jeudi 13 décembre 2012

Lettre aux prêtres de la Fraternité saint Pie X



Lettre aux prêtres de la Fraternité saint Pie X
(relue et approuvée par des prêtres)

InDominoSperavi
Voici le texte complet de la lettre dont la première partie a été publiée sur Antimodernisme il y a deux jours. Fidèles de la Fraternité Saint Pie X, si vous êtes d'accord avec le contenu de cette lettre, nous comptons sur vous pour que vous le communiquiez aux prêtres de votre prieuré, anonymement ou non. Ce qui compte, c'est que vos prêtres lisent tous ce texte, du prieur jusqu'au dernier vicaire.

Cette lettre a été envoyée par mail mardi 11 décembre à certains prêtres dont nous avons pu nous procurer l'adresse, mais la grande majorité n'a rien reçu encore...

Suite à une correction un peu trop rapide de cette lettre juste avant envoi, un des passages de la lettre envoyée mardi aux prêtres est devenu ambigu sans que nous nous en apercevions immédiatement. Nous corrigeons donc ici ce passage en vert. La correction des traductions espagnoles sera faite dès que possible.

Nous comptons sur les fidèles pour manifester ouvertement et clairement leur soutien aux prêtres qui parleront dans leur chapelle. C'est très important. 


Chers prêtres de la Fraternité saint Pie X,

Nous envoyons à ceux d'entre vous dont nous avons pu nous procurer l'adresse mail cette lettre en avant-première, car, nous l'espérons, vos fidèles vont vous la faire parvenir dans quelques jours et vous poseront peut-être des questions dessus. Notre intention en vous écrivant est claire : sauver ce qui peut être encore sauvé de la Fraternité saint Pie X. La raison veut que lorsque quelqu'un crie : Au feu ! , on aille s'enquérir de l'incendie pour voir de quoi il retourne. C'est ce que nous vous proposons de faire dans cette lettre. Nous espérons que les informations et les remarques qu’elle contient vous donneront davantages d’éléments pour juger de la situation, en votre âme et conscience.

"Procédé révolutionnaire", diront certains... Mgr Lefebvre a utilisé le même procédé le 27 août 1986. Il a envoyé à huit cardinaux une lettre circulaire leur demandant de réagir publiquement contre le scandale d'Assise et de se soutenir mutuellement dans la résistance. Auparavant, lors du concile, il avait déjà essayé d'organiser une résistance, de faire des pétitions, etc. Mgr Lefebvre était extrêmement inventif, dit Mgr Tissier de Mallerais dans sa biographie. Nous essayons de marcher sur ses traces.

Le 1er novembre 2012, à Ecône, Mgr Fellay a dit, dans son sermon aux séminaristes : "J’avais envoyé à Rome les documents du Chapitre général, notre Déclaration finale qui est claire, et nos conditions pour éventuellement, lorsque cela viendra, être d’accord sur une possible reconnaissance canonique. Conditions sans lesquelles il est impossible de vivre ; ce serait se démolir tout simplement."

Par ces paroles, Mgr Fellay confirme que dorénavant, le principe d'un accord pratique avec Rome sans conversion de celle-ci est la règle, dans la Fraternité Saint Pie X. Les principes du Chapitre de 2006 sont donc définitivement abrogés. Ils sont à présent considérés comme étant de tendance sédévacantiste (cf. la réponse de Mgr Fellay aux trois évêques en avril dernier). Les six conditions sont le cadre qui est censé nous protéger lors de la signature de l'accord. Ceci est le premier bouleversement de notre Fraternité. Or :

Les six conditions sont dangereuses et ne protègent pas la Fraternité.

Voici pourquoi, en quelques mots :

La première condition, qui est de garder la liberté de critiquer ouvertement les personnes et les erreurs, est inefficace. Pourquoi ?

1.Parce que le pape fait régulièrement des erreurs graves que la Fraternité n'ose même plus critiquer fermement et clairement aujourd'hui (ex : Mgr Fellay a dit une fois seulement, à notre connaissance, quelques phrases timides contre Assise III et il a blâmé l'abbé de Cacqueray pour son bon article sur la Porte latine à ce sujet.)

