samedi 18 mai 2013

L'ILLUSION LIBERALE II (suite) + réponse abbé Pfluger à Postfalls


L'ILLUSION LIBERALE II 

abbé François Chazal

(suivie de la traduction de la réponse de l'abbé Pfluger à Postfalls)



Voici la dernière partie de la traduction de l'abbé Chazal, légèrement modifiée pour tenir compte de l'actualité. L'abbé Chazal fait allusion à une réponse de l'abbé Pfluger à Postfalls. Il s'agit de la réponse à une question d'un fidèle, donnée lors d'une conférence, le 10 avril 2013. La réponse de l'abbé Pfluger est en note de ce texte, traduite en français, suivie de l'original anglais.

Deuxième partie

LA LISTE DES SOPHISMES N’EN FINIT PAS DE S’ALLONGER

Dans un débat, vous devez réfuter votre adversaire point par point. Autrement ses accusations restent debout et vous maintenez votre position sophistique. Mais vous, mon Cher Abbé Laisney, en vue de défendre vos sophismes précédents, vous en ajoutez de nouveaux, comblant toutes mes espérances, contrairement à l’abbé Rostand qui ne donna pas son “Against againstagainstagainstagainst the rumors” contre moi (après que je donnai mon “Against ×4 the rumors”). J’espère que vous continuerez à faire tourner le manège; les gens on besoin de savoir ou les libéraux ont envie de les mener.

Laissez-moi faire la liste des sophismes précédents auxquels vous continuez à vous accrocher: 1- Il est bon de se faire régulariser aujourd’hui. 2- Les nouveaux Papes sont mauvais, ou libéraux, mais pas hérétiques. 3- Les nouveaux Papes ne sont pas si libéraux que ca. 4- Nous devons rejoindre l’Eglise visible maintenant (comme si nous l’avions quitté). 5- Mgr Fellay combat Vatican II. 6- Rome se tourne vers la Tradition. 7- Mieux vaut guérir que prévenir. 8- Prie, paye, obéis.

Vous laissez aussi de côté des points essentiels. Au lieu de trépigner d’indignation, pourquoi ne pas reconnaître avec moi que la loi est une ordonnance de la raison promulguée pour le bien commun par celui qui a la charge de la communauté? C’est le b a ba de la Philo. Le fait que le livre de Mgr Tissier prouve que Benoît XVI est un hérétique ne suscite aucune réponse de votre part; et vous ne pouvez pas non plus réfuter que les choses empirent à Rome. Vous refusez d’admettre les implications de la DQA, vous dites juste que vous ne l’aimez pas. Vous ne dites pas ce que vous pensez de l’interview sur CNS (Mai 2012) et de la reculade des six conditions du Chapitre Général. Vous êtes le premier que je surprends à nier l’existence de la déclaration du 29 Juin 1976 ou “Remarques autour d’une suspension” que l’abbé Roberts nous a conseillé de mettre dans notre déclaration doctrinale du 10 Août dernier à Vienne, en Virginie. Je vous demande toujours de m’expliquer comment l’absolution du péché de contester Menzingen est réservée à Menzingen en vertu de la juridiction de suppléance. Quand nous avons posé cette question à l’abbé Couture (qui interdit à ses prêtres de nous absoudre), il nous a répondu “Je ne répondrai pas à cette question” et fila droit dans sa chambre, car “La République consiste en l’extermination de tout que qui s’y oppose” (Saint Just). Si vous laissez de côté certains points qui vous embarrassent, ne laissez pas de côté les points essentiels. Nous sommes dans un débat très intéressant.

Avec la première partie, la réfutation de vos idées confuses sur les deux Eglises, mon texte est un peu long, je vous prie de m’en excuser et vous offrirai un pot, mais il m’a fallu assommer quatre oiseaux (deux Laisneys, la DQA, l’abbe Themann) avec une pierre. Avancons point par point.

SOPHISME #1 : MGR FELLAY EST ACCUSE SANS PREUVES

Cf. la première partie; le fait que Menzingen montre autant d’embarras sur cette DQA est une admission que quelque chose se passe. La réponse hilarante de l’abbé Pfluger à Post Falls (1) à son sujet en dit long sur ce problème.
Mgr Fellay ne parle pas souvent; cela projette une image de prudence et de précaution. En conséquence, quand il dit quelque chose de facon répétée, (“Rome a changé”, “Vatican II n’est pas si grave”), cela donne un poids important à ses paroles erronées.

SOPHISME #2 : VOUS ATTAQUEZ MGR FELLAY PARCE QUE VOUS NE L’AIMEZ PAS

Je ne suis pas si sûr que vous interprétez mes paroles à la meilleure lumière possible, parce qu’au moment même où cette lumière voit la lumière du jour elle me voit “vicieux” “méchant” “schismatique (restrictivement?)” “amer” etc. Quelle est votre pire facon de me voir, M. l’abbé, peut-être est-mieux, ne pourrait-t-on pas essayer un petit coup ?
Si nous étions prévenus contre Mgr Fellay, nous l’aurions quitté il y a longtemps, et en ordre dispersé, mais je pense au contraire que nous lui avons accordé le bénéfice du doute. Par exemple, quand j’étais en Inde, j’expulsai M. John Menezes parce qu’il avait traité Mgr Fellay de traître et refusait de s’excuser ; et quand Mgr Fellay me demanda “Pourquoi m’appelez-vous traître?” je lui répondis “Mais non, Monseigneur, ce n’est que quand vous signerez que je vous appellerai traître.”

