mercredi 10 avril 2013

L'ILLUSION LIBÉRALE par l'abbé François Chazal


L'ILLUSION LIBÉRALE

par l'abbé François Chazal





Traduction par Vias tuas Domine


Maasin, le 27 mars 2013.


Cher abbé Laisney, 

Comme vous avez aidé notre cause dans le passé, j'ai été surpris de voir votre dernière attaque contre notre petite (un évêque, 50 prêtres ---en incluant les 6 nouveaux du mois de mars --- 3 monastères, un carmel en Allemagne ) résistance à la FSSPX réconciliaire que l'abbé Couture a recommandée lui-même en chaire. C'est un signe que le libéralisme se répand avec la bénédiction des autorités. 

Je vous remercie de vous être contenté de 3 pages de sophismes qui sont un bon résumé des faussetés que l'on nous jette à la figure. 


SOPHISME n°1 CE SERAIT BIEN D'ÊTRE RÉGULARISÉ MAINTENANT 

Vous commencez par dire que nous n'avons pas réussi à démontrer que Mgr Fellay est dans l'erreur... Bien, mais prouvez-le ! 

Nous citons surtout ses propres paroles ou ses écrits. Si l'on dit que la déclaration du 15 avril est une calomnie vous serez le premier à penser que la déclaration du 15 avril est un faux. Le double langage de Menzigen est un processus en progression et bien documenté, basé sur l'idée que Vatican II et la nouvelle messe peuvent être améliorés et qu'on ne peut pas demander au Nouvel Ordo de les condamner. (interview du 15 février à Nouvelles de France).
La régularisation est comme un cure-dents, indifférente, ce qui revient à dire que je peux piquer l'oeil de ma petite soeur avec. Un prêtre n'a pas à être régularisé par Robespierre mais par le bon pape Pie VI. Mais non, vous dites que nous devons être en règle parce que la loi c'est l'ordre. "order!!!" dit le modérateur du parlement anglais. Malheureusement le nouvel ordo n'est un ordre que de nom. C'est le désordre, la désorientation diabolique, comme le dit Soeur Lucie de Fatima et Mgr Lefebvre nous a dit que "se soumettre au mal par obéissance est un péché"... Au jour du jugement, Dieu [ne nous demandera pas] si nous avons obéi à des autorités infidèles (9 août 1986).

Pourquoi ne donnez-vous pas aux fidèles la suite de la définition de la loi ? C'est injuste. Une loi est une ordonnance de la raison donnée par le responsable du groupe pour le bien commun de la communauté. 

Est-il raisonnable d'être en règle avec les démolisseurs de l'Église ? Qu'est-il arrivé au bien commun de Campos, de l'Institut du Bon Pasteur, de l'Institut du Christ-Roi, de la Fraternité Saint Pierre ? 

Quand la Foi est en danger le Droit Canon met en règle ceux qui refusent de nager avec les requins. Donc... on a besoin d'un autre sophisme.


SOPHISME n°2 LES NOUVEAUX PAPES SONT MAUVAIS ET LIBÉRAUX MAIS NON HÉRÉTIQUES. 

Pour être en communion avec les requins, on doit prouver que ce sont sont des requins charitables, nous acceptant comme nous sommes, nous, leur proie, tandis que nous faisons clairement la distinction entre ce qui est bon en eux de ce qui est un peu cruel. 

Là encore, vous auriez dû nous dire, à nous les lecteurs ignorants, en quoi consiste le donatisme (une hérésie rigoriste : les gens en état de péché doivent être évités en tout et ne peuvent administrer de sacrements valides.) 

Mais non, nous parlons volontiers aux libéraux, à ceux du Nouvel Ordo et aux non-catholiques et ils sont même bienvenus à nos messes ; mais nous condamnons leurs manières d'agir erronées. C'est ce que nous faisons et je crois que c'est catholique. Faisant partie d'un club de pécheurs, tout en essayant, avec la grâce de Dieu, de nous en dégager, invitant les pécheurs, même les libéraux, je ne vois pas en quoi vous nous comparez aux donatistes... A moins que votre estomac refuse de digérer que nous appelions les choses par leur nom. Tous les pécheurs ne sont pas des hérétiques mais les hérétiques sont d'une espèce particulière et dangereuse que nous devons éviter (dois-je le prouver ?). 

D'après vous, la meilleure façon de ne pas voir des hérétiques c'est de ne pas voir les hérésies, comme par exemple d'empêcher de publier en anglais le livre de Mgr Tissier qui se vend bien en France et qui prouve que Benoît XVI est un hérétique. J'aurais dû y penser : si nous voulons une meilleure Rome tout ce que nous devons faire c'est de dire que ces choses ne sont pas des super-hérésies et attirer l'attention sur les gestes "traditionnels" de Benoît XVI en évitant soigneusement de dire qu'il a béni un centre islamique, qu'il a nommé un franc-maçon à l'Académie pontificale des sciences, qu'il a récité les Vêpres avec les Protestants à St Paul hors les murs, qu'il a préparé la béatification de Paul VI etc... La plupart de ces informations ne se trouvent pas sur DICI ou sur SSPX.org mais on doit les chercher péniblement ailleurs. 

