lundi 3 septembre 2012

Sermon de l'abbé Chazal du 12 août 2012

SERMON DE L’ABBE CHAZAL DU 12.08.2012.




Premier sermon après la réunion de Washington DC

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Bien chers fidèles, comme vous le savez probablement pour la plupart d'entre vous, nous avons eu cette réunion à Vienne, à Washington, d'où est sortie une déclaration doctrinale signée par cinq prêtres. Vous avez été familiarisés avec le contenu de cette déclaration à travers les sermons du Père Joe Pfeiffer, mes sermons, ceux du Père Girouard et tout ce qui était sur Internet ces derniers mois. Donc, il s'agit essentiellement d'un résumé de cela.

Maintenant, il y a quelque chose de nouveau par rapport à avant. Il y a quelques mots qui surprennent tout le monde, un « corps uni de prêtres. » Que voulez-vous dire, mon Père, par « corps uni de prêtres »? Eh bien, que se passe-t-il ici ? Nous pensions que tout serait confiné sur internet et rien d'autre. Nous pensions que nous allions avoir un débat intellectuel en quelque sorte, et maintenant vous parlez d'un corps uni de prêtres.

C'est parce que notre religion est l'Incarnation. Nous sommes des êtres humains. Nous sommes faits de chair et de sang. Les gens ont des besoins très concrets pour leurs âmes, qui sont les sacrements : le sacrement de Pénitence, le Baptême, l’Eucharistie, l'Extrême-Onction. Nous entendons bien vous donner tout ce que le prêtre peut donner.
Vous avez besoin de voir vos prêtres en leur présence physique. Il ne suffit pas pour nous de créer des paroisses sur internet. Les paroisses sur internet périront, je vous le garantis. Donc, les gens ont besoin de nous voir venir à eux. Vous avez besoin de nous voir vous rendre visite. Vous avez besoin de savoir que ce n'est pas simplement quelque chose que vous avez entendu sur Internet. C’est quelque chose de réel et qui se passe dans le monde entier parce qu'il y a une résistance physique visible ailleurs dans le monde, comme les Dominicains, les Capucins, les Bénédictins en France. Chacun de ces monastères a des paroisses autour de lui, dispose d'institutions autour de lui. En d'autres endroits comme au Brésil, Dom Thomas d'Aquin a également accès à certains fidèles, et nous ne savons pas quel est le statut de la résistance en d'autres endroits.

Mais jusqu'à présent, il n'y avait pas de résistance venant de la Fraternité Saint-Pie X elle-même. C'est quelque chose de nouveau que les gens ont besoin de savoir : l'aide arrive de la Fraternité Saint-Pie X elle-même. Il est très important que maintenant personne ne puisse plus dire que c'est juste une bande de quelques moines, vous savez, surexcités ou que ce sont juste quelques prêtres surexcités, ici et là, et dont la flamme va mourir. La question fondamentale pour nous est que nous sommes officiellement chassés de la Fraternité Saint-Pie X. Nous disons que c'est notre devoir d'obéir à la loi de l'Église qui est opposée à ce que les prêtres soient instables et livrés à eux-mêmes. Ceux-ci sont appelés en droit canonique, vagus - vagi, quand ils sont plusieurs. C’est- à-dire que nous ne sommes pas autorisés à nous séparer les uns des autres. La nature humaine fonctionne de cette façon : malheur à celui qui est seul parce que lorsqu’il tombera, il n’aura personne pour venir le chercher. Et surtout en tant que prêtres, nous sommes très vulnérables. C'est ce que j'ai dit dans mon document What Next, il y a deux mois.

Donc, beaucoup d'idées ainsi que le plan d'action proposé [dans What Next], ne sont plus pertinents, mais certaines idées restent pertinentes, la principale étant que ces prêtres qui sont chassés, comme nous le sommes - Père Joseph et moi, le Père Hewko et tous les autres - ces prêtres ne sont pas censés rester seuls. Nous ne sommes pas censés mourir à petit feu, chacun dans notre coin. Nous sommes obligés de nous organiser parce que nous sommes des êtres humains.

