mercredi 22 mai 2013

Une lettre de supplications à l’abbé Morgan et au clergé du district d’Angleterre

Une lettre de supplications à l’abbé Morgan et au clergé du district d’Angleterre


Nos amis du Recusant ont publié une lettre poignante à Father Morgan et au clergé du district d'Angleterre. Avec l'Immaculée les soutient à 100% dans cette initiative. 

21 mai 2013
(St. Godric ;. Bienheureux Jean Haile)


Cher abbé Morgan, chers Abbés,

Nous vous supplions au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, grand prêtre aimant les âmes, au nom de sa Sainte Mère, au nom de Mgr Marcel Lefebvre, et au nom de tous les merveilleux et sacrés idéaux qui vous ont conduits à répondre à l'appel pour devenir un berger et un amant des âmes, aidez nos âmes maintenant, dans ce moment de nécessité.

La subversion de la Fraternité Saint-Pie X

Depuis quelque temps, nous nous sommes sentis trahis par une partie de la FSSPX, et par l'autre partie, nous avons été laissés tomber et abandonnés, sans réponses à nos questions. La direction de la FSSPX poursuit volontairement une nouvelle direction et un nouvel ordre du jour, refaisant la Fraternité à son image avec une insouciance téméraire pour les âmes que la divine Providence a placées sous sa garde. Chaque mois, parfois cela semble chaque semaine, une toute nouvelle preuve du libéralisme au sommet est donnée et cette influence redescend forcément vers le bas, sur les membres inférieurs et les fidèles de la société. Nous n’avons pas entendu une explication convaincante simple, rien pour mettre notre esprit au repos, bien qu’il ne soit pas rare que Menzingen ou DICI émette des clarifications ou, pour Mgr Fellay, prétende que ses paroles aient été dénaturées en quelque sorte.

Ce qui nous préoccupe surtout, c'est que nous voyons ce qui équivaut à une nouvelle direction officiellement inscrite dans la FSSPX. Récemment, nous avons vu la preuve du libéralisme de Mgr Fellay sous la forme d'une Déclaration doctrinale moderniste, une déclaration de sa propre position doctrinale, présentée à Rome avec sa signature et supposée nous représenter aussi. 

Entre autres choses, nous sommes maintenant en mesure de voir que Mgr Fellay accepte la légitimité de la nouvelle messe que Mgr Lefebvre et la FSSPX ont toujours tenue pour illégitime ; il accepte l'idée de collégialité contre laquelle a lutté Mgr Lefebvre au Concile car elle sape toute référence au Magistère antérieur de l'Eglise, le remplaçant par une sorte de "démocratie enseignante" impulsée par les évêques modernes ; il accepte l’herméneutique de la continuité et l'idée que la Tradition et la Révolution peuvent être considérées comme compatibles l’une avec l’autre ; il accepte tout le Code de Droit Canon de 1983 dont Jean-Paul II a dit que c’était la traduction de Vatican II dans la loi, code qui inclut le Canon 844 qui prévoit la possible réception des sacrements par les non catholiques ; il affirme explicitement que les diaboliques idées modernes comme l'œcuménisme et la liberté religieuse sont conciliables avec le véritable enseignement de l'Eglise et avec la Tradition, et enfin il a aussi explicitement affirmé que Vatican II "éclaire et approfondit ... la vie et la doctrine de l'Eglise".

