jeudi 21 novembre 2013

Quelle attitude avoir vis-à-vis de Vatican II ?

Quelle attitude avoir vis-à-vis de Vatican II?





Avec l'Immaculée soutient la Sapinière dans l'analyse qu'elle fait  dans son article sur l'attitude à avoir vis-à-vis de Vatican IIEn fait, nous voudrions essayer de convaincre ce prêtre qui a écrit à la Sapinière en lui proposant non plus de considérer cette phrase de Mgr Fellay : « Après les discussions, nous nous sommes rendus compte que beaucoup de choses que nous aurions condamné comme issues du Concile en fait ne sont pas issues de lui mais de la commune interprétation qu’on en a fait de lui. »
... mais de considérer Vatican II en lui-même, rien qu'en lui-même : 
Ce concile Vatican II, pris en lui-même, est-il oui ou non acceptable à la lumière de la Tradition
Est-il bon pour l'Eglise ? 
Véhicule-t-il oui ou non des idées maçonniques ? 
Est-il oui ou non, selon les mots même du cardinal Suenens 1789 dans l'Eglise
Est-il oui ou non, selon les mots même de Ratzinger, un contre-syllabus
Si c'est un contre-syllabus, peut-on accepter celui-ci à la lumière de la tradition qui, elle, contient le syllabus ? Si Vatican II est la Révolution française dans l'Eglise, peut-on accepter la Révolution française à la lumière de la tradition ? Si nous disons : oui, ne sommes-nous pas des catholiques libéraux tels que Don Sarda y Salvany les décrit dans son livre Le libéralisme est un péché
Saint Paul n'a-t-il pas dit que si lui-même ou un ange venu du ciel apportait une autre doctrine que celle qu'il avait donnée, qu'il soit anathème ? Le concile Vatican II n'apporte-il pas une autre doctrine que celle de Saint Paul qui a dit que tous les faux dieux des autres religions étaient des démons ? Ne faut-il donc pas anathémiser Paul VI, Jean XXIII et tous ceux qui défendent le Concile ? 
Mgr Fellay a donc tort de dire dans sa déclaration doctrinale du 15 avril 2012 que l'on peut l'accepter à la lumière de la tradition. Il a tort d'essayer d'atténuer le mal que le Concile a fait dans l'interview de CNS. Si l'on veut suivre saint Paul, le Concile Vatican II doit être déclaré anathème, car il apporte une autre doctrine que celle que Saint Paul nous a enseignée...
D'ailleurs, pourquoi Mgr Fellay veut-il discuter avec Benoît XVI et François ? Pourquoi envisage-t-il de se mettre sous l'autorité de ceux qui n'ont pas la bonne doctrine ? Ne désobéit-il pas en cela à Saint Jean qui dit : II Jn I, v. 10-11 : « Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas à la maison et ne le saluez pas. Car celui qui le salue participe à ses œuvres mauvaises. » Se mettre sous l'autorité de quelqu'un qui n'apporte pas la bonne doctrine, n'est-ce pas encore pire que de recevoir cette personne dans sa maison ? N'est-ce pas un péché ? 
Faut-il obéir à Saint Paul et Saint Jean qui écrivent ces paroles inspirées du saint Esprit et dont les écrits font partie de la Révélation, ou bien faut-il obéir à Mgr Fellay qui s'oppose à la Bible ? 
Monsieur l'abbé, si vous aimez la vérité, nous ne doutons pas que vous comprendrez cela et que vous rejoindrez bientôt ouvertement l'abbé Rioult dans son combat pour la vérité. Monsieur l'abbé, qui que vous soyez, nous aimerions bien vous avoir à nos côtés, fervent apôtre de la vérité. Cet appel s'adresse à tous les prêtres qui sont encore dans la Fraternité. Ce faisant, ils sauveront nos âmes et ils sauveront leur âme en même temps, par la même occasion. 
Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. Que signifie cette parole ? Un protestant, un conciliaire, un prêtre de la Fraternité Saint Pierre confessent chacun à leur façon Jésus-Christ... Cette confession suffit-elle ? Plaît-elle vraiment à Notre-Seigneur ? Ne faut-il pas confesser la vérité sans mélange d'erreur, toute entière, sans aucune compromission ou omission pour Lui plaire vraiment entièrement ? Peut-on rester dans la Fraternité et supporter de telles paroles de Mgr Fellay sans avertir les fidèles du danger ?