vendredi 12 avril 2013

Mise au point des carmélites en réponse à l'article de l'abbé Schmidberger et exposition de la situation du carmel.


Mise au point des carmélites en réponse à l'article de l'abbé Schmidberger et exposition de la situation du carmel.

Traduit de l'allemand par un de nos lecteurs



Addendum, le 14 avril 2013 : une phrase a été corrigée suite à une petite erreur de traduction. Voici la bonne traduction : " Du fait que notre cloître ne peut être vendu – il doit revenir, selon un accord contractuel, à la Fraternité aussitôt qu’il ne sera plus utilisé comme Carmel." Donc il n'est pas dit que l'accord était oral, contrairement à ce qui était écrit précédemment. Il y a eu une petite confusion autour du mot "laut" qui a été traduit deux fois par mégarde. 

La notification de la séparation de notre Carmel St Joseph d‘avec la Fraternité St Pie X dans le bulletin [du district d‘Allemagne] d‘avril 2013 exige, en raison de fausses affirmations, des mises au point que nous voudrions exposer ici :

Affirmation : Les Carmélites de Brilon-Wald sont induites en erreur par leur directeur spirituel.(…) C‘est l‘aboutissement d‘une influence qui a duré un an et demi.
Mise au point : Il n‘ y a pas eu influence, seulement un solide enseignement des vérités de la foi, semblable par la forme et le contenu à ces enseignements auxquels nous étions généralement habituées, il y a 15 ans encore, dans la Fraternité St Pie X. Dans ces conditions, il était inéluctable que les actuelles déviations de la Fraternité par rapport à la saine doctrine ne devinssent évidentes. Notre conclusion concrète, le choix de la séparation d‘avec la Fraternité St Pie X, n‘a pas été discutée avec notre directeur spirituel ; il en fut seulement informé ; seule a été discutée avec lui la question pratique de savoir si, dans ce cas, il resterait avec nous.

Affirmation : Nous serions des moniales vivant en clôture qui n‘auraient été informées que d‘un seul côté.
Mise au point : Jusqu’en mars 2013 nous recevions le bulletin – du district - ainsi que le « kirliche Umschau » - tour d’horizon de l’Église - et étions de ce fait au courant des publications officielles de la Fraternité.

Affirmation : Ces derniers mois, des textes subversifs et diffamatoires ont apparemment circulé (…)
Mise au point : L’objet principal de nos études, ces derniers mois, fut :
-        Mgr Marcel Lefebvre : Sermons, conférences et écrits (en particulier : „Ils L‘ont découronné“)
-        Don Félix Sardá y Salvany : „Le libéralisme est un péché“ (ouvrage préfacé par Mgr Lefebvre),
-        P. Michel Lelong: „Pour la nécessaire réconciliation – Le Groupe de Réflexion Entre Catholiques (GREC)“ (Compte-rendu par un prêtre de l’Église officielle des relations occultes de la Fraternité St Pie X avec Rome depuis 15 ans).
Pour compléter ce que déclare unilatéralement le bulletin nous avons consulté (sans l’intervention de notre directeur spirituel) les prises de position des résistants de la Fraternité. Ceux-ci sont traités en bloc de « subversifs ».

Affirmation : Petit à petit leur (c’est-à-dire notre) confiance a été ébranlée par ladite „subversion“.
Mise au point : Notre confiance fut ébranlée par la Fraternité St Pie X elle-même. Les contradictions et déviations par rapport à la droite ligne de Monseigneur [Mgr Lefebvre], lesquelles se trouvent en quantité dans ces déclarations, étaient étayées de manière irréfutable par la Résistance. Le fait que le bulletin n‘ait pas une seule fois évoqué la lettre des trois évêques, NS Tissier de Mallerais, de Galarreta et Williamson, au Conseil Général de la Fraternité en avril 2012, et la réponse du Conseil Général (14 avril 2012), démontre bien que le contenu de celui-ci n‘est pas forcément véridique. Du côté de la Résistance, nous trouvions des arguments au niveau objectif, et du côté de la Fraternité des arguments purement subjectifs.

Affirmation : Sans nous attaquer directement, mais de façon à ce que, sans équivoque cela puisse nous être appliqué, on nous reproche : l‘entêtement, la manie de vouloir toujours avoir raison, l‘autosatisfaction, la critique, la fausse dialectique, la malice.
Mise au point : Une publication de notre échange de correspondance avec Mgr de Galarreta et M. l’abbé Schmidberger, échange qui, de notre côté, fut aussi bref et courtois que possible, nous exonérerait entièrement à ce sujet. Ce à quoi nous n’aurons pas recours afin de ne pas mettre inutilement les personnalités de la Fraternité St Pie X dans la lumière de leurs propres affirmations.

