mardi 9 juillet 2013

C'était prévisible...Les bruits reprennent : sacres, rupture avec Rome...

C'était prévisible... Les bruits reprennent :
sacres, rupture avec Rome...


Jupiter brandissant la foudre ?... 
Ou Mgr Müller jouant au méchant ?

Dans notre article commentant la déclaration des trois évêques faussement énergique et faussement traditionnelle du 27 juin 2013, nous envisagions la probabilité que Rome, qui est complice de Mgr Fellay, comme nous l'avons déjà prouvé à plusieurs reprises, ne hausse le ton et ne fasse semblant de s'offusquer de cette déclaration, afin de redorer le blason de Mgr Fellay, pour que la Résistance se dise : finalement, Mgr Fellay n'est pas si mal, il semblerait qu'il redevienne traditionnel etc.

Voilà donc que des  bruits de sacres commencent à courir ainsi que des bruits selon lesquels Rome romprait totalement avec nous. Pour l'instant, ce n'est pas Rome qui dit officiellement cela, mais ses amis.

Pour les sacres, ce bruit est peu probable car Mgr Fellay a dit le 20 avril 2013 qu'il se trouvait bien avec trois évêques et qu'il n'envisageait pas de sacres dans l'immédiat. Et si sacres il y avait, de toute façon, cela ne changerait rien pour nous car ce serait des prêtres qui ne se sont pas battus contre les accords qui seraient sacrés, donc personne vraiment de confiance.

Voici un extrait de l'interview de Mgr Fellay du 20 avril 2013 dernier à l'Angelus Press, publiée sur la porte latine :


"Question : (...) L’effectif des fidèles de la Tradition a grandi au cours des 25 dernières années ; cependant et malheureusement le nombre d’évêques de la Fraternité se trouve maintenant réduit à trois. Y a-t-il assez de trois évêques pour assumer le travail ? Faut-il en consacrer davantage ?
Mgr Fellay : Depuis 2009, en effet, nous travaillons avec trois évêques seulement. De toute évidence, cela marche. Il est donc clair que nous pouvons fonctionner avec trois. Il n’y a pas de raison urgente ou de grande nécessité pour en sacrer un autre.
Bien sûr, nous devons nous poser la question de l’avenir, même si actuellement la nécessité n’existe pas. Ma réponse est très simple : quand et si les circonstances qui ont amené Mgr Lefebvre à prendre une telle décision se présentent de nouveau, nous prendrons les mêmes moyens." (Fin de citation)

Quant au bruit selon lequel Rome romprait définitivement avec nous, n'y comptons surtout pas. Ils sont bien trop malins pour nous excommunier et pour rompre avec nous une seconde fois. Ils ont constaté leur erreur. Les sacres nous ont fait grandir et nous ont énormément fortifiés. Ils ne recommenceront jamais cette erreur. 

Au pire Mgr Müller nous lancera un énième faux ultimatum, prétexte pour Mgr Fellay à conclure dans l'urgence un nouvel accord "miraculeux", "véritable miracle de la sainte Vierge". C'est ce qu'ils veulent faire, certainement... Mais à notre avis, pour qu'ils osent le faire, ils attendent que la Fraternité soit de nouveau pacifiée et stabilisée, ce qui n'est pas le cas. 

Pour l'instant, leur objectif est de ressouder les rangs autour de Mgr Fellay, ce qui n'est pas le cas et ce qui est justement l'objet de la manœuvre actuelle... Nous aurons donc plus probablement une menace non suivie d'effets, ou même rien du tout que ce bruit.

Questions pour la Résistance :

- Pourquoi selon vous, Mgr Fellay a-t-il fait sa déclaration du 27 juin dernier ? 
- Pourquoi pensez-vous que les francs-maçons font courir ces bruits faux qui font passer comme un frisson  de délicieux suspense  sur l'échine de tous les anti-accordistes?
Réponse :
C'est parce que nous sommes à la période des mutations  dans la FSSPX et que Menzingen, qui a ses services d'espionnage qui fonctionnent bien, sait qu'il y a des prêtres qui envisagent de quitter bientôt la Fraternité et de rejoindre la Résistance. Par ces manœuvres qui ne lui coûtent rien qu'un peu de papier et de salive, et en utilisant au maximum Mgr Tissier de Mallerais qu'il met en avant tant qu'il peut (cf. sermon des ordinations à Ecône, après celui du pèlerinage de Pentecôte), Mgr Fellay essaye de décourager les prêtres encore hésitants de sortir de la Fraternité en jouant au petit tradi et en s'effaçant un temps derrière Mgr Tissier de Mallerais, chargé d'essayer de recoller les morceaux... Et les francs-maçons aident obligeamment Mgr Fellay par derrière en faisant un petit coup médiatique en son honneur.

Ne prêtons pas l'oreille à ces sirènes mensongères et tenons-nous en raisonnablement aux faits et aux documents publiés :


- les six conditions ridicules et suicidaires publiées le 14 juillet 2012 à la fin du Chapitre général ont-elles été annulées ? 

Réponse : NON, elles n'ont pas été annulées. Au contraire, la première condition a été rappelée le 27 juin 2013, dans le numéro 11 de la Déclaration des trois évêques. Elle a été rappelée également par Mgr Tissier de Mallerais dans son sermon de Pentecôte 2013, lors du pèlerinage.

- La Déclaration du 27 juin dernier a-t-elle affirmé que nous ne pouvions pas accepter le magistère conciliaire à la lumière de la Tradition, parce que les deux étaient totalement inconciliables ?

