lundi 1 octobre 2012

Trop, c’est trop


Trop, c’est trop

par Michael
 
 

 

Au Grand Rex, samedi dernier, a été projeté le film sur Mgr Lefebvre.

 
Mgr Fellay est intervenu au cours de la soirée. Voici ce qu’Ennemond rapporte : « Dans son mot final, Mgr Fellay a indiqué que Benoît XVI avait affirmé lors de l'audience de Castel Gandolfo que Mgr Lefebvre était "un grand homme de l'Eglise universelle" » (Fecit - 30 septembre 2012) Le problème est que cette universalité de Mgr Lefebvre est liée à son opposition au pape actuel, alors cardinal Ratzinger. C’est le pape, qui dit que Mgr Lefebvre est "un grand homme", qui a maintenu l’excommunication jusqu’à la mort de l’intéressé et qui ne l’a toujours pas réhabilité !

 

Le pape dit que Mgr Lefebvre est "un grand homme". Qu’est-ce que cela veut dire, puisqu’il l’a persécuté jusqu’à sa mort ? Que Mgr Lefebvre a marqué son siècle comme Staline ou Mao ? Les propos du pape sont bien ambigus. Cela ne nous étonne pas. Mgr Lefebvre connaissait bien Benoit XVI. Max Barret, qui a connu intimement Mgr Lefebvre, nous révèle que, pour sa part, Mgr Lefebvre surnommait le cardinal Ratzinger « le serpent » Courrier de Tychique n°373

 

Ces propos de la part du pape se comprennent puisqu’il cherche, depuis le début de son pontificat, à séduire la Fraternité saint Pie X... Mais que Mgr Fellay reprenne à son compte ces propos patelins, cela dépasse l’entendement. Pourquoi dire que le pape voit en Mgr Lefebvre "un grand homme" si ce n’est pour pousser toujours plus à un rapprochement pratique de la FSSPX avec Rome ? Pourquoi cultiver toujours l’ambiguïté ? Trop, c’est trop. Utiliser cette projection publique du film de la vie de Mgr Lefebvre pour faire passer un message accordiste, pour faire avancer les relations avec le Vatican, devient indécent. Un peu de retenue s’impose.