dimanche 13 octobre 2013

Entretien de soeur Lucie avec le Père Fuentes le 26 décembre 1957

Entretien de soeur Lucie avec le Père Fuentes le 26 décembre 1957

Sœur Lucie en 1946

NB : Nous publions cette discussion très instructive et qui a fait couler beaucoup d'encre. Il faut veiller cependant à ne pas mal interpréter le texte et croire que sœur Lucie fait allusion à la bataille finale de l'Antéchrist. Il ne faut pas séparer ce texte du texte du secret de Fatima. On sait en effet avec certitude (Lucie l'a fait imprimer dans ses mémoires) que le troisième secret se termine par ces mots : "A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et un certain temps de paix sera accordé au monde." Il ne s'agit donc pas de la dernière bataille du temps de l'Antéchrist, mais de la dernière bataille qui doit clore le cinquième âge de l'Eglise et précéder la conversion momentanée du monde, des russes orthodoxes, des musulmans et des juifs, conversion qui fera rentrer triomphalement l'Eglise dans son âge d'or. Saint Louis-Marie Grignon de Monfort parle de cet âge d'or qui sera, dit-il, "un déluge  de feu  du pur amour" :
prière embrasée  de saint Louis-Marie Grignon de Monfort (extrait) :
"16. Le règne spécial de Dieu le Père a duré jusqu’au déluge et a été terminé par un déluge d’eau ; le règne de Jésus-Christ a été terminé par un déluge de sang, mais votre règne, Esprit du Père et du Fils, continue à présent et sera terminé par un déluge de feu, d’amour et de justice.

17. Quand sera que viendra ce déluge de feu du pur amour que vous devez allumer sur toute la terre d’une manière si douce et si véhémente que toutes les nations, les Turcs, les idolâtres et les Juifs même en brûleront et se convertiront ? Non est qui se abscondat a calore ejus [Ps 18, 7]. Accendatur : que ce divin feu que J[ésus-]C[hrist] est venu apporter sur la terre [cf. Lc 12, 49] soit allumé avant que vous allumiez celui de votre colère qui réduira toute la terre en cendre. Emitte Spiritum tuum et creabuntur et renovabis faciem terrae [Ps 103, 30] : envoyez cet Esprit tout de feu sur la terre, pour y créer des prêtres tout de feu, par le ministère desquels la face de la terre soit renouvelée et votre Église réformée." 

Voici donc à présent ce que sœur Lucie a dit au Père Fuentes le 26 décembre 1957 :

« Nul n'en fait cas »
« Je l'ai rencontrée dans son monastère, très triste, pâle, émaciée. Elle me dit : “Père, la Très sainte Vierge est bien triste, car personne ne fait cas de son Message, ni les bons, ni les mauvais. Les bons continuent leur chemin mais sans faire cas du Message. Les mauvais, ne voyant pas tomber sur eux le châtiment de Dieu continuent leur vie de péché sans se soucier du Message. Croyez-moi, Père, Dieu va châtier le monde et ce sera d'une manière terrible. Le châtiment céleste est imminent.

Le Secret non dévoilé
« Que manque-t-il, Père, pour 1960 et qu'arrivera-t-il alors ? Ce sera bien triste pour tous, nullement réjouissant si auparavant le monde ne prie pas et ne fait pas pénitence. Je ne peux donner d'autres détails puisque c'est encore un secret. Seuls le Saint-Père et Monseigneur l'évêque de Fatima pourraient le savoir de par la volonté de la Très sainte Vierge mais ils n'ont pas voulu pour ne pas être influencés.
« C'est la troisième partie du Message de Notre-Dame qui restera secret jusqu'à cette date de 1960.

La Russie, châtiment de Dieu
« Dites-leur, Père, que la Très sainte-Vierge, plusieurs fois, aussi bien à mes cousins François et Jacinthe qu'à moi-même nous a dit : que beaucoup de nations disparaîtront de la surface de la terre, que la Russie sera l'instrument du châtiment de Dieu pour tout le monde (les nations) si nous n'obtenons pas la conversion de cette pauvre nation. (…)

« La bataille décisive » entre Marie et Satan
La défection des âmes consacrées et des prêtres
« Sœur Lucie me disait aussi : “Père, le démon est en train de livrer une bataille décisive avec la Vierge, et comme il sait ce qui offense le plus Dieu et qui en peu de temps lui fera gagner le plus grand nombre d'âmes, il fait tout pour gagner les âmes consacrées à Dieu, car de cette manière il laisse le champ des âmes désemparé et ainsi s'en emparera plus facilement.

