mardi 9 avril 2013

I - CE QUE MONSEIGNEUR LEFEBVRE PENSAIT DE LA MESSE DE L’INDULT



I- CE QUE MONSEIGNEUR LEFEBVRE PENSAIT DE LA MESSE DE L’INDULT







Toujours d'actualité. Avec l'Immaculée a mis en gras les passages importants qui peuvent jeter un éclairage sur la situation actuelle. Mgr Fellay, en voulant signer avec Rome, veut faire ce que Mgr Lefebvre réprouvait. Quant au problème qu'évoque Mgr Lefebvre, à propos de la parole qui est paralysée en cas d'accord avec Rome, que l'on ne nous objecte pas la première condition édictée par le Chapitre général, le 14 juillet 2012, condition qui réclame de pouvoir critiquer les fauteurs d'erreur. Cette première condition ne serait pas suivie en cas de signature puisqu'elle ne l'est pas déjà maintenant. Mgr Fellay, à notre connaissance n'a pas critiqué une seule fois François à la date d'aujourd'hui. En tout cas, il n'y a rien sur les sites officiels de la Fraternité. Et pourtant, ce ne sont pas les scandales qui ont manqué, depuis le début de ce pontificat...

De toute façon, depuis la publication de la déclaration doctrinale du 15 avril 2012, nous voyons bien que l'erreur est dans la Fraternité. Et à part les personnes de la Résistance, personne n'a repris Mgr Fellay, fauteur d'erreur. Nous attendons toujours les sermons de l'abbé de Cacqueray, Fr Morgan etc. La parole, dès à présent, est paralysée dans la Fraternité, alors que rien n'est encore signé.



St Michel en Brenne, le 18 mars 1989



Cher Monsieur l’abbé Couture, 

A votre bonne lettre, reçue hier à St Michel, je réponds aussitôt pour vous dire ce que je pense au sujet de ces prêtres qui reçoivent un “celebret” de la Commission Romaine, chargée de nous diviser et de nous détruire. 

Il est évident qu’en se mettant dans les mains des autorités actuelles conciliaires, ils admettent implicitement le Concile et les Réformes qui en sont issues, même s’ils reçoivent des privilèges qui demeurent exceptionnels et provisoires. 

Leur parole est paralysée pour cette acceptation. Les Évêques les surveillent !... 

C’est bien regrettable que ces prêtres ne prennent pas conscience de cette réalité. Mais nous ne pouvons tromper les fidèles. 

Il en est de même pour ces “Messes traditionnelles” ! organisées par les diocèses. Elles sont célébrées entre deux Messes conciliaires. Le prêtre célébrant dit aussi bien la nouvelle que l’ancienne. Comment et par qui est distribuée la sainte communion ? Quelle sera la prédication ? Etc.

Ces Messes sont des “attrape-nigauds” qui entraînent les fidèles dans la compromission ! 

Beaucoup ont déjà abandonné. 

Ce qu’ils doivent changer, c’est leur doctrine libérale et moderniste. 

Il faut s’armer de patience et prier. L’heure de Dieu viendra. 

Que Dieu vous accorde de saintes fêtes de Pâques. 

Bien cordialement vôtre en Christo et Maria. 

+ Marcel Lefebvre