dimanche 8 décembre 2013

Jugement d'une âme condamnée au Purgatoire jusqu'à la fin du monde...si personne ne fait rien pour elle. Mini-retraite 2ème partie

Jugement d'une âme condamnée au Purgatoire jusqu'à la fin du monde...si personne ne fait rien pour elle. 
(mini-retraite 2ème partie)



Sainte Brigitte étant en prières, vit un palais d'une grandeur incommensurable, où se trouvait une multitude d'hommes aux vêtements éclatants. Il y avait sur un trône, en ce palais, comme dans un soleil, un Juge, et la splendeur qui sortait du soleil était incompréhensible en longueur, largeur et profondeur. La très-sainte Vierge était debout auprès de ce soleil.

Un démon terrible à voir et qui marquait en ses gestes être plein d'envie et enflammé d'une grande colère, criait afin de pouvoir tourmenter à son gré un homme qui, vivant encore, n'avait plus que quelques instants à vivre.
« O Juge ! Voyez les oeuvres mauvaises de cet homme, jugez-le, car il lui reste peu de temps à vivre. Et permettez-moi de punir le corps avec l'âme jusqu'à ce que la réparation en soit faite ! »
L'ange gardien de cet homme intervint : « O Juge ! Voici les bonnes oeuvres qu'il a faites jusqu'à cette heure ! »
Le Juge : « Il y a là plus de vices que de vertus. Il n'est pas juste et équitable que le vice soit uni à la souveraine Vertu. »
Le démon : « Il est donc juste que cette âme me soit unie, car elle a quelques vices en elle. De même en moi, il y a toute sorte de méchancetés. »
L'ange : « La Miséricorde de Dieu suit jusqu'au dernier moment de la vie, et après la mort le jugement se fait. Or, en cet homme, l'âme et le corps sont encore unis, et le libre-arbitre et la raison ne l'ont pas encore abandonné. »
Le démon : « L'Écriture dit : vous aimerez Dieu sur toutes choses et le prochain comme vous-même. Voyez donc que toutes les oeuvres de celui-ci sont faites sans amour, et quant aux péchés dont il s'est confessé, c'est avec une très petite contrition ; il mérite l'enfer car il a démérité le Paradis. »
L'ange : « Il a certainement espéré obtenir la contrition avant de mourir. »
Le démon : « La Justice de Dieu, de toute Éternité, veut qu'aucun n'entre au Ciel sans avoir eu la parfaite contrition, laquelle il n'a pas. Il est impossible que Dieu juge contre l'Ordre et la Disposition qu'il a prévus de toute Éternité. Donc, il faut que cette âme soit adjugée à l'enfer, et la joindre avec moi aux peines éternelles. »
L'ange ne sut rien objecter à ces paroles... Et l'on vit une multitude de démons, qui criaient tous à Celui qui était assis sur le trône :
« Nous savons que vous êtes un Dieu en Trois Personnes, sans commencement ni fin ; rien n'a joie sans Vous qui êtes l'Amour et la Miséricorde, mais vous êtes aussi la Justice ; pas une âme sans la contrition n'a obtenu le Ciel. Pourquoi donc, ô Juge, tardez-Vous à nous adjuger cette âme afin que nous la punissions selon ses oeuvres ? »
Soudain, un son éclatant comme une trompette se fit entendre, et une voix prononça ces mots : « Silence ! Écoutez, ô vous, anges !
Prêtez l'oreille aussi, démons ! Entendez ce que dit la Mère de Dieu ! »
Et à l'instant, la divine Marie parut devant le trône du Juge, et là, ayant ouvert les deux côtés de son manteau, on aperçut des femmes, des hommes, des religieux, tous amis de Dieu. Ils criaient d'une même voix, disant : « O Dieu miséricordieux ! Miséricorde pour cette âme ! »

Puis, il se fit un grand silence et l'auguste Vierge parla :
« L'Écriture dit que celui qui a la Foi parfaite peut transporter des montagnes, que peuvent donc faire ces voix des justes qui ont l'Amour ? Que feront les amis de Dieu pour cet homme qui leur a demandé de prier Dieu, afin qu'il pût éviter l'enfer et obtenir le Ciel ? Il les a libéralement secourus, ne demandant d'autre récompense que leurs prières pour obtenir le Ciel. Et moi, j'ajouterai ma prière à leur prière. »

