mercredi 7 novembre 2012

Quelle attitude adopter avec un hérétique ?


Quelle attitude adopter avec un hérétique ?
 
par Michael
 
Saint Antoine du désert
 



Voici ce que rappelle la dernière Lettre des dominicains d'Avrillé (n°62) :

 

SAINT ANTOINE DU DESERT ET LES HÉRÉTIQUES

 

Les saints mettent la foi et l'honneur de Dieu au-dessus de tout. C'est ce qui ne se voit plus aujourd'hui. L'extrait suivant, lu dans la Vie de saint Antoine par saint Athanase, est à méditer. […] Saint Athanase écrit à propos de Saint Bernard :

 

« Il était si admirable et si religieux en ce qui concerne la foi, qu'il ne voulut jamais avoir aucun commerce avec les méléciens schismatiques, car il avait décelé dès le commencement leur malice et leur apostasie. Il ne voulut jamais aussi parler amicalement avec les manichéens et les autres hérétiques, mais il les exhortait à sortir de leur erreur pour rentrer dans la vérité. Car il assurait que l'amitié et la communication avec de telles personnes était la ruine et la perte entière de l'âme. Pour cette même raison, il avait en horreur l'hérésie des ariens et priait tout le monde de n'avoir aucune communication avec eux et de ne pas ajouter foi à leur mauvaise doctrine. [...]

Les évêques et les solitaires l’en ayant prié, Antoine descendit à Alexandrie où il parla publiquement contre les ariens. N'ayez jamais, disait-il, de communication avec ces ariens impies, puisqu'il ne peut y avoir d'alliance entre la lumière et les ténèbres (2 Co 6, 14). Vous êtes chrétiens parce que vous êtes dans la véritable piété et dans la véritable religion ; et eux, en disant que le Verbe du Père, le Fils de Dieu, est une créature ne diffèrent en rien des païens qui adorent la créature au lieu d'adorer le Créateur. Croyez donc que toutes les créatures s'élèvent avec colère contre eux, parce qu'ils mettent au nombre des créatures le Créateur et le Seigneur de toutes choses et par lequel toutes choses ont été faites. »
 

Suite à la lecture de ce texte cité par les dominicains, voici la suite naturelle du raisonnement qui nous est venue à l’esprit :

 

LES HOMMES DE L’EGLISE CONCILIAIRE SONT HERETIQUES ET NE SONT PAS « EN PLEINE COMMUNION AVEC LA TRADITION », C’EST-A-DIRE QU’ILS SONT EGALEMENT SCHISMATIQUES :

 

Mgr Marcel Lefebvre, le 4 octobre 1987, dit : «…Rome a perdu la foi, mes chers amis. Rome est dans l’apostasie. Ce ne sont pas des paroles, ce ne sont pas des mots en l’air que je vous dis. C’est la vérité. Rome est dans l’apostasie. On ne peut plus avoir confiance dans ce monde-là, il a quitté l’Église, ils ont quitté l’Église, ils quittent l’Église. C’est sûr, sûr, sûr» (…) On ne peut suivre ces gens là. (…) C’est inconcevable, inconcevable (…) C’est incroyable, incroyable ! Alors, comment voulez-vous que l’on puisse se fier à des gens comme cela ? Ce n’est plus possible. »

 

L’abbé Hervé Gresland, en octobre 2012, dans son article Pourquoi Benoît XVI a invité des athées à Assise, écrit : « A lire saint Pie X et Benoît XVI, il est clair que Benoît XVI est, au sens strict du mot, un moderniste. »

 

Le pape Benoît XVI a les apparences d'un pape de fidélité : il refuse la rupture avec le passé, il montre du goût pour les cérémonies anciennes… Cela suffit-il à faire de lui un pape traditionnel ? Sa théologie est-elle celle de la Tradition catholique ? Non, répond Mgr Bernard Tissier de Mallerais dans son dernier livre, L’étrange théologie de Benoît XVI.

 

Mgr Marcel Lefebvre, le 4 août 1976, dit : « Nous croyons pouvoir affirmer, en nous en tenant à la critique interne et externe de Vatican II, c’est-à-dire en analysant les textes et en étudiant les avenants et aboutissants de ce Concile, que celui-ci, tournant le dos à la Tradition et rompant avec l’Église du passé, est un Concile schismatique. »

 

DONC :

 

«C’est donc un devoir strict pour tout prêtre (et tout fidèle) voulant demeurer catholique de se séparer de cette Eglise conciliaire, tant qu’elle ne retrouvera pas la tradition du Magistère de l’Eglise et de la foi catholique.» (Mgr Lefebvre, Itinéraire spirituel, 1990, p. 31)