Donc la question que vous pouvez poser, vous le savez, est : quelle est cette organisation ? Que signifie « Corps Uni de prêtres »? Première question : Quel est votre nom ? Eh bien, notre nom est très simple. Notre nom est la Fraternité Saint-Pie X, parce que s’il nous est arrivé cela, c’est pour avoir tout simplement gardé la même prédication que ces 40 dernières années. Notre ambition n'est autre que continuer à dire ce que nous avons déjà dit auparavant et de respecter les règles auxquelles nous avons promis de soumettre nos vies.
Nous avons donc ce livre bleu de la Constitution de la Fraternité Saint-Pie X. Nous allons obéir aux mêmes règles. La plupart d'entre nous vont se réveiller à 6:00, ils apparaîtront à la chapelle à 6:30 et commenceront à dire Prime, après quoi, méditation d’une demi-heure, puis célébration de la messe de la même façon dont nous avons toujours célébré la messe auparavant.

On va nous demander : Faites-vous un autre groupe dissident ? Quel est votre nom ? Saint-Pie XXIII, vous savez ? Société Saint-Pie X de Saint Google ou Société de Saint-Site web ? Quel genre d'institut allez-vous commencer, [l’Institut du] Christ-Prêtre itinérant ? Quel est votre truc ? Non, juste : Fraternité Saint-Pie X. Qu’ils nous envoient des juristes, qu’ils nous poursuivent en justice. Laissons-les nous jeter devant les tribunaux pour traiter de cela. Je vais continuer à mettre « Fraternité Saint Pie X » après mon nom, sur mes chaussettes, si j'ai des chaussettes, parce que nous sommes FSSPX, parce que c'est justement de cela qu’il s’agit.

Il s'agit d'une division complètement différente des précédentes scissions, dans le monde de la Tradition.
Il s'agit donc d'une toute nouvelle scission différente. Alors peut-être vais-je être inclus dans la catégorie des groupes dissidents... Il s'agit d'une scission tout à fait unique. Cette division a commencé à se produire, mais pas de notre propre fait. Elle a commencé à se produire lorsque Mgr Fellay et les hauts supérieurs de la Fraternité Saint-Pie X ont commencé à prêcher différemment. C'est alors que la scission a commencé.

Ensuite, ils nous jettent dehors, oui, mais ce n'est pas la même division que celle des autres. Les autres personnes qui ont fait scission sont parties. Je n'ai rien laissé. Je viens d'être jeté dehors sans même un procès équitable - qu’ils sont censés faire selon le droit canon - c’est-à-dire que lorsqu’ils me jettent dehors, il doivent me dire pourquoi ils me jettent.
- Eh bien, ce sont vos sermons.
- Eh bien, si vous n'aimez pas mes sermons, très bien, vous savez ? Mais avant de me juger et me condamner, vous devez me dire ce qui ne va pas dans mon sermon. Peut-être, selon vous, que vous n'étiez pas en mesure de déterminer ce que vous n'aimez pas... Mais au moins vous devez me donner un semblant de justice que même Staline fournissait aux gens du goulag. Donc, mon argument est ce que si l’on veut garder un semblant d’apparence de justice, ce qui est mal à leurs yeux dans mon sermon aurait dû être relevé. Non, je suis juste jeté dehors. J’attends que tombe le couperet.

Que fais-je ensuite ? Je me contente de rester sur mes positions parce que toute mon argumentation est que rien n'a changé sous cette nouvelle apparence, rien n'a vraiment changé dans le Novus Ordo, et nous ne pouvons pas vous renvoyer dans le Novus Ordo d'où vous venez. Ce n'est pas possible. Ce n'est pas notre mission. Et c'est le contraire de ce que Mgr Lefebvre nous a toujours dit jusqu'à sa mort.

Alors passons à la question suivante :

- Bien, vous êtes FSSPX, mais vous êtes un groupe de prêtres. Comment cela fonctionne entre vous ?

- Donc, je vous l'ai dit, nous suivons la règle de la FSSPX.
- Mais si vous êtes un groupe organisé de prêtres, alors vous avez un Supérieur général, un économe, un secrétaire général et tout ?