Alors, parla le Juge :
« Pour les prières de ma Mère et de mes amis, cet homme obtiendra avant de mourir la contrition parfaite, de sorte qu'il ne descendra point en enfer ; mais il sera purifié avec ceux qui, ayant commis de grands péchés, endurent de grandes peines dans le Purgatoire. Et cette âme étant purifiée, aura la récompense du Ciel avec ceux qui, sur terre, ont eu la Foi et l'Espérance, avec quelque petite Charité. »
Ces choses étant dites, les démons s'enfuirent.

... Peu après cette vision, sainte Brigitte vit un lieu fort terrible.
C'était une fournaise ardente, large et profonde comme une mer, où le feu n'avait autre chose à brûler que les démons et les âmes toutes vivantes ; et sur cette fournaise, apparut l'âme dont nous avons vu le jugement. Or, les pieds de cet homme étaient comme attachés à la fournaise et le feu se poussait vers eux, ainsi que l'eau poussée en haut par le tuyau, de sorte que ses pores étaient comme des veines ouvertes d'où sortait le feu. Ses yeux étaient enfoncés, ses dents comme des clous de fer attachés au palais, ses bras étaient si étendus qu'ils allaient jusqu'aux pieds, et de ses mains s'égouttait une poix ardente. De la peau, qui semblait être sur l'âme comme sur un corps, procédait une puanteur si horrible qu'on ne saurait la comparer à la plus infecte, à la plus pernicieuse puanteur. 
Ayant donc vu cette effroyable calamité, sainte Brigitte entendit la voix de cet homme, qui criait avec un déluge de larmes :
« Malheur ! Malheur ! Malheur ! Malheur que j'aie aimé si peu Dieu pour ses grandes Perfections et les Grâces dont II me comblait ! Malheur que je n'aie pas considéré la Passion qu'il souffrit avec un grand Amour pour l'homme ! Malheur à moi de n'avoir pas craint sa justice comme je le devais ! Malheur à moi d'avoir aimé les plaisirs de mon corps qui m'ont conduit au péché ! Malheur à moi pour mon orgueil et mon ambition des richesses ! Malheur à moi de vous avoir connus, ô Louis et Jeanne ! »
L'ange dit à sainte Brigitte : « L'enfer brûle de telle sorte que, si tout ce qui est au monde brûlait, i l n'entrerait pas en comparaison de la violence de ce feu. On entend de cette fournaise sortir d'horribles voix, toutes contre Dieu, et toutes commencent par : Malheur ! et finissent par : Malheur ! Le supplice de cet homme au-dessus de l'enfer est très cruel et doit durer jusqu'à la fin du monde, s'il n'est pas secouru par ses amis. »
Et avec force, l'ange ajouta : « Béni soit celui qui, étant sur terre, vient au secours des âmes par ses prières, ses œuvres et par le travail de son corps. La Justice de Dieu ne peut mentir, elle dit que les âmes peuvent être soulagées et affranchies par ces moyens. »
En ce moment, on entendit plusieurs voix qui, du Purgatoire, suppliaient lamentablement : « O Seigneur Jésus-Christ ! Juste Juge !, imploraient-elles, envoyez votre Amour et votre Charité en ceux qui vivent au monde. Que Dieu récompense ceux qui nous envoient du secours ! »
Précieux recueil de spiritualité, p. 595 à 598, éditions DFT.

Conclusion :
Les saints nous ont révélé à plusieurs reprises que le jour des fêtes de la Sainte Vierge, de plus nombreuses âmes étaient libérées du Purgatoire. Aujourd'hui, profitons-en. Offrons comme cadeau à la sainte Vierge de nombreuses âmes. Rien ne saurait lui faire davantage plaisir. Ces âmes seront nos amies et nous donneront des grâces en retour. (Prières pour sauver des âmes au prochain article.)