2.Parce qu'il est aberrant de réclamer au pape de pouvoir le critiquer tout en voulant être sous son autorité : la Fraternité n'oserait pas faire plus tard ce qu'elle hésite déjà à faire aujourd'hui. Le pape pourrait alors facilement la menacer de nouveau d'excommunication et, paralysés, les membres de la Fraternité n'oseraient plus rien dire du tout. Les prêtres de la Fraternité n'osent pas critiquer Mgr Fellay actuellement. Ils n'oseront donc pas critiquer le pape qui est encore plus élevé que Mgr Fellay, quand ils seront sous son autorité.

3. Parce que tous les autres mouvements traditionnels qui ont passé un accord avec Rome ont tous réclamé et obtenu la liberté de critiquer et qu'en définitive, loin de critiquer la Rome conciliaire, ils se sont tous plus ou moins soumis à  ses idées modernistes. Même l'abbé P. Laguérie (dernière interview de Monde&Vie) ne voit à présent pas d'inconvient à remplacer dans ses statuts l'expression "rite exclusif" par l'expression "rite propre". Il affirme également dans cette interview que ce n'est pas Rome, mais la Fraternité St Pie X qui a besoin de se convertir... Serons-nous plus forts que lui, alors que, même avant l'accord, les compromissions commencent déjà au sein de la Fraternité ? Rappelons-nous le préambule doctrinal écrit par Mgr Fellay et envoyé à Rome le 15 avril 2012, texte que l'abbé Pfluger a lu en partie le 05 juin 2012 à saint Joseph des carmes : « L’entière Tradition de la foi catholique doit être le critère et le guide de compréhension des enseignements du Concile Vatican II, lequel à son tour éclaire certains aspects de la vie et de la doctrine de l’Église, implicitement présents en elle, non encore formulés. Les affirmations du Concile Vatican II et du Magistère Pontifical postérieur relatifs à la relation entre l’Église catholique et les confessions chrétiennes non-catholiques doivent être comprises à la lumière de la Tradition… » Ce texte est une compromission inacceptable. Ce texte a été soi-disant annulé par Mgr Fellay, mais uniquement verbalement, dans des réunions privées (le 7 septembre à Ecône et le 9 novembre à Paris), et au motif que cela avait fait polémique, non pas pour des motifs doctrinaux. La Fraternité reste donc officiellement sous l'emprise de ce texte enregistré sur internet et écouté de tous.

La deuxième condition est de garder toute la liturgie du Missel de 1962. Cette condition est également sans valeur car le Missel de 1962 est modifié actuellement par Mgr di Noia et les modifications deviendront bientôt obligatoires, paraît-il, d'ici 5 ans, pour tous les mouvements Ecclesia Dei. Una Voce s'inquiète. Prétendrons-nous échapper à l'obéissance, à ce moment ? De toute façon, la liturgie, bien qu'étant nécessaire, n'est pas suffisante pour protéger la doctrine.

La troisième condition est celle de posséder au moins un évêque, choisi au sein de la Fraternité. Cette condition est catastrophique. Un seul évêque ne peut suffire à tout l'apostolat du monde entier. C'est impossible matériellement pour un seul évêque de tout faire. A-t-on par ce moyen l'intention de faire intervenir des évêques diocésains dans nos chapelles, comme cela s'est passé en Corse? Mgr de Galarreta à Villepreux a essayé de nous rassurer sur ce point en disant que tout le monde dans la Fraternité était d'accord qu'il fallait plusieurs évêques. Devons-nous le croire? Il semble bien que non, puisque Mgr Fellay n’a pas envoyé à Rome de modification aux six conditions. En effet, il affirme à la réunion des prieurs de France du 9 novembre 2012 n'avoir rien envoyé à Rome depuis le Chapitre de juillet ( ce qui d'ailleurs est aussi probablement faux, puisque la Commission Ecclesia Dei, dans son communiqué du 27 octobre 2012, mentionne la dernière lettre de la FSSPX, datée du 6 septembre 2012, dans laquelle Mgr Fellay demande davantage de temps à Rome pour réfléchir à ses propositions du 13 juin - propositions inacceptables, aux dires officiels de Mgr Fellay et de l'abbé Schmidberger... Mais par derrière, les discussions continuent, manifestement.) Les paroles de Mgr de Galarreta et les paroles de la réunion d'Ecône du 7 septembre n'ont donc aucune valeur car rien n'est écrit, ni officiel. Ces paroles sont uniquement destinées à vous anesthésier, à vous rassurer, à vous empêcher de réagir et à calmer vos scrupules...
Lors de la réunion d'Ecône du 7 septembre 2012, Mgr Fellay aurait dit que les six conditions deviendraient dorénavant toutes obligatoires. C'est faux : les trois autres conditions restent souhaitables pour Rome, puisque Mgr Fellay nie avoir écrit à Rome depuis le "dernier" courrier de la fin du Chapitre. Rome n'a donc reçu aucune modification sur ce point. Il est très probable qu'en fait Mgr Fellay lui a écrit le 6 septembre, mais bien loin de durcir la position de la Fraternité, la lettre demandait au contraire un délai de réflexion supplémentaire sur une proposition inacceptable.

