vendredi 26 avril 2013

Une preuve irréfutable que Mgr Fellay ne trouve pas le préambule doctrinal mauvais

Une preuve irréfutable que Mgr Fellay ne trouve pas le préambule doctrinal mauvais



Cette preuve est dans le quatrième point de l'annexe de la lettre circulaire aux prêtres de la Fraternité du 31 octobre 2012 publiée par truetrad. Cette lettre est capitale : Mgr Fellay écrit explicitement qu'il n'a reconnu aucun tort à la réunion d'Ecône, si ce n'est d'avoir mal deviné les intentions du pape. Or, il a retiré le préambule doctrinal du 15 avril 2012 lors de cette réunion d'Ecône. Donc cela signifie clairement qu'il refuse de reconnaître quelque tort que ce soit quant à la Déclaration doctrinale.


traduction de truetrad (Annexe n°4 de la lettre)

 [Que penser de cette affirmation :] à la conférence qu’il a donnée aux prêtres, à Ecône, le 4 [ou 7 ?] septembre 2012, Mgr Fellay a admis qu’il avait fait une erreur... 

[Réponse officielle de Menzingen à cette question :] 

« En fait, le supérieur général a admis qu’il avait été trompé sur un point très précis et très limité. Il essayait de comprendre la position exacte du pape qui, bien que connaissant parfaitement notre profond désaccord sur Vatican II, voulait évidemment nous reconnaître. La réponse [du pape] conjecturée par Mgr Fellay était la suivante : le pape était d’accord pour diminuer l’étendue de l’obligation d’adhérer au concile dans des discussions théologiques concernant des points légitimes et discutés ; c’est seulement après avoir reçu la lettre du Cardinal Levada le 13 juin qu’il devint clair que l’idée d’un concile étant optionnel et pas obligatoire en conscience était fausse. C’est seulement sur ce point que Mgr Fellay a dit qu’il s’était trompé. » 

Donc Mgr Fellay persiste et signe.

Note : Extrait de la lettre des 37. Voici ce que Mgr Fellay a dit à Ecône, pour retirer le préambule :


« Ce texte, évidemment, quand je l’ai écrit, je pensais qu’il était suffisamment clair, que j’avais réussi suffisamment à éviter les… – comment est-ce qu’on dit ? – les ambiguïtés. Mais force…, disons les faits sont-là, je suis bien obligé de voir que ce texte était devenu un texte qui nous divisait, nous dans la Fraternité. Ce texte bien évidemment je le retire. » (Ecône 7 septembre 2012)