Or, j’admets avoir omis le mot “bientôt”, qui est pour vous une preuve finale de ma perversion. Las. Je citais de mémoire, et j’aurais dû me référer au texte lui-même, mea culpa. Donc, pour me faire pardonner, laissez moi vous donner tout le texte incriminé. “Nous sommes bien conscients qu’il est très difficile de demander des autorités une condamnation de la nouvelle messe. En réalité, si ce qui doit être corrigé l’était, ce serait un très grand pas. [suit la description du grand pas rêvé] En ce qui concerne Vatican II, comme pour la nouvelle messe, nous estimons qu’il est nécessaire de clarifier et de corriger un certain nombre de points qui sont soit erronés soit conduisant à l’erreur. Cela étant, nous ne nous attendons pas à ce que Rome condamne Vatican II avant longtemps. Elle peut rappeler la vérité, corriger discrètement les erreurs tout en sauvegardant son autorité.”

Quand est-ce que Mgr Lefebvre nous a dit qu’une nouvelle messe hybride était un grand pas à désirer? N’est-ce point la reforme de la réforme? Quelque chose de pire qu’une messe tridentine hybride parce que le point de départ est la nouvelle messe? Comment une correction discrète peut-elle renverser l’Apostasie Générale? N’est-ce pas parce que nous avons dit pendant 40 ans que Vatican II et la nouvelle messe sont foncièrement mauvais, que beaucoup ont quitté le novus ordo et rejoint la Tradition?

SOPHISME #3: L’EGLISE CONCILIAIRE N’EST PAS UNE EGLISE SEPAREE
Les Sophistes aiment se citer, comme le faisait Jean-Paul II. Ce sont de grands experts (monseigneurlefebvrologie, donatisme, Pères de l’Eglise, etc.). Laissez-moi vous monseigneurlefevrologiser à mon tour.
“Cette Eglise Conciliaire est une Eglise schismatique parce qu’elle rompt avec l’Eglise Catholique qui a toujours été. [Elle a un nouveau… nouveau… nouveau…] Une Eglise qui admet de telles erreurs est immédiatement schismatique et hérétique. Cette Eglise Conciliaire, par conséquent, n’est pas Catholique. Dans la mesure ou un Pape, des Evêques, des prêtres ou des fidèles adhèrent à cette Eglise, ils se séparent de l’Eglise Catholique.” (Réflexions autour d’une suspension a divinis, 29 juin 1976). “Que l’on se détrompe. Ce n’est pas une question de différence entre Mgr Lefebvre et le Pape Paul VI. C’est une question d’incompatibilité radicale entre l’Eglise Catholique et l’Eglise Conciliaire.” (note du 12 juillet 1976 à l’AFP). “Tous ceux qui coopèrent […] et adhèrent à cette nouvelle Eglise Conciliaire […] tombent dans le schisme” (Figaro du 2 Aout 76). “Une Eglise qui ne porte plus de fruits, une Eglise qui est stérile n’est pas l’Eglise Catholique”. (Ordinations 1978). “La Rome moderniste est en train de changer de religion? Je la refuse et la rejette […] je refuse cette religion” (Conférence de presse du 9 decembre 1983). Passant en revue les quatre notes de l’Eglise, en notre faveur, Monseigneur concluait: ”Tout cela montre que c’est nous qui avons les notes de l’Eglise visible. S’il y a encore une visibilite dans l’Eglise, c’est grâce à vous. Ces signes ne se trouvent pas chez les autres. Nous n’appartenons pas à cette religion, nous n’acceptons pas cette religion. [Mgr continue longuement ensuite dans la meme veine] (Fideliter 66 nov 1988). “ A la réflexion, il nous apparaît clairement que le but des colloques et de la réconciliation est de nous réintégrer dan l’Eglise conciliaire, l’unique Eglise à laquelle vous nous faisiez allusion dans les catéchismes ” (24 Mai 1988, lettre au cardinal Ratzinger). “Il résulte de ces principes et de ces faits la nécessité absolue de continuer l'épiscopat catholique pour continuer l'Église catholique. ” (Lettre à Mgr Castro de Mayer, 4 dec. 1990).

(Ce ne sont que quelques citations sur un sujet précis: l’Eglise. Monseigneur parla sur d’autres aspects, par exemple le Pape, qu’il appela “Antichrist”. Cette citation, me direz-vous, est purement rhétorique, et ne veut pas dire que le Pape est un hérétique; c’est une citation limitée, devant être comprise restrictivement! Et notez bien qu’avec un tel Pape que le Pape Francois, Monseigneur n’aurait jamais utilisé un tel vocabulaire, parce que le triomphalisme des annes 70 est révolu. Il aurait la même retenue, prudence et diplomatie que Mgr Fellay a montrée envers le Pape Francois et bien d’autres dans les mois à venir.)

Laissez-moi aussi profiter de l’occasion: Avec la bénédiction des abbés Couture et Rostand, vous vous attelez à prouver que l’Eglise Conciliaire est une partie de l’Eglise visible Catholique, en utilisant la citation d’un homme qui dit que la nouvelle Eglise est ni catholique, ni l’Eglise Catholique! (Haut et bas de la colonne de gauche, page 8, Apostle)! La sublime splendeur de vos sophismes! Si je ne suis ni pfeifferique, ni M. l’abbé Pfeiffer, comment puis-je faire partie de cette entité, toute immense qu’elle soit ?

Tout en nous accusant de sédévacantisme, l’abbé Cacho publie localement les conférences de Mgr Lefebvre intitulées “Ils sont en train de changer notre religion.” Voilà encore une autre expression célèbre de Monseigneur, comme “la Nouvelle Rome” ou la “Rome de tendance néo-moderniste”. Foi distincte (ordinations 1976), Rome distincte,  Eglise distincte, religion distincte.

