dimanche 3 novembre 2013

Le commentaire eleison n°328 : une position ambiguë

Le Commentaire Eleison n°328 : une position ambiguë



L'avant-dernier Commentaire eleison (CE) n°328, FSPX en chute, défend des idées ambiguës au plan doctrinal. Ne pas réagir, avec ce que nous avons compris du texte, serait un commencement de compromission. Si nous voulons que la Résistance dure, nous devons la bâtir sur des principes solides et sur la vérité. Si nous voulons que Notre-Seigneur nous bénisse, nous devons fuir les silences diplomatiques. 
Mgr Williamson se réfère à une lettre que nous ne connaissons pas et qu'il résume en quelques lignes. Nous ne travaillerons donc pas sur la lettre (qui est peut-être bonne, si elle fait des distinguos suffisants) mais sur le résumé qui est fait de la lettre. Mgr Williamson dit qu'il souhaite une alliance pour relever la Fraternité et l'Eglise. Plusieurs personnes se sont demandé si cette alliance souhaitée par Mgr Williamson n'était pas mauvaise. Des rapprochements avec le GREC ont été faits sur le forum un évêque s'est levé et sur le forum anglophone cathinfo.  Nous allons donc étudier certaines phrases de ce Commentaire Eleison. 
Citation du Commentaire Eleison :
"Pour la gloire de Dieu et pour le salut des âmes il est important d’analyser pourquoi les 40 glorieuses années de défense de la Foi par la Fraternité St Pie X risquent de toucher à leur fin. Un article et une lettre récemment rédigés peuvent servir dans ce sens, l’article pour analyser la chute de la FSPX, la lettre pour suggérer comment elle pourra ressusciter." (...) [ndlr : il n’y a rien de particulier à relever sur l’article. Nous sautons donc le passage suivant qui en parle] (…) La lettre qui m’est parvenue par courriel suit la même analyse en général mais ajoute une note d’espérance. Le pape François et Mgr Fellay étant qui ils sont, dit l’auteur de la lettre (et on pourrait ajouter que les deux sont des utopistes), les accords entre Rome et la FSPX vont avoir lieu et toute résistance sera écrasée. Si la FSPX tombe, continue-t-il, ce sera parce qu’elle a sous-estimé les laïcs et n’a pas su en profiter pour établir le Règne du Christ Roi dans la société. Il suffira que la FSPX coopère de nouveau avec les laïcs pour établir ce Règne, et voici la note d’espérance : elle réunira et renforcera des catholiques croyants de toute sorte qui ont gardé la Foi malgré ce qu’ils souffrent depuis des années, qu’ils viennent de la Néo-église, d’Ecclesia Dei, des Franciscains de l’Immaculée, de n’importe où. De cette façon, conclut la lettre, la FSPX « par l’action de ceux qui lui seront restés fidèles ne sombrera pas dans le chaos, bien au contraire. » 
À mon avis le cléricalisme (l’erreur de sous-valoriser les laïcs) a été un aspect du problème de la FSPX, mais je suis moins sûr qu’il ait été à la racine du problème.(...) Mais je suis d’accord avec l’auteur de la lettre lorsqu’il entrevoit une nouvelle alliance formée de catholiques venant tôt ou tard de tous les coins de la Néo-église et de l’Église pour maintenir la Foi catholique. [la version anglaise du CE ajoute ici : "cf. (Matth. XIX, 30)" c'est-à-dire : Et beaucoup de premiers seront derniers, et beaucoup de derniers premiers.] Que la FSPX sache secouer ses problèmes actuels pour jouer un rôle de premier rang, non, plutôt un rôle humble, dans cette alliance.
Kyrie eleison. 
Commentaire :
 Il y a plusieurs problèmes dans ce texte 
1) Mgr Williamson parle des catholiques de l'Église conciliaire "qui ont gardé la foi". Or Mgr Tissier de Mallerais a dit que l'Église conciliaire était "une pure gnose" et "une secte". Mgr Tissier de Mallerais dit vrai, il l'a prouvé dans des conférences, des sermons et son livre, l'étrange théologie de Benoît XVI. La théologie de Benoît XVI et de François, c'est celle de la franc-maçonnerie. À la suite des papes Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II, ils travaillent à établir une unique religion mondiale dans l'esprit d'Assise. Comment peut-on donc dire que l'on peut "garder la foi" tout en étant dans l'Église conciliaire ? Les Franciscains de l'Immaculée, même s'ils sont sûrement très pieux, acceptent le Concile maçonnique Vatican II "à la lumière de la Tradition". Les Ecclesia Dei aussi. Quant à la Néo-Église, n'en parlons pas... Tous ces groupements acceptent également "à la lumière de la Tradition" le magistère hérétique. La foi pour eux, est donc "une expérience" et la liberté religieuse et la laïcité sont jugées bonnes. La nouvelle messe est jugée légitime, le nouveau code de droit canon est accepté et appliqué... Alors peut-on dire que ces personnes ont vraiment parfaitement gardé la foi ? 
Y a-t-il vraiment "des catholiques croyants de toute sorte" selon l'expression du Commentaire Eleison ? La foi catholique est une, pourtant. Il est vrai qu'il est possible d'avoir quelques différences quant au rite (maronite, tridentin...) ou quant à des opinions théologiques libres (sédévacantiste ou non)... Mais peut-on considérer comme une opinion libre d'accepter ou non Vatican II ? Peut-on considérer comme une différence légitime de rites le choix entre la messe de Paul VI ou la messe de saint Pie V ? Non. Les Ecclesia Dei, les Franciscains de l'Immaculée et les membres conservateurs de la néo-Église sont touchés par l'hérésie, même s'ils sont de bonne volonté et sont partiellement conscients de la crise de l'Église. Ils en souffrent, tout en étant contaminés malgré eux par les mauvais principes qu'ils acceptent. Leur foi n'est donc pas indemne.

