lundi 11 février 2013

Démission de Benoît XVI : redoublons de vigilance

Démission de Benoît XVI

Cela n'allait pas assez vite...
Avec l'Immaculée a du mal à croire à cette démission pour cause de vieillesse et de fatigue... Il est extrêmement rare qu'un pape démissionne. Nous avons remarqué que François Hollande juge cette décision "éminemment respectable". A notre avis, la franc-maçonnerie n'est pas étrangère à cette décision. Ils ont utilisé la carte "herméneutique de la continuité". Cela a pas mal réussi, mais maintenant, le ressort est un peu épuisé. On va prendre à présent un pape avec qui le démantèlement de l'Eglise va avancer encore plus vite. 
Il y a une accélération de la progression du mal dans le monde en ce moment. On dirait qu'ils sont pressés d'en finir. L'échec de l'accord avec la Fraternité St Pie X n'est peut-être pas étranger à  cette démission. La mise en place d'un nouveau pape va permettre de relancer les discussions avec Rome. Et cette fois-ci, nous n'aurons probablement pas de citations de Mgr Lefebvre pour mettre en garde contre le nouveau pape personnellement. Restons très vigilants. Le danger risque de redoubler...
A moins que Mgr Fellay n'utilise cette démission en disant : vite, vite, il faut signer avant que le pape ne parte, nous n'aurons probablement pas un pape aussi favorable la prochaine fois, il faut en profiter ! Ce serait un peu gros, mais ce n'est pas complètement exclu, donc surveillons aussi de ce côté-là. D'autant plus que nous avons appris par Pie du forum Un évêque s'est levé que la Fraternité doit donner une réponse à Mgr Di Noia avant la fin du mois de février : "En tout cas ce qu'il [ndlr : il = abbé Rostand] ne nous dit pas c'est que la Fraternité a jusqu'à fin février pour donner une réponse officielle à Rome ! Et que les menaces de sanctions sur la Fraternité sont très sérieuses. C'est sûr, Mgr Fellay est pris entre l'enclume et le marteau !"... Les dates coïncident donc. Donc surveillons bien et prions la Sainte Vierge en même temps.

Le Point :
Le pape Benoît XVI a annoncé lundi sa démission à partir du 28 février, dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican, annonce le porte-parole du Saint-Siège. "Le pape a annoncé qu'il renoncera à son ministère à 20 heures (19 heures GMT), le 28 février. Commencera alors la période de sede vacante (siège vacant)", a précisé le père Federico Lombardi, dans une annonce quasiment sans précédent dans l'histoire de l'Église catholique.


Discours prononcé par Benoît XVI


Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l'Église. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l'avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les oeuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière.

Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l'Évangile, la vigueur du corps et de l'esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s'est amoindrie en moi d'une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m'a été confié. C'est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d'évêque de Rome, successeur de saint Pierre, qui m'a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l'élection du nouveau Souverain pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.

Frères très chers, du fond du coeur je vous remercie pour tout l'amour et le travail avec lequel vous avez porté avec moi le poids de mon ministère et je demande pardon pour tous mes défauts. Maintenant, confions la Sainte Église de Dieu au soin de son Souverain Pasteur, Notre Seigneur Jésus-Christ, et implorons sa sainte Mère, Marie, afin qu'elle assiste de sa bonté maternelle les Pères cardinaux dans l'élection du Souverain pontife. Quant à moi, puissé-je servir de tout coeur, aussi dans l'avenir, la Sainte Église de Dieu par une vie consacrée à la prière.


Du Vatican, 10 février 2013

BENEDICTUS PP XVI (Benoît XVI)

Click here to find out more!