- Notre problème est que nous sommes si petits... Si nous commençons à remplir ces postes hauts placés de supérieurs de district, d’économes, d’assistants et de secrétaires, nous manquerons d'Indiens, vous savez ? Il y aura davantage de chefs indiens que d’Indiens...
Alors, que pouvons-nous faire dans ces circonstances ? Eh bien, ce que nous avons fait à Washington est tout simplement de nommer un patron qui n'est pas un Supérieur général. Ce n'est pas un supérieur de district. C’est juste une sorte de serviteur. Il est le gardien de ce qui n'est pas à lui, ce qui nous permet, en retour, de dire que Mgr Fellay reste le supérieur valide de la Fraternité Saint-Pie X et que l’abbé Rostand qui nous aime tant, reste supérieur du district des États-Unis.


Nous quittons donc la FSSPX officielle en place. Nous ne touchons pas la légitimité de leur position. Nous ne faisons que nous retirer de la soumission au pouvoir qu'ils ont sur nous. Nous nous retirons des actes d'obéissance envers eux, car ils mettent désormais les âmes en danger ou ils ont l'intention maintenant de vous mettre en danger, par l'intention de signer un accord avec Rome, dès que leurs six conditions boiteuses seront remplies. Nous ne pouvons pas permettre cela.


Donc, nous ne nions pas leur autorité. Nous disons simplement que maintenant il est temps pour vous, fidèles, de commencer à penser dans quel endroit sûr vous irez quand le naufrage se produira... Parce que lorsque l'accord sera signé avec Rome, lorsque nous serons placés sous Benoît XVI, lorsque nos maisons auront la possibilité d’être placées sous l’autorité des diocèses locaux, lorsque cela sera fait, vous ne serez pas différents de la messe d’indult. Vous devrez sauter hors du bateau. Vous serez obligés de sauter. Nous vous dirons de sauter.


Ce qui nous amène au point suivant : nous ne faisons pas un travail de sape de la Fraternité Saint-Pie X. Nous ne vous disons pas : quittez vos chapelles FSSPX locales. Nous ne vous le disons pas maintenant. Nous vous disons : le navire est condamné. L'ensemble de la hiérarchie supérieure de la Fraternité Saint-Pie X, que nous appelons le Chapitre Général, a approuvé cette nouvelle ligne dans ses déclarations et a confirmé son intention de nous placer sous l’autorité de Rome, à six conditions boiteuses.



Ainsi, tout le navire est maintenant en danger. À moins d'un miracle - vous savez : le grand châtiment ou bien le Pape meurt, ou le Pape se convertit, ou la troisième guerre mondiale arrive, vous connaissez, toutes ces autres possibilités - à défaut, la Fraternité Saint-Pie X va faire naufrage.


A présent, il y a une rumeur qu'il y aura, en septembre, la grande annonce d’une grande fête d’amour et de réconciliation, une sorte de hootenanny, vous savez, avec toutes les Fraternités et les Instituts d’indults et Motu Proprio, tous réunis autour de Benoît XVI, à la basilique Saint-Pierre elle-même, afin d’amener l’eau à la bouche des représentants de la FSSPX, en vue d’une signature en 2013.


Donc, c'est essentiellement ce que nous distinguons à l'horizon, sous toutes réserves, parce que - pourquoi ne pas imaginer une autre carte dans les manches de Benoît XVI : utiliser la majesté des édifices de Rome pour faire ce que nous appelons la grande réconciliation, vous savez, le grand train, orné partout de dentelles, de barettes, de chapes et d’ornements en or, de tous les atours, des beautés des apparences traditionnelles, tous les signes extérieurs - imaginez le train, avec tous les signes extérieurs de la Tradition, qui va vers la terre La La de la Réconciliation, droit vers le pont cassé qui est en bas de la ligne de chemin de fer, non pas la première, deuxième ou troisième année, mais cinq ans plus tard...


Une fois l’accord signé, mes chers fidèles, rien ne va se passer. Tout baignera dans l’huile. Autrement dit, ils ne vont pas leur demander de signer le Concile Vatican II. Ils ne vont pas leur demander de dire la Nouvelle messe. Et tout comme Campos, on nous dira : Regardez, rien ne se passe. Ils ne nous demandent rien. Ils ont été fidèles à leur parole. C’est ce que nous a dit l’abbé [Philippe] Laguérie pendant cinq ans. Pendant cinq ans, il nous a dit et mis sous le nez, le fait qu'ils ne nous demandaient pas de compromis, rien. Et ils seront approuvés par Rome pendant plusieurs années, oui. Donc, il y aura cette belle hootenanny [fête] traditionnelle et cette magnifique cérémonie de signature et ces cinq années de travail merveilleux, vous savez, pour répandre la Tradition dans l'Eglise. Et seulement alors, alors seulement, mon avertissement prendra un sens.


