jeudi 13 juin 2013

L’abbé Stehlin dans les starting-blocks

L’abbé Stehlin dans les starting-blocks

par Michael


abbé Karl Stehlin

Nous remercions Pelagius Asturiensis et Catarina Top, du Forum Un évêque s’est levé, pour leur travail.

Tous les ans, vers la fin du mois de janvier se réunit le jury du Prix International du Ralliement à Rome (P.I.R.R.) pour récompenser les efforts des accordistes et distinguer une personnalité dont le travail a été remarquable. Les candidats sont de plus en plus nombreux mais le lauréat est unique. D’où une surenchère durant l’année pour tenter de décrocher cette précieuse distinction internationale.

L’abbé Stehlin, Supérieur de la FSSPX pour l’Europe de l’Est, est dans les starting-blocks et semble très motivé. Il pose des actes forts qui, indubitablement devraient marquer le jury.

Premier fait remarquable

L’abbé Stehlin propose d’abord sur la page du site de la FSSPX de Pologne, site sous sa responsabilité, un aperçu des futures ordinations de la fin du mois en mélangeant la FSSPX et les ralliés :

« Europe et USA: Déclaration de l'ordination sacerdotale à la Fraternité St. Pie X et dans les Instituts Ecclesia Dei

Fin juin dans les séminaires de la Fraternité Sacerdotale St. Pie X auront lieu les cérémonies liées à l'attribution des ordres majeurs aux 37 séminaristes, 18 d'entre eux recevront l'ordination sacerdotale, et 19 l'ordination diaconale.

Dans le séminaire de St. Thomas d'Aquin à Winona aux Etats-Unis, [… suit le détail des différents séminaires de la FSSPX]

Dans le même temps, les ordres majeurs seront conférés aussi aux diacres et sous-diacres qui font partie de quelques sociétés, rattachées à la Commission Pontificale Ecclesia Dei.

22 juin à Santissima Trinità dei Pellegrini - l'Eglise romaine de la Fraternité St. Pierre - l'ordination à la prêtrise sera conférée à trois diacres - [un] Italien et deux Australiens de la Congrégation des Fils du Très-Saint-Rédempteur (c'est la première ordination, accordée à cet institut après cinq ans, à partir du moment de l'acquisition du statut canonique et d'abandon de l'ancienne identité de Rédemptoristes Transalpins).

Le 29 juin, dans le séminaire bavarois de la Fraternité St. Pierre de Wigratzbad, l'ordination sacerdotale sera conférée à cinq diacres - quatre Français et un Canadien, et le 1er juillet à Denton au Nebraska, dans le séminaire d’Amérique du Nord de cet institut, l'ordination sacerdotale etc.

Enfin, le 4 juillet à Gricigliano en Italie, dans le séminaire de l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre, l'ordination sacerdotale sera donnée à cinq diacres - tous originaires de France (source: dici.org, Rorate-caeli.blogspot.com, 7 et 10 juin 2013).

Source : FSSPX Pologne via le forum Un évêque s’est levé

Enfin, un supérieur majeur qui parle franchement et qui assimile et réunit la FSSPX et les ralliés. En effet, avant de faire la réconciliation tant désirée par le G.R.E.C. de la FSSPX avec la Rome maçonnique, libérale, conciliaire, moderniste, hérétique, schismatique et œcuméniste, ne faut-il pas d’abord faire l’unité avec ses complices, ces tradis-libéraux de l’intérieur qui ne dénoncent presque plus rien mais qui ont une si belle liturgie et dont les églises sont pleines ?

Ce que nous apprécions, ce sont les détails que donne la FSSPX des ordinations concernant les ralliés ; les nombres précis, les lieux des ordinations sont mentionnés avec minutie car il faut le dire, nous formons une grande famille. Mgr Fellay l’a rappelé solennellement dans sa Déclaration du 15 Avril 2012 : nous aussi, la FSSPX, comme les ralliés, nous pensons que le concile Vatican II nous éclaire, que la nouvelle messe est légitimement promulguée. Nous reconnaissons le nouveau code de droit canon, etc.