Donc comment pouvez-vous dire que vous résistez au libéralisme quand vous refusez d'exposer les hérésies (chose plus grave) ? Comment le Chapitre général peut-il réclamer de garder la liberté de réfuter les erreurs quand, même avant d'être régularisé, tout ce que nous constatons c'est un silence assourdissant autour des scandales de la papauté actuelle. 


SOPHISME N°3 : LES NOUVEAUX PAPES NE SONT PAS SI LIBÉRAUX.

Si Si No No appelait le Cardinal Ratzinger "un Préfet de la Congrégation de la Foi sans la Foi ". Tous ceux qui ont étudié ses écrits arrivent à la même conclusion. Il n'est pas libéral au même degré que Dupanloup et Montalembert. Mais réjouissons-nous, nous avons maintenant le pape François. Désespérant de ne rien trouver sur DICI ou sspx.org, j'ai suivi sa messe inaugurale sur Youtube... C'était la nouvelle religion : des femmes faisant la lecture, la communion aux pro-avortements Joe Biden et Nancy Pelosi, les représentants des fausses religions près de l'autel, du côté de l'Évangile, l'anneau de Paul VI, la prière au tombeau de saint Pierre avec le Patriarche schismatique, des vêtements novus ordo, des abus liturgiques de toutes sortes, un sermon gauchiste, l'allégeance d'une poignée de cardinaux debout etc. Je ne parle pas des autres aspects de ce pape jésuite, il y en a beaucoup et bien plus importants que ceux que nous rapporte l'abbé Bouchacourt.

Même si vous pouvez compter que beaucoup de fidèles ne vérifieront pas les faits, je pense que le pape François va vous rendre plus difficile la tâche de prouver que Rome a changé... excepté pour le pire. Si vous persévérez dans cet aveuglement libéral, un peu moindre peut-être que les autres degrés de libéralisme, attendez-vous à ce que la crise continue dans la FSSPX. Voulez-vous vraiment que d'autres prêtres nous rejoignent ?

Si j'étais Mgr Fellay, j'admettrais humblement que "j'ai mal présenté la situation et l'ampleur de l'hérésie à Rome " ou que "ça va de mal en pis à Rome, nous la dénonçons et nous excluons tout accord avec elle ". Mais nous n'avons aucun signe de cela. Dieu vous aide à voir les choses avec ce nouveau pape qui est bien moins dangereux pour nous car il est moins ambigu. L'étiquette correspond au contenu de la bouteille ; alors qu'avec Benoît XVI on avait même les jolis souliers rouges.

SOPHISME N°4 : ON DOIT REJOINDRE L'ÉGLISE VISIBLE. 
Votre paragraphe suivant est un peu complexe et j'admets que les arguments de l'Anglicanisme sont un peu poussés. Mais il demeure que votre raisonnement, qui est une reprise de l'infâme lettre du 14 avril de Mgr Fellay, correspond au raisonnement fallacieux de Dom Gérard pour abandonner Mgr Lefebvre en 1988. Comme vous le citez brillamment plus loin, une nouvelle Eglise "s'est clairement manifestée" après Vatican II. Ce que nous avons est un complet enchevêtrement de vérités et d'erreurs, avec des bons qui ont la Foi et des membres pourris. Dans un tel mélange où on distingue mal le blé de l'ivraie que faisons-nous ? Allons-nous au champ ? Non ! Dieu sait comment il démêlera tout, en son temps.

En attendant, nous devons rester attachés autant que possible à l'Église Catholique visible, en priant et en reconnaissant Pape(s) et évêques, en faisant preuve de courtoisie envers les prêtres du Nouvel Ordo de nos localités, en obtenant parfois la permission de nous servir des belles églises et en nous abstenant de dire que tous les gens du Nouvel Ordo sont mauvais. 

Mais pour vous, libéraux, comme pour les Galates insensés de jadis, c'est, selon le mot de Mgr Williamson, le salut par la bouillie. Vous voulez être mêlés canoniquement à cette bouillie inextricable et chewingumesque. Vous n'avez rien appris des expériences passées et le fait que la situation à Rome est pire ( pape François, Müller, Kasper, Bertone, etc..) ne change pas votre raisonnement. Bonne chance ! Vous ferez partie du parlement des religions avant d'être piétinés comme les Rédemptoristes de Papa Stronsay [ndlr :nom de l'île où habitent les Rédemptoristes]. Il y a plus important dans la vie que d'avoir des papiers en règle. Nous pleurons amèrement parce que l'humanité a perdu ses moyens visibles de salut, parce que l'Église visible, ayant perdu son identité missionnaire à Vatican II, des âmes innombrables tombent comme des flocons de neige en enfer. 