Et ainsi, notre but n'est pas de saper les centres de messe de la Fraternité. C'est pour vous avertir de vous préparer un lieu pour aller, soit avant la signature, si vous voulez vraiment garder les yeux ouverts, si vous voulez vraiment rester avec nous et nous aider, soit un lieu pour sauter hors du bateau lorsque la signature se réalisera effectivement ou bien un lieu de sauvetage après la signature lorsque chacun de vous dans son calendrier distinct ouvrira les yeux sur ce qui se passe réellement et voudra se mettre en sécurité quand le monstre grignotera sa chair, cinq ans après la signature de l'accord.
Et c'est pourquoi nous préparons les choses à l'avance parce que nous sommes jetés de toute façon dehors, mes chers fidèles.

Ainsi, puisque nous sommes jetés dehors, qu'allons-nous faire? Allons-nous rester ici et puis, rien ? Nous ne sommes pas des moines. Nous sommes un clergé séculier. Notre métier, notre vocation est de prendre soin de vous. C'est ainsi que nous sauverons nos âmes. Donc, puisque nous sommes jetés dehors, de toute façon, nous devons organiser quelque chose pour vous qui est visible et qui commence déjà à vous montrer la charité sacerdotale pour votre âme. Nous voulons continuer à dépenser notre vie pour votre âme, même si cela va vraiment être un concours de beauté de garages, vous savez, d’un endroit à l’autre. Nous redémarrons à partir de garages.


- Et quoi d'autre, mon père ? Donc, nous n'avons qu'un seul patron, et il ne prétend pas être l'un de ces patrons de structure importante. Donc, fondamentalement, dans les règles de la FSSPX, nous sommes si petits et si insignifiants que nous sommes pas en mesure d'appliquer les règles administratives de notre constitution. Quand nous grossirons peut-être à 50 prêtres, alors nous nous réunirons de nouveau. Nous nous réunirons sans doute, si le Père n’y voit pas d’inconvénient, l'année prochaine, je crois. Nous aurons alors une autre réunion. Mais si nous grandissons, nous réfléchirons à nous organiser davantage.
Ce serait tellement ridicule - comme certains autres groupuscules l’ont fait auparavant - tellement ridicule, vous savez, d’être comme la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf ? Elle finit par exploser et tout le monde rit. Je veux dire que nous sommes déjà drôles comme nous sommes. Nous n'avons pas besoin d’augmenter le plaisir de ceux qui se moquent de nous.

Et puisque nous sommes réorganisés, nous avons créé une base, qui est Notre-Dame du Mont Carmel à Boston, dans le Kentucky. Donc, nous avons un lieu. Nous avons mis en place une adresse postale où vous pouvez nous écrire, où vous pouvez communiquer avec nous, qui est à 1730 Road N. Stillwell, Boston, Kentucky, 40107. Donc, nous avons mis en place un lieu physique. Vous souhaitez nous faire parvenir une lettre ? Vous avez un groupe, vous avez besoin d'aide, vous avez besoin de communiquer avec nous ? Vous voulez participer à une retraite retraite de dames ou d’hommes ? Nous disposons de 20 chambres là-bas. Nous pouvons commencer la prédication de retraites. Ainsi, vous pouvez nous rendre visite.