Tout cela montre une entité que nous n’aimons pas et que nous ne reconnaissons pas; quelque chose de mourant, mort ou mortel pour des milliards d’âmes, et vous concluez que nous devons reconnaître et être reconnus par cette nouvelle religion, cette nouvelle Rome. Il y a des caveats dans la pensée de Monseigneur Lefebvre, en ce sens qu’il dit que dans la mesure ou l’on s’unit à ce novus ordo, on se sépare de Dieu, ce qui veut dire qu’il y a encore des gens qui ont la foi en son sein, ou qui pourraient être sauvés malgré lui, mais certainement pas grâce à lui. On peut faire le sauvetage de certains novus ordo; nos fidèles en sont la preuve abondante. Je pense que la meilleure description de cette Eglise en voie d’apostasie est le tapis roulant: ceux qui sont dessus ne sont pas encore tombés dans le précipice… mais là encore, dans votre lettre précédente, vous vous évertuez à nous faire courir sur ce tapis roulant, canoniquement, et dans le sens contraire, parce que nous sommes de bons Catholiques. C’est bien ce que vous dites; vous voulez que nous soyons dans cette structure que vous appelez l’ordre voulu par Jésus-Christ. Nos âmes sont en danger en dehors de cette structure, tandis qu’à l’intérieur de cette structure des instruments canoniques sont en place pour nous permettre de courir à contresens en toute sécurité tout en dénonçant les erreurs de cette structure.

Et si je vous accordais même que la partie morte d’un corps reste à l’intérieur (argument de l’abbé Simoulin de 2001)… une telle partie sera toujours en voie d’éjection, le corps faisant toujours tout son possible pour se débarasser de la nécrose. Similairement, ce n’est pas parce que nous ne pouvons pas affirmer “Hors de la Fraternité pas de salut”, ou que “tous les novus ordo vont en enfer”, ni savoir à quel moment la séparation se produit que nous n’avons pas un processus qui conduit inéluctablement à deux entités distinctes, comme dans la méiose  puis la mitose d’une cellule. Les deux êtres, entremêlés qu’ils sont pour le moment, sont réellement occupés à se séparer, bien avant la fin des temps. Demandez à ces millions d’âmes qui ont perdu, non pas seulement l’état de Grâce, comme l’indique St Augustin, mais la Foi Catholique. Ils sont coupés de nous; ils refusent de croire que le Christ est Dieu ou que Marie est Vierge, comme le Cardinal Müller. Ils portent une apparence, rien d’autre. Ils sont déjà tombe de la vigne, totalement, contrairement à de simple pécheurs (que vous confondez avec les hérétiques).
Vous êtes en perpétuel déni que l’oeuvre entière de Mgr Lefebvre, de 1965 jusqu’au 25 mars 1991 fut de nous maintenir à l’écart de ce SIDA de l’Eglise, de cette mise à mort nommée Novus Ordo. L’abbé Themann trouve deux citations isolées de l’après juin 88 qui ne changent rien, parce que le fait est que Monseigneur dénonce le protocole, non pas pour des détails techniques, mais tout simplement parce qu’il nous aurait placé entre des mains malfaisantes. Les Sacres de 1988 furent précisément le moyen de leur échapper. Les gens furent extrêmement reconnaissants;  personne n’ayant une opinion favorable sur ce Protocole, si ce n’est les ralliés de la Fraternité St Pierre. L’approbation de Monseigneur Charrière est du même acabit: Il s’agit de créer une nacelle de sauvetage. Ne nous somme nous pas toujours comparés à un canot de sauvetage, une opération survie, un petit reliquat de survivants? Un peu comme les sédévacantistes, vous voulez trop tout expliquer. Tout ce processus, qui entraîne la damnation de tant d’âmes, est au delà de notre compréhension. Soyez heureux d’être hors d’atteinte et en sécurité. Observez les règles du canot de sauvetage (auxquelles Mgr Fellay refuse de se conformer en nous disant de ramer vers le tourbillon).

SOPHISME #4: UNE RÉGULARISATION SOUS LE NOVUS ORDO N’ENTRAINE AUCUNE SOUMISSION A LUI

Je n’ai jamais dit que “se soumettre au mal par obéissance est un péché”, c’est Monseigneur qui l’a dit le 9 août 1986, et cela n’empêche pas la citation d’être parfaitement vraie (de même que le S#3 montre que vous êtes de moins en moins d’accord avec notre fondateur). Retournez aux principes. Lisez par exemple la Bulle papale “Cum Ex Supremi Apostolatu”. Paul IV nous dit, nous commande même de nous détacher totalement des autorités écclesiastiques maculées d’hérésie. Je ne sais pas comment Dieu nous débarassera de ces intrus; “Cum Ex” n’est pas spécifique, mais ces paroles de l’Eglise et de ce bon Pape me donnent la certitude que je dois rester parfaitement à l’écart. Vous qualifiez de donatisme ce que dit Paul IV, alors que cela a toujours été la discipline de l’Eglise, de l’Epître de St Jean jusqu’au code de droit canon 1917. Vous ne préciserez pas comment Saint Athanase s’y est pris avec les évêques ariens… Si je me souviens bien, il ordonna des évêques pour les remplacer localement; quelque chose de bien plus fort que ce que fit Mgr Lefebvre (qui n’était peut-être pas le Patriarche d’Alexandrie). Je serais heureux d’apprendre comment St Augustin se comportait envers les évêques hérétiques de son temps; dans ma position actuelle, je n’ai plus accès à une librairie de Séminaire. Peut-être qu’une bonne âme me viendra en aide et réfutera vos allégations historiques fallacieuses.
Il demeure qu’une reconnaissance canonique n’est pas qu’une simple reconnaissance, c’est notre dégringolade entre de mauvaises mains. Les bénédictions de Mgr Lefebvre et de Mgr Charrière ne s’appliquent pas à une organisation qui retourne graduellement à des principes novus ordo; parce que ces évêques cherchaient à nous y faire échapper (cf. Cospec). De même, on perd la juridiction de suppléance si l’on maintient, comme vous le faites, que collaborer avec la hiérarchie actuelle peut se faire sans détriment de la Foi. C’est la Foi qui fonde la réalité canonique de la juridiction de suppléance. Même si cela ne vous plaît pas, la légalité canonique suit la Foi au lieu de la précéder.

