vendredi 8 mars 2013

Bâtir sur le roc - A propos du communiqué de l’abbé de Cacqueray sanctionnant 3 prêtres


Bâtir sur le roc
Michael



sanctionnant 3 prêtres

Michael, dans cet article lance un appel à l'abbé de Cacqueray et lui demande de sauver la Fraternité avec Mgr Tissier de Mallerais au lieu de sanctionner nos trois bons prêtres. InDominoSperavi, plus pessimiste, et ne croyant pas vraiment à un sursaut de l'abbé de Cacqueray, publie juste au-dessus de Michael un article avec un son de cloche un peu différent. Cependant, InDominoSperavi tient à préciser que si l'abbé de Cacqueray faisait ce que dit Michael, Avec l'Immaculée le soutiendrait entièrement et cesserait de le critiquer. Nous aimerions bien que l'espoir de Michael ne soit pas vain.


« Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique, est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s'est abattue sur cette maison ; la maison ne s'est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. » (Matthieu 7, 21.24-29)

La FSSPX est bâtie sur le sable depuis le dernier Chapitre général de 2012. Les 6 conditions sont ridicules voir notre article la quadrature du cercle et notre sketch le surévêque. La déclaration du Chapitre général est ambiguë. Voir notre article dans l’onglet.

La conférence de Mgr Fellay à Nantes mériterait d’être analysée. Si elle est bonne, quel crédit lui accorder quand on sait les mensonges et revirements du Supérieur général. Voir notre article Ils sont donc complices. L’analyse de l’abbé de Cacqueray (éditorial de la Lettre aux amis et bienfaiteurs du 3 mars) est solide doctrinalement mais peut-on en dire autant des autres supérieurs de District ?

On ne peut pas maintenir que la position de la FSSPX est inchangée. Un prêtre qui sait que le oui est oui et le non, non, ne peut pas être à longueur d’année suspendu aux décisions secrètes de Mgr Fellay, se demandant si, le lendemain, il va se réveiller dans une Prélature personnelle. Ce n’est pas tenable ni psychologiquement, ni sur le plan des principes.

En conséquence, on va assister les prochains mois à un délitement progressif de la FSSPX : les bons éléments quittant ou étant expulsés, les libéraux accordistes sous la houlette de Menzingen pilotant l’opération en vue d’une nouvelle négociation avec "le prochain pape", comme a prévenu Mgr Fellay dans son interview par Pierre de Bellerive le 15 fév, 2013 : « Un bref instant, j’ai pensé qu’en annonçant sa renonciation, Benoît XVI ferait peut-être un dernier geste envers nous en tant que Pape. Cela étant, je vois difficilement comment cela peut être possible. Il faudra probablement attendre le prochain Pape. »

La seule solution est la convocation d’un nouveau chapitre revenant au roc de 2006 : pas d’accord pratique sans CONVERSION de Rome, c’est-à-dire sans RETOUR COMPLET de Rome, du Pape, à la Tradition. Pour ce faire, un sursaut de l’abbé de Cacqueray et de Mgr Tissier de Mallerais est nécessaire. A eux deux, ils peuvent créer une dynamique. Et s’ils échouent pour sauver la Fraternité, qu’ils refondent une nouvelle FSSPX. Attendre 2017 est la pire des solutions, c’est voir se disperser les forces, laisser se déliter une situation allant vers un pourrissement libéral de la FSSPX et la construction laborieuse d’une nouvelle structure parallèle.

Il faut prendre ses responsabilités. Après ce sera trop tard.