordo", aucune génuflexion à la Consécration de l'Hostie, communion pour les pro-avortements et les pro-mariages homosexuels, Pelosi et Joe Biden et pour d'autres, très probablement Francs-Maçons. D'autres détails m'échappent, mais ensuite nous avons ce scandale majeur du Jeudi Saint. Laver les pieds de Musulmans est assez grave mais laver les pieds de deux femmes, qui ont représenté les Apôtres, pourrait évoquer la possibilité de femmes-diacres (comme c'est déjà le cas en Allemagne) ou de femmes-prêtres. Plusieurs textes et allocutions sont vraiment orientés vers le modernisme. Ils nous enseignent que François est son propre maître et qu'il réalisera ses desseins. C'est pourquoi, à son tour, le silence de la FSSPX  ré-concilaire est si mauvais.

Note :
(1) Nous n’avons pas trouvé ces citations de François en français. Voici des articles avec le texte des citations en anglais.
Every man is an image of God, be he a believer or not. With that reason alone, he has a number of virtues, qualities, riches. And in the case that he has morally low qualities, as I have as well, we can share them with each other to help us overcome them together.”
I would not tell him that his life is condemned because I am convinced that I have no right to pass judgment on the honesty of the person,” Bergoglio says. “Even less so if he shows me human virtues that make people better and are done in goodwill toward me.”
“When I meet with people who are atheists, I share human issues with them, but I don’t bring up the problem of God right away, except in cases when they bring it up with me,” Bergoglio says.
Bergoglio explains that the priestly role is threefold: to be “a teacher, a leader of the people of God, and president of the liturgical assembly where prayer and worship take place.”