vendredi 1 mars 2013

Candide ou Machiavel ?

Candide ou Machiavel ?
 
Michael
 




Le communiqué de Mgr Fellay du 11 février 2013, suite à la renonciation de Benoît XVI, vaut son pesant d’or :

« (…) La Fraternité Saint-Pie X n’oublie pas que le Saint Père a eu le courage (…) de supprimer les effets des sanctions canoniques portées contre ses évêques, à la suite des sacres de 1988. Elle n’ignore pas l’opposition que ces décisions ont suscitée, obligeant le pape à se justifier devant les évêques du monde entier (…) Elle lui exprime sa gratitude pour la force et la constance dont il a fait preuve à son égard en des circonstances aussi difficiles » 

Pour une fois, nous sommes d’accord, Rome a fait preuve de constance… pour détruire la FSSPX. Elle a utilisé la méthode du bâton… puis de la carotte. La prétendue "excommunication" avait pour but, en faisant peur, de ramener le plus possible de monde dans le giron moderniste : c’est la technique du bâton. Elle a échoué. Rome a alors utilisé la technique de la carotte. C’est la justification officielle de Rome pour lever l’excommunication alors qu’aucun élément nouveau n’est apparu. Rome a expliqué que l’excommunication avait un but pédagogique et que comme elle n’avait porté aucun fruit, elle était levée.

Cela est dit noir sur blanc par le Pape dans sa lettre à laquelle fait allusion Mgr Fellay, quand il mentionne que le pape a dû se justifier devant les évêques du monde entier. Relisons quelques extraits de cette Lettre aux évêques de l’Eglise catholique au sujet de la levée de l'excommunication des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre du 10 mars 2009 :

« C’est pourquoi l’Église doit réagir par la punition la plus dure, l’excommunication, dans le but d’appeler les personnes punies de cette façon au repentir et au retour à l’unité. Vingt ans après les ordinations, cet objectif n’a malheureusement pas encore été atteint. La levée de l’excommunication vise le même but auquel sert la punition : inviter encore une fois les quatre Évêques au retour. »

Pour que la FSSPX ne se fasse pas d’illusions et dans un souci de clarté, le Pape poursuit : « On ne peut geler l’autorité magistérielle de l’Église à l’année 1962 – ceci doit être bien clair pour la Fraternité. Cependant, à certains de ceux qui se proclament comme de grands défenseurs du Concile, il doit aussi être rappelé que Vatican II renferme l’entière histoire doctrinale de l’Église. Celui qui veut obéir au Concile, doit accepter la foi professée au cours des siècles et il ne peut couper les racines dont l’arbre vit. »


Le Pape évoque même dans cette lettre l’intérêt d’intégrer la FSSPX à la Rome conciliaire avec l’exemple des ralliés : « Moi-même j’ai vu, dans les années qui ont suivi 1988, que, grâce au retour de communautés auparavant séparées de Rome, leur climat interne a changé; que le retour dans la grande et vaste Église commune a fait dépasser des positions unilatérales et a atténué des durcissements de sorte qu’ensuite en ont émergé des forces positives pour l’ensemble. » 


Il note que la FSSPX est très divisée et pense que cela peut servir le ralliement : « Certainement, depuis longtemps, et puis à nouveau en cette occasion concrète, nous avons entendu de la part de représentants de cette communauté [la FSSPX] beaucoup de choses discordantes – suffisance et présomption, fixation sur des unilatéralismes etc. Par amour de la vérité je dois ajouter que j’ai reçu aussi une série de témoignages émouvants de gratitude, dans lesquels était perceptible une ouverture des cœurs. »


Dans le décret de la levée de l’excommunication, l’esprit est le même : « Avec cet acte on désire consolider les relations réciproques de confiance, intensifier et stabiliser les rapports de la Fraternité Saint Pie X avec le Siège Apostolique. (…) On espère que ce pas sera suivi de la réalisation rapide de la pleine communion avec l'Eglise, de toute la Fraternité de Saint Pie X, témoignant ainsi de la vraie fidélité et de la vraie reconnaissance du Magistère et de l'Autorité du Pape avec la preuve de l'unité visible. » (Décret concernant la levée de l’excommunication des évêques de la Fraternité Pie X, 21 janvier 2009)


Rappelons que la « levée » des excommunications est obtenue selon un principe moderniste erroné, celui de la communion imparfaite ( !) inventée par Vatican II. Cette communion imparfaite est celle qui relie par exemple les orthodoxes à Rome, selon eux. La FSSPX n’est plus "excommuniée", mais sur un faux principe. Cela est très clair car normalement, pour qu’une excommunication soit levée, il faut une demande de pardon de la personne excommuniée qui change de position. Or, ici, rien de tel. C’est la première fois qu’on lève une excommunication sans motif ! 


Le discours de Rome est franc et les intentions sont dévoilées. Les propos du Vatican sont clairs. Rome ne nous trompe pas. Le discours de Mgr Fellay, en revanche, avec sa "gratitude" est bien curieux. Le Supérieur Général est-il Candide ou Machiavel ? Au vu de ses déclarations répétées et de celles de ses collaborateurs, l’hésitation n’est plus de mise.