vendredi 7 décembre 2012

Conférence n°2 de Mgr Williamson à Bristol St Saviour's House, 22 - 24 juin 2012.


Conférence n°2 de Mgr Williamson à Bristol
St Saviour's House, 22 - 24 juin 2012.

Traduction par Fidelis



Etant donné que le protestantisme, le libéralisme, le modernisme et le néo-modernisme sont toutes des hérésies analogues, qu’elles s’empilent l’une sur l’autre le modernisme contenant tout le libéralisme et le protestantisme, Saint Pie X a dit que le modernisme était l’égout collecteur de toutes les hérésies. C’est l’égout collecteur de toutes les hérésies parce qu’il déconnecte l’esprit de la réalité et, ainsi, il déconnecte l’esprit catholique de la doctrine catholique. Il n’y a pas une seule hérésie qui ne soit chez elle dans le modernisme, car il les inclut toutes.

Le néo-modernisme est le renouvellement du modernisme, la seule différence étant que le modernisme est maintenant officiel. C’est le modernisme officialisé. C’est un modernisme qui n’est pas le fait de quelques prêtres et de quelques laïques, intelligents et très dangereux, mais peu nombreux, mais un modernisme professé par pratiquement toute l’Eglise. Il y a quelques prêtres dispersés et deux évêques qui restent en dehors : Mgr de Castro Mayer et Mgr Lefebvre, mais l’Eglise entière : Pape, cardinaux, évêques, la plupart des prêtres, tous suivent.

Le résultat est que seuls ces deux prélats : Mgr Lefebvre et Mgr de Castro Mayer, deux évêques, s’accrochent fermement et tiennent bon. Indubitablement, il y a d’autres évêques qui gardent la Foi, mais il n’y en a pas d’autres qui agissent avec cette Foi qu’ils gardent. Le cardinal Siri était un bon cardinal. Il aurait pu être élu pape en 1958 ou en 1963, mais les mauvais, francs-maçons et juifs mirent une terrible pression sur lui. Ils ont dit qu’ils allaient tuer toute sa famille, ils menaçaient sa famille. Et donc il dit : « d’accord, je ne veux pas être pape ». Je pense qu’il a été élu mais qu’il n’a pas voulu être pape. Cela semble très possible.

Mgr Lefebvre crée la FSSPX et Mgr de Castro Mayer vient l’assister pour la consécration des quatre évêques. Ce fut un grand moment car Mgr Lefebvre apprécia beaucoup que Mgr de Castro Mayer soit venu l’assister pour les consécrations. Il a dit : « La présence de Mgr de Castro Mayer est la preuve que je n’ai pas sorti tout cela de ma seule tête. Je ne suis pas en train de créer ma propre Eglise. C’est l’Eglise Catholique que j’ai reçu, c’est la vraie Eglise Catholique et la présence de Mgr de Castro Mayer en est la preuve. Et Mgr de Castro Mayer, dans un magnifique sermon, qu’il donna lors des sacres eut cette parole : « Je considère que j’aurais commis un péché mortel si je n’avais pas été là aujourd’hui ». Splendide !

La consécration des évêques fut vraiment le moment où la FSSPX se mit réellement à suivre sa propre route. Mais elle appartient à l’Eglise. Les six évêques furent tous « excommuniés », mais ces excommunications n’étaient pas valides, parce que dans le droit canon, même si vous vous trompez mais que vous pensez que vous agissez en cas de nécessité, la sanction de l’Eglise ne s’applique pas. Si vous vous trompez, mais que vous êtes sérieux et sincère, même si vous êtes dans l’erreur mais que vous estimez que vous agissez pour un motif suprême, la sanction ne s’applique pas et, de ce fait, les excommunications n’étaient pas réelles.