Ce n'est pas une adresse internet. Il s'agit d'une adresse physique et géographique où vous trouverez des prêtres qui prennent soin de votre âme à travers tout ce qui sera proposé à Notre-Dame du Mont Carmel, quelles que soient les actions que le Père Joseph Pfeiffer décide de mettre en place. Vous avez une adresse physique. Nous avons déjà mis en place un compte bancaire et d'autres formes de soutien financier du fait que, puisque nous sommes lancés, nous allons être dans les églises, nous allons gérer les écoles. Et tout, tout ce qui vient dans les caisses, nous allons le dépenser. J'avais de l'argent en excès ; je l’ai donné au Père Joe Pfeiffer aujourd'hui. Je lui ai donné et, comme d'habitude, je lui ai dit : « Je vous donne cet argent parce que je sais que vous allez le dépenser. » J'ai vu souvent le père Pfeiffer dépenser beaucoup d’argent : il a construit un grand nombre d’églises en Inde et aux Philippines. Donc, l’argent ne reste pas longtemps dans les coffres.
Nous avons donc également mis en place des comptes bancaires parce que c'est très important pour vous fidèles.Vous avez été troublés, pour la plupart d'entre vous ces derniers mois et nous croyons que c'est une grande consolation pour vous que vous sachiez que maintenant, la véritable aide concrète est là. Car la véritable aide n'est pas d'avoir deux prêtres qui crient sur internet et de pouvoir aller sur le blog crier avec les autres. C'est une réaction compréhensible, mais elle ne mène nulle part car ce n'est pas ce que Notre-Seigneur a institué.
Notre devoir en tant que prêtres est de rester fidèles à ce que Notre-Seigneur a établi : une Eglise visible. Nous sommes donc une extension, un bras étendu de l'Eglise catholique, qui est visible, qui doit être visible. Il n'y a pas d'Église sur Internet. Notre Seigneur n'a jamais dit : "Tu es Pierre, et sur ce site je vais établir mon Église virtuelle". Ce n'est pas ce que Notre-Seigneur a établi. Ce n'est pas ce que les gens réclament.
Quand nous exposons la situation (je l'ai vu plusieurs fois maintenant), chaque fois que nous exposons la situation aux gens, les gens se tournent vers moi et disent : Père, aidez-nous ! Revenez ! Je veux dire que ces familles en Corée, au Japon, aux Philippines et maintenant aux États-Unis, nous disent : Père, aidez-nous ! Quand reviendrez-vous ? Ils ont dit la même chose au Père De Smet, une « robe noire » [ndlr : surnom donné aux missionnaires par les indiens d’Amérique] : « Revenez, venez nous voir, soyez avec nous. »


Cela ne va pas être suffisant pour nous d'envoyer un email ou d'envoyer un bulletin d'information, même si nous allons avoir un bulletin d'information, entre autres. Mais ce n'est pas suffisant. Les fidèles ont besoin de nous voir en chair et en os. Donc, en gros, c'est ce qui se passe en ce qui nous concerne.


Eh bien, que dire des autres, les nombreux autres bons prêtres qui sont d'accord avec nous et qui n'ont pas encore sauté dans le train ? Ils pensent que ces trois cowboys vont vite en besogne. Qu'en est-il pour eux ? Ils viennent quand ils sont prêts. Nous ne voulons pas les forcer ou quoi que ce soit. Ils n'ont pas été eux-mêmes chassés. La plupart d'entre eux, qui ont dit la vérité ces derniers mois, sont en train d'être neutralisés. Ils sont envoyés voir les babouins au Zimbabwe. Ils sont transférés dans des endroits où ils ne parlent pas la langue. Ils sont menacés. Certains d'entre eux reçoivent des monitions canoniques. Ils se laissent intimider. Ils se taisent. Eh bien, peut-être qu’un jour, quand ils seront prêts, quand ils se rendront compte que la révolution veut vraiment les réduire au silence et les mettre de côté pour le reste de leurs jours, quand ils se rendront compte qu'ils perdent peut-être leur temps en ne souhaitant plus être visibles, quand ils se rendront compte qu'ils ont perdu la parole publique dont ils doivent user pour le salut des âmes, à chaque fois qu'ils ouvriront les yeux, ils auront un endroit où aller.
Cependant, nous ne forçons aucun d'entre eux. Mais il y a au moins un endroit préparé pour eux à Notre-Dame du Mont Carmel à Boston, dans le Kentucky. J'y ai une chambre et je peux célébrer la messe ; les repas sont servis et tout est pris en charge. Eh bien, ils ont aussi une chambre qui les attend si c'est important pour eux de continuer à pouvoir parler publiquement.
Je suis si surpris de pouvoir encore parler publiquement au bout de trois mois. Ce matin, j'ai entendu les confessions pendant une heure. Mon travail sacerdotal n'a pas été arrêté. Au contraire, davantage de gens écoutent. De plus, le fait que nous faisons ce que nous faisons aide beaucoup les autres centres de résistance visibles dans les autres pays. Le Père Thomas d'Aquin au Brésil a été ravi d'apprendre que nous avons organisé un groupe de prêtres. Les pièces du puzzle apparaissent progressivement à l'horizon, à travers le monde, ce qui nous amène au point suivant.