Non, monsieur l'abbé, nous aimons l'Église visible plus que vous ne le pensez. Enseigner la foi à toutes les nations comme Notre-Seigneur l'a demandé, c'est faire un acte de visibilité qui ne se retrouve plus dans l'Eglise [conciliaire].

C'est bien triste de vous voir suivre les fausses propositions de Mgr de Noia.


SOPHISME N°5 : MGR FELLAY LUTTE CONTRE VATICAN II. 

Comment pouvez-vous concilier ce que vous dites ensuite avec la déclaration que fit Mgr Lefebvre en juin 1976 : "Dans la mesure où le Pape, les évêques, prêtres et fidèles, adhèrent à cette nouvelle Eglise, ils se séparent de l'Eglise catholique." Au cours des mois même pendant lesquels vous affirmez qu'il était fidèle, Mgr Fellay écrivait soigneusement son préambule doctrinal qui pourrait être le manifeste doctrinal de tout autre mouvement de la mouvance Ecclesia Dei. Etonnamment, le pape ne put l'accepter, pour des raisons politiques que nous ne connaissons pas encore ; ou parce qu'il n'avait pas confiance d'attraper ainsi toute la FSSPX. 

S'il l'avait accepté, nous reconnaîtrions maintenant Vatican II, la validité et la légitimité de la nouvelle messe, la validité de tous les sacrements du Nouvel Ordo, même les sacrements douteux de confirmation et de l'ordre. Nous serions en accord la profession de foi de 1989 qui comprend la soumission à Vatican II et nous suivrions le magistère actuel, selon les termes de Lumen Gentium 25. Nous devrions dire que que la liberté religieuse est réconciliable avec la Tradition (quoique difficilement). Nous ferions nôtre le Droit Canon, sans même mentionner l'ancien code que Mgr Lefebvre nous demandait de suivre. 

C'est une liquidation complète et selon le frère du pape, Benoît XVI fut bien peiné de n'avoir pas réussi à nous acheter. 

Mais le 14 juillet, le Chapitre Général a déployé une grande affiche : A VENDRE ! 

Regardez les déclarations inquiétantes du passé, les entrevues, spécialement celle de CNS, la lettre du 14 avril, les six conditions, les paroles des deux assistants, et la cause est entendue : Mgr Fellay combat peut-être Vatican II... avec le ¼ de son énergie. 

SOPHISME N°6 : ROME SE RAPPROCHE DE LA TRADITION

L'élection triomphale et l'installation de François 1er confirme parfaitement que ce "réel effort" de Rome pour retourner à la Tradition n'était qu'une phase de la Révolution. On a souvent besoin de reculer pour mieux sauter. Apprendrez-vous les leçons du pape François et serez-vous plus prudents ? Considérant le silence des sites officiels de la FSSPX, je crains que non. Mais cela peut donner plus de temps aux bons prêtres anti-libéraux qui font encore partie de la Fraternité officielle (et ils sont nombreux), pour ouvrir les yeux, si vous pensez encore à vous faire reconnaître par la nouvelle Rome moderniste triomphante. Nous avons aussi besoin de plus de temps pour préparer le bateau de secours ; je crois aussi que le pape François retiendra Mgr Fellay, du moins je l'espère.

SOPHISME N°7 : C'EST MIEUX DE GUÉRIR QUE DE PRÉVENIR LA MALADIE. 

Vous voulez que nous attendions l'arrivée de la nouvelle messe, de Vatican II, et de tout ses attirails dans nos chapelles pour réagir. Vous voulez que nous nous laissions duper encore une fois et que nous soyons obligés de nager vers un autre bateau une fois seulement qu'il aura coulé à pic. Mais, monsieur l'abbé, nous avons été dupés une fois, et de façon magistrale, par le Concile. Nous avons étudié en détail le processus et nous avons constaté que le même processus a été employé envers ceux qui ont abandonné le combat auprès de Mgr Lefebvre. Voulez-vous vraiment que nous soyons encore dupés ? Avant d'agir, il nous faudrait attendre l'acceptation officielle de Vatican II, enveloppée qu'elle est dans un langage à double sens et accompagnée d'un pédalage en arrière apparent. 

Mais c'est précisément ce langage ambigu qui nous stimule à l'action, de peur que les âmes simples se laissent tromper.

Notre tâche est difficile et à vos yeux elle est déplacée mais nous devons nous assurer qu'il restera un groupe assez important de résistants quand la réconciliation que vous désirez tant se fera.