Et maintenant, devinez ce qui arrive ? Encore une fois la Fraternité connaît une secousse venant de l’intérieur, venant de celui qui est à sa tête, et qui fait pression pour qu’on suive sa voie. C’est mon avis. Si l’un d’entre vous désire connaître l’avis de certains de ceux qui suivent cette voie, à commencer par Mgr Fellay, il est le bienvenu, en ce qui me concerne. Mon opinion est que c’est cela qui se passe, mais je n’impose mon avis à personne. Je vous donne mes arguments pour expliquer que je crois que c’est cela qui arrive, et ensuite quelqu’un d’autre peut vous donner des arguments opposés. Vous êtes des adultes, vous êtes des hommes, vous êtes responsables de vos âmes, certains ont des familles dont ils sont responsables, prenez votre propre décision. Ecoutez les deux côtés et prenez votre propre décision. Je n’impose mon opinion à personne et je ne souhaite pas parler irrespectueusement de Mgr Fellay ou de tout autre autorité de la Fraternité de Menzingen, mais je pense sérieusement qu’ils ont tort. Je pense qu’ils ont gravement tort.

Il y a une ligne droite, que seuls Mgr Lefebvre et Mgr de Castro Mayer suivaient vraiment. Mgr Lefebvre a dit, lors des consécrations, que cette ligne était « l’opération survie » [c'est-à-dire les sacres], alors que traiter avec la Rome néo-moderniste eut été « l’opération suicide ». Les autorités de l’Eglise, tous ces cardinaux, évêques et prêtres qui se sont abandonné au modernisme, au libéralisme et au protestantisme (car c’est effectivement ce qu’ils ont fait, en se déplaçant parallèlement aux modernistes, aux libéraux et aux protestants), tous sont sur la mauvaise voie. Ils ont perdu la boussole, la boussole catholique. Mgr Lefebvre a dit que  si nous ne suivons pas la Rome moderniste, la Rome conciliaire, toutes ces autorités de l’Eglise conciliaire, qui croient dans le deuxième concile du Vatican, si nous n’allons pas avec eux, alors nous faisons « l’opération survie ». Si nous allons avec eux, c’est « l’opération suicide », car ils ont perdu la bonne direction, ils s’en écartent, ils ont quitté la ligne droite en partant vers la gauche.

Quels furent les fruits ? Les fruits sont un très bon « test ».Souvenez-vous du sermon sur la Montagne de Notre Seigneur. Celui-ci de dit pas :  « Je veux que vous soyez tous des théologiens, que vous lisiez les publications théologiques, que vous étudiiez saint Thomas d’Aquin. »  Notre-Seigneur dit : « Jugez l’arbre à ses fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits et un mauvais arbre ne peut porter de bons fruits.» Un arbre à moitié bon et à moitié mauvais, portera des fruits moitié bons et moitié mauvais. Ce n’est pas toujours blanc ou noir. Il y a le gris. Quels furent donc les fruits des consécrations ? La Fraternité se développa.

C’est toujours comme cela : lorsque les papes et, par exemple, la Contre-Réforme, lorsque la ligne catholique est fermement maintenue, alors l’Eglise recommence à se développer. Mais un nouveau cycle de corruption et un nouveau virage à gauche ont marqué cette époque moderne. Le monde moderne est ainsi fait. Il est profondément façonné par le protestantisme, cet éloignement de Dieu. Cela a commencé avec le protestantisme, ou plus exactement avec la Renaissance. Les trois « R » : Renaissance, Réforme, Révolution. C’est la rupture avec l’Eglise, c’est la rupture avec Dieu, c’est le grand mouvement d’apostasie. Ainsi, dans la majeure partie de l’Eglise, ce qui est arrivé, c’est une apostasie croissante, avec bien sûr de nobles exceptions et des âmes s’y refusant. Quand des âmes veulent être catholiques dans l’Eglise conciliaire, que font-elles ? Elles rejoignent la FSSPX. Jusqu’à présent, elles ont pu trouver dans la Fraternité un refuge contre l’aberration conciliaire. Les fruits de la FSSPX étaient le catholicisme. Les fruits du concile étaient une corruption croissante et la destruction de l’Eglise.