Et dire que Mgr Lefebvre traitait ces ralliés, mis à l’honneur par l’abbé Stehlin, de traîtres ! Voici ce que Mgr Lefebvre pensait de la messe chez les ralliés ou de la messe à indult :

St Michel en Brenne, le 18 mars 1989
Cher Monsieur l’abbé Couture, 

A votre bonne lettre, reçue hier à St Michel, je réponds aussitôt pour vous dire ce que je pense au sujet de ces prêtres qui reçoivent un “celebret” de la Commission Romaine, chargée de nous diviser et de nous détruire. 
Il est évident qu’en se mettant dans les mains des autorités actuelles conciliaires, ils admettent implicitement le Concile et les Réformes qui en sont issues, même s’ils reçoivent des privilèges qui demeurent exceptionnels et provisoires. 
Leur parole est paralysée pour cette acceptation. Les Évêques les surveillent !... 
C’est bien regrettable que ces prêtres ne prennent pas conscience de cette réalité. Mais nous ne pouvons tromper les fidèles. 
Il en est de même pour ces “Messes traditionnelles” ! organisées par les diocèses. Elles sont célébrées entre deux Messes conciliaires. Le prêtre célébrant dit aussi bien la nouvelle que l’ancienne. Comment et par qui est distribuée la sainte communion ? Quelle sera la prédication ? Etc.
Ces Messes sont des “attrape-nigauds” qui entraînent les fidèles dans la compromission ! 
Beaucoup ont déjà abandonné. 
Ce qu’ils doivent changer, c’est leur doctrine libérale et moderniste. 
Il faut s’armer de patience et prier. L’heure de Dieu viendra. 

Que Dieu vous accorde de saintes fêtes de Pâques. 
Bien cordialement vôtre en Christo et Maria. 

+ Marcel Lefebvre

Ceux qui désirent connaître l’ancienne position de la FSSPX sur les ralliés peuvent consulter l’article suivant :
Cet article a un intérêt archéologique : heureusement les principes de la FSSPX donnés par Mgr Lefebvre ont évolué car la situation de l’Eglise a évolué. Le scandale d’Assise par exemple a été renouvelé par Benoît XVI mais différemment, avec des athées. La messe en latin a un nouveau statut : le motu proprio de Benoît XVI l’a officiellement abrogée comme rite ordinaire de l’Eglise latine. Ce sont des progrès.

Deuxième fait remarquable

Nous remercions le site La Porte Latine et l’Association Missions de relayer ces bonnes informations. Voici ce qu’écrit l’abbé Stehlin :

« … en Estonie […] l’intérêt pour la tradition de pasteurs protestants grandit de jour en jour. Et 20 pasteurs vont écrire au pape pour solliciter un ordinariat propre pour eux (semblable aux anglicans convertis). Comme à vue humaine, il n’y a aucun intérêt pour la Rome œcuméniste de recevoir un si grand groupe, ils prient le chapelet quotidien avec leurs fidèles pour que l’Immaculée fasse le miracle, et se préparent à la consécration à la Sainte Vierge selon Saint Louis de Montfort (ndlr : cf. lettre 4-2012). La Providence nous a confié ces pasteurs à qui nous prêchons récollections et conférences, mais la consolidation de cette œuvre vient uniquement par la prière et les sacrifices. Et je vous demande humblement de nous aider. »


Merci à M. l’abbé Stehlin pour ses conférences à ces protestants, instructions qui ont pour but de les pousser vers la Rome moderniste. M. l’abbé, vous faites du bon travail et avez raison de le souligner dans votre article diffusé sur internet. Ce serait en effet un miracle si ces pasteurs pouvaient être reconnus par Rome, si au contact des évêques progressistes, ils pouvaient comprendre le sens d’une Eglise plurielle, peuple de Dieu en marche au milieu des plus pauvres. A vue humaine, obtenir un ordinariat, c’est-à-dire une sorte de prélature personnelle, n’est pas possible mais la Vierge peut aider. Le modèle est ce qu’a fait Rome pour les anglicans qui ont rejoint l’Eglise catholique. Comme l’Eglise était devenue libérale, les anglicans ne voyaient plus la nécessité de rester en dehors de l’Eglise progressiste. Les anglicans ont d’ailleurs enjoint la FSSPX d’abandonner ses crispations idéologiques et passéistes afin de faire le pas comme eux. C’est sûr, les Anglicans, comme vous le soulignez si judicieusement, sont un modèle à montrer. Heureusement, Monsieur l’abbé, que vous ne suivez plus les instructions de Mgr Lefebvre, car vous auriez moins de succès apostoliques et tout serait plus compliqué. On est tous d’accord pour dire que Mgr Lefebvre exagère quand il déclare :
« Dieu a suscité la Fraternité sacerdotale saint Pie X pour le maintien et la perpétuité de son sacrifice glorieux et expiatoire dans l’Église. Il s’est choisi de vrais prêtres instruits et convaincus de ces mystères divins. Dieu m’a fait la grâce de préparer ces lévites et de leur conférer la grâce sacerdotale pour la persévérance du vrai sacrifice, selon la définition du Concile de Trente. C’est ce qui nous a valu la persécution de la Rome antichrist. Cette Rome, moderniste et libérale, poursuivant son œuvre destructrice du Règne de Notre Seigneur comme le prouvent Assise et la confirmation des thèses libérales de Vatican II sur la liberté religieuse, je me vois contraint par la Providence divine de transmettre la grâce de l’épiscopat catholique que j’ai reçue, afin que l’Église et le sacerdoce catholique continuent à subsister pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. » (Lettre aux futurs évêques 29 août 1987, Fideliter 29-30 juin 1988.) C’est sûr, il faut solliciter le pape pour que ces protestants puissent obtenir un ordinariat, ce serait un cadeau de l’Immaculée, comme les cadeaux que Mgr Fellay a obtenus après ses croisades de chapelets. On peut dire que la FSSPX, après les cadeaux de la Vierge, ne s’est jamais aussi bien portée. La FSSPX reconnaît le concile et, notamment en France, presque personne ne bouge : c’est un miracle prodigieux ! On nage en plein surnaturel !

