vendredi 14 juin 2013

Mgr Williamson : 1 sermon et 1 conférence donnés à Singapour

Mgr Williamson : 1 sermon et 1 conférence donnés à Singapour


Résumé en français et petit commentaire par Avec l'Immaculée


Si vous voulez connaître les pensées récentes de Mgr Williamson sur la crise de la Fraternité, c'est sur ces deux liens :

Sermon : 

Conférence : 

Pour résumer brièvement le sermon, Mgr Williamson dit que la situation de la Fraternité et du monde sont très graves.  Il fait une très bonne analyse, très lucide... Mais malheureusement, pour l'instant, il ne propose pas d'action concrète. Il annonce un châtiment et se réfère à Notre-Dame d'Akita. Avec l'Immaculée a décidé d'étudier cette apparition car Mgr Williamson s'y réfère systématiquement. 

Nous sommes bien d'accord, nous aussi, qu'un châtiment va venir sur l'humanité, toutes les prophéties sont unanimes, Ezechiel et l'Apocalypse en parlent clairement. Mais nous pensons cependant que cela ne doit pas nous retenir d'agir  ni de construire, pour sauver le maximum d'âmes possible. 

Nous pensons aussi que l'apparition d'Akita est une apparition d'origine diabolique qui, tout en annonçant une chose vraie (le châtiment), exagère celui-ci et mêle cette annonce avec des affirmations complètement fausses. Nous publierons très prochainement une étude sur Akita. En attendant, vous pouvez déjà lire ce que nous en avons dit sur cathinfo. Dans le fil de cathinfo, il y a d'autres interventions intéressantes sur ce sujet  que nous reprendrons.

La conférence :
Mgr Williamson redit qu'il ne voit pas comment on peut  sauver la Fraternité, car il affirme que le Chapitre est mauvais et que les dernières nominations des supérieurs de district en Autriche et en Allemagne sont des nominations d'hommes aux ordres de Mgr Fellay et à sa dévotion. Mgr Williamson nomme les abbés Nély, Schmidberger, Pfluger, du Chalard, Lorans (et Mgr Fellay, bien sûr) comme ayant la volonté ferme et arrêtée d'emmener la Fraternité saint Pie X vers l'accord avec Rome. Il dit que la plupart des supérieurs de district (il nomme par exemple le supérieur du district d'Australie et l'abbé Couture) sont dévoués à Mgr Fellay et éliront donc un futur supérieur général mauvais. Nous sommes tout à fait d'accord avec lui.

A propos des sacres futurs que la Résistance lui demande de faire (min. 39.10 à 41. 25) : il dit qu'il est bien conscient que la situation est dangereuse et qu'il n'est pas bon de ne faire dépendre l'avenir de la Foi que d'un seul homme. Il dit qu'il est d'accord sur le principe qu'il faut sacrer un jour. Mais pour l'instant, il ne le sent pas. Il préfère attendre. Il est resté dans le vague. Il convient que Mgr Lefebvre, lui, avait Mgr de Castro Mayer qui pouvait sacrer des évêques, s'il mourrait, et que donc, la situation était moins précaire avant 1988 qu'à présent... Mais cependant, il attend pour l'instant parce qu'il dit que cela pourrait mal impressionner les bons prêtres qui restent encore à l'intérieur de la Fraternité parce qu'ils croient encore en elle, qu'il ait l'air de vouloir créer un mouvement à côté. Cette conférence a été prononcée le 5 juin. Donc Mgr Williamson, quelques jours après son commentaire eleison du 1er juin que nous avons commenté, change d'argument pour justifier qu'il ne veut pas faire de structure à côté de la Fraternité ni de sacres (notons aussi que dans son discours du 5 juin, il lie implicitement mais clairement les sacres à la création d'une structure nouvelle - ce qui paraît logique) : il ne présente plus l'argument canonique de Mgr Charrière ni le fait qu'il faudrait une approbation des autorités officielles conciliaires. Il présente à présent un argument diplomatique : ne pas choquer les bons prêtres qui restent à l'intérieur de la Fraternité. 

A notre avis ce n'est pas une bonne raison non plus : premièrement, on ne doit pas mettre la foi en danger pour des raisons diplomatiques ni pour éviter de choquer des gens qui pensent peut-être bien mais qui se taisent coupablement... D'autre part, il est à prouver que ces bons prêtres seraient choqués par des sacres et la création d'une nouvelle structure. Nous pensons qu'au contraire, les bons prêtres qui restent dans la Fraternité y restent en partie parce qu'il voient que Mgr Williamson ne construit pas. A notre avis, ils auraient davantage confiance en Mgr Williamson et ils auraient davantage envie de sortir de la Fraternité s'ils le voyaient entreprenant et s'ils trouvaient en lui un chef, en plus d'un père très clairvoyant, certes, mais étrangement passif alors qu'il reconnaît lui-même qu'il n'y a aucune perspective d'avenir pour la Fraternité. Donc pourquoi attendre ? La question a été laissée en suspens par Mgr Williamson. 