SOPHISME #5: UNE STRUCTURE CANONIQUE IDOINE PERMET DE RÉSISTER A TOUTES LES PRESSIONS A L’INTERIEUR DU NOVUS ORDO; NOUS N’AVONS PAS BESOIN D’ATTENDRE LA CONVERSION DE ROME POUR L’OBTENIR

Vous répétez encore et encore que si la FSP, ICR, IBP, FDR et Campos ont échoué aussi lamentablement, c’est par défaut de structure convenable, comme la Prélature (à la confiture). Oh pardon! J’ai oublié ! Nous avons nos amis à Rome et une ribambelle d’évêques progressistes qui disent la Messe en Latin… Ils vont nous accueillir et nous demander de l’aide.
L’abbe Themann confirme que si la fsspx réconciliaire ne met plus la conversion comme condition pour obtenir une structure canonique, c’est pour mieux garder le droit de condamner les erreurs. Le but est de forcer Rome à admettre que Vatican II est faillible (on le voit bien avec le Pape François); une telle admission constitue une défaite tactique pour l’ennemi et une aide stratégique pour ceux qui sont assis entre deux chaises, parce qu’elle permet de protéger les prêtres qui ont envie de rejoindre la Tradition. C’est le syndrome des huîtres (dans Alice aux Pays des Merveilles). Je ne vais pas vous citer mes propos huitresques passés, cela ferait prétentieux pour le français moyen que je suis.

SOPHISME #6: NE PAS S’ASSOCIER AVEC LE NOVUS ORDO EST DU DONATISME

Vous soutenez mordicus que nous sommes des donatistes; votre calomnie se dissipe au vu du fait que nous cherchons à nous occuper des pécheurs qui sont parmi nous, voire même des gens douteux qui travaillent parfois pour nous. On me dit de temps en temps “Pourquoi un tel est dans votre paroisse?” On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Ensuite vous dites que nous avons une mentalité donatisto-schismatique, la preuve étant votre connaissance supérieure du donatisme, par rapport à nous, lecteurs ignorants. Une telle connaissance ne prouve en rien que nous sommes schismatiques… mais que vous êtes séduit par l’arme fatale des progressistes “Vous n’êtes pas en communion!” “VEPCA!”

SOPHISME #7 : NE JUGEZ PAS LE PAPE FRANCOIS

Normalement Menzingen devrait tempêter sur les scandales du Pape Francois; la matière est ample et cela couperait l’herbe sous les pieds de la Résistance (dont l’argument principal est que la Fraternité réconciliaire ne combat plus le novus ordo). Mais que voit-on? Les Dominicains d’Avrillé sont les seuls à faire le tour du problème, avec leur magnifique dernier Sel de la Terre. Autrement, quasiment rien, sauf du côté de la résistance, le plus inquiétant étant le silence de Mgr Tissier. Alors que l’iniquité de la Nouvelle Rome Fornicatrice abonde, nous devrions être de moins en moins silencieux devant cette moquerie ouverte et répétée du premier commandement de la part du Pape François. Il s’agit bien ici de l’honneur de l’Eglise Catholique, que vous prétendez connaître si bien. Le plongeon final de la nouvelle Rome dans l’hérésie est en train de se produire et vous me dites qu’il ne faut pas juger le Pape François prématurément. Tout ce que nous avons de Mgr Fellay à son sujet est une remarque très faible sur un point secondaire; rien sur le scandale du Jeudi Saint, la Messe inaugurale du 19 Mars, les discours qui annoncent la couleur. Pourtant ce Pape est très prolifique, même lors de son élection: “L’Eglise est mondaine si elle dit avoir la vérité.”(Préconclave) “Portez-le vous-même, le carnaval est terminé” au pauvre Mgr Marini qui lui présentait la mozzeta (bbc 16 mars), les bénédictions bizzaroïdes, l’éloge de Kasper comme “grand théologien”. Les lunettes roses de DICI bougent à peine du nez de Menzingen, la rubrique “nouvelles de Rome” est d’un silence éloquent. Même chose de l’autre côté de la planète (sspx asia, sspx.com). Non, M. l’abbé, les jugements sévères sur le Pape François consistent en l’énoncé même de ses actions qui parlent pour elles-mêmes; et qui n’ont pas besoin d’interprétations quelconques pour tout dire. Si la rumeur se confirme pour un Assise IV lié à la canonisation de Jean Paul II en avril-mai, (on dit que les prélats sont en train d’acheter leurs billets d’avion), sortirez-vous enfin de vos illusions?  Le Pape a promis beaucoup plus pour l’avenir, et il tient parole.
Mais pour la Fraternite réconciliaire, un oui n’est plus un oui, contrairement à Mgr Lefebvre qui six mois avant sa mort disait à ses prêtres à Ecône:”Les documents du Concile sont une perversion totale de l’esprit”. L’abbé Themann est le dernier en date qui proclame qu’on va ignorer ce qui se passe à Rome sur le plan de la Foi en vue de rechercher un accord pratique, parce que le principe de 2006 est aboli (pas d’accord pratique sans accord doctrinal). Pendant ce temps le Cor Unum officialise la DQA, explique la bonté de son contenu, sa ressemblance avec la pensée supposée du fondateur; et naturellement un nombre grandissant de prêtres libéraux emboîte le pas... à moins que le Cor Unum soit donné à Menzingen pour dissimuler  ou dés-officialiser sa pensée, comme le dirait un Talleyrand.
Dites-moi comment la petite Fraternité se défendra, alors qu’avant d’être prise à bord du novus ordo, elle n’a plus de dents… et ne peut que gober…
Notre-Dame aurait du nous dire que Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l’Antéchrist avec des closes restrictives, contrairement à Mgr Lefebvre qui dit sans retenue “Rome a perdu la Foi, mes amis ; ce ne sont pas de vains mots ; Rome a perdu la Foi.” Mgr Tissier, n’ayant pas su se restreindre doit être restreint, de même les amers qui sont dans le même cas. S’il en est un qui doit être aimé avec des montagnes de clauses restrictives, c’est bien Mgr Williamson. “Pas de liberté pour les ennemis de la liberté.”