Quatrième condition souhaitable : que nous possédions les tribunaux de première instance. Les tribunaux de première instance sont de toute façon insuffisants, puisqu'en dernière instance Rome aura la faculté de détruire sans appel ce qui a été décidé en première.

Cinquième condition souhaitable : l'exemption de la tutelle des évêques. Cette exemption reste donc souhaitable, contrairement à ce que Mgr de Galarreta a essayé de nous faire croire. Cela, c'est vraiment terrible : ces évêques sont, pour beaucoup, franc-maçons. Certains sont satanistes, aux dires du Père Amorth, exorciste du Vatican. La plupart sont hérétiques. Ce sont ces évêques qui vont nous commander, décider de l'ouverture de toutes les nouvelles chapelles, et de la fermeture des chapelles de moins de trois ans. Ils vont confirmer nos enfants et prêcher, lors des cérémonies. Que veulent nos supérieurs? Nous remettre entre les mains de ces loups? C'est sûr que les choses tournent très mal.
On pourrait objecter : Ce n'est pas vrai, car Mgr Fellay a dit le contraire à Ecône.
Eh bien, qu'il le proclame clairement par oral et par écrit et qu'il l'écrive au Vatican dans un communiqué PUBLIC. Il est facile de dire "blanc" en aparté et de faire "noir" dans les faits. Chers prêtres, ne vous laissez pas tromper.


Sixième condition souhaitable : "une commission pontificale en dépendance du pape, avec majorité des membres et présidence pour la Tradition."
Du moment que cette commission est sous la dépendance du pape, celle-ci ne protège rien. Le pape a nommé l'hérétique Mgr Müller à la congrégation pour la doctrine de la Foi. Il a lui-même proféré des hérésies relevées par Mgr Tissier de Mallerais et Mgr Lefebvre. Il a écrit ses intentions réelles dans la lettre du 30 juin à Mgr Fellay. Ses intentions sont celles qu'il a toujours eues : que nous reconnaissions la légitimité de la nouvelle messe et que nous reconnaissions Vatican II et tout le magistère postérieur à celui-ci "à la lumière de la Tradition“. Tradition entendue dans quel sens? Le pape a une conception évolutive de la Tradition, tandis que nous pensons que la vérité ne change pas... 
- Mais, penseront certains, il est peut-être possible de reconnaître à la lumière de la vraie Tradition le concile Vatican II et le magistère postérieur à celui-ci ? 
La réponse est non. On ne peut accepter des hérésies à la lumière de la vérité. C'est impossible. Mgr Lefebvre l'a bien compris à la fin de sa vie, quand il a dit qu'il exigerait la conversion de Rome. 
Avez-vous confiance en Benoît XVI comme chef de cette commission ?

Deuxième bouleversement : dans la FSSPX, une nouvelle théologie de l'Eglise se fait jour, bien différente de celle de Mgr Lefebvre.

Mgr Lefebvre distinguait la Rome éternelle ( l'Église catholique, l'Église de toujours ) de la Rome de tendance neo-moderniste et neo-protestante ( l'Église conciliaire, l'Église officielle )... Mgr Fellay ne fait plus jamais cette distinction et il insiste au contraire sur le fait que la grâce passe par des évêques hérétiques . Dans son sermon du 2 septembre 2012, il affirme : "Ces évêques qui nous racontent toutes sortes d'hérésies, comment est-ce qu'ils peuvent nous donner la foi ? Eh oui ! Comment ce Jésus qui meurt peut-il être Dieu ?" Il compare donc ces évêques hérétiques (et pour la plupart franc-maçons) à Jésus mourant sur la croix.  Dans le même sermon, il affirme : "La Foi en l'Eglise nous oblige à professer ce que nous disons dans le credo : "Je crois en l'Eglise, une, sainte". Nous le disons et nous ne parlons pas d'une Eglise en l'air ! Nous parlons de l'Eglise qui est là, réelle, devant nous, avec une hiérachie, avec un pape. Ce n'est pas le fruit de notre imagination : l'Eglise est là, elle est réelle, l'Eglise catholique romaine. Nous disons et nous devons professer cette Eglise comme étant sainte, comme étant une, car la Foi nous y oblige."