Votre détermination à retourner à l'Eglise officielle du Nouvel Ordo nourrit à son tour notre propre détermination.


SOPHISME N°8 : PRIEZ, PAYEZ ET OBÉISSEZ.

Votre dernier paragraphe s'adresse directement à Mgr Williamson, chef actuel de la résistance. 

Je ne sais pas, monsieur l'abbé, si vous réalisez que l'obéissance est votre arme principale exactement comme le Novus Ordo fait vis-à-vis de la FSSPX ; et les 50 que nous sommes constatent avec tristesse que c'est la seule réponse offerte à nos problèmes doctrinaux.

Alors on peut comprendre la perplexité de Mgr Williamson à vouloir créer un lien étroit d'obéissance puisque c'est la deuxième fois qu'on se fait imposer l'obéissance pour nous faire désobéir à Dieu. 

Certains parmi nous aimeraient constituer une organisation, une armée, un peu comme les premiers Jésuites, mais Son Excellence ne favorise pas l'idée et n'accepterait pas d'en faire partie, ni de diriger un séminaire. Nos fidèles par ailleurs aspirent à la sécurité d'un corps organisé de prêtres ; ils veulent des combattants unis dans un réseau mondial. Alors, que faisons-nous ? Devinez ? Nous obéissons à Mgr Williamson confiants que la nécessité d'une "armée mariale" émergera graduellement des liens de la charité qui existent entre nous, de la nécessité de pourvoir aux sacrements et à cette aide sacerdotale dont les familles ont besoin. Des chefs régionaux émergent déjà comme l'abbé Pfeiffer en Amérique du Nord, Dom Thomas en Amérique du Sud, l'abbé Pinaud, je pense, en France. L'abbé Ringrose est un bon chef dans son domaine et l'abbé Ortiz travaille joyeusement avec lui. J'envoie déjà le double de mes documents canoniques à Notre-Dame du Mont Carmel. 

Remarquez qu'on a prophétisé qu'il y aurait "de la zizanie", "qu'on ne tiendrait pas ensemble". Les faits le démentent : nous avons des contacts et nous nous entraidons mutuellement doctrinalement, financièrement et spirituellement. Non, ce n'est pas le chaos parmi nous. Nous sommes une organisation naissante en voie de développement.

Nos concurrents voudraient nous voir prendre des décisions hâtives mais pour le moment nous ne sommes que des prêtres rejetés par la FSSPX et nous essayons de survivre au choc. Nos serments et nos promesses nous les observons dans la douleur, sans logis depuis un an. Nous n'avons rien en banque.

Après cet abus de confiance de la part des autorités il est également difficile pour les fidèles de s'orienter, (l'autorité devrait parfois essayer de gagner la confiance de ses sujets). Certains fidèles sont frappés d'ostracisme, d'autres ne peuvent plus supporter le libéralisme de certains prêtres locaux... et doivent se contenter des rares visites d'un missionnaire qui couvre un vaste territoire. Mais il y a les chanceux de Vienne en Virginie, de Los Angeles (abbé Perez), de Floride, du Brésil etc...

Ne vous faites pas de soucis, monsieur l'abbé, si nous n'avons pas encore un cadre selon vos désirs, un cadre bien défini, c'est afin de réfléchir à une meilleure structure. Pensez-y, deux périodes de 12 ans, pour un supérieur général... C'est un quart de siècle ! 

Pour finir sur une note gaie parlons du zèle amer. Plusieurs questions se présentent : Qui a quitté le repas plein d'amertume avant la fin parce qu'il ne pouvait plus retenir sa colère et a répété l'expérience ailleurs ? Qui nous a refusé l'absolution ? Qui dit aux petits villageois que nous étions schismatiques ? Qui veut que nous mangions dans la bibliothèque et que nous disions la messe dans nos chambres ? Qui refuse nous parler, même pour tester son argumentation en privé ? Qui nous a dit que c'était illégal pour nous d'aller dans les chapelles et les propriétés de la FSSPX ? Qui excommunie des fidèles aux Etats-Unis et en Italie ? Qui a dit à Dom Cyprien de jeter dehors Dom Raphael ?

Non, monsieur l'abbé, je ne vous refuserai pas l'absolution parce que vous vous faites illusion et je ne refuserai pas de vous offrir une bière que j'aime (la Guinness amère, je l'avoue). Venez n'importe quand à ma table ou venez passer un moment devant une glace. Je ne pense pas que vous irez en enfer pour cela. On pourrait même partager un peu de whisky au prieuré de Singapour car il reste encore quelques bonnes bouteilles dans la FSSPX.

Sans vouloir vous mettre en bière, je vous lève ma bière amère et vous souhaite bien d'être aussi peu amer que moi.

In Iesu et Maria.

François Chazal +