SOPHISME #8: ENTRONS DANS LE CHAMP D’IVRAIE ET DE BON GRAIN

Une autre erreur de ma part (et je devrais toujours en garder quelques unes pour vous maintenir en appétit), fut de confondre les mots anglais Chaff et Cockle (paille et ivraie). Mais je ne suis pas le seul:”C’est Notre Seigneur lui-meme qui nous enseigne avec sa parabole de la paille (chaff) qu’il y aura toujours, sous une forme ou une autre de la mauvaise herbe a arracher et a combattre dans son Eglise.” (Lettre infâme du 14 avril 2012). Je pense que le traducteur anglais chercha à corriger l’énormité de l’erreur contenue dans l’original français: “C’est Notre Seigneur lui-même qui nous a fait comprendre  avec sa parabole de l’ivraie qu’il y aura toujours, sous une forme ou une autre, de la mauvaise herbe à arracher et à combattre dans son Eglise.” En Français, ivraie ne veut pas dire paille, et comme vous le dites justement, la parabole de la paille et du bon grain n’est pas de Notre Seigneur, mais de St Jean Baptiste (Mt 3,8). Dans son texte Mgr Fellay ne parle pas de l’aire, mais nous dit de rentrer dans le champ d’ivraie et de bon grain pour arracher l’ivraie, contrairement au commandement du maître. Je ne crois pas que les Pères de l’Eglise soient d’accord avec lui là-dessus. Je regrette que vous n’ayez pas assez lu la lettre du 14 avril que vous semblez confondre avec la déclaration du 15 avril (que vous appelez “communiqué” (statement) du 14 avril). Nous faisons tous des erreurs, et la plus grande serait de prétendre en faire jamais. Le mieux, pour éviter la confusion, serait de se rappeler qu’il y a 100 ans, jour pour jour, le Titanic heurta l’iceberg le 14 avril et sombra au matin du 15, avec cette horrible capitulation doctrinale. J’espère que cela aide.

SOPHISME #9: LE REFUS D’UNE RÉGULARISATION AUJOURD’HUI EST UN OBSTACLE AU SALUT

Avant de les sacrer évêques, Monseigneur dit aux quatre candidats que “nous devons absolument nous convaincre que ce ne sont rien d’autre que des manœuvres ; qu’il est dangereux de nous placer entre les mains d’Evêques conciliaires et de la Rome moderniste. C’est le plus grand danger pour nos fidèles. Si nous nous sommes battus pendant vingt ans pour éviter les erreurs conciliaires, ce ne fut pas pour nous mettre à nouveau entre les mains de ceux qui professent ces erreurs.” Quoi de plus clair, d’autant plus que Rome empire.
Il n’y a pas si longtemps, trois évêques de la Fraternité disaient ensemble que “Les autorités peuvent (≠vont) tolérer que la Fraternité continue à enseigner la doctrine catholique ; mais elles ne vont absolument pas permettre une critique intégrale du Concile et de la Nouvelle Messe. En cessant d’attaquer la plus importante des victoires de la Révolution, la pauvre Fraternité cesserait nécessairement d’être opposée à l’apostasie universelle de nos tristes temps et s’enliserait [...] ne voit-on pas des signes de diminution de la confession de la Foi dans la Fraternité ?”
Ce qui est en train de devenir un obstacle grandissant au salut de nos fidèles est ce comportement libéral de plus en plus de prêtres dans la Fraternité réconciliaire. J’en connais un qui, selon des témoins que je puis citer en privé (ou publiquement si vous continuez à ignorer les faits), qui dit à nos fidèles de Bombay d’assister à une messe motu proprio en latin à l’église St Antoine de Malwani, à côté de notre centre de messe de Malad. Ce prêtre leur a dit qu’ils pouvaient y communier; et il a chanté même dans le choeur. Voilà bien une ignorance complète de la façon dont le novus ordo traite la vraie messe ces temps-ci; parce que de même qu’à Buenos Aires sous le Cardinal Bergoglio, ces messes existent pour nous contrer localement, et sont célébrées par des prêtres novus ordo qui disent la nouvelle messe la plupart du temps, à condition qu’ils reconnaissent la nouvelle messe et le Concile, certains d’entre eux faisant ouvertement état de leur dégoût pour la messe traditionnelle (Bandra), ou massacrant les rubriques (Mahim). Ces messes dites dans des conditions qui prennent à la gorge ne sont pas accompagnées de catéchisme traditionnel, ni de retraites et autres sacrements traditionnels. S’il y avait besoin de célébrer l’anniversaire de l’enterrement de Mme Wilfried, pourquoi ce prêtre de la Fraternité ne s’est-il pas contenté de la dire dans notre propre chapelle, puisqu’il était là? M. l’abbé Couture reconnut, non pas le problème, mais l’embarras causé en promettant de ne pas envoyer ce prêtre à Bombay de si tôt.

Les mêmes symptômes sont en train de se produire ailleurs. Par exemple l’abbé Rostand essaye de séparer les fidèles de l’abbé Ringrose. Ces fidèles vont à la messe de l’indult quand un prêtre réconciliaire ne vient pas. Il a dit que les fidèles du petit centre de Bismarck peuvent aller à la messe de l’indult. En France nos constatons une plus grande fréquence de mariages mixtes (consentements reçus par un prêtre agréé du diocèse, messe célébrée par un prêtre de la Tradition). Comment les lignes peuvent-elles être claires quant nous chantons le Te Deum pour le motu proprio ambigu de 2007, ou quand c’est l’abbé Pfluger qui dit à la réunion des prêtres (nov. 2011) qu’il va falloir lutter sur le même terrain que les autres groupes Ecclesia Dei... Une nouvelle attitude envers la messe en latin novus ordo émerge.

