vendredi 19 avril 2013

Quo vadis DICI ?

Quo vadis DICI ?




Nous remercions la personne dévouée qui nous a traduit ce bon article du Recusant.

Voici le dernier élément prouvant la tendance à la baisse continue de DICI. Avec une flagornerie et un optimisme, en ce qui concerne le pape François, tellement embarrassants à voir qu'ils feraient sûrement rougir beaucoup de prêtres de la FSSP, l’abbé Alain Lorans a écrit ce qui suit, sur le site DICI, dans un article intitulé « Enea et Pie » (DICI du 12 04 2013) : 

« En 1458, lorsqu’il fut élu pape et prit le nom de Pie II, le cardinal Enea Silvio Piccolomini déclara à son entourage : « Oubliez Enea, accueillez Pie ». Aujourd’hui, à un mois de l’élection du nouveau pape, voici les questions que se posent les vaticanistes : « Jorge se rappellera-t-il au bon souvenir de François ? Ou François fera-t-il oublier Jorge ? » Et même : « François fera-t-il oublier Benoît ? » Ou encore : « François sera-t-il toujours le même qu’au début de son pontificat? », – car l’histoire de l’Eglise montre que le pontificat de Pie IX ne se termina pas comme il avait commencé. 

Et donc chacun d’attendre les premières nominations du souverain pontife : « qui sera le nouveau secrétaire d’Etat ? » ; « qui seront les prochains préfets des congrégations romaines ?»…. Et tous d’analyser ses déclarations, de scruter ses gestes, d’interpréter les signes qu’il donne ou ne donne pas… 

En revanche, certains sont à l’abri de toute perplexité ; ils n’ont guère besoin d’analyser, de scruter, encore moins d’interpréter. Ils croient déjà tout savoir grâce à une science qu’ils pensent infuse, alors qu’elle n’est que confuse. » 

Abbé Alain Lorans 



Savoir si cela a vraiment été écrit à l'intention de la poignée des pauvres âmes qui lisent encore DICI régulièrement et le prennent au sérieux, ou si l’abbé Lorans s’adresse effectivement directement au Pape et à la Curie et courtise ouvertement les Romains eux-mêmes avec de tels mots, cela reste matière à spéculation pour le moment. Ah, que c’est une chose terrible qu’un amour non partagé! 

Quoi qu'il en soit, une fois que vous aurez fini de rire à sa dernière phrase et récupéré votre sang-froid, cher lecteur, s'il vous plaît, considérez les choses suivantes. Tenant dûment compte de la montagne de preuves composée des paroles, des actes et des omissions de l'actuel Pontife qui ont eu lieu depuis son élection (et pas seulement quand il était cardinal "Jorge"), si vous regardez son pontificat avec quelque doute que ce soit (et c'est un euphémisme!) alors selon l’abbé Lorans, vous êtes juste un béat, un leurré « je-sais-tout» qui pense qu'il a une connaissance infuse alors qu'en réalité vous êtes juste une tête confuse ! 

Deuxièmement, quelle incroyable hypocrisie pour ces personnes mêmes (et l’abbé Lorans en particulier!) de donner des leçons au reste du monde traditionaliste qui « passe au crible » entre toutes choses les actes et les paroles du Pape ! Rappelons-nous que c'est le même DICI et le même abbé Lorans qui « ont passé au crible » tellement minutieusement le discours de Benoît XVI lors de la « Journée mondiale de la paix » en janvier dernier qu'ils ont réussi à faire un article sur l'ensemble de son discours en omettant l’énorme hérésie sur la liberté religieuse qu’il contenait et qui sautait aux yeux ! 

Excusez-moi un instant si je parais légèrement sceptique, mais l’abbé Lorans souffre clairement de défaillances continuelles dans son examen minutieux des dernières semaines s'il essaye sérieusement de nous convaincre que nous attendons toujours des indications pour savoir quel genre de pape François sera ! Apparemment, il n'a pas réussi à remarquer le lavement des pieds d'une femme musulmane, la prière côte-à-côte avec un évêque schismatique orthodoxe, la déclaration «je n'ai pas besoin de tout cela » lorsque les clés de l’appartement pontifical lui ont été présentées, pour ne citer que quelques petites choses auxquelles beaucoup d'autres pourraient être ajoutées. Et sans parler du fait que les plus grands libéraux parmi les cardinaux (Kasper, Bertone, etc) ont dit ouvertement qu'ils ont voté pour lui lors du conclave ! Mais peut-être sommes-nous injustes - sans aucun doute l’abbé Lorans a scruté le nouveau pape de très près, il doit y avoir une autre explication ... maintenant, est-ce que je ne me souviens pas de ce qu’a dit l’abbé Chazal sur DICI et les lunettes teintées de rose ? Assurément il ne pouvait y avoir rien de vrai là-dedans, n’est-ce pas ...? 

Enfin, il y a la petite déclaration de l’abbé Lorans sur le pontificat de Pie IX qui n'a ​​pas pris fin comme il avait commencé. Eh bien, oui, il est vrai que Pie IX, qui fut auparavant un libéral, est devenu un adversaire implacable de toutes les formes de libéralisme (hmmm..... si l’abbé Lorans espère cela du pape François, peut-être qu'il ferait mieux de regarder avec plus d’attention !) Mais nous serions malhonnêtes si nous ne mentionnions pas qu'il y avait une raison à cette conversion inattendue de la part de Pie IX : à savoir, le fait mineur que les francs-maçons ont envahi et détruit les États pontificaux, que les appartements pontificaux ont été envahis par une foule meurtrière, et que Pie IX lui-même, juste après avoir assisté à l’assassinat de son Premier ministre dans une pièce adjacente, a été forcé de fuir déguisé, avec juste quelques minutes d'avance sur ceux qui voulaient l’assassiner. Pas le genre de chose à laquelle on s'attendrait  ou que l'on voudrait voir arriver tous les jours ! Et, ainsi que le faisait observer sagement un message sur Cathinfo.com récemment, après sa conversion de Saul à Paul sur le chemin de Damas, les autres Apôtres au début n'ont pas eu confiance en St. Paul jusqu'à ce qu'il prouve en paroles et en actes cette conversion. Même si cela peut paraître évident, une conversion miraculeuse ou imprévue, est cela : un fait miraculeux ou imprévu. Et comme tel, c’est sûrement un mince espoir si nous en sommes réduits à espérer un autre «happy ending» à la Pie IX. Bien sûr, avec Dieu, toutes choses sont possibles. Mais c'est dans la nature des miracles d’être inattendus et à l'encontre de ce qui devrait avoir lieu. Par conséquent, nous ne devrions pas présumer qu'un miracle puisse avoir lieu : même si cela est possible, nous devons continuer à agir par nous-mêmes. Et nous serions bien avisés de prévoir de rudes épreuves pour l'Église et pour le monde si nous tenons compte des informations entourant le pape François. 

Et non, je ne suis pas venu à cette conclusion par la science infuse, mais simplement par le bon sens! 

"Si vous deviez lire DICI chaque jour, vous perdriez la foi!" Abbé Joseph Pfeiffer