Je crois que Malachi Martin disait qu’il y avait quatre loges maçonniques à l’intérieur du Vatican et l’abbé du Chalard disait la même chose. Il y a de bonnes raisons de dire cela. Malachi Martin dit encore que, peu après l’élection de Paul VI, en 1963, une cérémonie satanique fut célébrée à l’intérieur du Vatican. La grande cérémonie eut lieu à Charleston, aux Etats-Unis, qui est un grand centre maçonnique, mais une cérémonie secondaire, rattachée à celle-ci, eut lieu au Vatican. La grande cérémonie, avec blasphèmes et horreurs fut incontestablement célébrée aux Etats-Unis, mais il y en eut une réplique au Vatican, qui aboutit à la création d’une loge, l’une des quatre. Malachi Martin disait, autant que je m’en souvienne, que Paul VI était au courant mais qu’il ne put rien faire contre, ce qui peut se comprendre. C’est l’état du Vatican. Il est rempli de démons. Le Vatican est rempli de démons. Il est « satanisé » et si vous vous en approchez trop, vous pouvez être contaminé. Vous ne devez pas vous approcher trop près de la Rome moderne. J’ai écrit plusieurs fois, dans le courant des 20 ou 30 dernières années, au sujet du catholicisme du dimanche des années 50. Il y avait trop de catholicisme du dimanche, c’est-à-dire trop de catholiques qui ne l’étaient que le dimanche. Ils gardaient leur religion pour le dimanche et le reste de la semaine, ils vivaient une vie ordinaire, pas suffisamment tournée vers la religion. Séparation de la vie et de la religion. Dieu mis à la porte… On était très pieux le dimanche et on s’inquiétait pas de Dieu le reste de la semaine. C’est un des noms de la maladie : le catholicisme du dimanche. Je l’appelle le « cinquantisme ». C’était quelque chose de vraiment mauvais. Le catholicisme était important, il y avait des foules, il était largement répandu. Il y avait beaucoup de prêtres qui paraissaient très convenables, se comportaient convenablement et avaient une foi convenable. Il y avait de nombreuses religieuses, beaucoup d’écoles paroissiales et de séminaires, avec de nombreux séminaristes. Alors le concile commença et tout s’effondra. Les termites étaient dans l’édifice. Il y avait quelque chose qui n’allait vraiment pas.

Le concile fut une grande chute. Une grande chute signifie deux choses : d’abord, qu’on était à une grande hauteur. Si l’on n’est pas à une grande hauteur, la chute ne peut être importante. Deuxièmement, cela signifie qu’on était au bord de l’abîme puis qu’on a été au-delà du bord. D’un côté, il y avait du bon dans le catholicisme des années 50, Mais, par ailleurs, il y avait quelque chose de pourri au royaume de Danemark, à la même époque. Il y avait quelque chose de pourri dans l’édifice, qui semblait si solide, et l’était encore partiellement. Le cœur n’y était plus. L’édifice s’effrita puis s’écroula.

Dans les années 1990, la Fraternité s’est épanouie et a grandi, et l’Eglise officielle a continué dans cette voie fâcheuse – elle s’est détruite de plus en plus. Il y avait de plus en plus d’immoralité, de pédophilie et d’homosexualité parmi le clergé. Bien sûr, les medias sont un peu coincés : d’un côté ils promeuvent l’homosexualité - « c’est un style de vie alternatif et il n’y a rien de mal à cela ». Mais, d’un autre côté, ils veulent pouvoir accuser les prêtres d’homosexualité. Ils doivent choisir. Si l’homosexualité n’est pas si mauvaise, elle n’est pas non plus mauvaise pour le clergé. Si elle est mauvaise pour le clergé, elle est mauvaise pour tout le monde. C’est pourquoi ces lamentables médias ont trouvé une astuce : « ce n’est pas de l’homosexualité, c’est de la pédophilie ». La pédophilie consiste à agresser les enfants. Ceci est horrible, mais dans la plupart des cas, [j’en ai l’impression,] les abus perpétrés par les clercs l’étaient plus envers des adolescents que des enfants. Je ne sais pas. Je ne l’ai pas étudié. Je pense simplement que les choses ne sont pas telles que le racontent les médias. Ce n’est pas plus justifié envers les adolescents qu’envers les enfants. L’un des quatre péchés qui crie vers Dieu, pour la vengeance, c’est l’homosexualité.