 St Athanase n'aurait pas dit cela. Voici ce qu'il a écrit, à propos des  ariens :
“Que Dieu vous console !... (...) Eux, ils peuvent occuper nos églises, mais ils sont hors de la vraie Foi catholique.
Réfléchissez : qu’est ce qui est le plus important, le lieu ou la Foi ? La vraie foi, c’est évident. Dans cette lutte, qui a perdu, qui a gagné, celui qui garde le lieu ou celui qui garde la foi ? Le lieu, c’est vrai, est bon quand on y prêche la foi apostolique ; il est saint si tout s’y passe saintement... C’est vous qui êtes heureux, vous qui restez dans l’Église par votre foi, vous qui tenez fermement aux fondements de la foi qui vous est parvenue de la sainte Tradition apostolique et si, à maintes reprises, une jalousie exécrable a voulu l’ébranler, elle n’y a pas réussi. C’est eux qui s’en sont détachés dans la crise présente. Personne, jamais, ne prévaudra sur notre foi, frères bien aimés. Et nous croyons que Dieu nous rendra un jour nos églises. Ainsi donc, plus ils s’acharnent à occuper les lieux de culte, plus ils se séparent de l’Église. Ils prétendent représenter l’Église ; en réalité, ils s’en expulsent eux-mêmes et s’égarent. Les catholiques fidèles à Dieu dans la sainte Tradition, même s’ils sont réduits à une poignée, voilà ceux qui sont la vraie Église de Jésus-Christ.

Oui, pourrait-on objecter, mais c'étaient des ariens. Ce n'est pas si net à présent. Rappelons-nous, chers prêtres, ce que disait St Pie X : le modernisme est l'égoût collecteur de toutes les hérésies. La situation est donc pire à présent, car ce n'est pas contre une hérésie claire que nous avons à lutter, mais contre un ennemi "perfide", dit St Pie X dans Pascendi, un ennemi astucieux, à la doctrine ondoyante, multiforme, mouvante, indéfinissable, qui dit tout et le contraire de tout.

Que disait Mgr Lefebvre sur le sujet ?
- Le  29 juillet 1976, il affirmait : « L'Eglise qui affirme de pareilles erreurs est à la fois schismatique et hérétique. Cette Eglise conciliaire n'est donc pas catholique. Dans la mesure où le Pape, les évêques, prêtres et fidèles, adhèrent à cette nouvelle Eglise, ils se séparent de l'Eglise catholique. L'Eglise d'aujourd'hui n'est la véritable Eglise que dans la mesure où elle continue et fait corps avec l'Eglise d'hier et de toujours. La norme de la foi catholique, c'est la Tradition. »  

Le 4 octobre 1987 : « Rome a perdu la foi, mes chers amis. Rome est dans l’apostasie. Ce ne sont pas des paroles, ce ne sont pas des mots en l’air que je vous dis. On ne peut plus avoir confiance dans ce monde-là, Il a quitté l’Église, ils ont quitté l’Église, ils quittent l’Église. C’est sûr, sûr, sûr. »

