mardi 10 septembre 2013

L'abbé Rostand : la collusion avec le modernisme


L'abbé Rostand: la collusion avec le modernisme



Les fidèles de la Tradition se rendent compte que la FSSPX reprend de moins en moins officiellement les fauteurs d’erreurs. C'est en effet difficile si l'on recherche un accord avec ces même fauteurs ! Dorénavant, la FSSPX va même plus loin puisqu’elle participe aux démarches œcuméniques du Saint-Père. La prière pour la Syrie en est un bon exemple. 
Nous allons examiner successivement la démarche de François, puis l'attitude de l'abbé Rostand, supérieur du district des Etats-Unis, et enfin celle de l'abbé Petrucci, supérieur du district d'Italie en accord avec le district de France.

1. Le Pape François prie pour la Syrie, à sa façon.

Le Pape François a eu, en soi, une très bonne idée  : organiser une journée universelle de jeûne et de prière pour la Syrie. Mais le problème est qu’il prie à sa façon, c’est-à-dire que sa prière est imprégnée de faux oecuménisme (en union avec les athées et les fausses religions) et moderniste, basée sur une fausse conception de la paix. De ce fait, elle déplaît donc souverainement à Dieu.

Étudions partiellement le discours de François. (Pour le lire in extenso, c'est sur le site du Vatican) :

"Que pouvons-nous faire pour la paix dans le monde ? Comme le disait le Pape Jean XXIII : À tous incombe la tâche de rétablir les rapports de la vie en société sur les bases de la justice et de l’amour (cf. Pacem in Terris du 11 avril 1963). Qu’une chaîne d’engagement pour la paix unisse tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté ! C’est une forte et pressante invitation que j’adresse à toute l’Église catholique, mais que j’étends à tous les chrétiens d’autres Confessions, aux hommes et aux femmes de chaque Religion, ainsi qu’à ces frères et sœurs qui ne croient pas : la paix est un bien qui dépasse toute barrière, parce qu’elle est un bien de toute l’humanité. Je le répète à haute voix : ce n’est pas la culture de l’affrontement, la culture du conflit qui construit la vie collective dans un peuple et entre les peuples, mais celle-ci : la culture de la rencontre, la culture du dialogue : c’est l’unique voie pour la paix. Que le cri de la paix s’élève pour arriver au cœur de tous et que tous déposent les armes et se laissent guider par le souffle de la paix."

Commentaire d'Avec l'Immaculée :

Le Pape commence par se référer à la mauvaise encyclique Pacem in Terris, louée par les francs-maçons et les communistes (cf. note 1). Dans Pacem in Terris par exemple, la liberté religieuse est affirmée... "Chacun a le droit d'honorer Dieu suivant la juste règle de la conscience et de professer sa religion dans la vie privée et publique", dit cette encyclique hérétique. On ne peut donc se référer à Pacem in Terris comme une autorité. La conception de la paix défendue dans Pacem in Terris plaît aux francs-maçons et aux communistes. Elle ne peut donc plaire à Dieu.

Le pape affirme ensuite "que la paix est un bien qui dépasse toute barrière". Or, la paix ne peut être le bien de ceux qui ne croient pas et qui ont une fausse religion : en effet, n'ayant pas les bases sur lesquelles la bâtir, les athées et les fausses religions ne peuvent la posséder, même s'ils sont de bonne volonté. Ils iront au devant de l'échec car aucune vraie paix n'est possible hors de la vraie doctrine de Jésus-Christ, doctrine qui n'est d'ailleurs même pas défendue par ce pape hérétique. 

Le pape poursuit en affirmant une véritable hérésie : selon lui, l'unique voie pour la paix est le dialogue entre les cultures ! C'est faux! L'unique voie pour la paix est l'instauration du Règne social de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ce n'est pas un dialogue entre la vérité et l'erreur qui résoudra les guerres. Au contraire, celles-ci seront encouragées par ce dialogue, car mettre l'erreur sur le même pied que la vérité, c'est enlever aux hommes les repères de vérité donnés par Dieu et les inciter à un comportement toujours plus erroné ; c'est aussi exciter la colère de Dieu en mettant Bélial sur le même pied que le Christ...  