Ce qui sanctifia Jacinthe et François
« Dites-leur aussi que mes cousins François et Jacinthe se sont sacrifiés parce qu'ils ont toujours vu la Très sainte Vierge très triste en toutes ses apparitions. Elle n'a jamais souri avec nous et cette tristesse, cette angoisse que nous remarquions chez Elle, à cause des offenses à Dieu et des châtiments qui menacent les pécheurs nous arrivait à l'âme et nous ne savions qu'imaginer en notre petite imagination enfantine comme moyens pour prier et faire des sacrifices (…).
« L'autre chose qui sanctifia les enfants vint de la vision de l'enfer (…).

La Mission de Sœur Lucie
« Voilà pourquoi, Père, ma mission n'est pas d'indiquer au monde les châtiments matériels qui arriveront certainement si le monde ne prie pas et ne fait pas pénitence. Non. Ma mission est d'indiquer à tous l'imminent danger où nous sommes de perdre notre âme à jamais si nous restons obstinés dans le péché.

L'urgence de la conversion
« Père –me disait encore Lucie– n'attendons pas que vienne de Rome, un appel à la pénitence de la part du Saint-Père pour tout le monde ; n'attendons pas non plus qu'il vienne de nos évêques dans leur diocèse, ni non plus des Congrégations religieuses. Non. Notre-Seigneur a déjà utilisé bien souvent ces moyens et le monde n'en a pas fait cas. Maintenant il faut que chacun de nous commence lui-même sa propre réforme ; il doit sauver non seulement son âme, mais aussi toutes les âmes que Dieu a placées sur son chemin. (…)

Les derniers temps du monde
« Père, la Très sainte Vierge ne m'a pas dit que nous sommes dans les derniers temps du monde, mais Elle me l'a fait voir pour trois motifs : le premier parce qu'Elle m'a dit que le démon est en train de livrer une bataille décisive avec la Vierge et une bataille décisive est une bataille finale où l'on saura de quel côté est la victoire, de quel côté la défaite. Aussi, dès à présent, ou nous sommes à Dieu ou nous sommes au démon ; il n'y a pas de moyen terme.
« Le second parce qu'Elle a dit, aussi bien à mes cousins qu'à moi-même, que Dieu donnait les deux derniers remèdes au monde : le Saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, et ceux-ci étant les deux derniers remèdes cela signifie que ce sont les derniers, qu'il n'y en aura pas d'autres.
« Et troisièmement parce que toujours dans les plans de la Divine Providence, lorsque Dieu va châtier le monde, il épuise auparavant tous les autres recours. Or, quand Il a vu que le monde n'a fait cas d'aucun, alors comme nous dirons dans notre façon imparfaite de penser, Il nous offre avec une certaine crainte le dernier moyen de salut, Sa Très Sainte Mère. Car si nous méprisons et repoussons cet ultime moyen, nous n'aurons plus le pardon du Ciel, parce que nous aurons commis un péché que l'Évangile appelle le péché contre l'Esprit-Saint, qui consiste à repousser ouvertement, en toute connaissance et volonté, le salut qu'on nous offre. Souvenons-nous que Jésus-Christ est un bon Fils et qu'Il ne permet pas que nous offensions et méprisions sa Très-Sainte Mère. Nous avons comme témoignage patent l'histoire de plusieurs siècles de l'Église qui par des exemples terribles nous montre comment Notre-Seigneur Jésus-Christ a toujours pris la défense de l'honneur de Sa Mère.

Prière et sacrifice. Le saint Rosaire.
« Deux moyens pour sauver le monde, me disait sœur Lucie : la prière et le sacrifice (…).
« Ensuite le saint Rosaire. Regardez Père, la Très sainte Vierge, en ces derniers temps que nous vivons, a donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire. De telle façon qu'il n'y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel ou surtout spirituel, se référant à la vie personnelle de chacun de nous ou à la vie familiale, familles du monde ou Communautés religieuses ou bien à la vie des peuples et des nations. Il n'y a aucun problème, dis-je, si difficile soit-il, que nous ne puissions résoudre par la prière du Saint-Rosaire. Avec le Saint Rosaire nous nous sauverons, nous nous sanctifierons, nous consolerons Notre-Seigneur et obtiendrons le salut de beaucoup d'âmes.

La dévotion au Cœur Immaculé de Marie
« Enfin, la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, notre Très Sainte Mère, en la considérant comme le siège de la clémence, de la bonté et du pardon, et comme la porte sûre pour entrer au Ciel (…).