Que dire de ces trois évêques qui ont résisté au mois d'avril ? Que deviennent-t-ils ? Parce que, vous savez, nous avons brûlé les étapes car nous avons vu la résistance qu'opposaient les trois évêques. Eh bien, là encore, nous ne sommes pas juges de ces évêques. Pour le salut de leurs âmes, ils devront passer le flambeau, un jour ou l'autre. Je ne pense pas qu'ils se tiendront du bon côté du tribunal de Notre-Seigneur Jésus-Christ, s'ils n'ont pas passé le flambeau avant de mourir. Mais ce n'est pas à moi de déterminer le moment.
Je crois, personnellement, que nous avons besoin de souffrir dans l'obscurité, dans la confusion, pendant un certain temps. Nous devons, nous prêtres, être abandonnés pendant un certain temps, non seulement à cause de la grandeur du don, mais parce que Dieu n'accorde pas de grâces d'une telle mesure sans que nous n'ayons à payer cela. Et aussi, tout est disposé par la Divine Providence, selon le degré de libéralisme que Dieu le Père voit dans notre monde traditionnel. C'est selon la quantité de libéralisme et de fidélité qu'il y a dans le monde de la Tradition que Dieu accordera à ces évêques de sauter dans le wagon de la résistance, plus ou moins tôt ou tard. Donc, ce n'est pas à moi de décider du moment exact où l'aide épiscopale va nous rejoindre.


Dans tous les cas, il n'appartient pas à la dignité d'un évêque de sauter dans le bateau prématurément. Mais je ne pense pas qu'ils aient longtemps à attendre, parce que, objectivement, plus ils attendent, plus ils empêchent les bons prêtres et les bons fidèles de s'organiser efficacement. Plus les gens de bien sont contraints, plus cela donne du temps à l'Ennemi de dévorer, détruire et diviser. Il y aura aussi une circonstance favorable au moment de la signature de l'accord, parce qu'il y aura une résistance contre cette signature. Quand l'accord sera signé, ils vont devoir réagir d'une manière visible. Donc, l'ennemi calcule aussi cela.


Mais le fait que nous sommes à présent une organisation visible, risque de retarder la signature de l'accord parce que si Mgr Fellay signe l'accord, il a le souci que cela rejettera de nombreux fidèles vers notre résistance, cette résistance publique à ses orientations. De nombreux prêtres appelleront également le Père Joe Pfeiffer et demanderont à nous rejoindre.


Et puis, s'il signe, qu'arrivera-t-il aux trois évêques ? Ils sont en quelque sorte sous contrôle pour le moment, mais pas tout à fait sous contrôle. Mgr Williamson parle encore sur Internet. Ils veulent le jeter dehors. Ils lui montrent la porte, mais sans pour autant lui dire de partir. Et les deux autres évêques ?


Donc notre résistance est vraiment utile parce que nous ne voulons pas que Mgr Fellay signe. Même s'il devait signer, cela nous aiderait vraiment à grandir. Mais ce n'est pas notre but. Encore une fois, je le répète : Nous ne sommes pas là pour saper la Fraternité Saint-Pie X. Notre objectif principal est que les deux mille centres de messe que nous avons à travers le monde ne puissent pas devenir du jour au lendemain des centres de messe d'indult.



Mais c'est vrai que nous réclamons que les évêques viennent nous aider. C'est vrai que nous leur demandons vraiment d'aider. Et si vous pouvez nous aider à leur faire comprendre que nous sommes des êtres humains qui ont besoin des sacrements et de la totalité de la paternité qui est contenue dans le caractère épiscopal, si vous nous aidez à leur faire comprendre cela, alors ce serait bien. Ce serait vraiment une aide, parce que vous savez, un vieil évêque, c'est comme un vieil arbre chez Tolkien. Il s'agit d'un «Ent». Il ne dit rien, à moins que cela vaille la peine de le dire depuis longtemps. Et cela va prendre même encore plus longtemps de dire qu'il ne veut pas faire quelque chose à moins que cela ne prenne longtemps avant de commencer à envisager de le faire. C'est dans leur nature. Alors peut-être que les petits Hobbits peuvent donner un coup de main pour les aider à orienter ces grands cuirassés vers la ligne ennemie. Et c'est ce qui est en train de se passer en dehors de nous. Et à plus grande échelle, qu'est-ce que Dieu va faire? Quelle est son intention ? C'est très mystérieux.