Comment la Fraternité saint Pie X va-t-elle réagir à ce discours franchement mauvais de François ?


2. L’abbé Rostand, supérieur du District des États-Unis de la FSSPX, uni au Pape

 L'abbé Rostand a décidé de soutenir le pape. Il entraîne la Fraternité saint Pie X dans une compromission toujours plus évidente, avec la bénédiction de Mgr Fellay qui ne lui fait pas retirer de son site cet article scandaleux, qui comporte l'en-tête officiel "District of the US" : Sept 7: a day of Prayer and Penance. Dans cet article, l'abbé Rostand déclare qu'il souhaite s'unir à François pour la journée de prières pour la Syrie. Il écrit :
"Néanmoins nous apprécions l'invitation à prier et à jeûner et nous espérons que non seulement les catholiques mais chacun puisse répondre à l'appel du pape en priant Notre-Seigneur Jésus-Christ et sa mère, la Vierge Marie.

L'abbé Rostand ne dit pas qu'il est nécessaire que "chacun" se convertisse à la vraie religion pour toucher le Cœur de Dieu. C'est probablement trop démodé pour lui. Par cette phrase, il approuve d'une façon ambiguë la prière œcuménique de François. Et qu'il  ne croie pas s'en sortir en disant qu'il a bien précisé qu'il fallait que les non-catholiques prient Jésus et Marie. Cela ne suffit pas . Ex : les orthodoxes. Il est interdit de prier en commun avec eux et pourtant, ils prient Jésus et Marie.

- Afin de ne pas faire trop réagir les fidèles traditionalistes, l’abbé Rostand omet des passages modernistes du discours du pape François comme la référence à Pacem in Terris du "bienheureux" Jean XXIII ou la phrase : "la culture du dialogue : c’est l’unique voie pour la paix"... Il aurait pourtant fallu dénoncer les mauvais passages de ce discours pour préserver la foi catholique.

- Mais l’abbé Rostand ne se contente pas d’omettre des critiques. Il cite un passage moderniste, œcuméniste et inacceptable du discours du pape sans le critiquer le moins du monde, comme si tout allait bien. Il le fait précéder par une réflexion traditionnelle, afin de brouiller les pistes :"Que le pape fasse de ce conflit qui progresse l'occasion de répondre à la requête [de Notre-Dame de Fatima] donnant au monde entier par l'effet de son intervention une preuve renouvelée que l'Église catholique est la seule religion qui possède le pouvoir d'intercession auprès de Dieu et les moyens de salut pour l'humanité." 

Puis il cite, sans aucun commentaire, ce passage scandaleux de François : "Voilà pourquoifrères et sœurs, j’ai décidé d’organiser pour toute l’Église, le 7 septembre prochain, veille de la célébration de la Nativité de Marie, Reine de la Paix, une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient, et dans le monde entier, et j’invite aussi à s’unir à cette initiative, par la manière qu’ils retiendront la plus opportune, les frères chrétiens non catholiques, les adeptes des autres religions, ainsi que les hommes de bonne volonté. "

Pie XI, dans l'encyclique Mortalium animos, condamne sévèrement François et l'abbé Rostand :
Voici un extrait de l’encyclique : "C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission. […] De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.
L’abbé Rostand soutient le pape François. Il l'a approuvé et s'est rendu solidaire de son initiative : il est condamné par les phrases ci-dessus, mises en rouge. L'abbé Rostand s'éloigne donc complètement de la religion divinement révélée. Ce n'est pas nous qui le disons, c'est Pie XI. Qu'on ne vienne plus nous dire que la Fraternité saint Pie X n'a pas changé et continue à mener le bon combat... N'est-ce pas, Monsieur l'abbé de Cacqueray (2)? Qu'on ne vienne pas nous dire non plus que la crise actuelle qui touche la Fraternité est seulement d'ordre prudentiel et ne touche pas la foi... 


