samedi 16 mars 2013

Nouvelles et stratégies envisageables - Neuvaine dernier jour


Quelques nouvelles. Stratégies envisageables. Neuvaine dernier jour

Un modèle de conseil au sommet


L'abbé Rioult nous informe que son refus de se présenter au procès injuste intenté par Menzingen entraîne de facto son expulsion de la Fraternité Saint Pie X. Il va rester en France et va continuer à combattre. Nous sommes avec lui. Nous prions pour lui et pour les abbés Pinaud et Salenave, en espérant qu'ils se sortiront des griffes de Menzingen sans dommage pour leur santé et qu'ils continueront à combattre les erreurs de Mgr Fellay avec ardeur. 



La publication de la déclaration doctrinale du 15 avril 2012 a montré clairement que les positions de la Fraternité Saint Pie X sont actuellement pires que celles de la Fraternité Saint Pierre puisque que Mgr Fellay pense que la nouvelle messe est "légitimement promulguée" et que le Concile Vatican II "éclaire c’est-à-dire approfondit et explicite ultérieurement – certains aspects de la vie et de la doctrine de l’Eglise, implicitement présents en elle ou non encore formulés conceptuellement". Il n'y a donc aucun scrupule à se battre contre Mgr Fellay et les arguments de respect de l'autorité sont fallacieux. 

Mgr Fellay accepte de reconnaître le nouveau code de droit canon, la légitimité de la nouvelle Messe, la validité des sacrements conciliaires sans distinction, même la confirmation ! Mgr Fellay pense que Vatican II a enrichi l'Eglise sur certains points, alors qu'on sait pertinemment que c'est un concile voulu et organisé par la franc-maçonnerie ! La Déclaration doctrinale du 15 avril 2012, montre en effet que la foi est attaquée (c'est ce que disaient depuis le début les abbés Chazal et Pfeiffer) et qu'il ne s'agit pas d'une question de prudence comme Menzingen et ses partisans essayent de nous le faire croire... Non, cette déclaration est là pour le montrer : ce n'est pas une question de prudence, c'est une question de foi. Vous pouvez vous reporter aux divers articles qui ont commencé à paraître pour commenter cette déclaration. 

Les prêtres doivent-ils accepter ce texte passivement ? Faut-il se soumettre humblement à un tel traître ? Non, bien évidemment. 


Faut-il continuer à souffrir en silence dans la Fraternité parce qu'on espère la sauver de l'intérieur ?
Question intéressante à envisager... Admettons que la publication de ce Préambule doctrinal ou un autre scandale fasse démissionner Mgr Fellay. Très bien, nous sommes contents... Mais qui va élire le nouveau supérieur ? Le Chapitre. Et nous savons que le Chapitre a voté à la majorité les six conditions qui valident le principe d'un accord pratique sans accord doctrinal. Les six conditions sont la suite juridique du Préambule doctrinal du 15 avril 2012. Le Chapitre a également voté l'exclusion invalide de Mgr Williamson du Chapitre. (9 voix seulement étaient en sa faveur). Que pouvons-nous donc attendre de bon d'un tel Chapitre ? Rien. Le Chapitre est pour un accord pratique sans accord doctrinal. Le Chapitre soutient Mgr Fellay. 

Les "bons" membres du Chapitre soutiennent également en partie Mgr Fellay. Par exemple l'abbé de Cacqueray. La lettre aux amis et bienfaiteurs n°80 qui vient de sortir est claire sur ce point. D'ailleurs l'abbé de Cacqueray a réagi contre la lettre des 37 prêtres, (à présent 41). Alors qu'attendre, qu'espérer ? Rien. Nous n'avons rien à attendre de la grande majorité des cadres de la Fraternité, sauf peut-être quelques-uns, très rares, qui peuvent encore bouger. Donc on ne peut sauver la Fraternité de l'intérieur, à notre avis. On ne peut pas infléchir son orientation doctrinale mauvaise, sauf à dissoudre entièrement le Chapitre et tous les cadres, ce qui n'est pas en notre pouvoir. 