Réponse : NON. La déclaration s'est contenté de s'offusquer de ce magistère mais n'a rien dit de concret quant à la conduite que nous devions avoir envers lui, en cas d'accord avec Rome. Or, la déclaration du 15 avril 2012 a dit qu'elle acceptait ce mauvais magistère à la lumière de la Tradition, ce qui est complètement impossible : c'est une trahison. Mgr Fellay a sous-entendu clairement dans le cor unum 104 qu'il ne voyait pas le mal qu'il y avait dans cette déclaration du 15 avril 2012, puisque Rome l'avait rejetée le 13 juin... Il n'a rien renié de cette position le 27 juin 2013.

- La Déclaration du 27 juin a-t-elle dit qu'elle rejetait un certain nombre de textes inacceptables du Concile Vatican II ? A-t-elle nommés ceux qui étaient inacceptables, même à la lumière de la tradition ? [ndlr : en fait, il faudrait absolument rejeter Vatican II en entier, mais  cela serait déjà bien si Mgr Fellay rejetait les textes les pires en les énumérant clairement.]

Réponse : La déclaration du 27 juin n'a rien rejeté. Elle a protesté, critiqué, oui ; mais elle n'a rien rejeté et elle n'a pas dit ce qu'elle ferait  CONCRÈTEMENT vis-à-vis de ces textes, lors d'un futur accord avec Rome.

Rappelons également ce texte capital de la maison généralice publié le 31 octobre 2012 :


traduction de truetrad (Annexe n°4 de la lettre)

 [Que penser de cette affirmation :] à la conférence qu’il a donnée aux prêtres, à Ecône, le 4 [ou 7 ?] septembre 2012, Mgr Fellay a admis qu’il avait fait une erreur... 

[Réponse officielle de Menzingen à cette question :] 

« En fait, le supérieur général a admis qu’il avait été trompé sur un point très précis et très limité. Il essayait de comprendre la position exacte du pape qui, bien que connaissant parfaitement notre profond désaccord sur Vatican II, voulait évidemment nous reconnaître. La réponse [du pape] conjecturée par Mgr Fellay était la suivante : le pape était d’accord pour diminuer l’étendue de l’obligation d’adhérer au concile dans des discussions théologiques concernant des points légitimes et discutés ; c’est seulement après avoir reçu la lettre du Cardinal Levada le 13 juin qu’il devint clair que l’idée d’un concile étant optionnel et pas obligatoire en conscience était fausse. C’est seulement sur ce point que Mgr Fellay a dit qu’il s’était trompé. » 

Donc Mgr Fellay ne dit pas qu'il s'est trompé en écrivant sa déclaration du 15 avril 2012. Il est donc toujours aussi traître qu'au jour où il l'a signée.

- dans le point 9 de la déclaration du 27 juin 2013, les trois évêques ont-ils affirmé que la nouvelle messe n'était pas légitime ?
Réponse : NON, ils ont gardé honteusement le silence sur cette question brûlante et n'ont donc pas mis au clair le terrible problème créé par la déclaration du 15 avril 2012. C'est bien l'aveu implicite qu'ils ne veulent pas rompre avec Rome, qu'ils font toujours des concessions et qu'ils sont enferrés dans l'ambiguïté.

CONCLUSION : Nous devons comprendre que Mgr Fellay veut à tout prix changer l'orientation de la Fraternité, qu'il n'est pas de bonne volonté et qu'il ment comme il respire. Plus que jamais, tenons-nous en aux documents officiellement publiés sur internet par la Fraternité et non pas aux déclarations faites sous le manteau par ces mêmes chefs. Ne nous laissons plus prendre non plus aux bruits que fait courir la franc-maçonnerie, laquelle aime bien jouer à la douche écossaise avec nous : un jet d'eau chaude, un jet d'eau froide... 

Comprenons le but des manœuvres actuelles : paralyser le mouvement de la Résistance qui veut agir en dehors de la Fraternité. L'autre ne dérange pas vraiment Mgr Fellay. Si la Résistance interne de la Fraternité le dérangeait, il renverrait tous les prêtres qu'il sait non accordistes. Or, il ne les renvoie pas. Il fait au contraire tout pour les garder. Pourquoi ? Parce qu'il sait qu'ils ne seront dangereux qu'en dehors de la Fraternité. Dans la Fraternité, ils sont quasiment réduits au silence, cela n'est pas dangereux pour lui. 

Ne nous laissons donc pas prendre. Nous devons reconstruire des bastions où l'on prêche la vérité sans compromission. Pour cela, le seul moyen est que les bons prêtres sortent de la Fraternité, malgré la désapprobation de certains. Qu'importe, ils auront l'approbation de Dieu, qui veut qu'ils soient de vrais apôtres à part entière et qu'ils prêchent librement toute la vérité. 

Chers prêtres, si vous faites cet acte héroïque mais nécessaire, le Bon Dieu vous rendra au centuple ce que vous perdrez pour lui. La seule Résistance qui fait peur à Mgr Fellay, c'est celle qui est en dehors de la Fraternité parce que c'est la seule efficace, c'est la seule que l'on entend, c'est la seule qui libère efficacement du carcan de Menzingen. C'est la seule qui permet de prêcher aux fidèles la vérité sans compromission. Il devient urgent de faire au moins une chapelle en France, comme les Londoniens. Avec l'Immaculée vous aidera en vous publiant et en réclamant de l'argent pour vous.