samedi 14 septembre 2013

Nouvelles déclarations scandaleuses de François

Nouvelles déclarations scandaleuses de François


Gentiloup, du forum un évêque s'est levé écrit :

Article ci-après, posté par Chouanne, hier, mis en exergue aujourd'hui par mes soins :
Depuis que François est à la tête de l'Eglise conciliaire nous observons des atteintes graves, quasiment quotidiennes à la doctrine de l'Eglise. Hier il prétendait, sous prétexte d'une charité mal ordonnée, que immigrés (la plupart Musulmans) étaient "la chair du Christ". 
Aujourd'hui il répond à un journaliste athée militant qu'il n'est pas nécessaire de se convertir à la religion catholique pour obtenir son salut. Qu'il suffit d'être en accord avec sa conscience. Par contre il stigmatise copieusement «les lenteurs, les infidélités, les erreurs et les péchés qui ont été commis et peuvent encore être commis par ceux qui composent l’Eglise». Les Catholiques, seuls coupables même des mauvaises dispositions des immigrés à s'intégrer. En d'autres termes, c'est au Occidentaux de s'intégrer aux mœurs de ceux qui arrivent sans y avoir été invités.
Et pour clore le tout, il conclut sa lettre à cet athée militant par cette très étrange signature: «avec ma proximité fraternelle, François».
Formule qu'on peut interpréter de différentes façons en raison de celui à qui elle s'adresse, (De quelle fraternité s'agit-il?) mais certainement pas dans le bon sens. GL
_________________________
Chouanne :
Il y aurait encore bien de quoi crier au scandale, voyez par vous-mêmes! 
Le pape répond à l’éditorialiste athée Eugenio Scalfari dans la Repubblica :

Rédaction en ligne

Mis en ligne mercredi 11 septembre 2013, 11h15 

Le pape François répond longuement mercredi dans le quotidien de gauche La Repubblica aux questions posées par un célèbre éditorialiste du journal, athée déclaré, estimant ce dialogue «précieux et dû».
En juillet et août, dans deux éditoriaux, l’intellectuel de gauche et cofondateur de la Repubblica, Eugenio Scalfari, avait posé des questions de fond au pape argentin sur les relations entre la religion et l’homme, la société moderne.
De façon inédite, le pape lui répond sur plusieurs pages dans les colonnes du journal : «La culture moderne fondée sur le siècle des lumières» a souvent accusé «l’Eglise et la culture d’inspiration chrétienne» de représenter «l’obscurantisme de la superstition qui s’oppose à la lumière de la raison. Le temps est désormais arrivé (...) pour un dialogue ouvert et sans préjugé qui peut rouvrir la porte à une rencontre sérieuse et féconde», poursuit le pape, qualifiant ce dialogue de «précieux et dû».
«Je me sens à l’aise en écoutant vos questions et en cherchant avec vous les chemins le long desquels nous pouvons, peut-être, commencer à faire un bout de route ensemble», ajoute François dans cette réponse dont la majeure partie est consacrée à des approfondissements théologiques.
A la question «le Dieu des chrétiens pardonne-t-il ceux qui ne croient pas et ne cherchent pas la foi?», le pape répond par l’affirmative estimant que «le péché, même pour ceux qui n’ont pas la foi, est d’aller à l’encontre de leur propre conscience». 
Dans un paragraphe consacré aux juifs, le pape relève que «dans les terribles épreuves subies au fil des siècles», ces derniers «ont gardé leur foi en Dieu, et pour cela, nous ne leur serons jamais suffisamment reconnaissants, en tant qu’Eglise mais aussi en tant qu’humanité ». 
Le pape reconnaît par ailleurs «les lenteurs, les infidélités, les erreurs et les péchés qui ont été commis et peuvent encore être commis par ceux qui composent l’Eglise» 
signant sa lettre inédite : «avec ma proximité fraternelle, François».
source : lesoir.be

AupiedelaCroix, du forum, commente :

Quand on sait que le cardinalBergoglio était (est peut-être encore?) membre du Rotary de Buenos Aires. Quand on sait que ces clubs sont les antichambres de la Franc-maçonnerie, il y a des questions à se poser sur cette "proximité fraternelle". 

Nous faisons nôtre cette déclaration d'AupiedelaCroix.