Monsieur l’abbé, vous pouvez voir aussi clairement que nous que cette Déclaration doctrinale est une grave insulte à Dieu Tout-Puissant, et une trahison totale de la mission de la Fraternité fondée par Mgr Lefebvre. C'est aussi une trahison personnelle de chaque âme qui s’est confiée à la FSSPX et a travaillé pour la construire et la renforcer, et bien sûr c’est une insulte personnelle à l'Archevêque Mgr Lefebvre qui, loin d'accepter la nouvelle religion de l'église conciliaire, a déclaré "qu’elle sort de l'hérésie et aboutit à l'hérésie, même si tous ses actes ne sont pas formellement hérétiques." Permettez-moi de vous rappeler, Monsieur l’abbé, que ce document en question n'est pas une remarque jetable, une mauvaise traduction, ou un mauvais choix de mots fait dans le feu de l'action – il a fallu des mois pour le concevoir, et une fois remis, plus de deux mois se sont écoulés pour voir s’il avait été accepté ou non. Ce document, en outre, est une déclaration doctrinale : son but est de proclamer la doctrine. Si on déclare quelque chose, on le déclare forcément en public et non en secret ! Comment peut-on avoir une «doctrine secrète» ? En outre, puisqu'il s'agit d'une déclaration de doctrine, c’est-à-dire de la «Déclaration de ce que je crois» de Mgr Fellay, il est parfaitement absurde qu’il dise qu'il "l’a retirée" – cela a-t-il un sens de "retirer" une doctrine ? Si Mgr Fellay était prêt à croire à ces choses récemment, mais clame qu’il a "retiré" son document secret maintenant qu'il a été révélé au grand jour, alors nous pouvons considérer aussi bien qu’il y croit toujours aujourd'hui. Depuis qu'il a été pris trahissant la Fraternité, ce serait faire preuve d’un «optimisme» téméraire et irresponsable de nous faire tout simplement croire qu’il est redevenu l'un de nous à nouveau. On ne peut faire confiance ni à lui, ni à aucun de ses alliés, et nous pensons que si vous êtes honnête avec vous-même, vous devez admettre cela.

Comment allons-nous rester fidèles à la Tradition?

Ceci est à considérer avec l’ensemble de tous les autres signes de l'année écoulée, et surtout avec les "trois conditions" scandaleuses du Chapitre général (et «trois conditions souhaitables – ce qui équivaut en fait à« trois choses pour lesquelles nous ne sommes pas prêts à nous battre, et que nous sommes donc très heureux de perdre»). Ce Chapitre a amené la révolution dans la FSSPX et a légitimé la désobéissance du Supérieur général au Chapitre de 2006, désobéissance qui est devenue la position officielle de la Fraternité. Ce que nous voyons maintenant, c'est la révolution à l'intérieur de la FSSPX qui a pris pleinement le pouvoir. Ce sont les idées et non les personnalités qui nous préoccupent le plus. Et en la personne de Mgr Fellay, de l’abbé Pfluger et d’un grand nombre de Supérieurs et de membres du Chapitre Général, nous voyons de nouvelles idées que nous détestons, et avec lesquelles nous ne souhaitons aucun compromis. Nous ne voulons pas être dépendants de ces clercs, dont les idées et la position doctrinale sont tellement en contradiction avec les nôtres, et nous ne voulons pas qu'il y ait un risque ou un danger pour la foi en continuant de vivre sous ces prêtres avec lesquels nous sommes en désaccord. Nous ne pouvons pas nous empêcher de penser à ces paroles simples mais perspicaces de Mgr Lefebvre : ce sont les supérieurs qui forment les sujets et non les sujets qui forment les supérieurs.

Il est clair pour nous que la FSSPX est maintenant un navire en perdition. Les hommes qui détiennent l'autorité sont le problème, et pourtant ils ne peuvent être démis de leurs fonctions (la seule véritable occasion de le faire aurait été le dernier Chapitre Général). La chose même pour laquelle Dieu Tout-Puissant a béni la FSSPX, son adhésion fidèle à la Tradition et sa détermination à ne pas se compromettre avec le modernisme, a été officiellement larguée et a maintenant disparu. Ce manquement est une différence essentielle entre la FSSPX d'hier et la FSSPX d'aujourd'hui. Les bons prêtres opposés au compromis qui restent à l'intérieur de la Fraternité Saint Pie X sont maintenant bons malgré leur présence dans la FSSPX et non pas grâce à elle. 

Puisque vous ne pouvez pas servir deux maîtres, vous devez vous demander : à quelle FSSPX voulez-vous demeurer fidèle ? Même si vous avez été laissés relativement tranquilles par Menzingen jusqu'à présent, vous ne pouvez pas ignorer ce qui se passe partout dans le monde dans la Fraternité. En tout état de cause, c’est maintenant seulement une question de temps : tôt ou tard, si vous choisissez de ne pas rester traditionnel pour rester dans la FSSPX, vous verrez que vous avez choisi de rester membres de la FSSPX au prix de votre fidélité à la Tradition.