SOPHISME #10: MGR DI NOIA DONNE DE BELLES CITATIONS DE ST AUGUSTIN QUI MONTRENT UN REEL DANGER DE SCHISME

Cher M. l’abbé, j’ai relu ces belles citations qui concernent ceux qui provoquent le schisme et manquent a la Charité. Ces citations ne nous concernent pas, ou bien vous vous sentez démangé par elles.
Contrairement à ce que Mgr Di Noia insinue fallacieusement, la Fraternite n’est aucunement schismatique, et tout à fait charitable, parce qu’elle a la Charité de la Verité qui n’a rien a voir avec la chawité sans vérité du novus ordo, pour reprendre l’expression d’un évêque que vous aimez avec tant de clauses restrictives.

SOPHISME #11: LE PROTOCOLE DU CINQ MAI EST UNE RÉFÉRENCE PRATIQUE AUTORISÉE
Cf. Première partie, paragraphe 8.

SOPHISME #12: L’OPPOSITION ACTUELLE A MGR FELLAY EST DE LA PURE RÉBELLION

C’est votre dernier et plus long sophisme, auquel je vous réfère à la première partie de cette lettre. Si notre cas n’est corroboré par rien, nous sommes d’accord : la Fraternité est en proie à une rébellion interne et à de grands scandales.
Si nous sommes confrontés à une vague sérieuse de libéralisme, nous ne pouvons pas la laisser déferler sans combat, car ultimement, le libéralisme entraîne en Enfer les âmes confiées à notre Sacerdoce. Comme vous ne voyez pas de libéralisme, tout ce que vous voyez est de la rébellion. Oignez vos yeux avec le collyre (Apoc 3,18), et vous verrez bien que nous ne pouvons pas jeter aux chiens l’oeuvre de Mgr Lefebvre. N’ayez crainte, la plupart de l’immobilier vous restera.

 Mgr Fellay est ambigu sur Vatican II et la nouvelle messe, aussi récemment qu’à la mi-Février et que dans le  Cor Unum (officiel, n’en déplaise), de mars de cette année. Il dit que beaucoup d’évêques progressistes aiment la messe en latin... etc. Mais Mgr Fellay n’est pas encore favorable aux filles enfant de choeur. Ses explications sur la DQA sont inquiétantes, il a tout un passif de citations libérales, il a placé tant de libéraux aux commandes de la Fraternité, il refuse de revenir sur le principe de 2006, porte les lunettes rose DICI, n’a pas réhabilité Mgr Williamson et ceux dont les craintes de 2012 se confirment d’autant plus avec la DQA et ce qui l’entoure. La transhumance des prêtres continue (6 en mars, 6 en avril), avec celle des religieux (cinq couvents) et des fidèles qui sont troublés par son double langage. Le chaos est grandissant. L’abbé Moulin m’a fait état de querelles internes dans la plupart des communautés de religieuses; le cas le plus fameux étant l’opposition entre Mère Anne-Marie Simoulin et son frère abbé, à Fanjeaux même.

Mgr Fellay est déterminé. Quatre jours après que la DQA soit refusée “comme une étape dans la bonne direction”, il écrit au Pape “Je me suis engagé dans cette perspective [accord pratique sans accord doctrinal] malgré l’opposition assez forte dans les rangs de la Fraternité et au prix de troubles importants.” Je concède volontiers que Mgr Fellay est un soldat suisse solide et tenace... et il est loin d’être bête. Déclarer officiellement que la nouvelle messe est légitimement promulguée dans un institut fondé pour la combattre, sans susciter plus de troubles que cela, c’est du vrai talent. Quel dommage que son libéralisme soit dans une telle position de force !

Nous devons nous rappeler par dessus tout que c’est Mgr Fellay qui s’est rebellé contre la vocation de son institut, contre les directives du Chapitre 2006 auxquelles il est tenu de se plier selon les Statuts, à savoir qu’aucun accord pratique ne doit être cherché sans le consentement antérieur du Chapitre et sans la conversion préalable de Rome. Le fait de s’interroger:”Que veut-on dire exactement par conversion de Rome?” (Econe sept. 2012) ne fait qu’aggraver le problème. Si on touche à l’ADN, il faut s’attendre au cancer.
Ne voyez-vous pas, M. l’abbé, que nous ne pouvons plus collaborer parce que nous ne sommes plus d’accord ? Pour vous je suis vicieux, pour moi vous êtes dans l’illusion. A vous, comme à M. l’abbé Couture j’ai dit “Allez au novus ordo si vous le voulez, mais allez-y sans moi ; j’ai des serments a garder.” A la meilleure moitié de la Fraternité, comme à Mgr Tissier, aux abbés Girod et de Cacqueray j’ai dit que je n’accepterai jamais le silence et que si on s’attend les uns les autres comme des chiens de faïence, nous ne pourrons jamais sauver la position de la Fraternité. Si vous égarez les fidèles, nous les conduirons; si vous perdez vos prêtres (six en Asie, en un an), nous les réorganiserons, tant que la confusion règne au sommet.

Au fond, nous sommes condamnés pour citer Mgr Fellay, un peu comme Desmoulins, condamné par le Comité de Salut Public pour avoir cité Tacite intempestivement. Si Mgr n’aime pas ce qu’il déclare, qu’il le déclare. Nous ne l’avons pas calomnié.