Nous sommes un reste du reste du reste du reste du reste. Mais puisque nous avons à peine démarré, nous ne pouvons pas évaluer sa petitesse et sa taille. Donc la suite des événements, nous l'abandonnons entièrement à Dieu. Nous ne pouvons pas regarder si loin.


Et je vais terminer avec notre Sainte Mère, Notre Mère Bénie qui est la femme de l'Apocalypse, chapitre 12. Nous nous souvenons de cette femme avec douze étoiles autour de la tête et la lune sous les pieds. Elle est un signe dans le ciel. Mais que fait cette femme, après tout ? Saint Jean nous dit qu'elle s'oppose au dragon, un dragon très puissant. Il a dix têtes, à la différence du serpent de la Genèse. Il a dix têtes. On a seulement qu'une seule paire de pieds. Elle ne peut piétiner dix têtes en même temps, il me semble.
Saint Jean dit que la femme va dans le désert ; c'est-à-dire qu'elle écrase sûrement la tête du diable, bien sûr, mais d'une façon différente. Cela signifie qu'elle détruit le raisonnement et les fausses raisons qui nous sont proposées, quelle que soit leur origine. Elle écrase les faux raisonnements, elle n'a rien à voir avec ces raisonnements. Et elle va dans le désert, c'est-à-dire qu'elle ne reste pas sur le terrain de l'ennemi. Maintenant, l'ennemi est furieux.


Et c'est très intéressant : elle va dans le désert afin de trouver de la nourriture pour son enfant. Est-ce vous trouvez beaucoup de choses qui poussent dans le désert, vous ? Avez-vous déjà vu pousser des citrouilles en Arabie Saoudite ? Non. Rien ne pousse en ces lieux. Alors, pourquoi devrions-nous trouver de la nourriture dans un endroit où il ne pleut pas ? Eh bien, c'est parce que vous trouvez Dieu quand vous quittez le monde. Qu'est-ce qui se passe au bout d'un certain temps lorsque vous quittez les grandes églises, les institutions et tout le reste ? Peut-être que nous avons été infectés par le libéralisme. Je veux dire qu'il y a d'autres endroits du monde où le libéralisme et la mondanité sont beaucoup plus grands qu'aux Etats-Unis. Mais le liberalisme est également rampant aux Etats-Unis. Partout dans nos centres, il y a eu une infiltration de libéralisme. Et c'est pourquoi la femme de l'Apocalypse prend régulièrement son enfant dans le désert où il n'y a rien, où tout doit être démarré à nouveau.
Le désert signifie la chapelle-garage, la nécessité de tout reconstruire. Et les anciens de nos chapelles diront : "oui,vous vous souvenez, il y a 40 ans c'était exactement la même chose, vous savez ? Et puis, ils nous appelaient désobéissants de même. C'est le même scénario qui se reproduit."


Et puisque le diable ne peut pas combattre la dame sur son champ de bataille, il envoie une grande marée, il envoie de grands fleuves, de grandes eaux. La grande marée dont parle saint Jean dans l'Apocalypse, je crois que c'est le monde moderne, ce grand flux du libéralisme, toutes les choses qui nous entourent, par lesquelles il balaie les gens, par la seule puissance de cette marée. Mais puisque le désert est sans eau, il absorbe cette marée qui ne peut noyer la femme de l'Apocalypse, car le désert est très sec.
Nous devons rester à l'écart du monde et de l'esprit du monde : mes petits enfants, n'aimons pas ce monde et les choses qui sont dans ce monde. Ne vous laissez pas duper par la majesté des choses ou leurs institutions. Comme Jérémie le disait aux Hébreux : "Vous comptez sur la majesté du temple. Vous dites : « le Temple du Seigneur, le Temple du Seigneur, le Temple du Seigneur. »
Ne mettez pas votre confiance dans les institutions humaines. Dans l'institution divine de l'Église, oui, mais pas dans les institutions humaines. C'est pourquoi, lorsque Salomon a construit le temple, Dieu lui a dit : Tu vois ce temple, toutes ces choses ? Je détruirai le temple, Je détruirai le mur extérieur du sanctuaire, Je détruirai la ville, Je raserai ton palais royal, tout partira en fumée, si tu ne m'es pas fidèle.
Nous ne sommes pas adeptes des guerres, des institutions, de la sécurité de nos organismes bancaires, de notre dispositif juridique, des grandes écoles que nous avons construites, du film merveilleux que nous faisons sur Mgr Lefebvre, de nos publications et bla bla bla bla. Nous ne sommes pas dépendants de cela. Si nous avions besoin de cela, alors nous devrions revenir au Novus Ordo, où les institutions sont beaucoup plus grandes et beaucoup plus impressionnantes.