3. L’ambiguïté de l'abbé Petrucci, supérieur du District d’Italie de la FSSPX

L'abbé Petrucci, lui, a fait un article bien meilleur qui condamne François et sa prière œcuménique pour la Syrie. Il ne veut pas prier de façon moderniste... L'abbé de Cacqueray a publié cette mise au point sur La porte latine

Il reste cependant une ambiguïté préoccupante : l'abbé Petrucci s'associe à la prière de François le même jour dans ses chapelles. Il annonce : "Pour cette raison, la Fraternité Saint-Pie X ne sera pas présent sur la Place Saint-Pierre le samedi, mais organisera une heure d'adoration devant le Saint Sacrement exposé dans tous ses prieurés italiens de 21 H 00 à 22 H 00."

Or Mortalium animos de Pie XI dit bien qu'il ne faut pas se solidariser des partisans de pareilles doctrines. L'abbé Petrucci a fait ensuite un addendum qui a réparé en partie cette erreur en disant : "Nous invitons tous les catholiques à réparer ce scandale, qui entend mettre sur le même plan tous les cultes, et  nous ajoutons cette intention à celle de la paix dans l’adoration qui aura lieu samedi dans tous nos prieurés."

Mais le problème est qu'il ne fallait pas s'associer du tout à la prière de François pour la paix le même jour. Il reste une ambiguïté. Il fallait dire clairement : "Nous nous désolidarisons entièrement de cette prière coupable organisée par François. Cette prière offense Dieu. Cependant l'idée de prier pour la Syrie était bonne, donc nous la reprenons à notre compte et nous prierons dimanche 8 septembre, dans nos prieurés (et non le samedi 7, jour indiqué par le pape), à cette intention, dans une toute autre optique que le pape, assurés que ce n'est pas la doctrine de Pacem in terris ni le dialogue entre les différentes cultures qui régleront les conflits mais l'instauration du Règne social de Notre-Seigneur Jésus-Christ et la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie faite par le pape en union avec tous les évêques du monde entier." 

Il ne fallait donc pas accepter de prier en même temps que le pape, à sa demande car cela suggérait une certaine solidarité tout en critiquant quand même François. Ambiguïté, ambiguïté quand tu nous tiens !

Le bazar de la FSSPX

Le bulletin interne de la Fraternité s'appelle Cor unum. Y a-t-il encore un seul cœur, une seule âme, une seule voix dans la Fraternité saint Pie X ? Non. Entre l'abbé Rostand et les abbés Petrucci et de Cacqueray, il y a une différence. Et entre Mortalium animos et les abbés Petrucci et de Cacqueray, il y en a une autre : "La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée." (Mortalium animos). Il ne fallait pas du tout se solidariser avec la prière blasphématoire de François. 

Et les évêques de la Fraternité ? On ne les a pas entendus sur ce sujet. Mgr Tissier de Mallerais n'a-t-il pas vu ce qui est écrit sur le site des États-Unis ? Va-t-il laisser cet article sans réagir ? Ne parlons même pas de Mgr Fellay qui, peut-être, négocie en ce moment, dans notre dos, avec Mgr Pozzo. (3)

Note :

(1) Appréciations des francs-maçons et des communistes sur Pacem in terris. Nous avons trouvé ces citations intéressantes sur le site la-foi (site sédévacantiste) :

Appréciation des francs-maçons : 
Le Rapporteur (El Informador), édition du 4 Juin 1963 :
« La Grande Loge d’Occident mexicaine des maçons libres et acceptés, à l'occasion de la mort de Jean XXIII, fait part de sa tristesse pour la disparition de ce grand homme qui révolutionna les idées, les pensées, et les formes de la liturgie catholique romaine. Ses encycliques Mater et Magistra et Pacem in Terris ont révolutionné les concepts favorisant les droits de l'homme et la liberté. L'humanité a perdu un grand homme, et nous les francs-maçons reconnaissons ses principes élevés, son humanitarisme, et sa personne libérale.
Le 3 Juin, 1963 Guadalajara, Jal., Au Mexique, Dr Jose Guadalupe Zuno Hernandez » 
(cité par le Père Joaquin Arriaga, The New Montinian Church, p. 147)