Ne serait-ce pas merveilleux si Mgr Fellay se convertissait ? Il remercierait tous ceux qui ont torpillé l’accord, rétablirait le principe de 2006, tomberait dans les bras de Mgr Williamson et dirait les larmes aux yeux “Si j’avais signé, nous serions morts dans l’année” (Peut-etre un évêque a eu ce mot dans le passé...). Mais je pense qu’il vaut mieux qu’il se démette en faveur d’un abbé de Jorna, ou Mgr Tissier, s'il décidaient enfin de rompre le silence ; je veux dire un vrai antilibéral qui nettoie les écuries d’Augias, et peut-être pas l’un des rebelles, comme vous nous appelez. La tâche serait herculéene, mais il ne faut pas désespérer de la Grâce de Dieu, de même que je ne désespère pas que vous continuerez  cette partie de ping pong intellectuelle avec moi. Vous avez été parfait jusqu’à présent, ne rendez pas mon amour sans réponse!

God bless you, my dear fighting Fr Laisney,

In Iesu et Maria

Francois Chazal+

(1) Réponse de l’abbé Pfluger à Postfalls :

L'original anglais suit, car la traduction n'était pas évidente. Vous pourrez ainsi vérifier certains termes si besoin.


Question d'un fidèle : Monsieur l’abbé, j’ai une question à propos du préambule d’Avril 2012. Il me semble que quelque part dans le préambule, il y a l’acceptance de la nouvelle Messe sous certaines conditions et il y a aussi l’acceptance du nouveau code de Droit canon qui autorise à donner la communion aux protestants. Est-ce que c’est vrai ou est-ce que vous pouvez clarifier cela ?

Vous savez, c’est pa…, c’est pareil. Euh, je pense que c’est intéressant de voir comment les bons euh… fidèles et prêtres sont inquiets et soucieux au sujet euh de comment il (Mgr Fellay ?) nous conduit à Rome. Vous savez, pour… pour comparer avec le texte signé par Monseigneur Lefebvre. Tenez, l’année dernière, personne que ce soient les prêtres ou les fidèles, ne discutait sur ce… ce texte de Monseigneur Lefebvre. C’était… c’était le texte et puis la situation notre… notre richesse [? « wealth »] et ainsi de suite… Si vous… si vous comparez la… la déclaration qui était [celle de] Monseigneur Lefebvre, sa… sa terminologie n’est pas idéale mais Mgr Lefebvre était une réponse à… à la proposition de Rome de 88 et puis il…il aurait pu [ndlr : « ma » - mis pour may have ?-] signer son dénommé préambule doctrinal – ou déclaration doctrinale – et le titre est le même en av… avril hum ! (tousse) l’année dernière, ce n’était… ce n’était pas une déclaration sur notre position, de ce que nous croyons ou sur ce qui est traditionnel ou sur toutes les erreurs du concile, c’était… c’était un minimum à…à proposer à Rome pour continuer sur ces… sur ces contacts avec Rome ou sur la régularisation canonique. Mais c’est maintenant fini, vous savez c’est heu… nous l’avons retirée et Rome ne l’a pas acceptée. Maintenant j’ai... j’ai maintenant une lettre magnifique de Mgr Tissier parce que Mgr Williamson a écrit à tous les prêtres du monde entier pour…pour hum… agir contre l’ordre du Chapitre (inaudible) Mgr Williams… Mgr Tissier a envoyé une lettre disant : « vous pouvez… vous pouvez répandre et publier cette lettre dans le monde entier. » Et il a dit : pourquoi Mgr Williamson en parle maintenant un an après ? Il connaissait le texte. A cette époque, il n’est pas venu vers Menzingen et n’a pas dit : « stop, vous ne pouvez pas le faire ». Non, maintenant, un an après toute la… la fin de… et de nouveau nous [l’]avons retirée et la déclaration faite par le Chapitre a fait les conditions et ainsi de suite et Rome ne [l’]a pas acceptée. Pourquoi maintenant troubler et soucier les fidèles à propos de quelque chose qui, vous savez… c’est du passé. Cela…cela n’a aucun sens vous savez de… de… heu ! Je pense que ce n’est pas un bon esprit maintenant d’analyser chaque phrase et chaque mot et… et… chaque virgule et heu… oui et non vous savez. Ce n’est pas… c’est du temps perdu. Et c’est du… c’est du mauvais esprit, cela trouble et heu, c’est un... un esprit de dialectique dialectique et c’est… c’est un esprit libéral, c’est contre l’autorité. Il [l’] a fait et nous l’avons fait et nous… A ce moment nous pensions que et nous avons… nous avons eu des théologiens qui… qui… qui… qui ont donné leur avis et qui ont dit : « c’est OK ». Vous en avez d’autres qui vous disent que ce n’est pas OK mais maintenant c’est… c’est avril 2012 et maintenant nous sommes en avril 2013, vous savez, hum… Cela n’a aucun sens, c’est insensé de…d’analyser. Bien sûr, on pourrait…heu… on peut faire mieux mais à cette époque on a fait ainsi et c’était la situation et nous avons eu 4 semaines pour répondre et…et nous avions… vous savez c’était le problème depuis le début de heu… 2007 ou 2009. Rome appelle Menzingen… le pape et ils… ils veulent connaître notre position sur un point heu…précis. Ils connaissent notre… ce que nous pensons et ce que nous croyons et ce que nous voulons dire sur le concile et le droit canon et la nouvelle messe. Vous savez c’est, heu… ce n’est pas le moment de dire… heu…heu. C’est comme notre prêtre le dimanche, dans le Credo. Ils… nous disons le Credo in Deum et tous les articles mais, à la fin, je ne dis pas : je dénonce toutes les erreurs de Vatican II en refusant toutes les erreurs modernes (l’assistance rit). Un petit peu de bon sens, non. C’est heu… quel est le but ? Est-ce que c’est pour la gloire de Dieu ? Pour la vérité ? Pour le salut des âmes Ou est-ce que c’est pour détruire ? Pour oui… est dans une optique dialectique pour…pour troubler. Et maintenant ils doivent justifier leur…leur…heu position. Ils doivent maintenant… vous savez, parfois, si vous, ne le faites pas, mais si vous lisez tous ces heu… des appréciations ou… ou des commentaires vous pourriez penser que le plus grand, le plus grand ennemi, le plus gros problème dans… dans l’Eglise est Mgr Fellay. Le plus grand ennemi de la vérité, et le… et…et… s’il vous plaît (l’assistance rit). Nous devons voir la réalité. Que nous avons des attaques, que nous avons, nous avons heu... un combat contre les chrétiens, la chrétienté. Et nous avons heu… heu… l’Islam etc. Et nous avons… nous avons une perte de foi. Et maintenant nous… nous combattons contre et nous, c’est dommage… C’est dommage pour le monde et c’est… c’est une pitié pour tous les ennemis de l’Eglise. Regardant la Tradition [ils voient] qu’ils se combattent, s’accusent et libéral ( ?). Dans ma jeunesse, dans les années 70, je suis un peu plus vieux que vous, monsieur l’abbé  (l’assistance rit), le pire était la franc-maçonnerie et puis les Juifs, et maintenant, le libéralisme… le libéralisme est un blasphème. Maintenant s’il vous plaît oubliez tous cette mentalité stupide, étroite et acariâtre : j’ai raison et je sais mieux ! Nous devons regarder le… le… le but, la finalité et c’est… c’est devenir des saints.