Mgr Lefebvre, Fideliter n° 66, novembre-décembre 1988, conférence donnée à  Ecône le 9 septembre 1988 : « L’Église visible se reconnaît aux signes qu’elle a toujours donnés pour sa visibilité : elle est une, sainte, catholique et apostolique. Je vous demande : où sont les véritables marques de l’Église ? Sont-elles davantage dans l’Église officielle (il ne s’agit pas de l’Église visible, il s’agit de l’Église officielle) ou chez nous, en ce que nous représentons, ce que nous sommes ? Il est clair que c’est nous qui gardons l’unité de la foi, qui a disparu de l’Église officielle. Un évêque croit à ceci, l’autre n’y croit pas, la foi est diverse, leurs catéchismes abominables comportent des hérésies. Où est l’unité de la foi dans Rome ? Où est l’unité de la foi dans le monde ? C’est bien nous qui l’avons gardée. L’unité de la foi réalisée dans le monde entier c’est la catholicité. Or, cette unité de la foi dans le monde entier n’existe plus, il n’y a donc plus de catholicité pratiquement […] L’apostolicité ? Ils ont rompu avec le passé. S’ils ont fait quelque chose, c’est bien cela. Ils ne veulent plus de ce qui s’est passé avant le concile Vatican II [...] L’apostolicité : nous, nous sommes rattachés aux apôtres par l’autorité. Mon sacerdoce me vient des apôtres ; votre sacerdoce vous vient des apôtres. Nous sommes les fils de ceux qui nous ont donné l’épiscopat. Mon épiscopat descend du saint pape Pie V et par lui nous remontons aux apôtres. Quant à l’apostolicité de la foi, nous croyons la même foi que les apôtres. Nous n’avons rien changé et nous ne voulons rien changer. Et puis, la sainteté. On ne va pas se faire des compliments ou des louanges. Si nous ne voulons pas nous considérer nous-mêmes, considérons les autres et considérons les fruits de notre apostolat […] Tout cela montre que c’est nous qui avons les marques de l’Église visible. S’il y a encore une visibilité de l’Église aujourd’hui, c’est grâce à vous. Ces signes ne se trouvent plus chez les autres. Il n’y a plus chez eux d’unité de la foi, or c’est la foi qui est la base de toute visibilité de l’Église. La catholicité, c’est la foi une dans l’espace. L’apostolicité, c’est la foi une dans le temps, et la sainteté, c’est le fruit de la foi, qui se concrétise dans les âmes par la grâce du Bon Dieu, par la grâce des sacrements. »

Mgr Lefebvre, Fideliter n°70, p.6 « Cette histoire d’Eglise visible de Dom Gérard et de M. Madiran est enfantine. C’est incroyable que l’on puisse parler d’Eglise visible pour l’Eglise conciliaire par opposition à l’Eglise catholique que nous essayons de représenter et de continuer. Je ne dis pas que nous sommes l’Eglise catholique. Je ne l’ai jamais dit. Personne ne peut me reprocher d’avoir jamais voulu me prendre pour un pape. Mais, nous représentons vraiment l’Eglise catholique telle qu’elle était autrefois puisque nous continuons ce qu’elle a toujours fait. C’est nous qui avons les notes de l’Eglise visible : l’unité, la catholicité, l’apostolicité, la sainteté. C’est cela qui fait l’Eglise visible. »

Le 4 décembre 1990, moins de 4 mois avant sa mort, il écrivait à Mgr de Castro Mayer qu'il devait choisir un successeur et le sacrer "parce que "l'Eglise conciliaire" étant désormais répandue universellement, diffuse des erreurs contraires à la foi catholique et, en raison de ces erreurs, a corrompu les sources de la grâce que sont le saint sacrifice de la messe et les sacrements. CETTE FAUSSE EGLISE EST EN RUPTURE TOUJOURS PLUS PROFONDE AVEC L'EGLISE CATHOLIQUE."

Est-ce à dire que le pape n'est pas le pape? Mgr Lefebvre ne le pensait pas. Est-ce à dire que nous pouvons affirmer avec certitude que, stricto sensu, le pape et les évêques sont hors de l'Eglise ? Non, car il faudrait pour cela qu'un concile les déclare en hérésie formelle. Il faudrait également connaître ce qu'ils pensent au for interne. Ce qu'il faut faire, c'est changer le débat de plan : arrêter de se fixer sur ce qu'ils sont et plutôt étudier ce qu'ils font. Car ce que nous pouvons juger avec certitude, ce sont leurs actes : ces actes sont objectivement criminels, hérétiques et conduisent les âmes en enfer. Nous ne saurons jamais avec certitude qui est franc-maçon et qui ne l'est pas, mais l'important est de voir qu'ils appliquent la doctrine et les principes de la franc-maçonnerie dans l'Eglise. Cela nous suffit. Les actes et la doctrine de ces personnes ne sont pas les actes et la doctrine de l'Eglise catholique et vont contre le but de celle-ci, qui est de sauver les âmes. A ce titre, ils ne représentent pas la doctrine de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Antimodernisme. info/info explique ainsi le problème :
Note d’antimodernisme.info : L’église est ravagée par le modernisme comme une maladie interne … comment dissocier le modernisme de l’Eglise ? Les libéraux diront que l’église même moderniste reste l’Eglise et les sédévacantistes diront que l’Eglise n’existe plus. Comment s’y retrouver ? Prenez une pomme pourrie. La pomme, c’est l’Église. La pourriture, c’est le Conciliarisme. La pourriture est, et n’est pas, la pomme.

