mercredi 10 avril 2013

II - Ce que Mgr lefebvre pensait de la messe d'indult

II - Ce que Mgr lefebvre pensait de la messe d'indult




« Communicantes » bulletin Fraternité Saint Pie X Canada août 1985 n° 19 (extrait)

Abbé J.E : Au sujet du récent indult qui a été donné à Rome, le 3 octobre 1984, donnant la permission de célébrer la messe traditionnelle, mais à certaines conditions, pourriez-vous nous parler de cet “indult”, de ses conditions et nous dire ce que vous en pensez ? 

Mgr Lefebvre : Il se trouve justement que c’était le sujet de ma prédication à la messe de Québec. Je vois que c’est très important de bien situer cet Indult, parce qu’il a déjà provoqué pas mal de remous et de conséquences parmi les traditionalistes non seulement ici au Canada, mais un peu partout, en Europe. (...)

Mais un autre résultat fâcheux et désagréable, c’est qu’un certain nombre de prêtres ont cru devoir accepter les conditions pour pouvoir célébrer cette messe régulièrement, et avec l’approbation de leur évêque. Ce qui fait que cela pose certains problèmes assez graves, étant donné qu’ils sont obligés d’accep­ter que la messe nouvelle est aussi valable que la messe ancienne : ce que nous avons toujours refusé, et ce à quoi nous nous sommes toujours opposés parce que nous estimons que la messe nouvelle est dangereuse, et donc mauvaise, parce qu’elle a été faite dans un esprit œcuménique. Elle diminue la foi des fidèles et finit par leur donner un esprit protestant. 

Alors, nous sommes très désolés de voir que quelques prêtres ont cru devoir accepter et dire que la messe nouvelle est aussi valable que la messe ancienne. Pour pouvoir soi-disant dire la messe ancienne en toute sécurité et en conformité avec les règlements des évêques. (...) d’une manière générale nous déconseillons aux fidèles d’aller aux messes de ces prêtres qui ont abandonné la lutte contre la nouvelle messe. (...)

abbé J.E. : Au Canada, nous connaissons particulièrement deux évêques qui ont donné la permission à des prêtres de célébrer la messe de Saint Pie V, selon les conditions de l’Indult. Mgr Grégoire, à Montréal, et Mgr Plourde, pour le groupe d’“Una Voce” à Ottawa. Pouvez-vous donner à nos fidèles vos consignes sur la conduite à suivre vis-à-vis de ces messes célébrées sous les conditions de l’Indult. 

Mgr Lefebvre : Oui, j’ai été surpris de lire dans la brochure d’“Una Voce” qui m’a été donnée à Ottawa, la position qu’ils avaient adoptée. C’est une position très ambiguë et non conforme à celle que nous défen­dons, et que les traditionalistes ont toujours défendue. Ils acceptent également la légitimité et l’orthodoxie de la messe nouvelle : ce que nous refusons d’affirmer. Nous ne disons pas que la nouvelle messe est hérétique, ni qu’elle est invalide, mais nous refusons de dire qu’elle est légitime, qu’elle est parfaitement orthodoxe. Si bien que les fidèles se demandent s’ils doivent assister à ces messes qui sont maintenant autorisées par les évêques. Pour nous, c’est toujours la même consigne : nous pensons qu’il ne faut pas aller à ces messes parce qu’il est dangereux d’affirmer que la messe nouvelle est aussi valable que l’ancienne
Peu à peu ces prêtres qui acceptent ces conditions auront les mêmes tendances que ceux qui disent la messe nouvelle, et un jour, peut-être, ils la diront eux-mêmes et attireront nos traditionalistes vers la nouvelle messe. (...)