Preuve du libéralisme dans la Fraternité St Pie X

Que le libéralisme ait pénétré dans la Fraternité St Pie X, cela est démontré par de nombreuses déclarations de Mgr Fellay et d’autres représentants, et non des moindres, de la Fraternité, déclarations que l’on peut lire dans leurs publications ou qui sont compilées avec clarté sur les sites internet de la Résistance. La volonté, et même la poursuite d’un accord pratique avec une Rome, aujourd’hui comme par le passé, toujours moderniste et conciliaire en est la preuve la plus éloquente et la plus alarmante.
En ce qui concerne la complicité avec le libéralisme, Don Félix Sardá y Salvany va plus loin : „C‘est complicité chez les pères de famille, les directeurs spirituels, les chefs d‘atelier, les professeurs et les instituteurs que de garder le silence quand on les interroge sur ce sujet ou même simplement de ne pas s‘expliquer sur cette question quand ils sont obligés d‘éclairer la conscience de leurs subordonnés. “ (chap. XVII, N° 6)
Or, aux Éditions Sarto sont diffusés des livres douteux. Et dans le bulletin et le „kirliche Umschau “ sont publiés tels quels des articles contestables de représentants conservateurs de l‘Église officielle.

Sommes-nous sédévacantistes ?

Non, nous ne le sommes pas. La question de savoir si les papes douteux depuis le Concile auraient été, ou le cas échéant seraient, légitimes, ne peut nous incomber en aucune manière. Par conséquent nous prions pour le pape, mais sans que cela signifie notre soumission à son autorité toujours moderniste, aujourd’hui comme par le passé.

Notre situation canonique

D’après la circulaire du précédent Supérieur Général de la Fraternité St Pie X, M. l’abbé Schmidberger, aux couvents de la Tradition en date du 28 mai 1991, la situation des communautés rattachées à la Fraternité se résume comme suit : la Fraternité elle-même n’a aucun pouvoir de juridiction sur les Communautés religieuses. L’évêque compétent exerce sa charge non comme membre de la Fraternité mais simplement comme évêque catholique et en vertu d’une juridiction extraordinaire qui résulte de ce que les communautés font appel à lui en raison de l’état de nécessité. Elles sont parfaitement libres de le faire. En conséquence, en raison de cet attachement au libéralisme cité plus haut, nous avons maintenant renoncé en toute liberté à faire appel à l’autorité de suppléance de Mgr de Galarretta. A sa place nous nous sommes mises en contact avec Mgr Williamson.

Conclusion

Notre étude pour évaluer d’une manière raisonnable, et dans la lumière de la Foi, la situation dans la Fraternité nous a amenées, après de nombreuses prières, à la conclusion suivante : pour l’amour de la Vérité, de la Sainte Église et de la Fraternité en tant qu’œuvre de Monseigneur, qui a été bénie de Dieu, nous nous voyons obligées de nous soustraire à la dangereuse influence de ce libéralisme désormais présent en elle.
La vie des sœurs contemplatives a pour but la contemplation de la Vérité et l’union avec Dieu, qui est la Vérité même. Les demi-vérités et les compromis ne peuvent en aucun cas être un moyen d’atteindre ce but.
Pour travailler au triomphe de la Sainte Église par le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, rester fidèles à la mission de Monseigneur et atteindre, pour nous et pour beaucoup d’âmes, le bien suprême de l’union avec Dieu, nous nous voyons contraintes de confesser et préserver notre Foi en prenant nos distances avec la Fraternité St Pie X.
Avec joie nous reviendrons à elle aussitôt qu’elle reviendra dans la ligne de Monseigneur Marcel Lefebvre.

Qu’en est-il de l’avenir du cloître ?

Par la perte de bienfaiteurs qui n’ont pas compris notre choix, ainsi que par le fait que notre sœur tourière nous a quittées précipitamment, nous nous trouvons dans une situation délicate. Pendant presque 30 ans, le District n’a pas été en mesure de nous assurer un chapelain qui aurait pu avoir charge d’âmes. Faute d’une communauté de fidèles qui pourrait nous aider, nous devons quitter la clôture prévue par notre règle afin de pourvoir à notre entretien. Nous avions déjà signalé cette situation, il y a presque 8 ans, à l’ancien Supérieur du district sans qu’il y ait été porté remède par la nomination d’un chapelain. Aussi envisageons-nous de transférer notre Carmel dans le sud où l’aide nous est assurée. Du fait que notre cloître ne peut être vendu – il doit revenir, selon un accord contractuel, à la Fraternité aussitôt qu’il ne sera plus utilisé comme Carmel – nous avons besoin de moyens pour pouvoir envisager une nouvelle fondation. Même pour un début très modeste dans un très petit bâtiment il nous faudrait au moins 700 000 €.
Nous sollicitons de tout cœur et avec instance votre aide afin de pouvoir assurer la pérennité de notre monastère en Bavière ou dans les environs.
Pour l’amour de la Foi nous nous sommes jetées dans les bras de la divine Providence : „In te, Domine, speravi, non confundar in aeternum.“

Notre- Dame du Mont-Carmel, gardienne de la Foi, priez pour nous !

Vos sœurs du Carmel St Joseph

Adresse : Karmel St. Josef, Korbacher Str. 89, 59929 Brilon-Wald; Tel. 02961 / 6445
Coordonnées bancaires : Sparkasse (°) HSL Brilon, BLZ 416 517 70; Kto. 56 267
IBAN: DE58 4165 1770 0000 0562 67; BIC: WELADED1HSL
(°)  Sparkasse : Caisse d‘Épargne