Nous en tirons donc les conclusions suivantes : si les prêtres de la Sapinière qui sont encore inconnus veulent continuer à ennuyer Menzingen, pourquoi pas, cela se défend. Ils militent ainsi, ils retardent la casse, tout en ne pouvant l'empêcher vraiment. Cependant, nous pensons que pour rester dans la Sapinière en plaisant à Dieu, ils doivent en même temps dire ouvertement à leurs fidèles qu’ils sont contre un accord avec Rome et contre le Préambule doctrinal du 15 avril 2012… Comme par exemple, l’abbé Rioult qui publiait ouvertement ses articles dans le bulletin du Belvédère tout en militant parallèlement secrètement. Mais le prêtre a un devoir d’apostolat complet auprès des fidèles car nous ne sommes pas au niveau prudentiel mais au niveau de la foi. Le préambule doctrinal attaque la Foi. 

Avec l’Immaculée pense que tous les prêtres qui ont été sanctionnés plus ou moins sévèrement, qui sont obligés de se taire, qui ne peuvent plus agir et qui sont surveillés, tous ces prêtres devraient sortir de la Fraternité et rejoindre l'abbé Rioult ou Fr Pfeiffer suivant leur localisation géographique, ou parler haut jusqu’à ce qu’on les expulse. Ne pas réagir à cette déclaration doctrinale serait grave, très grave. 

Fr Pfeiffer dit que, depuis la publication de cette Déclaration doctrinale, tous les prêtres qui se taisent et ne combattent pas cette déclaration ont tort et que leur silence est coupable vis-à-vis des fidèles. Il affirme que le silence à présent deviendrait un péché grave par omission. Il nous semble qu’il a raison. Lisez sa lettre qui vient de paraître en français. Vous jugerez par vous-mêmes, puisqu’il n’y a plus aucun supérieur pour nous dire ce qu’il faut faire. C’est nous seuls devant Dieu qui devons juger et décider. 

Nous précisons quelque chose d’important à nos lecteurs, afin qu’il n’y ait pas de malentendus : l’équipe d’Avec l’Immaculée, bien qu’en contact très fréquent avec divers prêtres de la résistance, est composée uniquement de laïcs. Il n’y a pas de prêtre derrière le blog Avec l’Immaculée. C’est pour cela que vous ne voyez pas de prêtre à la rue aux côtés de l’abbé Rioult en ce moment. Si nous étions prêtres, nous serions en résistance totalement ouverte. 


Que penser de l'objection : Mgr Fellay n'a pas signé, il est revenu en arrière, tout le monde peut se tromper... 

Cette objection est fausse. Mgr Fellay n'a pas signé, uniquement par accident, parce que le pape en dernière minute a ajouté de nouvelles exigences. Notons en passant que s’il avait signé, nous serions sous la férule du pape François et de Mgr Müller ! Mgr Fellay n'a absolument pas renié le fond de son texte. Il a seulement dit que des personnes l'avaient mal pris et que donc il le retirait dans un souci d'apaisement. Il n'a jamais dit qu'il reprenait ses mots, qu'il avait fait des erreurs doctrinales. D'ailleurs, il s'apprête à les justifier et à les expliquer avec des tournures alambiquées, dans le prochain Cor unum

Concernant la réunion de septembre à Ecône, il n'a en fait reconnu aucune erreur. Il a accusé le cardinal Levada de l'avoir trompé, c'est tout. Il dit que son unique erreur est de n'avoir pas su percer les intentions de Rome. Voici les révélations très intéressantes de Truetrad : des prêtres de la Fraternité ont en effet révélé la lettre interne du 31 octobre 2012, dans laquelle Mgr Fellay essaye de mettre les choses au point. Vous pouvez la lire en anglais avec les commentaires de Truetrad, ici : Truetrad

Dans cette lettre Monseigneur Fellay répond ainsi à la question suivante : 

Que penser de cette affirmation : à la conférence qu’il a donnée aux prêtres, à Ecône, le 4 (ou 7 ?) septembre 2012, Mgr Fellay a admis qu’il avait fait une erreur... 