Au plan tactique, Avec l'Immaculée pense qu'il faut sortir de la Fraternité, que Mgr Williamson soit entreprenant ou non, pour ne pas faire le péché de se taire à l'intérieur de la Fraternité. L'action ou l'inaction de Mgr Williamson ne doit pas être un critère de décision dans notre cas actuel. Pourquoi ? Parce que les auteurs spirituels nous enseignent qu'il faut préférer mourir plutôt que de faire un seul péché véniel volontaire. Le péché véniel volontaire ne peut être toléré par un bon chrétien qui veut devenir un saint. La mort, mais pas le péché, disait saint Dominique Savio... Car tout péché, même véniel, est une offense infinie à Dieu qui est l'amour infini.  Or, si les prêtres ne critiquent pas  la déclaration doctrinale, ils font un péché grave. Précisons que ce n'est pas qu'Avec l'Immaculée qui le dit : au moins Fr Pfeiffer, Hewko et Girouard l'ont dit aussi. Donc si les prêtres de la Fraternité Saint Pie X veulent plaire à Dieu en évitant le péché, ils doivent parler à voix haute contre la déclaration du 15 avril 2012. Et comme cet acte entraîne un procès canonique, ils doivent sortir de cette structure perdue qu'est la Fraternité pour garder leur parole libre et garder aussi leur liberté d'apostolat. Pensons par exemple à l'abbé Koller qui s'est fait muter dans un placard. Est-il normal qu'un des prêtres les meilleurs et les plus clairvoyants de la Fraternité se laisse ainsi museler ? Où sont la gloire de Dieu et le salut des âmes dans cette obéissance ? Nulle part. Nous prions spécialement pour lui Monsieur l'abbé Lapraz ces jours-ci. Il faut obtenir du ciel la grâce que l'abbé Lapraz éclaire son meilleur ami sur ce qu'il doit faire.

Autre point intéressant : Mgr Williamson dit que l'abbé de Cacqueray a demandé à Mgr Fellay pourquoi il avait dit que "malheureusement" la Fraternité ne pouvait signer le texte du 13 juin. (cf. lettre de Mgr Fellay au pape du 17 juin 2012, publiée dans le cor unum). Mgr Fellay aurait répondu que c'était juste pour le pape qu'il disait cela (sous-entendu : c'était par diplomatie mais je ne le pensais pas vraiment). Mgr Wiliamson mentionne également le bras de fer de l'abbé de Cacqueray avec Menzingen à propos de l'abbé Pivert que l'abbé de Cacqueray a refusé de sanctionner. Il se demande si l'abbé de Cacqueray aura le courage de continuer à lutter complètement contre Menzingen. Il dit qu'à Menzingen, ils sont rusés et qu'ils vont essayer de calmer le jeu pour éviter que l'abbé ne soit poussé hors de ses gonds. C'est bien possible en effet que cela se passe comme cela, si l'abbé de Cacqueray est sincère. 

A ce sujet, nous rappelons la position d'Avec l'Immaculée : les actions privées de l'abbé de Cacqueray ne peuvent nous influencer, si nous voulons rester rationnels. Nous jugeons uniquement ses actions publiques, officielles et vérifiables sur internet. Pour l'instant, l'abbé de Cacqueray joue sur les deux tableaux et nous sommes désolés de dire qu'il a fait plusieurs compromissions inacceptables qui durent encore (cf. porte latine) et ne sont toujours pas réparées. Tant qu'il n'aura pas rétracté ces actes et demandé pardon publiquement, nous n'aurons pas confiance en lui. S'il demande pardon, nous serons les premiers à en éprouver une grande joie et à l'accueillir parmi nous. (pour plus de détails sur l'abbé de Cacqueray et nos positions à ce sujet, lire l'article :
http://aveclimmaculee.blogspot.fr/2013/06/comment-devons-nous-considerer-les.html )

Certains nous disent : vous avez tort d'attaquer ainsi un bon prêtre. Notre réponse est la suivante : de même que nous critiquons Mgr Fellay lorsqu'il fait de la diplomatie et des compromissions avec le Vatican, nous devons être logiques et critiquer ceux qui font de la diplomatie et des compromissions avec Mgr Fellay. Si nous commençons à taire une partie de la vérité parce que c'est un tel qui le dit, nous sommes perdus. Quelle que soit la personne qui fait une bêtise ou prononce une erreur, nous devons défendre la vérité... surtout quand l'attitude ce cette personne est cause  du silence de plusieurs dizaines de bons prêtres qui sont en train de pécher par omission en se taisant. Pensons aussi qu'à cause du silence de l'abbé de Cacqueray, des milliers de fidèles ne s'éveillent pas et sont en train de boire inconsciemment tous les jours le poison de DICI et de la porte latine. Si nous aimons vraiment l'abbé de Cacqueray, culpabilisons-le. Nous sauverons ainsi peut-être son âme. Si nous le louons, nous le rassurerons alors qu'il mène des âmes à leur perte par son apathie et son double langage. C'est le conseil de saint Ignace (ou plutôt, de la sainte Vierge elle-même) dans le discernement des esprits : le bon ange rassure les scrupuleux mais culpabilise ceux qui sont en état de péché, afin qu'ils aient envie d'en sortir. Les prêtres qui prêchent les retraites nous disent toujours que nous devons imiter le bon ange vis-à-vis de notre prochain. Alors, Monsieur l'abbé de Cacqueray, sachez qu'Avec l'Immaculée aime votre âme et que c'est justement pour cela que nous vous disons la vérité.