Elle l’est, en tant que ce n’est rien d’autre que la pomme qui soit pourrie. La pomme est le sujet inséparable de sa pourriture.
Elle ne l’est pas, parce que la pourriture est autre chose que la pomme, parce qu’on ne peut plus la manger. La pomme est toujours là, tant que la pourriture n’a pas achevé son oeuvre de pourrissement , mais la pourriture peut avancer très loin sans que la pomme soit encore complètement détruite.
Mgr Lefebvre a parlé vers la fin de ses jours sur cette erreur qui confond pomme pourrie et pomme saine.“

Allons-nous donc nous soumettre aux ennemis de Notre-Seigneur sous prétexte qu'ils ont de hautes fonctions dans l'Eglise ? Notre-Seigneur s'est-il soumis à Caïphe par obéissance ? De même que Caïphe était un criminel avec une fonction légitime, de même le pape actuel tue les âmes tout en ayant la fonction de pape. Ce pape est à fuir, c'est tout. De même que St Pierre et St Jean ont désobéi à Caïphe, lors de leurs prédications, de même le pape et les évêques actuels n'ont aucun droit de nous commander car toute autorité vient de Dieu et le but de Dieu, en confiant l'autorité, c'est de mener les âmes au bonheur du ciel. Or la hiérarchie actuelle agit pour "déchristianiser la société", comme Mgr Lefebvre l'a dit le 4 octobre 1987. Ils ont, par un complot, opéré un véritable brigandage dans l'Eglise catholique. Relisons Ils l'ont découronné, chapitres 21, 22, 23 et 24. Les titres parlent d'eux-mêmes : chapitre 21 : "le complot de la haute vente des Carbonari", chapitre 22 : "les papes dévoilent le complot de la secte", chapitre 23 :"la subversion de l'Eglise opérée par un concile", chapitre 24 : "le brigandage de Vatican II". Les hommes d'Eglise actuels n'ont plus les marques de la véritable Eglise : une, sainte, catholique, apostolique. Nous n'avons donc aucun devoir de parler continuellement avec eux sous peine de schisme, comme Mgr Fellay voudrait nous le faire croire.

Nous devons suivre la direction que Mgr Lefebvre nous a donné à la fin de sa vie : "Mais si je vis encore un peu et en supposant que d'ici à un certain temps Rome fasse un appel, qu'on veuille nous revoir, reprendre langue, à ce moment-là c'est moi qui poserai les conditions. Je n’accepterai plus d’être dans la situation où nous nous sommes trouvés lors des colloques. C’est fini. Je poserai la question au plan doctrinal : « Est-ce que vous êtes d'accord avec les grandes encycliques de tous les papes qui vous ont précédé. Est-ce que vous êtes d'accord avec Quanta Cura de Pie IX, Immortale Dei, Libertas de Léon XIII, Pascendi de Pie X, Quas Primas de Pie XI, Humani generis de Pie XII ? Est-ce que vous êtes en pleine communion avec ces papes et avec leurs affirmations ? Est-ce que vous acceptez encore le serment antimoderniste ? Est-ce que vous êtes pour le règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ ? Si vous n'acceptez pas la doctrine de vos prédécesseurs, il est inutile de parler. Tant que vous n'aurez pas accepté de réformer le Concile en considérant la doctrine de ces papes qui vous ont précédé, il n’y a pas de dialogue possible. C'est inutile. Les positions seraient ainsi plus claires." (Fideliter, n° 66, pp. 12-14).

Mgr Fellay et l'abbé Pfluger accusent de déviances sédévacantistes les personnes qui défendent actuellement cette position. C'est donc qu'ils accusent leur fondateur, l'évêque même qui les a ordonnés et à qui ils doivent tout, de déviances sédévacantistes. C'est une véritable trahison. De même que l'Eglise a subi le brigandage de Vatican II, nous n'hésitons pas à affirmer que le même brigandage est en route dans la Fraternité saint Pie X. Il faut lutter contre cette révolution qui est en train de s’opérer silencieusement.