2) on ne sait pas clairement si ces catholiques "qui ont gardé la foi" viendraient dans la néo-Fraternité et quitteraient leur groupement ou bien resteraient comme ils sont. 

Mgr Williamson poursuit ainsi :
De cette façon, conclut la lettre, la FSPX « par l’action de ceux qui lui seront restés fidèles ne sombrera pas dans le chaos, bien au contraire. »
Commentaire :
Ceux qui sont "restés fidèles" à la FSPX sont donc les laïcs de la FSPX résistants internes qui veulent instaurer le Règne du Christ-Roi et qui, pour ce faire, vont "réunir" et "renforcer" les Franciscains de l'Immaculée, les conciliaires conservateurs, les Ecclesia Dei, bref, les "catholiques croyants de toute sorte sorte qui ont gardé la foi".

"De cette façon" : voilà l'expression qui éclaire le sens du texte et explique comment la FSSPX va "ressusciter". La Fraternité saint Pie X, "de cette façon", c'est-à-dire en réunissant et renforçant, (par l'intermédiaire des bons laïcs), les Franciscains de l'Immaculée, les Ecclesia Dei et les conservateurs de la néo-Eglise, va ressusciter! 
Ce sont donc les conciliaires, fédérés par les bons laïcs de la FSSPX, qui vont sauver la Fraternité. Nulle part, il n'est fait mention par Mgr Williamson que ces conciliaires seraient convertis et regretteraient leurs erreurs. Au contraire. Il précise qu'ils ont gardé la foi au sein de l'Église conciliaire. Nulle part, il n'est précisé clairement qu'ils rejoindraient la Fraternité.

Voici la conclusion de ce CE : 
"Mais je suis d’accord avec l’auteur de la lettre lorsqu’il entrevoit une nouvelle alliance formée de catholiques venant tôt ou tard de tous les coins de la Néo-église et de l’Église pour maintenir la Foi catholique. [la version anglaise du CE ajoute ici : "cf. (Matth. XIX, 30)" Et beaucoup de premiers seront derniers, et beaucoup de derniers premiers. ] Que la FSPX sache secouer ses problèmes actuels pour jouer un rôle de premier rang, non, plutôt un rôle humble, dans cette alliance."
Commentaire :
Il s'agit ici d'une fausse humilité car Mgr Williamson précise que ce serait aux conciliaires conservateurs à tenir la première place pour sauver l'Église. La Fraternité viendrait uniquement en second (La Résistance n'existe pas : nous allons être écrasés, prédit la lettre).
Le mot alliance suggère des camps différents qui s'unissent dans un même but. Laissons les Ecclesia Dei sauver la Fraternité et l'Église. Voilà l'espérance que nous propose Mgr Williamson... Vous avez du mal à en croire vos yeux ? Nous aussi. 
Toutes les études doctrinales qui ont été faites depuis 18 mois sur les problèmes de la Fraternité sont balayées d'un revers de main. Il suffit que la Fraternité "secoue ses problèmes actuels", et tout sera rentré dans l'ordre... 