Original anglais :


Question: “Father, I have a question about the preamble of April 2012. It seems like somewhere in the preamble there is an acceptance of the new Mass under certain conditions, and there’s also and acceptance of the new cana-- code of cannon law, which allows giving the Holy Eucharist to Protestants. Is that is that true or can you clarify that?

Fr. Pfluger:  You know that’s the, that’s the same uh (laughs), I think (laughs) it’s it’s interesting to see how good uh the faithful and priests are are worried and concerned about uh how he led us to Rome. You know, to, to compare with the the the text signed by the Archbishop. Take last year, nobody, whether priests or or faithful discussed about this this text by the Archbishop that was that was the text and then the situation our our uh wealth and so forth. If you if you compare the the declaration that was the Archbishop that that term is not is not ideal but the Archbishop was a response to to Rome’s proposition (in) ’88 and then he he ma-uh signed his so called doctrinal preamble – or declarational doctrinal and the title is the same in Apr, April um (coughs) last year, that’s not a that’s not a declaration about our position of what we believe or what’s traditional or all the errors in the council, that’s a that’s a minimum to to propose Rome to continue on this on this uh contact with Rome or the canonical regularization.
But that’s now done you know that’s uh, we withdrawd and Rome didn’t accept. Now I, I have now a a beautiful letter from from Bishop Tissier because Bishop Williamson writing to all the priests in the whole world to to um to act against the order capitulance (inaudible) Bishop Williams--Bishop Tissier sent a letter saying you can you can spread and publish this letter to the whole world. And he said, why Bishop Williamson is discussing now one year later, he knew the text. At that time he didn’t come to Menzingen and say “stop, you cannot do”  no, now one year later after all the the end of and again we withdraw and the declaration by the chapter made the conditions and so forth and Rome did not accept why now trouble and worry the faithful about something that’s you know that’s the past. It it made no sense you know to to uh I think that’s not a good spirit now to analyze every sentence and word and and uh comma and uh yes and no you know.

That’s not that’s a lost time. And it’s a it’s a bad spirit it’s troubling and and uh it’s a spirit of dialectism dialectic and it’s it’s a liberal spirit it’s against authority. He did, and we did and we. At that time we thought that and we had we had theologians they they they they gave their councel and said “that’s ok” you have others they say that’s not ok but now it’s it’s April 2012 and now we are in April 2013 you know, um it make no sense it’s senseless to to analyze. Sure, you could, uh you can do better but at that time we did so and that was the situation and we had 4 weeks to to respond and and we had, you know that was the problem from the beginning from uh 2007 or 2009. Rome is calling to Mezingen, the Pope, and they they want know our position about precise uh uh point.

They know our what we think and what we believe and what we mean about the council and the the Canon Law and the new mass. You know that’s uh, it’s not a moment to say uh uh It’s like our priest in Sunday in the Creed. They we say the Credo in unum Deum and all the articles but, not at the end, I denouncing all the errors in the council by refusing all the modern errors (audience laughs). A little bit uh common sense, no. That’s a, what’s the purpose? That you ask this question, what’s the purpose by these priests, who are organizing this rebellion? Publishing anonymous letters around the world? What’s what’s the purpose? Is this for for God’s glory? For the truth? For the salvation of souls? Or is this to to destroy? To yes is in a dialectic view to to trouble. And now they have to justify their their uh their position,
They have now to, you know sometimes if you, don’t do it, but if you read all these uh some comments or or commentaries you could think the biggest, the biggest enemy the biggest problem in the in the in the church is Bishop Fellay.  The biggest enemy against the truth, and the and and, please (audience laughing). We have to see the reality. That we have attacks, that we have a we have a fight against against Christen, Christianity. And we have uh uh Islam and so forth. And we have, we have uh a loss of faith. And now we we fight against, and we that’s a shame that’s a that’s a pity for the world, and that’s a that’s a pity for all the enemies of the church. Seeing in tradition they fight and accusing and liberal. In my youth, in the ‘70s, I’m a little bit older than you father (audience laughs), the worst was freemasonry, and then the Jews, and now liberalism liberalism is blasphemy. Now please, please forget all this stupid and narrow minded and cantankerous mentality, “I have right and I know better!”. We have to see the the the aim, the purpose and that’s, that’s to become saints.