Cela remonte aux années 1980. Cela a existé dans le clergé depuis longtemps. Je me souviens que lorsque j’arrivai aux Etat-Unis, en 1982, je trouvai ce gros livre du père Enrique Rueda sur le réseau homosexuel à l’intérieur de l’Eglise catholique, aux Etats-Unis. C’était en 1982, ce n’est pas récent. Je sais que Mgr Lefebvre aurait dit que si le clergé était tombé dans ce vice, c’est parce qu’il avait perdu la Messe. Les prêtres ne disaient plus la vraie Messe. C’est comme un réacteur nucléaire sans uranium. Le prêtre catholique est fait pour la vraie Messe. Celle-ci et le prêtre vont ensemble. C’est ce que Mgr Lefebvre avait l’habitude de dire : la vraie Messe et le vrai prêtre vont absolument ensemble. Vous retirez la vraie Messe et le prêtre tombe à la mer. Monseigneur aurait dénoncé  cause du mal comme étant la perte de la messe car cette perte est pour le prêtre la perte du cœur de sa vie sacerdotale.

Si vous jugez l’arbre à ses fruits, Mgr Lefebvre avait raison, les sacres étaient justifiés et l’Eglise conciliaire continue toujours sur la mauvaise pente. C’est pourquoi la FSSPX s’est développée. Alors, que pensez-vous qu’allait faire le diable ? Cela a déjà fonctionné quatre fois. Il utilise les mêmes astuces sur l’esprit les gens, les catholiques. La pression particulière qu’il va exercer maintenant, c’est une pression qu’il n’a pas pu exercer auparavant : vous devez appartenir à l’Eglise officielle, vous êtes en dehors de l’Eglise. A en juger par les fruits, cela n’est pas vrai. A en juger par ses fruits, le concile n’est pas l’Eglise Catholique. A en juger par ses fruits, l’Eglise conciliaire non plus.. La FSSPX, à en juger par ses fruits, est l’Eglise catholique et c’est exactement ce que disait Mgr Lefebvre. On peut se demander si la FSSPX aurait fait plus et mieux en rentrant dans l’Eglise officielle. Et Mgr Lefebvre répondait : De quelle Eglise parlez-vous ? Si vous parlez de l’Eglise conciliaire, ce n’est pas l’Eglise Catholique. L’Eglise catholique est Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Reprenant ces quatre points, il disait : regardez, l’Eglise conciliaire n’est ni Une, ni Sainte ni Catholique ni Apostolique. Mais la Fraternité possède ces quatre caractères. Ce sont les quatre signes de l’Eglise, les quatre indicateurs, qui disent où se trouve l’Eglise Catholique. Si ces quatre caractères sont présents, vous avez vraiment l’Eglise catholique. S’ils ne sont pas présents, ce n’avez pas l’Eglise Catholique. Ainsi, il s’agissait dans un sens de l’Eglise catholique et cela ne l’était pas dans un autre sens. Cette Eglise a l’autorité. Le pape est le pape. C’est une question difficile : les cardinaux sont cardinaux, les évêques sont évêques, à moins que l’un ou l’autre, peut-être plusieurs, n’aient eu des cérémonies de consécration invalides. C’est une autre boîte de Pandore. Ce ne sont que sacs de nœuds. La situation est terrible.

Le démon est maintenant en train de jouer avec les esprits des gens de la FSSPX. A mon avis, il y a pas mal de prêtres, qui veulent rejoindre l’Eglise conciliaire. Ils veulent aller dans cette direction. On constate déjà que les autorités de la Fraternité découragent toute critique du concile, découragent tout discours contre Assise et enfin découragent et même interdisent qu’on critique le Pape. C’est ainsi que cela se passe.