Réponses à quelques objections :

L'obéissance aux supérieurs qui auraient "les grâces d'état" est un argument sans valeur : le pape et les évêques ont également les grâces d'état et agissent mal. Le "coup de maître de Satan" est d'avoir instauré la révolution dans l'Eglise par l'obéissance mal comprise, disait Mgr Lefebvre. Cela recommence à présent dans la Fraternité.

L'argument selon lequel rien n'est signé et qu'il sera toujours temps d'intervenir à ce moment-là, nous apparaît mauvais. Pourquoi ? Parce que si rien n'est signé actuellement, c'est par accident, à cause de la volte-face du pape qui a constaté trop de résistance chez nous et a décidé de retarder l'échéance pour nous prendre plus complètement dans ses filets. Mais depuis la Déclaration du 14 juillet 2012 (date symbolique) publiée le 19 juillet, l'essence même de l'esprit de la Fraternité est changé. La révolution est entrée dans la Fraternité. La signature n'est plus qu'une question de temps. Les principes mauvais sont tous en place et nous ne devons pas l'accepter passivement.

L'argument selon lequel rien n'est signé, ce qui démontrerait la "prudence" de Mgr Fellay ne tient pas non plus. En effet, c'est le pape qui est intervenu pour empêcher la signature le 13 juin. Mgr Fellay s'apprêtait ce jour-là à nous mettre sous la coupe des évêques diocésains (cf. l'interview du 8 juin 2012 sur DICI) et n'oublions pas non plus que la base de l'accord était le préambule doctrinal inacceptable, dévoilé en partie à St Joseph des carmes par l'abbé Pfluger le 5 juin 2012. Mgr Fellay n'est donc pas prudent. C'est plutôt le pape qui est fin stratège.

L'argument selon lequel tous ceux qui ont quitté la Fraternité St Pie X jusqu'à présent ont toujours eu tort et que seulement dans la FSSPX, on sait rester sur la ligne de crête n'est pas rationnel. Il ne faut pas raisonner par statistiques. La FSSPX n'a pas les promesses de l'infaillibilité. Et Mgr Fellay n'est pas infaillible non plus.

L'argument selon lequel il faut se cacher discrètement pour espérer dans six ans reprendre les rênes de la Fraternité est irréaliste. La majorité des cadres est ralliée en esprit, puisqu'elle a élaboré les six conditions. La majorité trouve la Déclaration du Chapitre très claire et très rassurante.[Si vous êtes de ce nombre, vous pouvez aller lire l'article consacré à ce sujet sur le blog Avec l'immaculée (un des onglets du haut de la page).] Mgr Fellay a encore six ans pour placer des hommes à lui. La Fraternité en tant qu'institution est humainement irrécupérable, à moins d’un secours miraculeux. Elle est touchée à mort, si l’ensemble des prêtres continue de suivre Mgr Fellay. Mais on peut encore en sauver une bonne partie. Cette mission vous revient, chers prêtres. C’est vous qui pouvez sauver ce qui peut encore être sauvé. Quant à nous, laïcs, nous ne voyons qu'une solution : sortir de la Fraternité pour la recommencer sur les éternels fondements de la Tradition laissés par Mgr Lefebvre. Pour nous, cela est l'évidence même. Des fidèles vous aiderons, nous en sommes certains.

Et maintenant, que faire ?

Avant toute chose, informez-vous, car on ne peut défendre la Fraternité que si l'on connaît parfaitement la situation... Et ne vous laissez pas culpabiliser par ceux qui vous disent que c'est un péché d'aller regarder les sites de résistance sur internet. Ne vous laissez pas impressionner par de mauvais conseils, même s'ils vous viennent de vos supérieurs ou de directeurs spirituels. Quand on est en état de désobéissance continuelle vis-à-vis du pape et des évêques, c'est notre devoir de ne faire confiance aveuglément à personne.

Mgr Lefebvre était de cet avis : "Si je me trompe, disait-il, quittez-moi !" p. 544 de la biographie de Mgr Tissier. De même St Paul nous dit : Gal 1,8 : Mais si quelqu'un, fût-ce nous-même ou un Ange du Ciel, vous annonçait un autre évangile que celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème!