Troisième fait remarquable

Un bel article de l’abbé Karl Stehlin - Juin 2013, traduit fort à propos pour La Porte Latine, permet de faire le point sur l’état d’avancement de la mentalité accordiste :

Sources : Site de la Maison autonome des Pays de l'Est/Traduction pour La Porte Latine de Adalbert

Abbé Karl Stehlin, supérieur de la Maison autonome des Pays de l'Est :

« Au moment de son élection le nouveau pape était pour des millions de catholiques une personne plutôt inconnue. […]

A peine commençait-il à s’installer sur le Siège de Pierre que certains l’ont déjà jugé. Nombreux sont ceux qui n’arrivaient pas à calmer leurs tendances aux conclusions hâtives, à la prise de parole sans une réflexion et une science suffisantes. Chaque information nouvelle venant de Rome et concernant le pape François suscitait immédiatement les commentaires ou des analyses critiques. Est arrivée aussi la nouvelle concernant le discours du pape et les commentateurs de service l’ont déjà classée comme étant conciliaire, œcuménique voire syncrétiste. Commençaient alors à apparaître chez certains la réticence et l’amertume auxquelles se joignaient rapidement des paroles tristes et hostiles. »

(NDLR : merci M. l’abbé de critiquer l’abbé Bouchacourt qui très vite nous a dit que le cardinal Borgoglio d’Argentine n’était pas génial. Vous avez raison, on ne peut rien dire sur le pape qui vient d’être élu car à 76 ans, c’est un jeune pape de quelques jours. Le cardinal Borgoglio n’avait rien fait avant, du moins en tant que pape. En fait, ses messes-kermesses, elles n’ont jamais existé, ça ne compte pas. C’est le principe de l’ardoise magique, on efface tout, et on recommence. Après tout, pourquoi se méfier ? Au Vatican, il n’y a presque plus de francs-maçons, très peu de modernistes, l’Eglise a changé, a dit Mgr Fellay.)

Reprenons l’édifiant article de l’abbé Stehlin qui recycle la FSSPX en Europe de l’Est :

« Et ce n’est pas fini. Les esprits imprégnés du personnalisme souvent n’arrivent plus à distinguer entre la personne et la fonction qu’elle exerce. De là vient toute une série de comportements erronés. L’antipathie vis-à-vis de la personne exerçant une fonction diminue le respect dû à la fonction même. Or les catholiques ne peuvent nier la fonction pontificale, pourtant nous savons que certains pratiquent leur foi tout simplement comme si le Siège Apostolique n’existait pas, ou comme s’ils n’en avaient pas besoin. L’exemple le plus radical d’une telle pensée c’est le sédévacantisme. »
[…]

(NDLR : Merci, M. l’abbé de dénoncer le sédévacantisme. Et on pourrait ajouter aussi la dénonciation de Mgr Lefebvre qui écrivait en 1988 aux 4 futurs évêques : « La chaire de Pierre et les postes d’autorité de Rome étant occupés par des antichrists, la destruction du Règne de Notre Seigneur se poursuit rapidement à l’intérieur même de son Corps mystique ici-bas. ») Mgr Lefebvre a aussi fait beaucoup contre Rome, notamment avec ses dessins lors d’Assise, ses critiques incessantes, etc. Heureusement, Mgr Lefebvre est mort parce que ça devenait insupportable. 