Regardez les 500 dernières années, disons de 1517 à 2012. Je pense que le schéma est clair. Supposons que ceci soit le cas et envisageons que l’essentiel de la Fraternité prenne ce chemin. Combien dans la FSSPX s’orientent actuellement dans cette voie ? Je ne le sais pas, Dieu le sait, moi pas. La chose terrible est que cela va se reproduire dans quelques années. C’est dans la nature des choses. Ce schéma est là pour une excellente raison : lorsque le démon essaie un « truc » une fois deux fois, trois et quatre fois, et que cela fonctionne, il va recommencer. Ce sont exactement es mêmes forces qui produisirent le catholicisme des années 50, le « cinquantisme », c’est exactement la même tentation qui pèse encore plus sur les catholiques de Tradition de la FSSPX.

Je me souviens avoir lu dans un écrit spirituel, le récit de la vision d’une certaine âme. Il y avait une ville et il y avait un monastère. Au-dessus de la ville, il n’y avait que peu de diables, mais il y en avait une foule au-dessus du toit du monastère, car s’ils parvenaient à faire chuter le monastère, cela serait un jeu d’enfants de faire chuter la ville. Le monastère soutenait la Foi dans la ville. Ces âmes pieuses, agissant comme des paratonnerres écartant la colère de Dieu, protégeaient la ville. C’est pourquoi le démon travaillait spécialement sur le monastère et les prêtres. Le démon avait encore beaucoup de travail à faire sur de nombreux clercs, à ce moment-là, mais maintenant, il y a bien moins de clercs sur lesquels il doit faire porter l’effort. Il y a environ 550 prêtres dans la Fraternité, aussi il y a beaucoup de démons « au chômage », car tout est maintenant dans les mains du démon. Beaucoup de ces démons mis au chômage après Vatican II s’accumulent donc autour des quelques prêtres de la FSSPX. Ceci est seulement mon avis.

Comment tout cela va-t-il évoluer ? Je ne le sais pas. Il y aura une nouvelle rupture et les fidèles seront de moins en moins nombreux et puis encore moins nombreux. A la fin du monde, Notre Seigneur dit (saint Luc ,18, v. 8), « Quand je reviendrai, trouverai-je encore la Foi sur la terre ? » Ceci signifie que l’Eglise Catholique, à la fin du monde sera très réduite en nombre. C’est exactement ce que nous observons aujourd’hui : la diminution du nombre de fidèles catholiques, qui tiennent bon, et suivent la voie droite, sans être tentés de rejoindre le monde et prendre le chemin facile. Il y a aussi la citation qui dit que dans ces jours-là, même les élus seront trompés. Oui, exactement : « si cela était possible, même les élus seraient perdus », quelque chose comme cela.

Oui, c’est cela. C’est une œuvre d’erreur, c’est une oeuvre de fourberie, d’après l’Epitre de Saint Paul aux Thessaloniciens. C’est tout à fait une phrase pour les médias. Ces infâmes médias sont l’erreur même, exactement comme le dit Saint Paul. Les gens accordent trop d’attention aux infâmes médias. Que Dieu bénisse internet, à cet égard. Les mauvais n’ont pas encore réussi à se rendre maîtres d’Internet, et quiconque recherche la vérité peut encore la trouver sur Internet, au milieu d’un amas d’ordures, au milieu d’un tas de mensonges ; la vérité est là. Si vous la cherchez, vous la trouverez et si vous cherchez la vérité, vous la trouverez. Mais dans les médias, vous la trouverez très difficilement à présent. Les mauvais ont la mainmise sur les médias. C’est pour cela que les medias sont vils, c’est parce que les médias sont vils. Ils haïssent vraiment Dieu et veulent faire tomber toutes les âmes en enfer. C’est ce qu’ils essaient de faire.

Ne pensez pas que si quelque chose de bon résulte de l’épreuve actuelle de la FSSPX, les troubles seront terminés. Le démon se remettra au travail. A chaque fois que l’Eglise catholique se rassemble, le démon recommence à travailler dessus. Le concile [Vatican II] a été le plus grand triomphe de Satan de tous les temps contre l’Eglise.