Nous avons compris à présent pourquoi Mgr Williamson n'a jamais dit une seule fois publiquement aux prêtres de la FSSPX qu'il fallait sortir. C'est parce qu'il pense que ce seront ceux qui "seront restés fidèles" à la Fraternité (résistance interne) qui la sauveront et qui sauveront l'Église, tout en restant humblement au second plan, derrière les Franciscains de l'Immaculée et les saint Pierre qui prendront le relais du combat... Après une conversion ? Avec quelle formation? L'ambiguïté est maintenue. Plusieurs fidèles ont compris qu'il n'y avait aucune conversion doctrinale. Nous de même, car d'après Mgr Williamson, ces personnes ont gardé la foi dans l'Église conciliaire. Même Mgr Fellay n'a jamais dit une chose pareille. Cela s'oppose au chapitre 36 du livre de Don Sarda y Salvani, le libéralisme est un péché, préfacé par Mgr Lefebvre.

Conclusion : 
- La "note d'espoir" à laquelle Mgr Williamson donne son accord et telle qu'elle est présentée dans ce CE n°328 n'est qu'une alliance entre libéraux et moins libéraux. 
- On ne peut pas garder la vraie foi tout en acceptant Vatican II, le nouveau magistère etc. à la lumière de la Tradition, comme les Ecclesia Dei et Mgr Fellay.
- On ne doit pas s'enrôler sous une bannière qui n'est pas parfaitement catholique, dit Don Sarda y Salvani, donc il ne faut pas que les meilleurs veuillent se mettre au second plan.
- Les meilleurs (la FSSPX) tels qu'ils sont décrits dans ce CE ne sont pas décrits comme étant revenus de leurs erreurs doctrinales : ils les ont juste "secouées". On ne peut compter sur des semi-libéraux pour nous sauver.
- Ce serait bien que Mgr Williamson fasse un nouveau CE non ambigu pour préciser exactement sa pensée. Ce CE n°328 non corrigé aura une mauvaise influence sur les fidèles et donne déjà lieu à des réflexions libérales chez certains des meilleurs combattants de la première heure. Voici ce qu'on peut lire par exemple sur Un évêque s'est levé :
"ça pourrait vous surprendre mais il y a des personnes qui vont aux messes St Pie V des diocèses (et pas des Ecclesia dei) qui sont plus contre-révolutionnaires et antimodernistes que la FSSPX ou nombre de ses fidèles. Parce qu'ils avalent des couleuvres depuis des années, ils savent ce que sont les conciliaires et leur "religion". Ils feraient de bons bâtisseurs de l'Église des catacombes qui semble être notre avenir. En tout cas plus que ceux qui cherchent à refaire l'Église du passé par nostalgie de ses fastes. Revenir au passé est toujours voué à l'échec, il faut avancer autrement."
- On peut répondre que quelqu’un qui va à une messe saint Pie V des diocèses (ou une messe Ecclesia Dei) est un libéral (souvent à son insu, faute de formation) car il accepte, tacitement au moins, de reconnaître Vatican II et le nouveau magistère à la lumière de la Tradition, il accepte "d'être en communion" avec des modernistes et il tait le plus souvent ses critiques légitimes, par obéissance à la hiérarchie hérétique. 
- On n'a pas le droit d'exposer sa foi en avalant des couleuvres de façon répétitive. C'est l'une des raisons pour lesquelles Mgr Lefebvre a dit qu'il ne fallait pas aller aux messes Ecclesia Dei. Ces personnes qui se mettent en occasion de perdre leur foi ne sont donc pas des personnes de confiance.
- L’Église doit retrouver la Tradition qui est, avec la Bible, la source de la Révélation : ce n’est pas être nostalgique du passé que de souhaiter cela ! C'est aimer la vérité.