jeudi 31 janvier 2013

St Thomas d'Aquin utilisé de façon abusive par Mgr Di Noia

St Thomas d'Aquin utilisé de façon abusive 
Il est facile de dénaturer la pensée de quelqu'un en ne citant qu'une partie de ses paroles, en sortant ses citations de leur contexte, et en occultant d'autres paroles de cette même personne. 
C'est ce que fait Mgr Di Noia vis-à-vis du Docteur angélique. Le rusé Mgr Di Noia essaye d'utiliser Saint Thomas d'Aquin contre nous, car il sait que pour un prêtre de la Fraternité Saint Pie X, St Thomas est la référence... Il n'en est pas de même pour les principaux membres du Vatican, à commencer par le pape ! Voici en effet ce qu'écrivait Benoît XVI quand il était cardinal Ratzinger, dans sa biographie intitulée Ma vie, souvenirs, 1927-1977, en commentant ses années au séminaire de Freising :
« La découverte du personnalisme, que nous trouvâmes réalisée avec une force de conviction nouvelle chez le grand penseur juif Martin Buber, fut pour moi une expérience intellectuelle marquante, ce personnalisme se rattachant à mes yeux par lui-même à la pensée de Saint Augustin, que je découvris dans les Confessions, avec toute sa passion et sa profondeur humaines. En revanche, j’avais du mal à comprendre saint Thomas d’Aquin, dont la logique cristalline me paraissait bien trop fermée sur elle-même, trop impersonnelle et trop stéréotypée. »

Donc on peut tout d'abord noter que Mgr Di Noia ne cite St Thomas d'Aquin que pour essayer de mieux nous convaincre mais pas parce que le docteur angélique est apprécié au Vatican ! Si le docteur angélique était apprécié au Vatican, il n'y aurait plus de crise de l'Eglise. St Pie X, dans la troisième partie de l'encyclique Pascendi, indique  en effet St Thomas d'Aquin comme le premier grand remède contre le modernisme. Mgr Di Noia, avec un aplomb incroyable, tente d'utiliser contre nous ce saint, qui est en fait le pire ennemi du modernisme.

Voici ce que dit Mgr Di Noia dans sa lettre aux prêtres de la Fraternité:

"Saint Thomas donne ce conseil: « Quand quelqu'un tombe, il ne faudrait pas immédiatement le corriger, à moins qu'il y ait un temps et un lieu pour cela. Il faudrait attendre avec compassion, puisque la charité supporte tout (1 Co 13, 7). Il ne s'agit pas de tolérer par négligence ou complicité, par familiarité ou amitié charnelle, mais par charité. ... Nous qui sommes forts, nous devons porter les infirmités des faibles (Rm 15, 1)) (ibid.)." Au nom de ces paroles de St Thomas, il demande à la Fraternité St Pie X d'arrêter de dénoncer l'erreur publiquement et énergiquement car ce serait une atteinte à la charité !

Ce conseil de St Thomas est bon si on le considère dans le contexte de la correction fraternelle qui doit être réfléchie et modérée, concernant les défauts de caractère qui peuvent rendre difficile la vie commune. Il est de mauvaise foi d'utiliser ces paroles de St Thomas pour justifier qu'il ne faut pas combattre l'erreur énergiquement et qu'il faut défendre l'Eglise mollement si elle est attaquée. En effet, St Thomas lui-même a combattu énergiquement l'hérésie en écrivant la Somme contre les gentils appelée aussi : 
Livre sur la vérité de la foi catholique 
contre les erreurs des infidèles ! 
Cela montre bien que St Thomas trouvait important de critiquer les erreurs.

Marcelle, du forum Un évêque s'est levé, a découvert une citation de St Thomas dans le sel de la Terre n° 46automne 2003, page 219 :

St Thomas décrit tout autrement la sagesse au début de sa Somme contre les Gentils. Commentant un verset du livre des Proverbes ("Ma gorge méditera la vérité ; mes lèvres maudiront l'impie" Pr 8,7), il affirme :

Rechercher l'un des contraires et repousser l’autre sont l’œuvre d'un seul : ainsi la médecine qui produit la santé, chasse la maladie.
Par conséquent, si le propre du sage est de méditer la vérité, surtout  celle qui porte sur le premier principe, et de l’exposer aux autres, c'est aussi de combattre l'erreur contraire.

C'est donc en toute exactitude, de la bouche même de la Sagesse, qu'est exposée la double tâche du sage : ... dire la vérité divine

... et combattre l'erreur contraire à la vérité divine, contraire à la religion...." 

Donc Mgr Di Noia utilise à tort St Thomas. Ce dominicain connaît très bien St Thomas d'Aquin, dominicain lui aussi. On ne peut donc dire que c'est par ignorance et de bonne foi que Mgr Di Noia a cité St Thomas pour nous inciter au silence. Mgr Di Noia est un ennemi, un loup dangereux déguisé en agneau, tout doux, tout charitable.