mardi 29 janvier 2013

A propos de la déclaration du cardinal Cañizares : Mgr Fellay s'explique.

A propos de la déclaration du cardinal Cañizares : Mgr Fellay s'explique.



Rappelons les faits :

Le 15 janvier 2013, le cardinal Antonio Cañizares, préfet de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a dit lors d'une interview : "Mgr Fellay, qui dirige la Fraternité St Pie X est venu une fois me voir ainsi que d'autres et il a dit qu'il revenait d'une abbaye [ndlr : novus ordo] près de Florence et que si Mgr Lefebvre avait vu la célébration de la Messe telle qu'elle se passait là-bas, il n'aurait pas pris les mesures qu'il a prises. Le Missel qui est utilisé là-bas est le Missel de Paul VI dans sa réalité la plus stricte."

Nous voulions savoir si Mgr Fellay avait vraiment dit ces paroles ou si le cardinal Cañizares avait menti. D'après la déclaration de Mgr Fellay, il s'avère que cardinal a dit la vérité et Mgr Fellay a vraiment proféré ces paroles incroyables. Mais il dit qu'on les a mal interprétées... Voici la traduction de sspx.org :

"Comme très souvent dans de telles circonstances, une phrase a été mal interprétée : j'expliquais au cardinal Cañizares (et c'était il y a cinq ou six ans) que les abus de la liturgie ont provoqué une importante réaction parmi nous. Et c'est encore le cas aujourd'hui, en ce sens que les abus et les sacrilèges dans la sainte liturgie ont aidé les fidèles et même les prêtres à comprendre rapidement et plus pleinement les défauts profonds et le danger du Novus Ordo - parce qu'il y a un lien entre la nouvelle messe et les abus. Les abus ont contribué à prouver que notre position est la bonne: c'est à dire que la nouvelle messe n'est pas bonne en soi.

Mais cela dit, dès le début et avant que les abus aient eu lieu, Mgr Lefebvre avait déjà refusé de célébrer le Novus Ordo Missae. Parce que les graves omissions et toute la réforme [conciliaire], faite dans un esprit œcuménique, lui donnent une saveur protestante. La nouvelle messe met en péril la foi catholique et les nombreux exemples de fidèles et de prêtres qui ont perdu la foi en lien direct avec la célébration du Novus Ordo sont assez flagrants. Néanmoins, pendant un certain temps - et jusqu'à ce que ces nouveaux effets néfastes aient été clairement reconnus - Mgr Lefebvre n'a pas interdit formellement la participation à la nouvelle messe. Ce n'est qu'après quelques années qu'il a interdit aux séminaristes de se rendre à la nouvelle messe pendant leurs congés."

Commentaire :
Le blog Non possumus reprenant le blog Syllabus fait remarquer à ce sujet que Mgr Fellay a bien prononcé cette phrase car il ne le nie pas. Il fait remarquer également que Mgr Fellay ne dit pas : "la nouvelle messe est mauvaise". Il atténue ses propos en disant qu'elle "n'est pas bonne en soi".

Quand Mgr Fellay a parlé ainsi au cardinal, voulait-il louer ces moines qui célébraient avec dignité le rite de Paul VI et sous-entendait-il qu'une messe de Paul VI célébrée avec respect n'était pas si mauvaise ? Voulait-il simplement s'en servir comme d'un exemple pour illustrer sa théorie sur ce que Mgr Lefebvre aurait fait ou non ? Dans quel esprit l'a-t-il dit ? Nous ne le saurons probablement jamais. Continuons à veiller.

Profitons-en pour citer Mgr Lefebvre, ch. 17, p. 491, Marcel Lefebvre, par Mgr Tissier de Mallerais : "Non, ce n'est pas de manière purement accidentelle ou extrinsèque que cette messe est mauvaise. Il y a en elle quelque chose qui est vraiment mauvais. Elle a été faite sur le modèle de la messe de Cranmer et de celle de Taizé (1959). Comme je l'ai dit d'ailleurs à Rome à mes interrogateurs: c'est une messe empoisonnée !"