Nous sommes des disciples de Notre Seigneur Jésus-Christ et de son message. S'il s'avère que le message de Notre Seigneur est mis en péril par les chefs de la FSSPX officielle, alors nous devons aller dans le désert à nouveau. Et ils peuvent toujours essayer de nous envoyer leurs eaux, leur force institutionnelle qu'ils ont expérimentée pendant 40 ans. Ils peuvent toujours essayer. Nous sommes maintenant dans ce désert, et nous nous réorganisons et faisons les canots de sauvetage des canots de sauvetage des canots de sauvetage des canots de sauvetage parce que l'Eglise catholique à bien des égards est un canot de sauvetage. C'est l'arche de Noé.


Et quand le jour viendra au bout d'un certain temps, parce que c'est l'histoire de l'Église, qu'une traîtrise survienne, le canot de sauvetage sortira de cette petite bouteille flottant sur l'océan et fera partie de l'histoire de l'Eglise.


Comment l'arbre de l'humanité se flétrit, nous ne le savons pas. Notre-Dame parle d'un grand sursis, d'un grand triomphe. Comme ce triomphe était grand au début du livre des Macchabées, et c'était juste le fait d’une seule famille... Il y a donc un sursis à venir, et ce sera un immense triomphe. Ce ne peut pas être un triomphe s'il n'est pas contre toute attente, sinon, ce n'est pas un triomphe, mais une simple victoire, une victoire ennuyeuse et médiocre. Notre-Dame a promis une victoire spectaculaire parce que Notre-Seigneur veut l'honorer. Il veut lui montrer quelque chose qui la glorifie vraiment. Il est déterminé à cela.
Et c'est pourquoi nous résistons. Notre résistance repose sur la puissance de la femme de l'Apocalypse, celle qui écrase la tête en tout temps ; comme Jahel, elle prend le clou de la tente et elle cloue Sisara sur le terrain, comme celle qui a tué Abimélec, elle lui jette une meule de moulin sur la tête, et comme Judith, elle lui coupe la tête.



Dès que nous voyons un faux raisonnement quelle que soit son origine, ce n'est pas l'origine du raisonnement que nous respectons. Dès que nous voyons la tête du diable, c'est-à-dire son raisonnement, sa façon de penser, sa façon de brouiller les concepts, comme ils l'ont fait dans la Déclaration en utilisant l'expression "le Magistère continu de l'Eglise," nous ne savons pas à quel Magistère cela fait référence. Mgr Lefebvre, au contraire, faisait toujours clairement la distinction entre les deux Magistères opposés. Dès que nous voyons ce flou, cette pensée diabolique de brouillage de la clarté du concept, nous l'écrasons !
Et ce n'est pas grave si cela vient de la bouche de Mgr Fellay. Ce n'est pas grave si c'est Mgr Fellay lui-même qui excuse Vatican II cinq fois en trois mois. Cela n'a pas d'importance pour nous.



L'abbé Hewko lui a écrit, et Mgr Fellay a répondu : Eh bien, je prends mon temps, je suis prudent et sage. Donc il dit au fond : je ne rétracte pas ces déclarations. Je ferai probablement plus que cela, plus tard dans la même ligne.
Ainsi, ces déclarations sont issues de notre bien-aimé Supérieur, mais nous les écrasons parce que nous suivons Notre Sainte Mère, qui n'a rien à voir avec ces faux raisonnements. Et si cela signifie que nous devons la suivre dans le désert une fois de plus, tout comme nos ancêtres et nos pères l'ont fait - nous nous en souvenons, certains d'entre nous se souviennent comment c'était - si ces jours nous sont imposés, nous devons y faire face pour l'amour de Notre Sainte Mère.
Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.