Messieurs les abbés, veuillez considérer : à votre jugement, Dieu Tout-Puissant ne vous jugera pas fidèles serviteurs selon de ce que vous avez dit ou pensé dans le secret, mais plutôt si vous avez parlé ouvertement et selon les actions que vous avez faites en public. Nous, vos fidèles, avons attendu depuis un an, depuis que le libéralisme est devenu évident. 

Nous ne voulions pas agir dans la précipitation. Nous vous avons donné l'occasion de nous conduire. Si, cependant, vous ne le faites pas, alors nous devons à contrecœur nous séparer. Il est clair que la situation ne peut que s'aggraver, et dans ces circonstances nous ne voyons pas d'autre choix que de recommencer. Nous pouvons être confiants dans l'avenir, cependant, puisque la seule chose qui est à recommencer serait la structure administrative. La foi demeure, et c'est ce qui importe. Si nous faisons les choses de façon droite, tout le reste sera pris en charge : Dieu aide ceux qui s'aident eux-mêmes, comme dit le dicton. Nous vous prions et supplions de venir à notre aide et de ne pas abandonner les âmes qui ont besoin de vous, surtout pas à cause d'une fausse obéissance aux supérieurs qui vous considèrent comme, au mieux, un problème et avec qui vous aurez au fur et à mesure de moins en moins de choses en commun.

Que Dieu vous bénisse et vous récompense pour vos années de soins de travail pour nos âmes.


Gregory Taylor
Waltraud Taylor
Olivia Bevan
Jeremy Bevan
Susan Warren
Alun Rowland
Anna Thompson

Original :

A Letter of Entreaty
to
Fr. Morgan and the Clergy of the British District
21st May, 2013
(St. Godric; Bl. John Haile)


Dear Fr. Morgan, Dear Fathers,

We beg of you in the name of Our Lord Jesus Christ, high priest and lover of souls, in the name of his Blessed Mother, in the name of Archbishop Marcel Lefebvre, and in the name of all the wonderful, holy ideals which led you to answer the call to become a shepherd and a lover of souls – aid our souls now, in our moment of need.
The Subversion of the Society of St. Pius X
For some time now, we have felt betrayed by one portion of the SSPX and let down and abandoned by the lack of response from another portion. The leadership of the SSPX are wilfully pursuing a new direction and a new agenda, remaking the Society in their own image with reckless disregard for the souls which Divine Providence has placed in their care. Every month, sometimes it seems every week, some new, fresh piece of evidence emerges of the liberalism at the top which is being forced downwards upon the lower members and faithful of the Society. We have heard not one single convincing explanation, nothing to put our minds at rest, although it is not uncommon for Menzingen or DICI to issue “clarifications” or for Bishop Fellay to claim that his words have been misrepresented in some way.

What concerns us especially is that we see what amounts to a new direction officially enshrined in the SSPX. Recently we have seen proof of the liberalism of Bishop Fellay in the form of a modernistic “Doctrinal Declaration”, a declaration of the his own doctrinal position, presented to Rome with his signature as supposedly representing us also. Amongst other things, we are now able to see that Bishop Fellay accepts the legitimacy of the New Mass which Archbishop Lefebvre and the SSPX always held to be illegitimate; he accepts the idea of collegiality which Archbishop Lefebvre fought against at the council since it undermines any previous notion of the Church's Magisterium, replacing it with a sort of 'teaching democracy' in the form of the modern Bishops; he accepts the 'hermeneutic of continuity' and the idea that Tradition and the revolution can be thought of as consistent with one another; he accepts all of the 1983 Code of Canon Law, which John-Paul II said was Vatican II translated into law, and which includes Canon 844 which provides for the giving of the sacraments to non Catholics; he states explicitly that diabolical modern ideas such as ecumenism and religious liberty are reconcilable with the true teaching of the Church and with Tradition; and finally he also explicitly states that Vatican II “enlightens and deepens... the life and doctrine of the Church.”