Reprenons l’édifiant article de l’abbé Stehlin qui recycle la FSSPX en Europe de l’Est :

« Nous devons redécouvrir à nouveau la fonction pontificale. Nous devons prendre de nouveau conscience que le pape jouit sur la terre d’un pouvoir suprême auquel ses éventuels vices ne changent rien.
[…]
Nous répétons aujourd’hui au pape François la demande concernant la Tradition catholique que Mgr Lefebvre formulait autrefois au pape Jean-Paul II : […] « Très Saint Père, pour l’honneur de Jésus-Christ, pour le bien de l’Eglise, pour le salut des âmes, nous vous conjurons de dire un seul mot, une seule parole, comme Successeur de Pierre, comme Pasteur de l’Eglise universelle, aux Evêques du monde entier : "Laissez faire ; Nous autorisons le libre exercice de ce que la Tradition multiséculaire a utilisé pour la sanctification des âmes" ».
[…]

(NDLR : Faire l’expérience de la Tradition : c’était le souhait de Mgr Lefebvre avant 1988 ! Vous avez raison, M. l’abbé Stehlin, il faut utiliser les paroles de Mgr Lefebvre quand ça arrange. On pourrait même retrouver des paroles de Marcel Lefebvre, vicaire dans le Nord de la France. Je suis sûr que cela serait intéressant. Pour ceux qui souhaitent approfondir, consulter le remarquable article : Quand Mgr Lefebvre changeait d’avis…
En 1987, dans la Lettre aux futurs évêques, Mgr Lefebvre écrit solennellement : « Je vous conférerai cette grâce, confiant que sans tarder le Siège de Pierre sera occupé par un successeur de Pierre parfaitement catholique en les mains duquel vous pourrez déposer la grâce de votre épiscopat pour qu’il la confirme. » Merci M. l’abbé de vous éloigner des conceptions de Mgr Lefebvre parce que s’il fallait attendre un pape parfaitement catholique, on pourrait attendre longtemps. Ce conseil de Mgr Lefebvre était irréaliste et bien dangereux avec le danger du sédévacantisme qui nous guette tous en sortant de chez nous. De plus, Mgr Fellay l’a dit et répété : l’ivraie pousse avec le bon grain. En fait, avec le recul, on se rend compte que Mgr Lefebvre était excessif. (Vu les circonstances complètement différentes à l’époque, le Bon Dieu lui pardonnera.)

Reprenons l’édifiant article de l’abbé Stehlin qui recycle la FSSPX en Europe de l’Est :

« Enfin, nous ne pouvons oublier que malgré les erreurs de son vicaire visible, temporel, c’est toujours Jésus-Christ qui continue à gouverner l’Eglise. »

(NDLR : l’abbé Stehlin cultive l’ambiguïté comme Mgr Fellay : il faut embrouiller les fidèles si l’on veut faire un accord avec Rome, il faut mélanger les plans en n’opérant aucune distinction. Il fait bien de taire que la franc-maçonnerie a un grand rôle dans le gouvernement de l’Eglise, http://aveclimmaculee.blogspot.fr/2013/04/revelations-du-grand-orient-ditalie.html
Ce qui compte, au final, c’est que le lecteur comprenne qu’un accord avec les progressistes est possible puisque les progressistes disent la même chose que l’abbé Stehlin : l’Eglise est dirigée par l’Esprit : Vatican II, c’est le souffle de l’Esprit, la Nouvelle Pentecôte.

Conclusion

Merci M. l’abbé Stehlin pour ces sommets de spiritualité qui nous changent des discours échauffés et secs de Mgr Lefebvre. Ce qui compte, c’est d’être uni dans notre diversité, chacun avec son charisme, comme la lumière se décompose en un arc-en-ciel gay, c’est y pas plus meilleur d’être tous ensemble, main dans la main, bien unis autour de François. Ah ! si seulement, on pouvait faire cette expérience de la Tradition, I have a dream, vous verriez, les francs-maçons baisseraient les armes, les églises s’ouvriraient, les gens confesseraient leurs péchés dans la rue et les gays ne se marieraient plus.

Cette conclusion est celle d’un journaliste émerveillé des progrès du libéralisme dans la FSSPX, émerveillé par l’apathie de la majorité des clercs qui heureusement laissent faire : la prélature arrive en douceur, dans l’unité obéissante de l’humilité miséricordieuse de l’amour oublieux. Nous apportons tout notre soutien à Mgr Fellay qui a déclaré récemment que la porte avec Rome est toujours ouverte et qu’une croisade de rosaires pourrait reprendre. Dieu soit loué ! Nous avons des supérieurs clairvoyants qui savent tirer les leçons des choses passées !

Partout, Dieu merci, le libéralisme progresse, et la FSSPX évolue. Des ponts sont jetés, des océans de tendresse inondent les marécages progressistes. Encore quelques efforts et la Prélature Personnelle est à nous.

Ce qui intéresse nos lecteurs, néanmoins, c’est moins la Prélature que des indices sur l’identité du futur lauréat du PIRR 2014. Michael n’est qu’un journaliste indépendant et cet article ne préjuge en rien du choix du futur lauréat. Le jury de ce prix étant totalement indépendant, les candidatures étant excessivement nombreuses, il est difficile de se hasarder à mi-année à quelque pronostic. Un outsider est toujours possible.