Quand on ne sait pas où est la volonté de Dieu, on suit la droite raison, enseigne St Jean de la Croix. Les éléments présentés dans cette lettre sont suffisants pour montrer qu'il y a un problème dans la Fraternité et que la hiérarchie n'est plus fiable, puisque c'est la majorité des membres du Chapitre qui a voté ces six conditions. Cela mérite donc une étude approfondie. Voici les principaux sites de résistance mondiaux actifs :

En France : 
Site Antimodernisme.info http://www.antimodernisme.info/info/
Blog Avec l'Immaculée http://aveclimmaculee.blogspot.fr/
(Vous pouvez traduire dans votre propre langue le blog avec l'Immaculée en utilisant en haut à droite le gadget : Translate)
Forum Un évêque s'est levé http://lefebvristes.forum-box.com/index.php
Tous les sermons et conférences en anglais et en français sont disponibles sur :

Pour les pays de langue espagnole :
(Ce blog est également lisible en plusieurs langues. Cliquez sur le drapeau qui convient)

En portugais et beaucoup d'autres langues :
Blog Spes santo Tomas http://spessantotomas.blogspot.fr/

En anglais :
Sur Gloria tv :  With the Immaculate    http://fr.gloria.tv/?user=100060
Le forum Cathinfo : 100% of people are against a deal with Rome http://www.cathinfo.com/
Le forum Ignis ardens : 65% of people are against a deal with Rome http://z10.invisionfree.com/Ignis_Ardens/index.php?


Auf Deutsch :
Blog Mit der Immaculata : http://mitderimmaculata.blogspot.fr/
Wir suchen Übersetzer : englisch-deutsch, französich-deutsch, spanisch-deutsch oder polnish-deutsch. Wenn Sie helfen wollen , schreiben Sie mir : indominosperavi@gmail.com

Polski :

Italia :
Blog Deo volente, tradidi quod et accepi

 Relisez tout Monseigneur Lefebvre : c'est un véritable antidote, revigorant et éclairant, qui fera ressortir encore plus l'ambiguité des propos de Mgr Fellay, de l'abbé Lorans, de l'abbé Pfluger, de l'abbé Schmidberger etc. Mgr Lefebvre vous empêchera de vous sentir troublés ou culpabilisés.

 Si vous êtes convaincu que la Fraternité est en grand danger :
Faites suivre cette lettre à vos confrères dont vous avez l'adresse mail ou envoyez-nous les adresses de ces confrères. Rappelez-vous votre serment antimoderniste, rappelez-vous que St Bernard dit qu'un prêtre est un chien qui aboie. Si les chiens n'avertissent plus les moutons du danger, que vont devenir les moutons ? Si les bergers dorment, que font les chiens ? Ils vont les réveiller. Et si les bergers refusent de se laisser réveiller, les bons chiens font leur devoir et se battent tout seuls contre les loups. Et puis vous ne serez pas seuls, d'autres vous ont déjà précédés.

Mgr Lefebvre à propos de la fondation d'Ecône, raconte : p.435 de la biographie de Mgr Tissier : "ils m'ont littéralement pris au collet ! Ils m'ont dit : il faut faire quelque chose pour ces séminaristes !" Qui cela, "ils" ? Des prêtres et des laïcs. Par la suite, Monseigneur a eu des accès de découragement et a été tenté d'arrêter le séminaire, dans les premières années de sa fondation. Qui l'a poussé à continuer ? Ses séminaristes. Ceci pour démontrer que parfois, c'est aux subordonnés de prendre l'initiative des opérations. De même, Mgr Lefebvre aurait pu dire qu'il attendait d'être entraîné par les cardinaux pour fonder Ecône. Eh bien, non. La hiérarchie a démissionné. Il a donc pris l'initiative. Donc, forts de ces exemples, n'ayez aucun scrupule.

Parlez, c'est votre devoir de pasteurs d'âmes. Lorsque vous parlez, publiez largement ce que vous dites. C'est très important. Nous avons besoin d'entendre et de lire dans toutes les langues des paroles vigoureuses et claires. Envoyez vos articles et vos sermons (fichiers mp3 ou videos) pour publication à l'un des sites de résistance nommés ci-dessus. Dans votre propre congrégation, devant vos fidèles, vous devez réaffirmer les principes du fondateur de la FSSPX. C'est cela, la vraie liberté des enfants de Dieu. La vérité vous rendra libres.

         InDominoSperavi, du blog Avec l‘Immaculée.
          (contact : indominosperavi@gmail.com)

         Avec le soutien du blog Non possumus.
        (correo de contacto : npossumus@gmail.com)