Father, you can see as clearly as we that this Doctrinal Statement is a serious insult to Almighty God, and a total betrayal of the mission of the Society founded by Archbishop Lefebvre. It is also a personal betrayal of every soul who has reposed confidence in the SSPX and worked to build it up and strengthen it, and of course a personal insult to the Archbishop who, far from accepting the New Religion of the conciliar church, declared that it “begins in heresy and ends in heresy, even if not all of its acts are formally heretical.” Let me remind you, Father, that this document in question is not a throwaway remark, a bad translation, or an unfortunate choice of words made in the heat of the moment – it took months to prepare, and once handed over two months were waited to see whether it had been accepted or not. This document, furthermore, is a Doctrinal Declaration: its purpose is to declare doctrine. If one declares something, surely one declares it in public and not in secret? How can one have 'secret doctrine'? Furthermore, since it is a declaration of doctrine, i.e. Bishop Fellay's “Declaration of what I believe”, it is perfect nonsense for him to say that he has “withdrawn it” - in what meaningful sense can one possibly “withdraw” doctrine? If Bishop Fellay was prepared to believe those things recently, but claims to have “withdrawn” his secret document now that it has come to light, then we can take it that he as good as believes them still today. Since he has been caught betraying the Society, it would be “optimistic” to the point of reckless irresponsibility simply to pretend to ourselves that he is one of us once again. Neither he nor any of his allies can be trusted, and we think that if you are honest with yourselves you must admit that.
How are we to remain faithful to Tradition?
Taken together with all the other signs of the past year, and especially the General Chapter's scandalous “three conditions” (and “three desirable conditions – which in effect amounts to “three things we are not prepared to fight for, and are thus quite happy to lose”) which took the revolution in the SSPX and the Superior General's disobedience to the 2006 Chapter and legitimised it and made it the official position of the Society – what we now see is the revolution inside the SSPX fully established in power. Ideas not personalities are what concern us most. And in the persons of Bishop Fellay, Fr. Pfluger, and a large number of Superiors and members of the General Chapter we see new ideas which we abhor, and with which we wish nought to do. We do not wish to be underneath these clerics, whose ideas and doctrinal position are so much at variance with our own, and we do not wish there to be any risk or danger to the Faith by continuing under priests with whom we disagree. We cannot help but be reminded of the simple but insightful words of Archbishop Lefebvre: it is the superiors who form the subjects, not the subjects who form the superiors.

It is clear to us that the SSPX is now a sinking ship. The men who hold authority over it are the problem, and yet they cannot be removed from their positions (the only real opportunity to do so would have been at the last General Chapter). The very thing on account of which Almighty God blessed the SSPX, its faithful adherence to Tradition and its determination not to compromise with modernism, has been officially jettisoned and is now gone. Its absence is the one essential difference between the SSPX of yesterday and the SSPX of today. The good priests opposed to compromise who remain inside the SSPX are now good in spite of their being in the SSPX and not because of it. Since you cannot serve two masters, you must ask yourselves this: to which SSPX do you wish to remain loyal? Although you may have been left comparatively unmolested by Menzingen thus far, you cannot be unaware of what is happening all around the world in the Society. Which being the case, it is now only a matter of time: sooner or later if you do not choose to remain traditional at the cost of SSPX membership, you will find that you chose to remain SSPX members at the cost of your fidelity to Tradition.

Fathers, please consider: at your judgement Almighty God will not judge you faithful servants on account of what you said or thought in secret, but rather what you spoke openly and what actions you did in public. We your faithful have waited now for a year since the liberalism became apparent. We did not wish to act rashly. We have been giving you an opportunity to lead us. If, however, you will not do so, then we must reluctantly part company. It is clear that the situation can only become worse, and in such cicrumstances we can see no alternative but to start again. We can be confident for the future, however, since the only thing being begun again would be the administrative structure. The Faith remains, and that is what matters. If we do the right thing, everything else will be taken care of: God helps those who help themselves, as the saying goes. We beg and implore you to come to our aid and not to abandon souls which need you, especially not on account of a false obedience to superiors who regard you as, at best, a problem and with whom you will have increasingly little in common.

God bless you and reward you for your years of work caring for our souls.


Gregory Taylor
Waltraud Taylor
Olivia Bevan
Jeremy Bevan
Susan Warren
Alun Rowland
Anna Thompson