Appréciation des communistes : 
Le 21 avril 1963, le secrétaire général du Parti communiste britannique, John Gollan, devant les caméras de télévision, le 21 Avril 1963, déclara que "l’encyclique Pacem in Terris [de Jean XXIII] l'avait surpris et réjoui" ; et qu’il avait ainsi "récemment exprimé sa satisfaction la plus sincère au récent 28e Congrès du Parti." (cité par le Père Joaquin Arriaga, The New Montinian Church, Brea, CA., p. 170)

(2) Communiqué de l'abbé de Cacqueray du 7 mars 2013 : "les positions inchangées de la Fraternité ont notamment été rappelées par Mgr Fellay lors de la conférence qu'il a donnée à Nantes le 1er mars dernier et par mon éditorial de la Lettre aux amis et bienfaiteurs du 3 mars."


(3) Entretien accordé par Mgr Bernard Fellay à la revue du district des États-Unis, The Angelus (mai-juin 2013) :
« Le journaliste : Avec le recul, y a-t-il quelque chose que vous auriez fait différemment au cours de l’année passée ?
  Mgr Fellay : […] J’aurais aussi amélioré les communications et j’y ai déjà travaillé. J’ai été paralysé par les fuites. Je ferais les choses autrement maintenant. »

--------------------------

Nous conservons "le corps du délit" au cas où celui-ci viendrait à être modifié (comme cela a été le cas sur le site de la FSSPX du District de Pologne qui annonçait les ordinations des ralliés !) :


September 03, 2013
District of the US

The Holy Father convokes a day of prayer and penance for peace in the Middle East.

The call for peace is certainly a good one. One could wish that the Holy Father would make the connection between peace on earth and fidelity to the divine will and invite people to seek more directly peace from the only One who can give it: Our Lord Jesus Christ, Rex Pacificus. The distinction between legitimate and illegitimate violence is necessary, just as, the distinction between true peace and false peace.
Nonetheless, we appreciate the invitation to pray and fast and we hope that not only Catholics but everyone may respond to the Pope's call by praying to Our Lord Jesus Christ and His Virgin Mother. Indeed it was at Fatima that she declared herself as the Queen of Peace and the one through whom God entrusted all graces.
May the Pope make of this new escalating conflict the occasion to answer her request, giving to the whole world by the effect of Her intervention a renewed proof that the Catholic Church is the only religion to possess the power of intercession with God and the means of salvation for mankind.
Pope Francis has launched a heartfelt appeal for peace in Syria, expressing his pain and concern regarding the conflict and asking the concerned parties and the international community to embark on the path of negotiation, setting aside partisan interests. His plea was made during the Angelus prayer at midday in St. Peter's Square, in the presence of thousands of faithful. We offer below an excerpt of the Holy Father's homily:
“May the plea for peace rise up and touch the heart of everyone so that they may lay down their weapons and let themselves be led by the desire for peace.
“To this end, brothers and sisters, I have decided to proclaim for the whole Church on 7 September next, the vigil of the birth of Mary, Queen of Peace, a day of fasting and prayer for peace in Syria, the Middle East, and throughout the world, and I also invite each person, including our fellow Christians, followers of other religions and all men of good will, to participate, in whatever way they can, in this initiative.
“On 7 September, in Saint Peter’s Square, here, from 7 p.m. until 12 a.m. we will gather in prayer and in a spirit of penance, invoking God’s great gift of peace upon the beloved nation of Syria and upon each situation of conflict and violence around the world. Humanity needs to see these gestures of peace and to hear words of hope and peace! I ask all the local churches, in addition to fasting, that they gather to pray for this intention.
“Let us ask Mary to help us to respond to violence, to conflict and to war, with the power of dialogue, reconciliation and love. She is our mother: may she help us to find peace; all of us are her children! Help us, Mary, to overcome this most difficult moment and to dedicate ourselves each day to building in every situation an authentic culture of encounter and peace. Mary, Queen of Peace, pray for us!”

Vatican City, September 1, 2013 (VIS)