Réponse officielle de Menzingen à cette question : 

« En fait, le supérieur général a admis qu’il avait été trompé sur un point très précis et très limité. Il essayait de comprendre la position exacte du pape qui, bien que connaissant parfaitement notre profond désaccord sur Vatican II, voulait évidemment nous reconnaître. La réponse [du pape] conjecturée par Mgr Fellay était la suivante : le pape était d’accord pour diminuer l’étendue de l’obligation d’adhérer au concile dans des discussions théologiques concernant des points légitimes et discutés ; c’est seulement après avoir reçu la lettre du Cardinal Levada le 13 juin qu’il devint clair que l’idée d’un concile étant optionnel et pas obligatoire en conscience était fausse. C’est seulement sur ce point que Mgr Fellay a dit qu’il s’était trompé. » 

Donc Mgr Fellay persiste et signe.

Avec l’Immaculée propose que nous invoquions chacun de façon privée M. l’abbé Lapraz qui a offert sa vie pour la Fraternité. Qu’il nous guide et nous obtienne les lumières du ciel dans cette période exceptionnelle de l’histoire de l’Eglise. A période exceptionnelle, grâces exceptionnelles, mais pour cela, nous devons les demander et même les arracher à Notre Seigneur. 

Quant aux fidèles, Avec l’Immaculée pense pour l’instant qu’ils doivent commencer à se compter et à informer les autres paroissiens, sans pour autant entrer en rébellion ouverte tant qu’il n’y a pas de fondation de chapelles de remplacement et qu’aucun prêtre de la résistance ne fait d’annonce de fondation en France. Car il ne faudrait pas être privés de sacrements pour une durée indéterminée. Nous préparons deux actions auxquelles nous vous proposerons de participer bientôt. 


Neuvaine pour les prêtres persécutés, dernier jour 


textes du jour 

Ainsi parle le seigneur : Au temps favorable je t'exaucerai, au jour du salut je te secourrai. Je te garderai, je ferai de toi l'alliance du peuple pour relever le pays, pour répartir les héritages dévastés, pour dire aux captifs : " Sortez ", à ceux qui sont dans les ténèbres : " Montrez-vous. " 

Mon Dieu, nous vous demandons la grâce pour nos prêtres, afin qu’ils comprennent quand viendra le moment de sortir de l’ombre et de combattre ouvertement. Nous vous demandons que vous leur montriez clairement ce qu’il faut faire et comment ils peuvent sauver le plus possible d’âmes. Nous vous demandons que vous montriez clairement à ceux qui sont captifs volontaires dans la Fraternité, sans plus aucune possibilité d’apostolat, ce qu’ils doivent faire, ce qui est le plus parfait aux yeux de Dieu, ce qu’Il préférerait qu’ils fassent. Quant à ceux qui sont semi-captifs, c'est-à-dire qu’ils ont encore un apostolat mais qu’ils n’ont pas le droit de proclamer toute la vérité comme ils le voudraient, nous vous demandons que vous leur fassiez comprendre ce qu’ils doivent faire, s’ils doivent demeurer dans cet état. 

Ils paîtront le long des chemins, sur tous les monts chauves ils auront un pâturage. Ils n'auront plus faim ni soif, ils ne souffriront pas du vent brûlant ni du soleil, car celui qui les prend en pitié les conduira, il les mènera vers les eaux jaillissantes.(…) 

Mon Dieu, à ceux qui se libéreront des mauvaises chaînes, vous avez promis que vous les guideriez. Ils perdront tout pour trouver tout. Ils retrouveront la vraie liberté des enfants de Dieu et la joie du devoir accompli. 

Sion disait : " Le Seigneur m'a abandonnée ; le Seigneur m'a oubliée. "Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle nourrit, est-elle sans pitié pour le fils de ses entrailles ? Eh bien, l’oublierait-elle, moi, je ne t'oublierai pas, dit le Seigneur Tout-Puissant. 

Venez Esprit-Saint en nos âmes et en celles de vos prêtres, au Nom de Jésus-Christ qui a donné son Sang pour chacun de nous et montrez-leur de quelle façon vous voulez qu’ils s’occupent de vos intérêts. Ainsi soit-il.